• Drame

  • Vers le soleil

    Julien Sandrel

     

    Vers le soleil, de Julien Sandrel

     

    PODCAST : https://youtu.be/SHVoI2NJhI4

     

    Titre en VO : Vers le soleil

    Année de la première publication (France) : 2021

    Nombre de pages : 264

    Editeur : Calmann-Lévy éditions

    Site de l’éditeur : https://calmann-levy.fr/

    ISBN : 978-2-7021-6654-3

    Site de l’auteur : https://www.facebook.com/juliensandrel/ (la page Facebook de l’auteur)

    Ma note : 10/10

    Public conseillé : Tout le monde

    Quatrième de couverture :

    IL N’EST RIEN POUR ELLE, MAIS ELLE N’A PLUS QUE LUI…UN BIJOU D’ÉMOTION
    14 août 2018. Tess part vers la Toscane, où elle doit rejoindre pour les vacances sa fille Sienna et l’oncle de celle-ci, Sacha. Mais alors qu’elle fait étape chez sa meilleure amie à Gênes, un effroyable grondement ébranle la maison, et tout s’écroule au-dessus d’elle. Une longue portion du pont de Gênes vient de s’effondrer, enfouissant toute la zone. Tess est portée disparue.
    Lorsque Sacha apprend la catastrophe, c’est tout leur univers commun qui vole en éclats. Tous leurs mensonges aussi. Car Sacha n’est pas vraiment l’oncle de cette petite fille de neuf ans : il est un acteur, engagé pour jouer ce rôle particulier quelques jours par mois, depuis trois ans. Un rôle qu’il n’a même plus l’impression
    de jouer tant il s’est attaché à Sienna et à sa mère. Alors que de dangereux secrets refont surface, Sacha sait qu’il n’a que quelques heures pour décider ce qu’il veut faire si Tess ne sort pas vivante des décombres : perdre pour toujours cette enfant avec laquelle il n’a aucun lien légal… ou écouter son cœur et s’enfuir avec elle pour de bon ?
    En attendant, il décide de cacher la vérité à la petite fille, et de la protéger coûte que coûte..

     

    Mon avis :

    Ce roman a été un coup de cœur !

    Comme pour le premier roman de l’auteur La chambre des merveilles, ce livre es plein de sensibilité.

     

    Nous découvrons Sacha, jeune acteur, qui va se faire embaucher par une maman pour faire partie de sa famille aux yeux de sa petite fille. Comment cela va-t-il se terminer ?

     

    Les personnages sont extrêmement attachants.

    Tess, une jeune mère de famille célibataire, vit avec sa petite fille, Sienna. Elle cache un lourd secret.

     

    Sienna est une petite fille « particulière » qui n’a pas d’odorat et de goût. Elle a de la repartie.

     

    Sacha est un jeune acteur qui va très vite se prendre d’affection pour Sienna. Il est prêt à tout pour elle.

     

    Les autres protagonistes servent à l’intrigue.

     

    L’écriture de Julien Sandrel est, une fois encore, pleine de poésie et de sensibilité malgré le contexte difficile.

     

    L’intrigue est émouvante et m’a plusieurs fois mis les larmes aux yeux. Un thème difficile est abordé.

     

    Les thèmes abordés sont très forts comme le deuil, les violences conjugales, les pressions familiales…

     

    La fin clôt bien le récit et apporte une touche d’espoir.

     

    En bref, un sans-faute !

     

    Extrait : (choix : beau passage)

    « S'autoriser à aimer, c'est construire dans sa mémoire de solides branches auxquelles se raccrocher lorsque tout tangue. »

     

    Les points forts : Les personnages, l’écriture, l’intrigue, les thèmes traités, la fin.

    Les points faibles : Il n’y en a aucun.

     

    Articles précédents :

    - Jack et la grande aventure du Cochon de Noël, de J.K. Rowling

    - Magic Charly, tome 1, d'Audrey Alwett

    - #PLIB2022 : Prospérine Virgule-Point et la phrase sans fin, de Laure Dargelos dans catégorie "fantasy/fantastique"


    votre commentaire
  • Ne renonce pas

    Anne-Sophie Hennicker

     

    Ne renonce pas, d'Anne-Sophie Hennicker

     

    PODCAST : https://youtu.be/DOeSXdhpmAI

     

    Titre en VO : Ne renonce pas

    Année de la première publication (France) : 2021

    Nombre de pages : 436

    Editeur : Librinova

    Site de l’éditeur : https://www.librinova.com/

    ISBN : 979-10-262-9039-1

    Site de l’auteur : https://www.facebook.com/AnneSophie.Hennicker (sa page auteur facebook)

    Ma note : 9,5/10

    Public conseillé : Tout le monde

    Quatrième de couverture :

    « Quand je les vois, tous autour de moi, je me demande pourquoi ils m’en veulent autant… Je ne sais plus quoi faire ni où aller. Que leur ai-je fait pour voir autant de haine et de moqueries dans leurs yeux ? »
    À 16 ans, Thomas est un lycéen doué, sportif et séduisant, qui a toutes les cartes en main pour réussir. L’image qu’il renvoie se rapproche pourtant de celle d’un tyran. Tous les élèves le craignent, lui et ses deux meilleurs amis. Tous, y compris Elena, une jeune fille solitaire et effacée, que Thomas maltraite depuis des années. Devenu son persécuteur, il a fini par transformer sa vie en un véritable enfer.
    La donne change le jour où la limite est franchie. Un élément inattendu va provoquer la remise en question de l’adolescent : un mystérieux carnet aux lignes troublantes apparaît dans son quotidien. Et si de simples inscriptions avaient le pouvoir de tout faire basculer ?

     

    Mon avis :

    Avant de commencer, je tiens à remercier l’autrice de m’avoir proposé de découvrir son roman grâce au site Simplement. Cette lecture est quasiment un coup de cœur !

    Pour ne pas vous gâcher la surprise, je ne parlerai pas du résumé.

     

    Les personnages sont très bien, malgré des stéréotypes. Thomas est un jeune homme de 16 ans qui est assez riche. Sa mère n’est pas présente à cause de son travail. Il a une relation compliquée avec elle. Il aime se défouler sur les autres lycéens.

     

    Caleb et Ashley, les deux amis de Thomas sont odieux. Caleb joue dans le club de rugby avec notre héros. Il est majeur.

     Ashley est une jeune fille horrible. Elle passe son temps à fumer et à dénigrer les autres. Elle semble intéressée par Thomas.

     

    Elena est une camarade de classe de Thomas qui est discrète. Elle est le soufre-douleur de celui-ci. Elle tient un mystérieux carnet rose.

     

    L’écriture d’Anne-Sophie Hennicker est fluide, efficace et percutante. On est happé par l’histoire.

     

    L’intrigue est palpitante, on a envie de poursuivre la lecture.

     

    Les thèmes abordés comme le suicide chez les adolescents par exemple sont très importants. Cela ne laisse pas indifférent et fait réfléchir. Ce sont des sujets de sociétés. Par contre, âmes sensibles s’abstenir !

     

     La fin est bien et clôt bien le récit.

     

    Il y a quelques petites longueurs.

     

    En résumé, une très bonne découverte !

     

    Merci encore à l’autrice pour sa confiance.

     

    Extrait : (choix : à méditer)

    « Chaque sourire dissimule une souffrance,
    Chaque acte a des conséquences.
    Réfléchir avant d’agir, observer avant de juger. »

     

    Les points forts : Les personnages, l’écriture, les thèmes traités, la fin.

    Les points faibles : Des petites longueurs. 

     

    Articles précédents :

    - #PLIB2022 : J'ai voté pour les 25 romans sélectionnés

    - Sorties littéraires - Décembre 2021

    - Nevermoor, tome 3, de Jessica Townsend dans catégorie "Fantasy/fantastique"


    votre commentaire
  • Conversion

    Katherine Howe

     

    Conversion, de Katherine Howe

    PODCAST : https://youtu.be/bn6L0cSBi5s

     

    Titre en VO : Conversion

    Année de la première publication (France) : 2014

    Nombre de pages : 467

    Editeur : Albin Michel

    Site de l’éditeur : https://www.albin-michel.fr/ 

    ISBN : 978-2-226-31207-5 (format kindle)

    Site de l’auteur : https://www.katherinehowe.com/ 

    Ma note : 4/10

    Public conseillé : Adolescents à partir de 15 ans

    Quatrième de couverture :

    Colleen, Deena, Emma et Anjali sont en terminale dans le prestigieux lycée St Joan. Colleen est sur le point d'être acceptée à Harvard et ne pense plus qu'à cela.
    Un jour de janvier, une de ses camarades est prise de convulsions. Très vite, d'autres élèves présentent d'étranges symptômes : perte de cheveux, paralysies, quintes de toux... La presse s'empare de l'affaire, un vent de panique souffle sur St Joan. Mais pas question pour Colleen de se laisser déstabiliser : elle doit travailler sur la pièce Les Sorcières de Salem, d'Arthur Miller.
    Et ses recherches l'amènent en 1692. Au moment du procès des sorcières de Salem, à la rencontre d'Ann Putman, qui fit semblant d'être ensorcelée... 
    Les époques se croisent, les drames se nouent. Qu'arrivent-ils aux élèves de St Joan ? Et si la réponse se trouvait dans le passé, trois siècles plus tôt ?
     

     

    Mon avis :

    Ce livre était horrible !

     

    Le résumé est très long, il n’est donc pas nécessaire d’en dire davantage.

     

    Les personnages sont clichés.

    Colleen est une jeune fille qui rêve d’entrer dans l’école d’Harvard. Elle fait tout pour être la meilleure en tout. Il s’agît de la narratrice principale du récit.

     

    Deena, Anjali et Emma, les amies de Colleen n’apportent pas grand-chose à l’histoire. Deena est enjouée, c’est elle qui a le plus de points communs avec l’héroïne.

    Anjali adore son petit-ami, Jason. C’est elle que l’on voit le moins.

    Emma est l’amie d’enfance de Colleen. Elle est très soudée avec sa famille voir un peu trop.

     

    Clara, une camarade de classe de Colleen. C’est elle qui va déclencher l’intrigue.

     

    Ann Putnam, une jeune femme de 1706 habite à Salem. Elle est très pieuse et va se confesser régulièrement à l’église.

     

    Les personnages secondaires sont insignifiants !

     

    L’intrigue est bof. Elle est longue et n’est pas intéressante. On ne parle pas vraiment du procès des sorcières de Salem.

     

    L’écriture est banale. Les chapitres entre deux temporalités : la vie au lycée de Colleen en 2012 et le village de Salem où nous suivons la vie d’Ann.

     

    La fin n’est pas mieux que le reste de l’histoire.

      

    En bref, je ne vous recommande pas ce roman.

     

    Extrait : (choix : au hasard)

    « Les journalistes sont souvent très sympathiques, et être interrogé par quelqu’un avec une caméra est grisant, mais nous n’avons aucune raison de diffuser des informations sur ce qui se passe ici, dans notre enceinte. Vous êtes élèves à St Joan, et l’un de nos buts est de vous apprendre à vous comporter avec dignité, en public et en privé. C’est une règle qui fait partie de l’engagement que vous signez en entrant au début de chaque année, je vous demande donc de tenir cet engagement. Vous n’avez aucune raison de parler à quiconque hors de l’école et du cercle familial. Ignorez les journalistes et les curieux. »

     

    On adore : Je ne sais pas mais à mon avis rien du tout !

    On regrette : Les personnages, l’intrigue, l’écriture, la fin.

                                                                                                       Debo


    votre commentaire
  • Xénia

    Christelle Lebelle

      

    Xénia, de Christelle Lebelle

    PODCAST : https://youtu.be/PFbUOAGcOkA

     

    Titre en VO : Xénia

    Année de la première publication (France) : 2019

    Nombre de pages : 180

    Editeur : Librinova

    Site de l’éditeur : https://www.librinova.com/ 

    ISBN : 979-10-262-2876-9 (format kindle)

    Site de l’auteur : https://www.librinova.com/auteur/christelle-lebelle (page auteur)

    Ma note : 5/10

    Public conseillé : Adultes

    Quatrième de couverture :

    En avril 2015, Xénia enterre sa mère ; elle est à six mois de ses 60 ans et cet événement l’amène à un bilan à travers ses souvenirs. Née à Saint-Pétersbourg en 1955, elle a connu une enfance difficile entre l’indifférence de sa mère et une société rigide et répressive. Etudiante en chimie, elle rencontre le charismatique Boris, et entame une relation fusionnelle avec lui. Xénia aspire à s’extraire des frontières russes et rêve depuis l’enfance à la France et à sa démocratie. Entre 1994, le couple découvre Nice et Paris, puis, à l’été 1995, s’installe à Helsinki. Alors que leur situation matérielle s’améliore et que la vie familiale est harmonieuse, Xénia continue de réclamer Paris, capitale du pays qui la fascine. Lorsqu’un événement familial bouleversant vient perturber leur équilibre, Xénia va devoir trouver le moyen de retrouver la paix.

     

    Mon avis :

    Avant de commencer, je tiens à remercier Librinova pour leur confiance !

     

     

    Nous suivons Xénia, jeune femme russe qui vit avec très peu de moyens avec ses parents et sa sœur. Un jour, elle va rencontrer Boris et la vie va s’éclaircir. Malgré tout, il va se passer un événement dramatique et la jeune femme nous livre ses souvenirs de vie.

     

     

    Les personnages sont attachants.

    Xénia est une jeune femme qui souhaite devenir ingénieur et va tout faire pour le devenir malgré sa vie familiale difficile. Malgré tout, elle est fragile et se sent démunie quand Boris n’est pas à ses côtés.

     

     

    Boris est un jeune ambitieux qui adore Xénia. Ingénieur comme elle, il fait tout pour se hisser dans la bonne société du monde entier. Il adore sa femme même si, petit à petit leur relation fusionnelle va s’étioler.

     

     

    Ludmila – ou Mila – est la sœur ainée de Xénia. Nous ne la voyons pas beaucoup et n’est un personnage que très secondaire dans le récit. Elle ne fait que de très rares apparitions.

     

     

    Yvan est le « frère de cœur » de l’héroïne. Amoureux d’elle depuis toujours, il est très intentionné. On se demande même si la jeune femme n’aurait pas été mieux avec lui qu’avec Boris.

     

     

    L’écriture de l’autrice est agréable et immersive. On sent que nous nous trouvons en Russie et que le régime communiste est répressif. Malgré tout, il y a des longueurs qui, je trouve, alourdissent le récit.

     

     

    Le roman est court et introspectif. En effet, nous suivons Xénia dans sa vie de tous les jours avec ses joies et ses peines.

     

     

    La fin n’est pas exceptionnelle.

     

     

    En résumé, une lecture mitigée.

     

     

    Je remercie encore une fois Librinova pour m’avoir permis de découvrir ce livre. 

     

    Extrait : (choix : au hasard)

    « Boris et elle ont manqué de tout et se sont construits sur ce manque mais leurs enfants trop vite habitués à la facilité, en paient lourdement le prix » 

     

    On adore : Les personnages, l’écriture.

    On regrette : Les longueurs, la fin.

     

     

                                                                                                      Debo


    votre commentaire
  • Juste avant le bonheur

    Agnès Ledig

    Juste avant le bonheur, d'Agnès Ledig

     

    Titre en VO : Juste avant le bonheur

    Année de la première publication (en France) : 2013

    Nombre de pages : 327

    Editeur : Pocket

    Site de l’éditeur : https://www.lisez.com/pocket/15

    ISBN : 978-2-266-25062-7 (format poche)

    Site de l’auteur : http://www.agnesledig.fr/

    Ma note : 10/10

    Publique conseillé : Ceux qui aiment les belles histoires même si elles font pleurer.

    Quatrième de couverture :

    Cela fait longtemps que Julie ne croit plus aux contes de fées. Caissière dans un supermarché, elle élève seule sont petit Lulu, unique rayon de soleil d'une vie difficile. Pourtant, un jour particulièrement sombre, le destin va lui sourire. Ému par leur situation, un homme les invite dans sa maison du bord de mer, en Bretagne. Tant de générosité après des années de galère : Julie reste méfiante, elle n'a pas l'habitude. Mais pour Lulu, pour voir la mer et faire des châteaux de sable, elle pourrait bien saisir cette main qui se tend...

     

    Mon avis :

    Un de ces livres qui m'a fait pleurer. Ce n'est pas si souvent. Un livre qui m'a fait ressentir énormément de choses. En fait, un coup de cœur pour moi.

     

    C'est l'histoire d'une jeune fille, Julie, une jeune maman qui peine à joindre les deux bouts et qui subit beaucoup de choses pour son petit garçon, son petit Lulu (Ludovic), un adorable enfant, très touchant, qui préfère manger des pâtes à tous les repas et être avec sa maman que bien manger chez sa nounou. Un petit garçon qui n'aime pas trop l'école, qui ne s'y sent pas trop à sa place, un petit ange calme. Sa maman s'échine à lui offrir une vie décente. Un proverbe arabe est cité plusieurs fois dans le livre : « Ne baisse pas les bras, tu risquerais de le faire deux secondes avant le miracle. » C'est la philosophie de vie de Julie. Alors le jour où Paul, un nouveau célibataire d'un certain âge, la prend sous son aile. Si elle peine à croire qu'une main se tend enfin vers elle, elle la saisit quand-même, pour son petit ange. Parce que peut-être que cet homme, cette main qui se tend, peut enfin l'aider, lui apporter quelque chose. Ne serait-ce que la semaine de vacances en Bretagne qu'il lui propose, qui peut leur permettre de s'évader de leur quotidien.

    C'est comme ça que finalement, Paul emmène Julie et le petit Lulu, ainsi que son propre fils, Jérôme, en vacances en Bretagne. Et cette étrange équipé se retrouve donc au bord de mer pour quelques temps.

    Tous ont leur parcours, plus ou moins difficile, et ces vacances vont leur permettre de se rencontrer, de se trouver et de se retrouver.

     

    C'est un livre rempli de rencontres, de moments touchants, et d'émotions, quelques touches d'humour. Le style m'a plu, ça se lit très bien, tout seul.

    En ce qui me concerne, j'ai lu ce livre en période de révision, un chapitre du livre entre deux cours de cardio. Et c'était comme un souffle, une respiration entre deux avant de continuer.

     

    Les personnages sont attachants. Je les ai tous adoré, la jeune Julie avec sa force de caractère pour réussir à avancer pour son fils, le petit ange de Lulu, Jérôme, un médecin qui a besoin de réapprendre à vivre et de faire une pause dans son travail, Paul, un homme gentil et généreux, et les autres.

    J'ai apprécié leur caractère à chacun, leurs forces et leurs faiblesses, leur façon d'être, ainsi que leur passé.

     

    Un livre qui m'a fait pleurer. Qui pousse aussi à la réflexion, notamment sur la perte d'un être cher et comment faire après cette perte, comment survivre, vivre et se reconstruire.

     

    L'histoire est belle, à la fois poétique et dramatique, un conte de fée contemporain. Et la conclusion est bien écrite.

     

    Extrait : (choix : J'ai trouvé ce moment mignon et touchant...)

    « Alors profite. Il y a un petit garçon de trois ans qui a des étoiles dans les yeux en regardant la mer. Et ça, ça se savoure...
    Ça se vit sans réfléchir.
    Ce soir, il m'a dit " je t'aime ". Je lui ai dit " je t'aime " en retour. Puis il a ajouté "alors, on se t'aime tous les deux, maman. "
    Oui, mon Lulu, on se t'aime tous les deux... »

     

    On adore : Les émotions que j'ai ressenti, l'histoire, les personnages, et en fait un peu tout.

    On regrette : Rien. Absolument rien.

    Jiji


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique