• Central Park, de Guillaume Musso

    Central Park

    Guillaume Musso

     

     

    Central Park, de Guillaume Musso

    Titre en VO : Central Park

    Année de la première publication (en France) : 27 mars 2014

    Nombre de pages : 383

    Editeur : XO éditions

    Site de l’éditeur : http://www.xoeditions.com   

    ISBN : 978-2-84563-676-7 (grand format)

    Site de l’auteur : http://www.guillaumemusso.com/prehome.html

    Ma note : 7,5

    Publique conseillé : Qui n’a pas peur des intrigues compliquées. Il ne faut surtout pas chercher quelque chose de léger ici.

    Quatrième de couverture :

    Alice et Gabriel n’ont aucun souvenir de la nuit dernière…
    … pourtant, ils ne sont pas près de l’oublier.
    New York, huit heures du matin.
    Alice, jeune flic parisienne, et Gabriel, pianiste de jazz américain, se réveillent menottés l’un à l’autre sur un banc de Central Park. Ils ne se connaissent pas et n’ont aucun souvenir de leur rencontre.
    La veille au soir, Alice faisait la fête avec ses copines sur les Champs-Élysées tandis que Gabriel jouait du piano dans un club de Dublin.
    Impossible ? Et pourtant…
    Les questions succèdent à la stupéfaction. Comment se sont-ils retrouvés dans une situation aussi périlleuse ? D’où provient le sang qui tache le chemisier d’Alice ? Pourquoi manque-t-il une balle dans son arme ?
    Pour comprendre ce qui leur arrive et renouer les fils de leurs vies, Alice et Gabriel n’ont pas d’autre choix que de faire équipe. La vérité qu’ils vont découvrir va bouleverser leur existence…

     

    Mon avis :

    (Debo, on va pouvoir enlever ce livre des chroniques à publier !)

    C’est un livre dont je n’ai entendu que du bien, par Debo (qui l’a lu avant moi, mais je voulais en faire la chronique moi-même parce que j’attendais qu’on me le prête.), par la personne qui me l’a prêté et par les autres gens autour de moi. Et c’est vrai qu’il est super, mais je n’irai pas jusqu’à génial. (Je m’expliquerai plus tard.)

     

    L’histoire d’Alice et Gabriel, qui se réveillent amnésiques dans Central Park.

    L’une était à Paris la veille au soir, l’autre à Dublin. Que fichent-ils menottés l’un à l’autre à New York au petit matin ?

    Nous les suivons dans leur enquête.

     

    Alice est flic, c’est une femme de caractère mais malmenée par la vie et sous l’emprise de fantômes de son passé.

    Nous savons peu de chose sur Gabriel, si ce n’est qu’il est jazzman.

    Sinon, il y a Seymour, que nous ne rencontrons que par téléphones interposés. C’est le coéquipier d’Alice.

    (Les autres personnages sont secondaires.)

     

    Nous avons une histoire riche en surprises et rebondissements. Et la fin est pour le moins inattendue, ce malgré quelques indices parsemés dans le texte.

    Je trouve quand même qu’on a peu d’indices, et pas assez de raisons de se dire, arrivé à la fin : « J’aurais du y penser ! »

    Je regrette aussi que Gabriel ne soit pas plus creusé, bien qu’il y ai de bonne raison à cela.

    Et, dernière chose qui m’a manqué, un peu plus d’insistance sur la relation des deux personnages. Certes, ils sont ensemble par la force des choses, il n’empêche qu’on pourrait mettre plus en avant comment ils tissent des liens durant cette journée extraordinaire…

    Par contre, un super point positif, on n’a pas le temps de s’ennuyer ! Jamais ! Il se passe toujours quelque chose !

     

    Sinon, nous avons toujours les citations au début de chaque chapitre, ce que j’adore.

     

    Pour résumé un super livre auquel il manque tout de même quelques détails.

    (Cette chronique est assez courte, excusez moi, je ne suis pas vraiment inspirée aujourd’hui.)

     

    Extrait : (choix : Au hasard…)

    « — Putain, arrêtez de me dévisager comme ça. Vous n’avez pas un autre appel à passer ? Quelqu’un à prévenir : une femme, une copine…

    — Non. Une fille dans chaque port, c’est ma devise. Je suis libre comme l’air. Libre comme les notes de musique qui s’envole de mon piano.

    — Ouais : libre et seul. »

     

    On adore : Les rebondissements, les surprises, l’action, la fin.

    On regrette : Pas assez d’indices sur la fin, un Gabriel que nous ne connaissons pas assez (ce point ci est en parti excusé pour les besoins de l’histoire), et un manque d’insistance sur les relations entre les personnages.


    Tags Tags : , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :