• Science-fiction

    Dans cette rubrique, vous trouverez mes avis sur :

  • Encens

    Johanna Marines

     

    #PLIB2022 : Encens, de Johanna Marines

    PODCAST : https://youtu.be/k5ucSvybU9k https://youtu.be/k5ucSvybU9k

     

    Titre en VO : Encens

    Année de la première publication (France) : 2021

    Nombre de pages : 500

    Editeur : Snag éditions

    Site de l’éditeur : https://www.snag-fiction.com/

    Site internet du PLIB : https://leplib.fr/

    ISBN : #ISBN9782490151370

    Site de l’auteur : https://www.facebook.com/JohannaMarinesAuteur/ (la page facebook de l’autrice)

    Ma note : 9/10

    Public conseillé : Adolescents à partir de 16 ans

    Quatrième de couverture :

    Nouvelle Orléans, 1919. Alors que le tueur à la hache sème la terreur dans les rues et nargue les enquêteurs, le corps mutilé d’une jeune femme est découvert en ville. Que signifient ces notes de musique et ces marques de brûlures retrouvées sur sa peau et ces étranges plumes métalliques plantées dans son dos ?
    Pour les inspecteurs Perkins et Bowie, une nouvelle enquête s’ouvre. Se pourrait-il qu’un deuxième meurtrier soit à l’œuvre ? Que faire quand deux tueurs en série rivalisent de cruauté et que la ville devient leur terrain de jeu ? Plongez au cœur des Bayous où le jazz est roi et prenez de la hauteur à bord du Mécanic Hall, un aérocabaret où les dancing-automates sont devenus des déesses de la fête. Découvrez le passé trouble de Grace, une intrépide cartomancienne et de sa chouette mécanique et sautez de toits en toits aux côtés des désembobineurs qui collectent l’électricité pour la New Orleans General Electric Company.

     

    Mon avis :

    J’ai beaucoup aimé ce roman qui est l’un des cinq finalistes du PLIB2022.

     

    Nous suivons principalement Grace qui va être au cœur de faits divers qui se déroule dans la ville. Comment cela va-t-il se passer ?

     

    Les personnages sont bien travaillés. Grace est une jeune femme qui travaille dans un cabaret. Elle est attachante. Elle a une chouette mécanique, Plim, qu’elle aime beaucoup.

     

    William, le père de Grace, est un inspecteur de police. Il est obnubilé par des affaires de meurtre.

     

    Les autres protagonistes ont leur importance au sein de l’intrigue.

     

    L’écriture de l’autrice est recherchée, elle est sombre.

     

    L’intrigue est complexe. Ce roman est un roman choral avec plusieurs points de vue qui s’alternent au fil du récit. Au début, cela m’a un peu dérouté, mais je me suis habituée au fur et à mesure de la lecture.

     

    L’univers est sombre avec un côté steampunk.

     

    La fin est étonnante, on ne peut pas s’y attendre.

     

    Par contre, il y a des petites longueurs.

     

    En bref, une très bonne lecture.

     

     

    Extrait : (choix : au hasard)

    Grâce avait pris quelques rides, contrairement à l'illusionnaute, mais cela ne la gênait pas, il fallait bien apprendre à vieillir. Accepter les pliures sur sa peau comme un vieux livre dont on aimait tant corner les pages.

     

    Les points forts : Les personnages, l’univers, l’intrigue, l’écriture, la fin.

    Les points faibles : Les petites longueurs.

     

    Articles précédents :

    - #PLIB2022 : Emily Norsken répond à mes questions

    - Flash, saison 3

    - Bilan lectures - Mai 2022 dans catégorie "nouveautés"

    #PLIB2022 : Encens, de Johanna Marines

     


    votre commentaire
  • Steam Sailors

    Tome 1 : L’Héliotrope

    E.S Green

     

    #PLIB2021 : Steam sailors, tome 1, d'E.S Green

     

    PODCAST : https://youtu.be/2ghtUX0WosQ

     

    Titre en VO : L’Héliotrope

    Année de la première publication (France) : 2020

    Nombre de pages : 377

    Editeur : Gulf stream éditeur

    Site de l’éditeur : https://gulfstream.fr/

    Site internet du PLIB : https://leplib.fr/

    ISBN : #ISBN9782354887759

    Site de l’auteur : Pas trouvé

    Ma note : 6,5/10

    Public conseillé : Lecteurs aimant la piraterie

    Quatrième de couverture :

    Il fut un temps où les Alchimistes nourrissaient le Haut et Bas-Monde de leurs inventions merveilleuses, produits de magie et de science. Un temps de machines extraordinaires, de prodiges électriques et d'individus aux pouvoirs fantastiques. Une époque révolue depuis que les Industriels ont éradiqué les Alchimistes et leur formidable savoir. Pourtant, on raconte qu'à l'aube de leur disparition, ils auraient caché leur fabuleux trésor dans une cité secrète...
    Quatre siècles après la Grande-Fracture, les habitants du Bas-Monde traversent une ère obscure et rétrograde, tandis que le Haut-Monde, figé depuis l'extinction des Alchimistes, demeure inaccessible et fait l'objet de tous les fantasmes. Originaire du Bas-Monde, Prudence vit en paria car elle voit l'avenir en rêves. Une nuit, son village est attaqué par des pirates du ciel. Enlevée et enrôlée de force à bord de l'Héliotrope, un navire volant à la sinistre réputation, la jeune orpheline découvre un nouvel univers, celui du ciel et des pirates. Prudence fait la connaissance des membres de l'équipage, qui ne tardent pas à lui révéler leur secret : ils détiennent un indice, menant à une série de "clefs" disséminées dans le monde, qui permettait de retrouver la cité des Alchimistes...

     

    Mon avis :

    Ce premier tome était l’un des derniers finalistes du PLIB2021 qui me restait à lire.

    Je n’ai pas tellement accroché, malheureusement.

     

    Nous suivons Prudence qui est orpheline et va se retrouver embarquée sur un navire de pirates et va vivre de nombreuses aventures.

     

    Parlons des personnages. Prudence est une jeune guérisseuse de 13 ans qui était une paria dans son ancienne vie. Elle est très curieuse et va progressivement s’attacher aux pirates.

     

    Gareth et Ezekiel sont les « seuls » membres de l’équipage à porter de l’affection dès le début à l’héroïne. Gareth est astronome et porte des membres mécaniques. Ezekiel, lui, est un joyeux luron et cuisinier.

     

    Petrus, un autre officier du navire, est bourru et ne parle pas du tout de sa vie d’avant.

     

    Les autres personnages dits « secondaires » sont très peu présents.

     

    L’écriture de l’autrice est simple, efficace. On sent que l’autrice adore l’univers de la piraterie.

     

    L’univers, justement, est très bien retranscrit. On est plongés dans les bateaux.

     

    Les chapitres sont relativement longs avec des longueurs.

     

    La fin est bien, mais je ne sais pas si je continuerai la découverte.

     

    Le PLIB m’a fait sortir de ma zone de confort.

     

    Extrait : (choix : au hasard)

    « Quoi qu'il en soit, les rumeurs sur la provenance des voleurs étaient unanimes et le bruit que des pirates du ciel avaient été vus par plusieurs témoins se propagea très vite au-delà des îles Blanches. »

     

    Les points forts : L’univers, l’écriture, la fin.

    Les points faibles : Les chapitres longs.

     

    Articles précédents :

    - Quelle liseuse choisir : Kobo ou Kindle

    - L'Amour complexe

    - #PLIB2021 : Rouge, de Pascaline Nolot dans catégorie "fantasy/fantastique"

    #PLIB2021 : Steam sailors, tome 1, d'E.S Green


    votre commentaire
  • Yardam

    Aurélie Wellenstein

     

    #PLIB2021 : Yardam, d'Aurélie Wellenstein

     

    PODCAST : https://youtu.be/uG-2pIZECeM

     

    Titre en VO : Yardam

    Année de la première publication (France) : 2020

    Nombre de pages : 433

    Editeur : Scrinéo

    Site de l’éditeur : https://scrineo.fr/

    Site internet du PLIB : https://leplib.fr/

    ISBN : #ISBN9782367408637 (format numérique)

    Site de l’auteur : https://lafilleperchee.com/

    Ma note : 5/10

    Public conseillé : Jeunes adultes à partir de 16 ans

    Quatrième de couverture :

    À Yardam, la folie est sexuellement transmissible.

    Dans l’espoir d’endiguer l’épidémie, la population est mise en quarantaine, isolée du reste du monde.

    Le virus n’a pas épargné Kazan. À l’image de la ville qui s’enfonce dans le chaos, il sombre lentement.

    Pour s’en sortir, il serait prêt à toutes les extrémités, y compris à manipuler Feliks et Nadja, un couple de médecins étrangers venu s’enfermer volontairement dans la cité pour trouver un remède. Dans son désespoir, il va accomplir le pire…

     

    Mon avis :

    Je ne sais pas vraiment comment commencer cet avis. J’ai trouvé ce livre déroutant. Je l’ai lu pour le PLIB2021 car il fait partie des 25 romans sélectionnés.

     

    Yardam est une ville où une épidémie fait rage et où la maladie est sexuellement transmissible. L’épidémie prendra-elle fin un jour ?

     

    Les personnages sont particuliers. Kazan est malade, c’est un voleur d’esprit - il aspire les âmes des gens, les transforme en coquille et enferme les personnes dans sa tête -. Il est assez antipathique. Pour moi, c’est l’anti-héros par excellence.

     

    Feliks et Nadja, sont deux médecins d’une autre ville qui souhaitent rentrer dans Yardam pour tenter de trouver un remède pour sauver les habitants. Ils sont fous amoureux l’un de l’autre. Feliks peut être brutal mais aime profondément sa femme. Nadja, elle est calme mais ne se laisse pas faire. Elle ne comprend pas pourquoi dans cette ville les femmes ne peuvent pas pratiquer la médecine.

     

    Jiri est une jeune femme qui lit les cartes. Elle aime bien Kazan et va être importante dans l’histoire.

     

    Les autres protagonistes ont leur place dans l’intrigue.

     

    L’intrigue est bizarre. Je ne l’ai pas trop appréciée. J’ai trouvé qu’elle mettait beaucoup de temps à se mettre en place.

     

    L’écriture d’Aurélie Wellenstein est assez crue. Elle n’épargne pas ses lecteurs. L’écriture est très sombre et anxiogène. On se sent oppressé.

     

    Les thèmes traités font écho à la situation actuelle.

     

    La fin est bien.

     

    En bref, une lecture très mitigée.

     

    Extrait : (choix : les voix)

    « Ses démons étaient comme des serpents qui, les uns après les autres, avaient planté leurs crochets dans son cerveau. Depuis des années, ils tordaient leurs anneaux luisants dans ses entrailles, autour de son cœur et de ses poumons; ils lui remontaient le long de la gorge, lui emplissant la bouche d’un goût de bile, et bavaient leur poison dans tout son corps, dans toute sa tête. »

     

    Les points forts : Les personnages, les thèmes traités, la fin.

    Les points faibles : L’écriture et l’intrigue. 

     

    Articles précédents :

    - Bilan lectures - Novembre 2020

    - La Princesse de Chicago : Dans la peau d'une reine

    - Bernard Baret répond à mes questions dans catégorie "nouveautés

    #PLIB2021 : Yardam, d'Aurélie Wellenstein


    votre commentaire
  • Félines

    Stéphane Servant

     

    #PLIB2020 : Félines, de Stéphane Servant

    PODCAST : https://www.youtube.com/watch?v=artyzq1MSpc&feature=youtu.be

     

    Titre en VO : Félines

    Année de la première publication (France) : 2019

    Nombre de pages : 371

    Editeur : Editions du Rouergue, collection épik

    Site de l’éditeur : https://www.lerouergue.com/ 

    Site internet du PLIB : https://leplib.fr/ 

    ISBN : #ISBN9782812618291 (format kindle)

    Site de l’auteur : http://stephaneservant.over-blog.com/ 

    Ma note : 8/10

    Public conseillé : Jeunes adultes et adultes

    Quatrième de couverture :

    Personne ne sait exactement comment ça a commencé. Ni où ni quand d'ailleurs. Louise pas plus que les autres. Ce qui est sûr, c'est quand les premiers cas sont apparus, personne n'était prêt et ça a été la panique. Des adolescentes qui changeaient d'un coup. Des filles dont la peau se recouvrait de... dont les sens étaient plus... et les capacités... Inimaginable... Cela n'a pas plu à tout le monde. Oh non ! C'est alors qu'elles ont dû se révolter, être des Félines fières et ne rien lâcher !

     

    Mon avis :

    Ce livre sélectionné pour le PLIB a été une bonne lecture. Il fait partie des 5 romans finalistes.

     

    Avant de commencer le récit, l’auteur fait une note en expliquant que ce n’est pas une fiction et qu’il va nous retranscrire l’histoire de Louise R. qu’il a rencontré.

     

    Louise va se retrouver du jour au lendemain avec des poils et un pelage sur tout le corps. Comment va-elle le vivre ? Sa vie ne sera plus jamais la même.

     

     

    Les personnages sont attachants quoiqu’un peu stéréotypés.

    Louise a 17 ans, elle va être une figure emblématique du mouvement qui va se mettre en place. Elle va apprendre a aimer son corps. Être une féline va devenir sa force. Elle se cache dans une grande cape noire pour cacher un traumatisme.

     

    Sara, sa meilleure amie va au début du récit se détourner de l’héroïne mais va petit à petit revenir vers elle.

     

    Alexia, la première jeune fille du lycée qui va devenir une féline va très mal le vivre. Beaucoup de personnes vont se détourner d’elle.

     

    Fatia est une jeune femme qui n’aime pas du tout les humains. Personnellement, je ne l’ai pas trop appréciée.

     

     

    Tom est un ami de Louise. Ils aiment tous les deux se retrouver près d’une cabane pour lire. Ils vont progressivement s’attacher l’un à l’autre.

     

    Les autres protagonistes servent à l’intrigue.

     

    L’intrigue apporte du suspense, on ne sait pas si les jeunes filles qui se transforment en félines vont s’en sortir.

     

    L’écriture de Stéphane Servant – et donc le récit de la jeune fille – est très immersive. On se croirait dans cette ville et on ressent une grande tension.

     

    L’histoire aborde des sujets d’actualité comme la place des femmes et jeunes filles dans la société actuelle, comment la société voient le corps des femmes, le féminisme.

     

    La fin apporte de l’espoir et montre que l’on peut y arriver malgré les épreuves que l’on traverse.

     

    Par contre, je déplore des longueurs et le comportement de Fatia.

     

    En résumé, une bonne lecture engagée !

     

    Extrait : (choix : comment doivent se comporter les femmes)

    « On nous dictait comment être. On nous répétait sans cesse « sois belle et tais-toi. » On nous voulait fines, glabres, et douces. On décidait qu’elle devait être la taille de nos jambes, la forme de nos seins. Et là, dans le parc, alors que les filles se déshabillaient sans honte, j’ai réalisé que ces poils sur nos corps nous avaient affranchis de tous les codes, de toutes les modes. Nous étions rousses, blondes, brunes. Nous étions enrobées, maigres, petites ou grandes. Oui, nous étions tout ça mais nous étions enfin nous-mêmes. Différentes et fières de l’être. »

     

    J'ai aimé : Les personnages, le contexte de l’histoire, l’écriture, les sujets abordés, la fin.

    Je n'ai pas aimé : Fatia, les longueurs.

    #PLIB2020 : Félines, de Stéphane Servant


    votre commentaire
  • Cendres

     

    #PLIB2020 : Cendres, de Johanna Marines

     

    PODCAST : https://www.youtube.com/watch?v=EA-WlRvPJcI&feature=youtu.be

     

    Titre en VO : Cendres

    Année de la première publication (France) : 2019

    Nombre de pages : 404

    Editeur : Snag

    Site de l’éditeur : https://www.snag-fiction.com/

    Site internet du PLIB : https://leplib.fr/

    ISBN : #ISBN9782490151080 (format kindle)

    Site de l’auteur : https://www.facebook.com/JohannaMarinesAuteur/

    Ma note : 6/10

    Public conseillé : Jeunes adultes

    Quatrième de couverture :

    Londres, 1888. Nathaniel et Luna vivent dans un quartier mal famé de l'East-End. Pour survivre, ils sont obligés de revendre les objets qu'ils ont volés.
    Au même moment, à Westminster, Agathe accepte de devenir la domestique de la famille Henwoorth. Leur destin va basculer le jour où Nathaniel va découvrir un cadavre.
    Agathe, une jeune femme plutôt naïve prête à tout pour payer les médicaments de sa mère malade. Celle-ci va être embauchée comme parurière chez les Henwoorth. Mais, rapidement, le fils ainé de la famille, Archibald, se montre étrange... Qu'attend-il vraiment d'elle ? Et si un tout autre destin l'attendait ?
    Nathaniel Depford, un jeune homme de 27 ans, qui travaille comme allumeur de réverbères dans la vieille ville. Orphelin, il ne sait presque rien de ses origines. Mais, quand celle qu'il considère comme sa sœur, Luna, disparaît et que d'étranges cauchemars refont surface, son monde fragile vacille... Réussira-t-il à retrouver Luna avec l'aide de la police ? Ou devra-t-il faire chemin seul pour comprendre les forces obscures qui tirent les ficelles en coulisse ? Et si son passé le rattrapait ?

     

    Mon avis :

    Cette lecture a été faîte dans le cadre du PLIB, il fait partie des 20 romans sélectionnés.

     

    J’ai été déçue car j’en attendais beaucoup.

    Le résumé étant long et en disant trop, pas de détails supplémentaires.

     

    Les personnages sont attachants.

    Agathe est une jeune femme modeste qui cherche un emploi pour payer les médicaments de sa mère. Elle va se faire embaucher chez une grande famille de Londres. Elle va découvrir des choses étranges.

     

    Nathaniel et Luna sont « frères et sœurs » et sont très pauvres. Nathaniel travaille pour l’éclairage de la ville. Il adore sa sœur. C’est celui que nous suivons le plus.

    Luna, elle est une voleuse. Elle ne connaît rien de son passé et n’a peur de rien.

     

    Frédérick est un inspecteur de police. Il a des méthodes peu orthodoxes pour faire parler les suspects. Il a vécu un drame. Il va petit à petit se rapprocher de Nathaniel.

     

    Archibald est un membre de la famille fortunée. Il est énigmatique mais il est très charmant.

     

    Les personnages secondaires n’apportent pas grand-chose à l’intrigue.

     

    L’univers est steampuk avec des automates. L’intrigue est oppressante et sombre. On se croirait dans la ville.

     

    Il y a de nombreuses longueurs, on s’ennuie à certains moments. J’ai trouvé que des fois, il ne se passait rien.

     

    La fin est bof, je ne l’ai pas compris.

     

    En bref, une lecture très mitigée.

     

    Extrait : (choix : au hasard)

    « C'était toujours le même rêve, les mêmes pièces du puzzle qui revenaient en boucle depuis son enfance. Une rue étroite. Des pavés froids sous ses plantes de pied. Et cette cape noire qui obscurcissait le ciel. »

     

    J'ai aimé : Les personnages, l’univers, l’intrigue.

    Je n'ai pas aimé : Des longueurs, la fin, les personnages secondaires.

     

    #PLIB2020 : Cendres, de Johanna Marines


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique