• Drame

  •  

    Conversion

    Katherine Howe

     

    Conversion, de Katherine Howe

     

     

    Titre en VO : Conversion

    Année de la première publication (France) : 2014

    Nombre de pages : 467

    Editeur : Albin Michel

    Site de l’éditeur : https://www.albin-michel.fr/ 

    ISBN : 978-2-226-31207-5 (format kindle)

    Site de l’auteur : https://www.katherinehowe.com/ 

    Ma note : 4/10

    Public conseillé : Adolescents à partir de 15 ans

    Quatrième de couverture :

    Colleen, Deena, Emma et Anjali sont en terminale dans le prestigieux lycée St Joan. Colleen est sur le point d'être acceptée à Harvard et ne pense plus qu'à cela.
    Un jour de janvier, une de ses camarades est prise de convulsions. Très vite, d'autres élèves présentent d'étranges symptômes : perte de cheveux, paralysies, quintes de toux... La presse s'empare de l'affaire, un vent de panique souffle sur St Joan. Mais pas question pour Colleen de se laisser déstabiliser : elle doit travailler sur la pièce Les Sorcières de Salem, d'Arthur Miller.
    Et ses recherches l'amènent en 1692. Au moment du procès des sorcières de Salem, à la rencontre d'Ann Putman, qui fit semblant d'être ensorcelée... 
    Les époques se croisent, les drames se nouent. Qu'arrivent-ils aux élèves de St Joan ? Et si la réponse se trouvait dans le passé, trois siècles plus tôt ?
     

     

    Mon avis :

    Ce livre était horrible !

     

    Le résumé est très long, il n’est donc pas nécessaire d’en dire davantage.

     

    Les personnages sont clichés.

    Colleen est une jeune fille qui rêve d’entrer dans l’école d’Harvard. Elle fait tout pour être la meilleure en tout. Il s’agît de la narratrice principale du récit.

     

    Deena, Anjali et Emma, les amies de Colleen n’apportent pas grand-chose à l’histoire. Deena est enjouée, c’est elle qui a le plus de points communs avec l’héroïne.

    Anjali adore son petit-ami, Jason. C’est elle que l’on voit le moins.

    Emma est l’amie d’enfance de Colleen. Elle est très soudée avec sa famille voir un peu trop.

     

    Clara, une camarade de classe de Colleen. C’est elle qui va déclencher l’intrigue.

     

    Ann Putnam, une jeune femme de 1706 habite à Salem. Elle est très pieuse et va se confesser régulièrement à l’église.

     

    Les personnages secondaires sont insignifiants !

     

    L’intrigue est bof. Elle est longue et n’est pas intéressante. On ne parle pas vraiment du procès des sorcières de Salem.

     

    L’écriture est banale. Les chapitres entre deux temporalités : la vie au lycée de Colleen en 2012 et le village de Salem où nous suivons la vie d’Ann.

     

    La fin n’est pas mieux que le reste de l’histoire.

      

    En bref, je ne vous recommande pas ce roman.

     

    Extrait : (choix : au hasard)

    « Les journalistes sont souvent très sympathiques, et être interrogé par quelqu’un avec une caméra est grisant, mais nous n’avons aucune raison de diffuser des informations sur ce qui se passe ici, dans notre enceinte. Vous êtes élèves à St Joan, et l’un de nos buts est de vous apprendre à vous comporter avec dignité, en public et en privé. C’est une règle qui fait partie de l’engagement que vous signez en entrant au début de chaque année, je vous demande donc de tenir cet engagement. Vous n’avez aucune raison de parler à quiconque hors de l’école et du cercle familial. Ignorez les journalistes et les curieux. »

     

    On adore : Je ne sais pas mais à mon avis rien du tout !

    On regrette : Les personnages, l’intrigue, l’écriture, la fin.

                                                                                                       Debo


    votre commentaire
  • Xénia

    Christelle Lebelle

      

    Xénia, de Christelle Lebelle

     

     

     

    Titre en VO : Xénia

    Année de la première publication (France) : 2019

    Nombre de pages : 180

    Editeur : Librinova

    Site de l’éditeur : https://www.librinova.com/ 

    ISBN : 979-10-262-2876-9 (format kindle)

    Site de l’auteur : https://www.librinova.com/auteur/christelle-lebelle (page auteur)

    Ma note : 5/10

    Public conseillé : Adultes

    Quatrième de couverture :

    En avril 2015, Xénia enterre sa mère ; elle est à six mois de ses 60 ans et cet événement l’amène à un bilan à travers ses souvenirs. Née à Saint-Pétersbourg en 1955, elle a connu une enfance difficile entre l’indifférence de sa mère et une société rigide et répressive. Etudiante en chimie, elle rencontre le charismatique Boris, et entame une relation fusionnelle avec lui. Xénia aspire à s’extraire des frontières russes et rêve depuis l’enfance à la France et à sa démocratie. Entre 1994, le couple découvre Nice et Paris, puis, à l’été 1995, s’installe à Helsinki. Alors que leur situation matérielle s’améliore et que la vie familiale est harmonieuse, Xénia continue de réclamer Paris, capitale du pays qui la fascine. Lorsqu’un événement familial bouleversant vient perturber leur équilibre, Xénia va devoir trouver le moyen de retrouver la paix.

     

    Mon avis :

    Avant de commencer, je tiens à remercier Librinova pour leur confiance !

     

     

    Nous suivons Xénia, jeune femme russe qui vit avec très peu de moyens avec ses parents et sa sœur. Un jour, elle va rencontrer Boris et la vie va s’éclaircir. Malgré tout, il va se passer un événement dramatique et la jeune femme nous livre ses souvenirs de vie.

     

     

    Les personnages sont attachants.

    Xénia est une jeune femme qui souhaite devenir ingénieur et va tout faire pour le devenir malgré sa vie familiale difficile. Malgré tout, elle est fragile et se sent démunie quand Boris n’est pas à ses côtés.

     

     

    Boris est un jeune ambitieux qui adore Xénia. Ingénieur comme elle, il fait tout pour se hisser dans la bonne société du monde entier. Il adore sa femme même si, petit à petit leur relation fusionnelle va s’étioler.

     

     

    Ludmila – ou Mila – est la sœur ainée de Xénia. Nous ne la voyons pas beaucoup et n’est un personnage que très secondaire dans le récit. Elle ne fait que de très rares apparitions.

     

     

    Yvan est le « frère de cœur » de l’héroïne. Amoureux d’elle depuis toujours, il est très intentionné. On se demande même si la jeune femme n’aurait pas été mieux avec lui qu’avec Boris.

     

     

    L’écriture de l’autrice est agréable et immersive. On sent que nous nous trouvons en Russie et que le régime communiste est répressif. Malgré tout, il y a des longueurs qui, je trouve, alourdissent le récit.

     

     

    Le roman est court et introspectif. En effet, nous suivons Xénia dans sa vie de tous les jours avec ses joies et ses peines.

     

     

    La fin n’est pas exceptionnelle.

     

     

    En résumé, une lecture mitigée.

     

     

    Je remercie encore une fois Librinova pour m’avoir permis de découvrir ce livre. 

     

    Extrait : (choix : au hasard)

    « Boris et elle ont manqué de tout et se sont construits sur ce manque mais leurs enfants trop vite habitués à la facilité, en paient lourdement le prix » 

     

    On adore : Les personnages, l’écriture.

    On regrette : Les longueurs, la fin.

     

     

                                                                                                      Debo


    votre commentaire
  • Juste avant le bonheur

    Agnès Ledig

    Juste avant le bonheur, d'Agnès Ledig

     

    Titre en VO : Juste avant le bonheur

    Année de la première publication (en France) : 2013

    Nombre de pages : 327

    Editeur : Pocket

    Site de l’éditeur : https://www.lisez.com/pocket/15

    ISBN : 978-2-266-25062-7 (format poche)

    Site de l’auteur : http://www.agnesledig.fr/

    Ma note : 10/10

    Publique conseillé : Ceux qui aiment les belles histoires même si elles font pleurer.

    Quatrième de couverture :

    Cela fait longtemps que Julie ne croit plus aux contes de fées. Caissière dans un supermarché, elle élève seule sont petit Lulu, unique rayon de soleil d'une vie difficile. Pourtant, un jour particulièrement sombre, le destin va lui sourire. Ému par leur situation, un homme les invite dans sa maison du bord de mer, en Bretagne. Tant de générosité après des années de galère : Julie reste méfiante, elle n'a pas l'habitude. Mais pour Lulu, pour voir la mer et faire des châteaux de sable, elle pourrait bien saisir cette main qui se tend...

     

    Mon avis :

    Un de ces livres qui m'a fait pleurer. Ce n'est pas si souvent. Un livre qui m'a fait ressentir énormément de choses. En fait, un coup de cœur pour moi.

     

    C'est l'histoire d'une jeune fille, Julie, une jeune maman qui peine à joindre les deux bouts et qui subit beaucoup de choses pour son petit garçon, son petit Lulu (Ludovic), un adorable enfant, très touchant, qui préfère manger des pâtes à tous les repas et être avec sa maman que bien manger chez sa nounou. Un petit garçon qui n'aime pas trop l'école, qui ne s'y sent pas trop à sa place, un petit ange calme. Sa maman s'échine à lui offrir une vie décente. Un proverbe arabe est cité plusieurs fois dans le livre : « Ne baisse pas les bras, tu risquerais de le faire deux secondes avant le miracle. » C'est la philosophie de vie de Julie. Alors le jour où Paul, un nouveau célibataire d'un certain âge, la prend sous son aile. Si elle peine à croire qu'une main se tend enfin vers elle, elle la saisit quand-même, pour son petit ange. Parce que peut-être que cet homme, cette main qui se tend, peut enfin l'aider, lui apporter quelque chose. Ne serait-ce que la semaine de vacances en Bretagne qu'il lui propose, qui peut leur permettre de s'évader de leur quotidien.

    C'est comme ça que finalement, Paul emmène Julie et le petit Lulu, ainsi que son propre fils, Jérôme, en vacances en Bretagne. Et cette étrange équipé se retrouve donc au bord de mer pour quelques temps.

    Tous ont leur parcours, plus ou moins difficile, et ces vacances vont leur permettre de se rencontrer, de se trouver et de se retrouver.

     

    C'est un livre rempli de rencontres, de moments touchants, et d'émotions, quelques touches d'humour. Le style m'a plu, ça se lit très bien, tout seul.

    En ce qui me concerne, j'ai lu ce livre en période de révision, un chapitre du livre entre deux cours de cardio. Et c'était comme un souffle, une respiration entre deux avant de continuer.

     

    Les personnages sont attachants. Je les ai tous adoré, la jeune Julie avec sa force de caractère pour réussir à avancer pour son fils, le petit ange de Lulu, Jérôme, un médecin qui a besoin de réapprendre à vivre et de faire une pause dans son travail, Paul, un homme gentil et généreux, et les autres.

    J'ai apprécié leur caractère à chacun, leurs forces et leurs faiblesses, leur façon d'être, ainsi que leur passé.

     

    Un livre qui m'a fait pleurer. Qui pousse aussi à la réflexion, notamment sur la perte d'un être cher et comment faire après cette perte, comment survivre, vivre et se reconstruire.

     

    L'histoire est belle, à la fois poétique et dramatique, un conte de fée contemporain. Et la conclusion est bien écrite.

     

    Extrait : (choix : J'ai trouvé ce moment mignon et touchant...)

    « Alors profite. Il y a un petit garçon de trois ans qui a des étoiles dans les yeux en regardant la mer. Et ça, ça se savoure...
    Ça se vit sans réfléchir.
    Ce soir, il m'a dit " je t'aime ". Je lui ai dit " je t'aime " en retour. Puis il a ajouté "alors, on se t'aime tous les deux, maman. "
    Oui, mon Lulu, on se t'aime tous les deux... »

     

    On adore : Les émotions que j'ai ressenti, l'histoire, les personnages, et en fait un peu tout.

    On regrette : Rien. Absolument rien.

    Jiji


    votre commentaire
  • Rien que nous

    Kristin Habrook

    Titre en VO : Nobody but us

    Année de la première publication (en France) : 2013

    Nombre de pages : 325

    Editeur : albin michel, collection wiz (jeunesse)

    Site de l’éditeur : http://www.albin-michel.fr/

    ISBN : 978-2-226-25077-2 (format papier)

    Site de l’auteur : http://www.kristinhalbrook.com/

    Ma note : 9/10

    Publique conseillé : plutôt adolescent ou adulescent, aimant la romance pouvant être un peu triste.

    Quatrième de couverture :

    Quand le monde entier est à vos trousses, on ne court jamais assez vite.

     

    Peut-être est-ce trop tard. Peut-être que le père de Zoé lui a volé ses quinze ans et lui a appris à avoir peur tout le temps. Je changerai ça. Je lui apprendra à être forte à nouveau, et courageuse. Non que e sois un exemple moi-même, mais on peut essayer, ensemble.

    Will

     

    Peut-être que Will mettra des années à accepter qu'il a été abandonné. Peut-être que cela lui prendra toute la vie. Je vais rester avec lui, peu importe le temps qu'il faudra pour lui faire comprendre que les gens ne vous abandonne pas toujours, qu'ils ne vous laissent pas forcément tomber.

    Zoé

     

    Mon avis :

    Un très beau livre.

    L'histoire, c'est celle de deux adolescents amoureux qui fuient leur vie ensemble en rêvant de mieux, mais que le passé risque de rattraper à tout instant. Un road-trip haletant.

    Je me contenterais de ça comme résumé, c'est amplement suffisant. (Même si j'avoue qu'il y aura forcément quelques informations lors de la présentation des personnages, je me contenterai du minimum.)

     

    J'ai hésité entre deux catégories pour classer cette chronique (et au moment où j'écris ces lignes, j'hésite encore d'ailleurs). Le drame, pour ce qui arrive aux deux personnages, ou la romance pour ce qu'il se passe entre eux. Les deux ont beaucoup d'importance dans l'histoire. Mais je pense choisir la catégorie drame, parce que leur passé les poursuit tout du long, et que sans ça, l'histoire n'aurait absolument pas le même intérêt.

     

    Les personnages, ce sont Will et Zoé.

    Will, dix-huit ans, balader de famille d'accueil en foyer et ainsi de suite depuis sa plus tendre enfance. Enfin, tendre, ce n'est pas le mot... Il ne fait pas confiance à qui que se soit, il doute de tout le monde. Et pourtant, il fait confiance à Zoé, qui a su toucher son cœur.

    Zoé, quinze ans, qui n'a plus de mère, dont le père est alcoolique, avec les conséquences qui en découlent. Zoé, qui se cache derrière des couches de maquillage, en espérant que ce qu'elle vit est invisible de l'extérieur. Zoé, que Will a démasquée (surtout qu'il a osé mettre des mots là où tout le monde faisant semblant de ne rien voir). Et ce garçon a réussit à montrer à Zoé qu'elle peut espérer autre chose, et il a voulu lui offrir ce quelque chose.

     

    Des personnages que j'ai trouvé touchants, et innocents dans leur façon de croire et d'espérer ensemble en leur rêve. Ils ont tous les deux une histoire difficile, et ils ne cherchent qu'à être heureux ensemble. Je noterais toutefois qu'ils sont un peu clichés/stéréotypés, mais ça ne m'a pas dérangée du tout pendant la lecture.

     

    C'est un road-trip, mais j'ai trouvé que le coté voyage en voiture aurait pu être un peu plus exploité, peut-être. Nous n'avons pas tellement cette impression de la route qui se déroule.

     

    Sinon, l'histoire est vraiment très prenante à lire, j'ai dévoré le livre en peu de temps. Toutefois, je pense que l'intrigue ne me laissera pas un souvenir impérissable, si ce n'est pas fin, absolument marquante. Pas si surprenante, mais indéniablement, je m'en souviendrais.

     

    Le style m'a emportée, j'ai été prise dans la lecture sans voir le temps passer du tout. Certains passages sont drôles (surtout certains dialogue entre les deux protagonistes), d'autres émouvants, et d'autres encore nous font peur, on passe par pas mal d'émotions au cours de la lecture, et la fin m'a fait pleurer.

     

    En bref, un roman qui nous prend avec lui et nous emmène, que j'ai beaucoup apprécié lors de la lecture, mais auquel il manque un petit quelque chose, car avec le recul, je le trouve moins génial que durant la lecture. Ce qui fait que ce n'est pas un coup de cœur pour moi, bien que je l'ai beaucoup aimé et que je le recommande pour ceux qui ont envie de se plonger dans une histoire sans en sortir.

     

    Extrait : (choix : parce que j'ai rit.)

    « - On aurait dû prendre des confettis pour que tu puisses les lancer par la fenêtre. Ou bien un appareil-photo.
    [...]
    - Oui, mais ça supposerait que je t'apprenne à t'en servir, je rétorque.
    - Faut juste appuyer sur un bouton.
    - ET cadrer. Ça fait deux choses en même temps, le ne suis pas sûre que ce soit à la portée de main d'un garçon. »

     

    On adore : le coté prenant de la lecture, les personnages.

    On regrette : ce petit quelque chose qui manque pour que ce soit un coup de cœur.

    Jiji


    votre commentaire
  •  

    Breathing

    Tome 3 : Ma raison de respirer

    Rebecca Donovan

     

    Breathing, tome 3 : Ma raison de respirer, de Rebecca Donovan

     

     

     

    Titre en VO : Out of Breath 

    Année de la première publication (France) : 2016

    Nombre de pages : 576 

    Editeur : Pocket jeunesse 

    Site de l’éditeur : https://www.pocketjeunesse.fr/ 

    ISBN : 978-2-823-81100-1 (format Kindle) 

    Site de l’auteur : http://www.rebeccadonovan.com/ 

    Ma note : 6/10 

    Publique conseillé : Filles et garçons de 16 ans et plus  

    Quatrième de couverture :  

    Deux ans après avoir brisé le cœur d'Evan, Emma ne parvient pas à l'effacer de sa mémoire. Quand un carton plein de souvenirs ressurgit, l'armure d'Emma se fissure. Toutes ses émotions passées reviennent l'assaillir. Pour oublier, elle devient accro à l'adrénaline. Soirées, alcool, garçons : rien ne semble pouvoir combler ce vide qui la consume.  Jusqu'à une rencontre décisive, qui bouleversera toutes ses certitudes...

     

     

    Mon avis :  

    Ce dernier tome est celui qui m'a le moins convaincue. 

    Je vous laisse découvrir ce qui va se dérouler par vous-même...

     

     

    Les personnages sont attachants. 

    Emma est toujours aussi fragile émotionnellement parlant. Elle va tenter de remonter la pente et va y arriver plutôt bien, je dois dire. 

    Par contre, elle m'a énervée avec ses "je veux te protéger" à tout bout de champ !

     

     

    Sara, sa meilleure amie tient parfaitement son rôle de confidente. Elle va quand même s'éloigner un peu d'Emma à certains moments. Malgré tout, leur amitié est toujours aussi forte.

     

     

    Meghan - Meg -, Peyton et Serena, les colocataires d'Emma font tout ce qu'elles peuvent pour l'aider à s'en sortir et recommencer à vivre.

     

     

    Cole, un ami très cher de l'héroïne va petit à petit se rapprocher d'elle et lui réapprendre à aimer. Malgré tout, il est "plat", "lisse". Il aime le surf et va l'apprendre à Emma, ce qui va faire monter l'adrénaline en elle.

     

     

    Enfin, Evan... toujours aussi gentil, attentionné et charismatique; Il va tout faire pour reconquérir la femme qu'il a tant aimé deux ans auparavant.

     

     

    L'écriture est toujours aussi fluide et sans "chichi". Le début du livre se passe sous le point de vue d'Emma mais va progressivement s'alterner.

     

     

    Par contre, j'ai trouvé que le roman tirait en longueur. A certains moments, on a tendance à trouver le "temps long".

     

     

    La fin est bof... 

    En résumé, une bonne série mais qui, pour moi, ne s'améliore pas de tome en tome.

     

    Extrait : (choix : au hasard) 

    "À une certaine époque, je croyais que ma détermination et mes succès constitueraient un rempart suffisant contre la méchanceté. Mais c’était avant."

     

     

    On adore : Les personnages, l'écriture. 

    On regrette :Les longueurs.

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique