• Contemporain

    Dans cette rubrique, vous trouverez les chroniques des livres :

    • La chambre des merveilles, de Julien Sandrel happy
    • Quand nos souvenirs viendront danser, de Virginie Grimaldi glasses
    • Les neiges assassines, de Fabienne Kisvel zzz
    • Tous en chœur, de Gill Hornby ouch
    • Les Caïmans, de Bernard Baret sleep
    • L'enfant du lac, de Kate Morton arf
    • La tresse de Laetita Colombani money
    • La liste de mes envies, de Grégoire Delacourt eek
    • La marelle, de Samantha Bailly cool
    • Il est grand temps de rallumer les étoiles, de Virginie Grimaldi wink2
    • Le jardin des secrets, de Kate Morton oh
    • Une jeune fille de son temps, de Georgia Meyer he
    • Les petits pains d'épices, de Marine Noirfalise glasses
    • Blacklistée, de Cole Gibsen intello
    • L'homme en bas de chez elle, de Fabienne Kisvel cry 
    • Quelqu'un pour qui trembler, de Gilles Legardinier happy
    • Aristote et Dante découvrent les secrets de l'univers , de Benjamin Alire Saenz clown
    • Paranoïa, tome 1, de Melissa Bellevigne eek
    • Paranoïa, tome 2, de Melissa Bellevigne cool
    • Le mec de la tombe d'à côté, de Katarina Mazetti smile
    • Le caveau de famille, de Katarina Mazetti arf
    • Les stagiaires, de Samantha Bailly tongue
    • A durée déterminée, de Samantha Bailly glasses
    • Indéterminés, de Samantha Bailly cry
  • La chambre des merveilles

    Julien Sandrel

     

    La chambre des merveilles, de Julien Sandrel

     

     

    Titre en VO : La chambre des merveilles

    Année de la première publication (France) : 2018

    Nombre de pages : 272

    Editeur : Editions Calman-Lévy

    Site de l’éditeur : https://calmann-levy.fr/ 

    ISBN : 979-10-912-1182-6 (format kindle)

    Site de l’auteur : https://www.facebook.com/juliensandrel/ -page facebook de l’auteur)

    Ma note : 10/10

    Public conseillé : Tout public

    Quatrième de couverture :

    Louis a 12 ans. Ce matin, alors qu’il veut confier à sa mère, Thelma, qu’il est amoureux pour la première fois, il voit bien qu’elle pense à autre chose, à son travail sûrement. Alors il part, fâché et déçu, avec son skate, et traverse la rue à fond. Un camion le percute de plein fouet.
    Le pronostic est sombre. Dans quatre semaines, s’il n’y a pas d’amélioration, il faudra débrancher le respirateur de Louis. En rentrant de l’hôpital, désespérée, Thelma trouve un carnet sous le matelas de son fils. À l’intérieur, il a dressé la liste de toutes ses « merveilles », c’est-à-dire les expériences qu’il aimerait vivre au cours de sa vie.
    Thelma prend une décision : page après page, ces merveilles, elle va les accomplir à sa place. Si Louis entend ses aventures, il verra combien la vie est belle. Peut–être que ça l’aidera à revenir. Et si dans quatre semaines Louis doit mourir, à travers elle il aura vécu la vie dont il rêvait.
    Mais il n’est pas si facile de vivre les rêves d’un ado, quand on a presque quarante ans…
     

     

    Mon avis :

    C’est un véritable coup de cœur !

    Le résumé étant très long, pas la peine d’en rajouter.

     

    Les personnages sont magnifiques.

    Thelma est une mère de famille working-girl qui travaille pour un grand groupe de cosmétiques. Elle ne pense qu’à sa carrière jusqu’au jour du drame. A partir de ce moment tragique, elle va révéler sa véritable nature, fragile et douce.

     

    Louis a 12 ans presque treize. Il est précoce et est en troisième. Il s’accommode tant bien que mal du métier de sa mère. Il écrit dans un carnet des merveilles ce qu’il souhaite faire avant de mourir.

     

    Odette, la mère de Thelma et grand-mère de Louis est une geek. Elle vit avec son temps. Sa relation avec sa fille est assez compliquée mais au fil du récit, celle-ci va s’améliorer.

     

    Charlotte, une des infirmières du service où est hospitalisé le jeune garçon est très empathique. Elle apprécie véritablement son patient.

     

    L’écriture est simple, efficace et très belle. Les chapitres entre Thelma et ceux de son fils qui nous raconte comment il vit sa période de coma. On lit les chapitres à folle allure !

     

    Les thèmes abordés – la famille, la vie, l'amour maternel… - sont très bien exploités.

     

    La fin est très jolie et montre qu’il est important d’avoir toujours de l’espoir.

     

    La couverture est colorée et donne envie de s’attarder sur ce roman.

     

    Je vous recommande à 100% ce livre !

     

    Extrait : (choix : donner envie de vivre)

    « Je devais donner envie à mon fils de revenir, le faire saliver en lui montrant tout ce qu’il était en train de manquer en restant dans le coma. Lui donner envie de vivre. C’était un projet fou, mais réalisable. J’en était convaincue. Les protagonistes ? Un sportif : Louis. Un coach : moi. La discipline olympique ? La sortie du coma en nage libre. La carotte, la motivation ? Tout ce qui était noté dans le carnet. Ce carnet était un concentré de futur. Ce carnet était rempli d’expériences que Louis rêvait de vivre, de promesses de joie, de « trucs cool » comme il l’écrivait lui-même. Ce carnet était une promesse de vie. »

     

    On adore : Tour !

    On regrette : Rien.

                                                                                                       Debo


    votre commentaire
  • Quand nos souvenirs viendront danser

    Virginie Grimaldi

     

    Quand nos souvenirs viendront danser, de Virginie Grimaldi

     

     

    Titre en VO : Quand nos souvenirs viendront danser

    Année de la première publication (France) : 2019

    Nombre de pages : 211

    Editeur : Editions Fayard

    Site de l’éditeur : https://www.fayard.fr/ 

    ISBN : 978-2-21371-438-7 (format kindle)

    Site de l’auteur : http://virginiegrimaldi.com/ 

    Ma note : 8/10

    Public conseillé : Tout public

    Quatrième de couverture :

    "Lorsque nous avons emménagé impasse des Colibris, nous avions vingt ans, ça sentait la peinture fraîche et les projets, nous nous prêtions main-forte entre voisins en traversant les jardins non clôturés. Soixante-trois ans plus tard, les haies ont poussé, nos souvenirs sont accrochés aux murs et nous ne nous adressons la parole qu'en cas de nécessité absolue. Nous ne sommes plus que six : Anatole, Joséphine, Marius, Rosalie, Gustave et moi, Marceline. Quand le maire annonce qu'il va raser l'impasse - nos maisons, nos mémoires, nos vies -, nous oublions le passé pour nous allier et nous battre. Tous les coups sont permis : nous n'avons plus rien à perdre, et c'est plus excitant qu'une sieste devant Motus". A travers le récit de leur combat et une plongée dans ses souvenirs, Marceline raconte une magnifique histoire d'amour, les secrets de toute une famille et la force des liens qui tissent une amitié.

     

    Mon avis :

    C’est le deuxième roman de Virginie Grimaldi que je lis. Pour moi, il est un peu « moins bon » que son précédent Il est grand temps de rallumer les étoiles.

     

    Nous suivons un groupe de six octogénaires qui décident de tout faire – même les choses les plus farfelues – pour ne pas que leur quartier et leurs souvenirs disparaissent. Vont-ils y arriver ?

     

    Les personnages sont attachants. Marceline, la protagoniste principale est un peu froide, elle dit « qu’elle a des piquants comme un hérisson ». Elle aime profondément son mari, Anatole.

     

    Joséphine est l’excentrique du groupe. Elle aime faire des choses improbables comme monter sur une grue en justaucorps.

     

    Rosalie a le rêve américain et a souhaité dans sa jeunesse faire carrière à Broadway. Elle fait de la danse. C’est la meilleure amie de Marceline.

     

    Les trois hommes, Anatole, Gustave et Marius ont chacun leur caractère.

    Anatole est gentil, adore sa famille il ne change pas facilement d’avis.

    Gustave, lui, est blagueur et aime détendre l’atmosphère.

    Enfin, Marius est le leader de tout ce petit monde. Il est prêt à tout pour avoir ce qu’il veut.

     

    Grégoire, le petit-fils de Marceline et Anatole est très présent dans l’histoire. Il soutient le projet de ses grands-parents. Il semble faire le lien entre eux et leur fille Corinne, la mère de Grégoire.

    L’écriture de l’autrice est toujours aussi agréable et fluide, les chapitres sont très courts et dynamiques.

    Il y a un système de flash-back entre les années où Marceline nous raconte ses souvenirs. Ce sont ses passages que j’ai le moins apprécié car je me suis un peu emmêlé les pinceaux.

     

    Les thèmes de la vieillesse, de l’amitié et de l’entraide sont à l’honneur. Ils sont bien abordés.

     

    Contrairement au roman précédant, j’ai noté des petites longueurs.

     

    La fin est bien, même si le dénouement est attendu et sans grande surprise.

     

    En bref, une bonne lecture.

     

    Extrait : (choix : la vie est une dance)

    « Finalement, la vie est comme une danse. On entre en scène, on apprend les pas, on se laisse porter, on compte les temps, et on tire sa révérence. »

     

    On adore : Les personnages, l’écriture, les thèmes abordés, la fin.

    On regrette : Les petites longueurs et le fait que je me sois perdue dans les années de souvenirs.

                                                                                                       Debo


    votre commentaire
  • Les neiges assassines

    Fabienne Kisvel

     

    Les neiges assassines, de Fabienne Kisvel

     

     

    Titre en VO : Les neiges assassines

    Année de la première publication (France) : 2018

    Nombre de pages : 541

    Editeur : Librinova

    Site de l’éditeur : https://www.librinova.com/ 

    ISBN : 979-10-262-2502-7 (format kindle)

    Site de l’auteur : Aucun

    Ma note : 5/10

    Public conseillé : Jeunes adultes à partir de 16 ans

    Quatrième de couverture :

    Dans « Les Neiges Assassines », nous retrouvons les protagonistes de « L'homme en bas de chez elle » dans une formidable épopée humaine. Marie s'envole pour l'Afghanistan retrouver l'homme qu'elle aime et va être confrontée à son destin. Victime d'un tragique accident dans l'Hindou Kouch, soutenue par l'espoir de retrouver Mathieu, elle engage une terrible bataille pour sa survie. Partis à sa recherche, les héros seront entraînés dans l'horreur et devront livrer un combat sans merci pour braver tous les obstacles, captifs d'une nature profondément sauvage et hostile dans un pays en proie aux luttes intestines? Sortiront-ils vivants de cet enfer ? « Ce roman épique nous dépeint avec brio le monde de la démesure où l'immensité, magnifique et effrayante, côtoie la rigueur des conditions de vie imposées aux peuples qui traversent les routes de l'Himalaya. » « Le lecteur se retrouve projeté dans un superbe roman d'aventures mêlant amour et trahison, drame et rédemption, dans le cadre grandiose des montagnes afghanes. »

     

    Mon avis :

    Je remercie Fabienne Kisvel pour m’avoir proposé de lire cette suite. J’ai été extrêmement déçue !

     

    Marie a souhaité rejoindre Mathieu à Kaboul, en Afghanistan. Elle va se retrouver dans l’horreur absolue. Va-elle retrouver Mathieu ?

     

    Les personnages sont attachants comme lors du premier tome. Marie souhaite se rendre utile et est très forte malgré les terribles épreuves qu’elle doit traverser. Par contre, même si elle est un peu moins contemplative, elle le reste tout de même par nature.

     

    Mathieu, lui n’a pas changé. Il se bat pour les choses qui lui semble juste et n’hésite pas à prendre de nombreux risques. Il ne montre pas vraiment ses sentiments même s’il est très attaché à Marie.

     

    Pierre et Andoni, les deux amis médecin de Mathieu qu’il avait rencontré lors de précédentes missions humanitaires sont plus présents dans le récit, ils prennent davantage d’ampleur.

    Andoni n’est pas sportif et aura tendance à vite se morfondre mais il saura trouver des ressources.

    Pierre est plus effacé même si on le voit beaucoup dans la première partie du livre.

     

    Ces personnages principaux vont faire la connaissance de nombreux personnages secondaires – plus ou moins avenants – qui vonnt les aider dans leur périple, ils sont développés.

     

    L’écriture de l’autrice est agréable mais elle est redondante, il y a à peu près toujours les mêmes descriptions. Le roman est divisé en trois grandes parties, la première étant la plus longue. Les chapitres alternent les points de vue.

     

    La fin est bien mais sans plus.

     

    J’ai trouvé des longueurs. Pour dire toute la vérité car vous savez que je dis la vérité dans toutes mes chroniques même quand on m’a fait parvenir le roman gratuitement, je me suis ennuyée et n’avais pas forcément envie de retourner à ma lecture. Pour moi, le « premier tome », L’homme en bas de chez elle se suffisait à lui-même.

     

    En résumé, une lecture très mitigée.

     

    Je remercie encore une fois Fabienne Kisvel pour l’envoi de ce roman.

     

    Extrait : (choix : beau passage)

    « La conscience humaine est sans doute une des erreurs les plus tragiques de l’évolution. Nous sommes devenus trop conscients de nous-mêmes, voilà tout. La nature a créé un aspect d’elle-même qui ne lui appartient plus, nous sommes des créatures qui ne devraient pas exister parce que nous passons notre temps à nous autodétruire… Les ténèbres gagnent toujours Andoni ! Alors à quoi ça sert de lutter ? Finalement, la seule issue convenable serait de refuser depuis le départ ce jeu de dupe à la con. Ne plus se reproduire, marcher main dans la main vers notre extinction, notre dernière nuit, frères et sœurs votant ensemble la rupture d’un contrat abusif qui mène au néant. »

     

    On adore : Les personnages, l’écriture quand il ne s’agissait pas des descriptions, la fin.

    On regrette : Les descriptions redondantes, les longueurs.

                                                                                                       Debo


    2 commentaires
  • Tous en chœur

    Gill Hornby

    Tous en choeur, de Gil Hornby

     

    Titre en VO : All together now

    Année de la première publication (en France) : 2017

    Nombre de pages : 382

    Editeur : JC Lattès

    Site de l’éditeur : https://www.editions-jclattes.fr/tous-en-choeur-9782709656283

    ISBN : 978-2-7096-5628-3 (format papier)

    Site de l’auteur : https://fr-fr.facebook.com/GillHornbyAuthor/ (sa page facebook)

    Ma note : 6.5/10

    Publique conseillé : plutôt adulte

    Quatrième de couverture : 

    Dans la petite ville anglaise de Bridgford, les magasins de la grand-rue ferment un à un, le café se vide, un seul supermarché subsiste et la chorale se dépeuple. La ville perd son âme.

    Pour lutter contre la morosité, quelques quinquas en manque d'affection décident que la chorale participera aux championnats du comté. Sous la coupe d'Annie, pilier de la communauté, ils cherchent à recruter de nouveaux talents : Tracey, qui dissimule son passé et tente d'élever son fils, Bennett, transfuge des chœurs de l'église, récemment divorcé, et Jazzy, une jeune femme qui croit que sa voix lui permettra d'échapper à la tristesse de Bridgford. Réussiront-ils à se sauver et à sauver leur ville ?

     

    Mon avis :

    C'est une lecture assez mitigée.

    L'histoire est assez simple, une petite chorale d'un petit village de campagne, qui perd son souffle. Et cette petite chorale décide donc de participer à un concours. Mais il faut de nouveaux membres, de la motivation, un nouveau souffle. Alors les membres vont aller dénicher de nouveaux choristes.

    Concernant les personnages maintenant, on en suit plusieurs, avec chacun leurs histoires, des personnes qui se rencontrent, tout simplement, qui apprennent à se connaitre.

    Il y a Annie, une femme qui se donne corps et âme à sa communauté. Une femme qui souhaite voir Brigeford revivre, et ne pas être seulement un village dortoir. Une femme qui se sent seule parce que ses filles viennent de quitter la maison, qui ne se sent plus désirée par son mari. Alors pour elle, la chorale, c'est son moyen de servir encore à quelque chose. Tout comme sa manie de s'investir pour la vie des autres, parfois sans que les autres ne lui aient rien demandé.

    Il y a Tracey, mère dont le fils arrive à la fin de l'adolescence, femme dont la vie est loin d'être palpitante, qui n'aime pas son métier et qui cache de lourds secrets. Qui se cache, aussi, quitte à ne pas être elle même, pour que son fils ne découvre pas ses secrets.

    Il y a aussi Bennett, en plein divorce, qui vient d'être licencié. C'est un homme un peu excentrique, assez hermétique à l'humour et à la subtilité. Il comprend assez mal le monde dans lequel il vit, car il n'avait que son travail depuis des années, et il n'a pas vu le monde autour de lui évoluer. Cela donne des situations assez bizarres parfois, assez drôles. 

    Voilà globalement pour l'histoire et les personnages. Assez simples dans l'ensemble. Pas formidable d'originalité, mais pas inintéressant non plus. Les personnages ont leur caractère, leur histoires, leur façon d'être. Certains m'ont été plus empathique que d'autres. Mais je n'ai pas été particulièrement touchée.

     

    Le style d'écriture est simple. Mais il y a parfois quelques longueurs et l'histoire est longue à démarrer.

    C'est un livre sympa, mais sans plus. Un peu long. Des personnages avec leurs histoires, mais qui ne m'ont pas particulièrement plus. Un style simple à lire mais pas exceptionnel.

    En bref, j'ai un avis mitigé. J'ai apprécié ma lecture, mais sans plus.

     

    Extrait : (choix :Parce que c'est vrai)

    " Lorsqu'une chose était assez belle, assez juste, et aussi longtemps qu'elle avait encore un sens pour quelqu'un, quelque part, elle perdurait."

     

    On adore : On adore pas, mais on apprécie quand-même les personnages, leurs rencontres et l'évolution de leurs relations à tous. Et la scène finale.

    On regrette : Les longueurs, et le début qui ne démarre pas assez vite.

    Jiji


    2 commentaires
  • Les Caïmans

    Bernard Baret

     

    Les Caïmans, de Bernard Baret

     

     

    Titre en VO : Les Caïmans

    Année de la première publication (France) : 2019

    Nombre de pages : 375

    Editeur : Librinova

    Site de l’éditeur : https://www.librinova.com/

    ISBN : 979-10-262-2362-7 (format kindle)

    Site de l’auteur : Pas trouvé

    Ma note : 5/10

    Public conseillé : Adultes

    Quatrième de couverture :

    Jeune ingénieur dans une grande entreprise française, Romain est confronté au comportement de ses collègues et à la valse particulière des relations qu’ils entretiennent.
    Lorsqu’un fait de corruption vient semer le trouble au sein de la direction, il se retrouve bien malgré lui mêlé à ces histoires. L’ambitieux Alain et le fier Arthur conspirent contre Antoine l’aristocrate alors que Romain lutte pour faire la lumière sur cette mystérieuse affaire. Soudainement propulsé au sommet de la compagnie et convaincu de l’innocence d’Antoine, il va tout faire pour que la vérité éclate. En qui avoir confiance ? Et si l’ennemi se trouvait là où il ne l’attend pas ?
    Inspiré par son expérience au sein de grandes entreprises, Bernard Baret nous livre un récit happant sur l’impitoyable monde du travail, où la rationalité est battue en brèche par la poursuite effrénée des intérêts particuliers.
     

     

    Mon avis :

    Je remercie tout d’abord Librinova pour leur confiance !

     

     

    Je suis quand même déçue.

    Les personnages sont assez froids.

    Romain est un jeune ingénieur d’une grande entreprise. Il est attiré par les énergies renouvelables. Il aime son travail, déteste l’injustice.

     

     

    Baïsso est un jeune malien qui fait le ménage dans les locaux de l’entreprise de Romain. C’est un homme extrêmement perspicace, il semble lire dans les yeux de ses interlocuteurs. C’est « l’homme sage » du récit.

     

     

    Marina, la collègue de Romain est ambitieuse. Elle est jolie et va permettre au héros de s’accorder plus de temps pour sa vie personnelle.

     

     

    Arthur est le « bras droit » du Président. Imbu de lui-même, il est détestable.

     

     

    Alain, le Président de l’entreprise est horrible. Il n’hésite pas à mal traiter ses collaborateurs et à tout faire pour les intérêts de son entreprise, quitte à rendre la vie dure à tous.

     

     

    L’écriture de l’auteur est incisive et crue pour montrer les travers de la vue d’entreprise.

    Les chapitres sont longs et lents, il n’y a pas vraiment d’action. Nous suivons les introspections et les questionnements du protagoniste principal.

     

     

    Les thèmes abordés intéressants, ce n’est pas du tout ce que l’on voit dans les romans.

     

     

    Il y a des bémols : les chapitres longs et lents et également la fin qui est plate et pour moi, elle était attendue.

     

     

    Je remercie encore une fois Librinova et l’auteur pour leur confiance !

     

     

    Extrait : (choix : je n’en ai pas mis cette fois car je n’en trouve pas qui me plaise)

     

     

    On adore : Les personnages, l’écriture incisive, les thèmes abordés.

    On regrette : Les chapitres longs et lents, la fin.

     

     

                                                                                                      Debo


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique