• Policier/thriller

    Dans cette rubrique, vous trouverez les chroniques des livres :

    • Qui ment ?, de Karen M. McManus glasses
    • De fric et d'eau fraîche, de F.P.A. Upellini kiss
    • Agatha Raisin enquête, tome 1, de M.C. Beaton arf
    • L'instant présent, de Guillaume Musso eek
    • La gueule du loup, de Marion Brunet oh
    • Eclipse de vie, de Fabienne Kisvel  shocked
    • Syndrome de Stockholm, de Philémon Le Bellégard aww
    • Cyanure, de Camilla Läckberg sleep
    • Le bus, de Madeleine Robitaille cool
    • Central Park, de Guillaume Musso ^^
    • Les Apparences, de Gillian Flynn frown
    • Demain, de Guillaume Musso happy
    • Body finder, tome 1, de Kimberly Derting
    • Un avion sans elle, de Michel Bussi
  • Qui ment ?

    Karen M. McManus

      

    Qui ment ?, de Karen M. McManus

     

     

    Titre en VO : One Of Us Is Lying

    Année de la première publication (France) : 2018

    Nombre de pages : 449

    Editeur : Nathan

    Site de l’éditeur : http://www.lireenlive.fr/ 

    ISBN : Pas trouvé

    Site de l’auteur : https://www.karenmcmanus.com/ 

    Ma note : 7/10

    Public conseillé : Adolescents à partir de 15-16 ans

    Quatrième de couverture :

    5 lycéens - 1 mort = 4 suspects

    Tous cachent un secret.Qui ment ? Bronwyn l'intello, Cooper le sportif, Nate le délinquant, Addy la reine de beauté et Simon le gossip boy se retrouvent en retenue un après midi.Seulement, ce dernier ne ressortira jamais vivant de cette heure de colle ... Et les enquêteurs en sont vite sûrs, sa mort n'est pas accidentelle.

    Bronwyn, Addy, Nate et Cooper deviennent les principaux suspects du meurtre lorsqu'on découvre un article écrit par Simon contenant des révélations sur chacun d'eux.

    Jusqu'où sont-ils prêts à aller pour protéger leurs secrets ?

     

    Mon avis :

    En ce moment, je lis pas mal de thrillers.

    Comme le résumé dit le principal, il est inutile d’en dire davantage.

     

    Les personnages sont très clichés : quatre lycéens populaires en Californie et un autre qui est un peu « mis de côté » et qui ne se gène pas pour dévoiler les petits secrets de tout le lycée.

     

    Bronwnyn est une jeune fille intello qui doit être la meilleure dans tout ce qu’elle entreprend. Elle est perfectionniste depuis toute petite car elle a l’impression qu’il faut qu’elle réussisse à la fois pour elle et aussi pour sa sœur cadette, Maeve qui a eu une leucémie quand elle était enfant et qui est guérie.

     

    Cooper est la star du baseball. C’est un grand sportif mais il a l’impression que son père ne l’aime qu’au travers de ses performances. Il vit avec ses parents, son petit frère et sa grand-mère qui est d’une grande perspicacité. Il cache un secret à sa famille qui risque bien de tout faire voler en éclats.

     

    Addy – ou Adelaïde – est une fille effacée qui ne vit que pour Jake, son petit-ami depuis trois ans. Elle est toujours d’accord avec lui. Sa sœur essaye tant bien que mal de la faire changer d’avis au fil des pages.

     

    Nate est le « bad boy » de l’histoire.  Il vend de la drogue et a des ennuis judiciaires. Il n’a pas une vie facile entre une maison qui tombe en ruine, un père alcoolique et une mère morte depuis plusieurs années. Malgré tout, c’est un gentil garçon.

     

    Et enfin, le dernier personnage est Simon. Il n’est pas très populaire, a peu d’amis et tient l’application Askip qui raconte tous les petits et gros potins du lycée.

     

    L’écriture de l’autrice est agréable, simple et efficace, sans prise de tête. Les chapitres alternent les points de vue des quatre premiers adolescents. Au milieu d’un chapitre, le point de vue change.

     

    L’intrigue m’a fait penser un peu à la série Gossip Girl (dont vous trouverez la chronique de la saison 1 en cliquant sur le titre de la série). De plus, l’enquête policière est bien mais un peu longue par moments.

     

    La fin est étonnante car je ne me serai jamais attendu à ce dénouement.

     

    Par contre, j’ai noté quelques longueurs qui peuvent alourdir le récit.

     

    En bref, une bonne lecture !

     

    Extrait : (choix : attirer les filles)

    « Si on m'avait demandé il y a dix minutes, j'aurais dit que je n'ai pas de truc particulier pour attirer les filles. Tout à coup, je réalise que si : je les attire justement parce que je m'en fous. »

     

    On adore : Les personnages, l’écriture, l’intrigue, l’alternance des ponts de vue dans les chapitres, la fin.

    On regrette : Les longueurs et l’enquête un peu longue.

                                                                                                       Debo


    votre commentaire
  • De fric et d’eau fraîche

    F.P.A. Upellini

      

    De fric et d'eau fraîche, de F.P.A. upellini

     

     

    Titre en VO : De fric et d’eau fraîche

    Année de la première publication (France) : 2019

    Nombre de pages : 269

    Editeur : Librinova

    Site de l’éditeur : https://www.librinova.com/ 

    ISBN : 979-10-262-2814-1 (format kindle)

    Site de l’auteur : https://www.librinova.com/auteur/f-p-a-upellini (page auteur)

    Ma note : 5/10

    Public conseillé : Jeunes adultes à partir de 17 ans

    Quatrième de couverture :

    Qui n’a jamais eu besoin des siens pour s’en sortir ? Dans cette famille, il n’y en a pas un pour tenir la route : Fabio n’a pas l’argent pour se marier et Lino en doit à des mafieux Kosovars. Alors, pourquoi ne pas inviter leurs deux autres frères Rico et Nello et leur sœur Sofia à trouver la solution qui se trouve peut-être dans un road trip ? Pourquoi pas les États-Unis ? Un voyage sentimental et littéraire palpitant, à l’horizon duquel se trouve une tentative de percer le secret de ce qui nous lie vraiment, malgré les soucis, au-delà de la fratrie et de la volonté d’être heureux. De Fric et d’Eau Fraîche, ou comment amour et fraternité font et défont le roman de la vie.
    Les frères écorchés de De Fric et d’Eau Fraîche vous toucheront par leur solidarité sans failles au fil de leurs nombreuses aventures. Un roman au rythme effréné qui ravira les amateurs d’adrénaline !
     

     

    Mon avis :

    Tout d’abord, je tiens à remercier les éditions Librinova pour leur confiance !

     

    Nous suivons une fratrie de trois italiens, trois frères et une sœur où le jour de son mariage, l’ainé, Fabio, va être dans le coma suite à un terrible événement. A partir de ce moment, nous allons revivre les événements qui se sont déroulés avant ce drame et si la famille va s’en sortir.

     

    J’ai été déçue par cette lecture. Les personnages sont un peu clichés.

    Fabio a 27 ans et souhaite se marier avec Sabrina. Il est professeur de français et on pourrait penser que c’est le plus réfléchie de la famille, mais en fait pas vraiment. Il va se laisser entraîner dans des histoires qui le dépasse.

     

    Lino, le benjamin, est un petit dealer. Il est instable dans sa vie et a de gros ennuis. Avec Fabio, ce sont les deux protagonistes principaux de l’histoire.

     

    Sofia, Nello et Rico sont très attachés aux deux autres même s’ils ont chacun des caractères très différents. Eux, ils ont les pieds sur terre et essaye que les problèmes ne leur retombent pas dessus.

     

    L’écriture est assez vulgaire et familière. Il y a des passages qui m’ont perturbé de par les situations dans lesquelles les personnages se trouvent.

     

    J’ai trouvé les thèmes de l’entraide et de la famille bien exploités. Cela semble important pour l’auteur.

     

    La fin est correcte mais n’est pas exceptionnelle.

     

    En résumé, une petite lecture rapide de par la longueur du récit – 269 pages – mais qui est mitigée.

     

    Je remercie encore une fois les éditions Librinova pour l’envoi de ce roman.

     

    Extrait : (choix : un road trip)

    « Sur la longue autoroute traversant la Louisiane du sud vers le nord, les passagers de la Toyota Camry, enfin ceux encore éveillés, contemplaient le plat paysage se fondre sur leur passage en zébrures irisées, nostalgiques, encore, de l’excitation procurée par les Brass-Band, les jeux, l’euphorie et l’ivresse de la généreuse cité de la Nouvelle Orléans, et à la fois angoissés de se retrouver avec autant de place sur la banquette arrière… »

     

    On adore : Les thèmes abordés, la fin.

    On regrette : Les personnages un peu clichés, l’écriture trop familière pour moi.

                                                                                                       Debo


    votre commentaire
  •  

    Agatha Raisin enquête

    Tome 1 : La quiche fatale

    M.C. Beaton  

     

    Agatha Raisin enquête, tome 1, de M.C. Beaton

     

     

    Titre en VO : Agatha Raisin, book 1 : And The Quiche of Death 

    Année de la première publication (France) : 2016

    Nombre de pages : 320 

    Editeur : Albin Michel

    Site de l’éditeur : http://www.albin-michel.fr/

    ISBN : 978-2-226-37601-5 (format Kindle) 

    Site de l’auteur : http://www.mcbeaton.com/uk/ 

    Ma note : 6/10 

    Publique conseillé : Tout public 

    Quatrième de couverture

    Sur un coup de tête, Agatha Raisin décide de quitter Londres pour goûter aux délices d'une retraite anticipée dans un paisible village des Costwolds, où elle ne tarde pas à s'ennuyer ferme. Afficher ses talents de cordon-bleu au concours de cuisine de la paroisse devrait forcément la rendre populaire. Mais à la première bouchée de sa superbe quiche, l'arbitre de la compétition s'effondre et Agatha doit révéler l'amère vérité : elle a acheté la quiche fatale chez un traiteur. Pour se disculper, une seule solution : mettre la main à la pâte et démasquer elle-même l'assassin.

     

     

    Mon avis : 

    Je n'ai pas vraiment été emballée par cette lecture.

     

     

    Les personnages sont assez stéréotypés. Agatha est responsable d'une agence de communication à Londres. Elle décide d'emménager dans un petit village du nom de Carsely, dans la campagne anglaise. 

    Elle a l'âme d'une détective en herbe. Franche et directe dans ses propos, elle s'adoucira un petit peu au fil du récit.

     

     

    Mrs Cummings-Browne est une bourgeoise assez hautaine avec ses voisins. Elle semble ne pas apprécier Agatha.

     

     

    Mrs Barr est une vieille harpie rancunière car sa femme de ménage ne travaille plus pour elle.

     

     

    Mrs Bloxby, l'épouse du pasteur du village a le "cœur sur la main". Elle anime la société des dames de Carsely - des réunions où sont conviées les femmes de ce petit coin tranquille.

     

     

    Roy, un ancien collègue de l'héroïne est extravagant. Il aime s'amuser et s'attribuer tous les mérites.

     

     

    Les autres personnages apportent une touche de légèreté.

     

     

    L'écriture de l'auteur est simple mais efficace. Elle différencie bien les habitants dans leur façon de s'exprimer.

     

     

    On sent bien que l'intrigue est construite selon les romans d'Agatha Christie - nom du personnage principal, le fait que les habitants l'appellent à quelques reprises Miss Marple, le huit clos... -.

     

     

    La fin est correcte mais je ne sais pas si je lirais la suite car j'ai trouvé des longueurs.

     

     

    En bref, une lecture mitigée.

     

      

    Extrait : (choix : au hasard) 

    "Steve posa sa fourchette et la regarda une fois de plus avec gravité. "alors tu l'as tué."
    Roy hurlait de rire. Il donna des coups de pied en l'air, tomba sur sa chaise et se roula sur la moquette en se tenant les côtes. Les autres convives l'observèrent, arborant ces sourires polis et figés avec lesquels les anglais accueillent les comportement inquiétants. "

     

     

    On adore : Les personnages, l'intrigue à la "Agatha Christie", l'écriture, la fin. 

    On regrette : Les longueurs.

     

     

                                                                                                                    Debo


    votre commentaire
  • L'instant présent

    Guillaume Musso

    Titre en VO : L'instant présent

    Année de la première publication (en France) : 2015

    Nombre de pages : 372

    Editeur : XO éditions

    Site de l’éditeur : http://www.xoeditions.com/livres/linstant-present/

    ISBN : 9782845637795 (format papier)

    Site de l’auteur : https://www.guillaumemusso.com/livres/linstant-present-9782845637795

    Ma note : 8/10

    Publique conseillé : à partir de 15-16 ans je dirais

    Quatrième de couverture :

    Lisa et Arthur n’ont rendez-vous qu’une fois par an.
    Il passe sa vie à la chercher…
    …  elle passe la sienne à l’attendre.

    Lisa rêve de devenir comédienne. Pour payer ses études d’art dramatique, elle travaille dans un bar de Manhattan. Un soir, elle fait la connaissance d’Arthur Costello, un jeune médecin urgentiste. Leur complicité est immédiate.
    Pour le séduire, Lisa est prête à tout. Dans une ville-labyrinthe qui n’offre aucun répit, elle prend tous les risques. Mais Arthur n’est pas un homme comme les autres. Bientôt, il révèle à Lisa la terrible vérité qui lui interdit de l’aimer :
    "Ce qui m’arrive est inimaginable, et pourtant bien réel…"

    Dans un New York plus imprévisible que jamais, Arthur et Lisa vont lier leur destin pour déjouer les pièges que leur impose le plus impitoyable des ennemis : le temps.

    Un thriller psychologique vertigineux au final stupéfiant.

     

    Mon avis :

    Je ne détaillerai pas plus l'histoire que ne le fait le résumé. Ça vaut le coup d'avoir le surprise. Je préciserai juste que l'auteur mêle à la vie de ses personnages un peu de surnaturel.

     

    Les personnages, justement.

    Arthur, médecin urgentiste, un homme qui est plutôt plat au départ. Plat dans le sens, en dehors de son métier, il n'a pas grand chose. Un homme intelligent. Qui va découvrir la valeur de la vie, et du temps passé auprès de ceux qu'on aime.

     

    Lisa, jeune femme qui aime passionnément quand elle aime, à s'oublier elle même. Future actrice, au début un peu fauché, c'est pour ça qu'elle fera la connaissance d'Arthur, en quelques sortes. Elle va découvrir l'attente de celui qu'elle aime, l'incertitude, et les difficultés qui vont avec. Mon expérience personnelle fait que je me suis sentie très proche d'elle par moment.

     

    Il y a aussi Sullivan. Qui sera un mentor pour Arthur et un soutien pour Lisa. Un homme qui ne veut que leur bien, qui les met en garde, qui est passé par leur expérience avant eux, et qui conseille Arthur, même si les conseils ne plaisent pas tous à Arthur.

     

    Ce sont des personnages attachants, auxquels j'ai pu m'identifier, et qui m'ont plu.

     

    L'histoire est belle, ce mélange de surnaturel avec la réalité de ces personnages, prient dans des engrenages qui leur échappe. Vraiment très bien écrite, on est impatient tout de long de savoir comment ça va se finir. On est tenu en haleine de façon permanente, jusqu'à la fin. Réellement, c'est très bien écrit, c'est magnifique.

    Et la fin. La fin qui efface tout ce qui a été écrit avant, tout en le mettant en exergue. Qui chamboule, qui nous fait nous poser des questions. J'ai été surprise de cette fin, de cette façon de mettre un coup de crayon sur tout ce qui a été écrit avant, tout en lui donnant une importance.

     

    Le style est prenant, haletant. J'ai adoré, du début à la fin.

     

    Et le message que j'en tire, c'est une leçon de vie, très importante. Que tout le monde connaît, mais qu'on a tendance à oublier. C'est l'importance du temps passé avec les gens qu'on aime, l'importance de profiter des bon moments que l'on a avec eux. C'est de nous dire à quel point nos proches, et tout ce que l'on partage avec eux, c'est précieux. Quelque chose que l'on a tendance à oublier dans notre vie de tout les jours, et un rappel de ce genre est très appréciable de temps en temps.

     

    Un livre que j'ai beaucoup apprécié, que je recommande, et dont les personnages, et le messages, m'ont touchée.

     

    Extrait : (choix : J'aime bien l'idée.)

    « Je suis l’homme qui disparaît. L’homme sans avenir. L’homme en pointillé. Celui qui a faim de vie, mais qui ne peut pas faire de promesses. Celui qui doit vivre vite. Qui doit donner à chaque journée l’intensité d’une montagne russe. Celui qui doit étirer le temps pour multiplier le bouquet de souvenirs qu’il laissera derrière lui en partant. »

     

    On adore : L'histoire, le style d'écriture, les personnages, et le message.

    On regrette : Je ne sais pas.

    Jiji


    votre commentaire
  • La gueule du loup

    Marion Brunet

    Titre en VO : La gueule du loup

    Année de la première publication (en France) : 2014

    Nombre de pages : 229

    Editeur : Sarbacane, collection exprim

    Site de l’éditeur : http://editions-sarbacane.com/la-gueule-du-loup/

    ISBN : 978-2-84865-709-7 (format papier)

    Site de l’auteur : Non trouvé.

    Ma note : 8/10

    Publique conseillé : L'éditeur conseille à partir de 14 ans. Je trouve personnellement que c'est peut-être un peu jeune, que l'on peut manquer encore un peu de maturité à cet âge là, mais soit.

    Quatrième de couverture :

    MADAGASCAR ; soleil, plage et rythme de croisière pour Lou et Mathilde, 18 ans tout ronds et le bac en poche.

    Puis vient le chaos. Tic-Tac, Tic-Tac fait le crocodile qui traque ses proies, mettant à rude épreuve l'amitié dans une course-poursuite humide et tropicale contre la mort...

    Dès lors, Mathilde et Lou vont très vite comprendre ce que grandir veut dire.

     

    Mon avis :

    Dans cette histoire, on suit le périple de Lou et Mathilde. Ce sont deux amis d'enfance, qui pourtant sont très différentes.

    Mathilde, exubérante, pleine d'énergie et de vivacité, pleine d'idée, qui croque la vie à pleine dents sans avoir peur de s'en casser une de dents, ou qui saute dans la vie à pieds joints sans se demander quelle en est la profondeur ni où elle risque d'atterrir. La prudence, elle ne connaît pas, elle ne mesure pas les conséquences possibles de ses actes, elle aime le vertige et l'ivresse des sensations. C'est un tourbillon qui entraîne tout sur son passage.

    Et notamment, elle entraîne Lou. Plus discrète, plus mesurée, Lou. Plus mature aussi. Elle a peur de ne pas faire ce qu'il faut. Et elle a peur de prendre les décisions. Peur des conséquences. Alors elle se laisse faire, elle se laisse entraîner par l'énergie dévorante de son amie, elle laisse Mathilde décider, et elle suit.

    Le contraste entre les deux filles est saisissant. Elles s'opposent et se complètent, quand l'une entraîne l'autre dans des trucs délirants, l'autre garde le sens des réalités. Un duo aux antipodes, et qui fonctionne. Une amitié très belle, qui dure depuis longtemps. Alors, elles ont décidés de partir. Une fois passé le BAC, il faut profiter de la liberté toute neuve offerte par la majorité récente. Et quoi de mieux qu'une île de carte postale ? Madagascar ? En avant.

    Mais ce qu'elles vont découvrir, plus que l’île, c'est elles mêmes. Mathilde va apprendre à laisser de la place à Lou, Lou va apprendre qui elle est, et qu'elle est capable de prendre des décisions. D'abord, dans des choses simples.

    Et rapidement, elles vont rencontrer Fanja, une autochtone, qui est plus ou moins retenue contre son gré (plutôt moins que plus, elle est allé dans la gueule du loup par nécessité, mais ne peut s'en échapper). Et les deux petites françaises vont décider de l'aider. Mais sans mesurer à qui elles ont affaire, ni le danger qu'il représente.

    Il, il n'a pas de nom, on ne sait pas qui il est vraiment. Un blanc, un homme dangereux. Fanja dit que c'est le démon. Je dirais plutôt que c'est le loup du titre, car il traque ses proies comme tel.

     

    Voilà pour l'histoire et les personnages.

     

    L'histoire nous tient en haleine pendant une bonne partie du récit. L'auteur sait manier le suspens, nous faire attendre la suite tout en la craignant. Il m'est arrivé d'avoir peur plus d'une fois. De plus, certains passage peuvent faire frémir les plus sensibles. Ce n'est pas choquant dans l'écriture, parce que c'est bien écrit, mais le contenu peut être impressionnant, d'où le fait que je pense qu'à 14 ans, on peut manquer de maturité pour lire ce livre, malgré ce qu'en dit l'éditeur.

     

    Et autant que l'histoire elle même, l'évolution des deux personnages est tout aussi intéressante à suivre. Car ces deux filles vont grandir tout au long de l'épreuve, du début à la fin. Être majeur sur la carte d'identité ne veut pas dire être adulte, et c'est ce qu'elles vont découvrir, qu'elles ne sont pas encore adulte, et elles vont apprendre à le devenir.

     

    L'écriture, tout en contraste avec le contenu, est belle, et poétique. La plume nous montre la beauté des lieux traversées même si les protagonistes ne la voit pas, ce qui donne une ambiance à la fois plus douce quand on se perd dans les descriptions, et plus terribles quand on réalise tout ce qu'elles ne pourront pas apprécier.

    Et même dans les moments sensibles, dans les moments d'action, dans les moments qui font frissonner, il y a de la poésie dans la façon d'écrire, dans les mots choisis. Tout pour ne pas heurter le lecteur, mais pour au contraire laisser infuser en lui les sentiments. C'est vraiment très bien écrit je trouve.

     

    C'est donc un thriller adapté aux jeunes lecteurs (mais pas trop), par exemple qui commencent ce style de livre, c'est une entrée en matière intéressante. Mais les plus expérimentés y trouveront leur compte aussi, dans le style d'écriture et la poésie.

     

    Un petit bémol, la fin paraît trop légère après les 200 pages haletantes qui la précédent.

     

    Extrait : (choix : parce que ça donne une bonne idée de l'ambiance je trouve.)

    « Quitter une ville à l'aube offre une sacrée gorgée d'amertume: pour la première fois on découvre vraiment ce qu'on abandonne, et c'est la dernière. Mais les trois ombres qui filent dans la poussière n'ont pas de temps à perdre en regrets inutiles. Deux forcent le pas sous le poids de leurs sacs et la troisième les devance, aux aguets. Celle-ci connaît la ville et ses yeux de chat devinent le chemin mieux que personne. La peur mord leurs mollets: pas de meilleur stimulant, sauf l'amour et encore. »

     

    On adore : Les personnages, la poésie, le suspens, l'évolution.

    On regrette : La fin, un peu seulement.

    Jiji


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique