• Contemporain

    Dans cette rubrique, vous trouverez les chroniques des livres :

    • La marelle, de Samantha Bailly cool
    • Il est grand temps de rallumer les étoiles, de Virginie Grimaldi wink2
    • Le jardin des secrets, de Kate Morton oh
    • Une jeune fille de son temps, de Georgia Meyer he
    • Les petits pains d'épices, de Marine Noirfalise glasses
    • Blacklistée, de Cole Gibsen intello
    • L'homme en bas de chez elle, de Fabienne Kisvel cry 
    • Quelqu'un pour qui trembler, de Gilles Legardinier happy
    • Aristote et Dante découvrent les secrets de l'univers , de Benjamin Alire Saenz clown
    • Paranoïa, tome 1, de Melissa Bellevigne eek
    • Paranoïa, tome 2, de Melissa Bellevigne cool
    • Le mec de la tombe d'à côté, de Katarina Mazetti smile
    • Le caveau de famille, de Katarina Mazetti arf
    • Les stagiaires, de Samantha Bailly tongue
    • A durée déterminée, de Samantha Bailly glasses
    • Indéterminés, de Samantha Bailly cry
  •  

    La marelle

    Samantha Bailly 

     

    La marelle, de Samantha Bailly

     

     

    Titre en VO : La marelle 

    Année de la première publication (France) : 2018

    Nombre de pages : 305

    Editeur : Roman autoédité

    Site de l’éditeur : il n'y en a pas 

    ISBN : Pas trouvé (format Kindle)

    Site de l’auteur : http://www.samantha-bailly.com/ 

    Ma note : 10/10

    Publique conseillé : Tout le monde

    Quatrième de couverture :

    Sarah va bientôt avoir trente ans. Tout lui réussit : un poste prestigieux dans l’univers prisé de la mode, une bande d’amis qui brûle la chandelle par les deux bouts, une vie de couple épanouie. C’est alors qu’un soir, elle tombe sur un livre : Marelle, de Julio Cortazar. Cette trouvaille est un séisme. Ce livre n’est pas n’importe lequel : les pages sont annotées de sa main et de celle d’un homme qu’elle a aimé bien des années plus tôt. Le passé ressurgit sans crier gare, et avec lui, les fantômes d’une passion aussi intense qu’insensée. Elle et lui avaient décidé de jouer à un jeu. Le jeu d’une passion véritable, sans se révéler leurs identités, un jeu qui devait rester en périphérie de leurs existences, ne jamais s’inviter dans la réalité. Bouleversée par ce livre qu’elle est incapable d’oublier, dernière trace de cette passion enfouie, Sarah va se lancer dans une enquête éperdue pour retrouver celui dont elle ignore tout, sinon que de l’aimer l’a marquée d’une brûlure indélébile.
    Naviguant entre passé et présent, La Marelle est un aller-retour permanent entre la terre du pragmatisme et le ciel des idéaux, où se consument, se refroidissent et reprennent les flammes de toutes les passions, créatives, professionnelles et amoureuses. Un roman qui parle du feu en chacun d’entre nous.

     

     

    Mon avis :  

    Dès que ce nouveau roman est sorti, je n'ai pas hésité une seconde avant de l'acheter ! 

    Vu la taille du résumé, pas besoin d'en rajouter plus.

     

     

    Les personnages sont attachants. 

    Sarah, que nous avons vu de manière très rapide dans Les stagiaires est l'assistante du d'un directeur artistique d'une maison de haute couture. Il y a quelques années, elle a été victime d'un burn out professionnel. A l'aube de la trentaine, elle est à un tournant de sa vie.

     

     

    Jacob, son directeur artistique est jovial. Il adore Sarah et la considère comme son amie.

     

     

    Nam et Claudine - Clo -, les deux meilleures amis de la jeune femme sont très différents. Nam aime la simplicité et la fidélité. 

    Clo, quand à elle, aime faire la fête. Elle est drôle.

     

     

    Nathaniel est un jeune homme que l'héroïne a rencontré deux ans avant le début du récit. Ensemble, ils vont apprendre à se connaître d'une étrange façon. Ils adorent le roman "Marelle" de Julio Cortazar.

     

     

    Marion est une ancienne collègue qui vit au Canada. Elle se considère un peu comme la "maman" de Sarah. Elle va tout faire pour l'aider.

     

     

    L'écriture est encore une fois très poétique, pleine de simplicité et poignante.

     

     

    Les chapitres alternent entre le récit de manière linéaire, des échanges épistolaires avec Marion et des passages du passé avec Nathaniel. 

    Samantha Bailly arrive très bien à doser les différentes temporalités.

     

     

    Les thèmes abordés sont intéressants : burn out professionnel, homosexualité, les diverses formes de la passion...

     

     

    La fin est très belle et la couverture aussi. Elle a été réalisée par Jade Sequeval.

     

     

    En bref, une excellente lecture !

     

     

    Extrait : (choix : être passionné ?) 

    "Etre passionné, c'est être face à un désir impossible à soustraire, impossible à maîtriser. C'est accepter l'inattendu."

     

     

    On adore : Tout. 

    On regrette : Rien.

     

     

                                                                                                                        Debo


    votre commentaire
  •  

    Il est grand temps de rallumer les étoiles

    Virginie Grimaldi

      

    Il est grand temps de rallumer les étoiles, de Virginie Grimaldi

     

     

      

    Titre en VO : Il est grand temps de rallumer les étoiles

    Année de la première publication (France) : 2018 

    Nombre de pages : 396 

    Editeur : Editions Fayard 

    Site de l’éditeur : https://www.fayard.fr/ 

    ISBN : 978-221371-055-6 (format Kindle) 

    Site de l’auteur : http://virginiegrimaldi.com/ 

    Ma note : 10/10 

    Publique conseillé : Adultes 

    Quatrième de couverture

    Anna, 37 ans, croule sous le travail et les relances des huissiers. Ses filles, elle fait que les croiser au petit-déjeuner. Sa vie défile, et elle l'observe depuis la bulle dans laquelle elle s'est enfermée. A 17 ans, Chloé a des rêves plein la tête mais a choisi d'y renoncer pour aider sa mère. Elle cherche de l'affection auprès des garçons, mais cela ne dure jamais. Comme le carrosse de Cendrillon, il se transforme après l'amour. Lily, du haut de ses 12 ans, n'aime pas trop les gens. Elle préfère son rat, à qui elle a donné le nom de son père, parce qu'il a quitté le navire. Le jour où elle apprend que ses filles vont mal, Anna prend une décision folle : elle les embarque dabs un périple en camping-car, direction la Scandinavie. Si on ne peut revenir en arrière, on peut choisir un autre chemin.

     

     

    Mon avis : 

    C'est un coup de cœur ! 

    Le résumé étant long, pas besoin d'en rajouter.

     

     

    Les personnages sont attachants. 

    Anna est une mère célibataire de 37 ans. Elle essaye tant bien que mal de joindre les deux bouts et d'éviter les huissiers de justice. Cette jeune femme adore ses filles, Chloé, 17 ans et Lily, 12 ans.

     

     

    Chloé, 17 ans est lycéenne. Son rêve est de poursuivre ses études supérieures en Australie. 

    Elle tient un blog "Les chroniques de Chloé" où elle exprime ses ressentis. Elle possède une grande sensibilité et a le besoin d'être aimé par les garçons.

     

     

    Lily, 12 ans est collégienne. Elle tient un journal intime qui s'appelle Marcel, un rat domestique du nom de Mathias - comme son père -. Elle adore l'humour et change souvent les mots ou les expressions.

     

     

    Julien et Noé, un père et son fils que les filles vont rencontrées lors de leur road trip en Scandinavie en camping-car sont très présents dans l'intrigue. Julien a le cœur sur la main. Noé est un jeune garçon autiste qui ne parle pas et ne communique que très peu avec les autres.

     

     

    François et Françoise sont avec leurs deux enfants. Ils essayent de leur montrer que vivre dans "le luxe" ne fait pas tout dans la vie.

     

     

    Marine et Greg sont un couple de jeunes mariés. Marine met toujours les "pieds dans le plat" quand une situation gênante arrive !

     

     

    L'écriture est simple mais efficace. L'autrice arrive à nous faire voyager en Suède, Norvège et Finlande de par son écriture immersive. On se croirait vraiment dans ses paysages enneigés ! 

    Le récit est dynamique, de par des chapitres courts. Les points de vue alternent entre Anna, Chloé et Lily. Chacune a un style bien particulier : Anna par une écriture linéaire, Chloé sous la forme d'un article de blog et Lily par celui d'un journal intime. 

    Ce sont les passages de Chloé que j'ai préféré.

     

     

    Les thèmes abordés sont intéressants : la garde des enfants divorcés, les problèmes mère-fille, les problèmes d'argent...

     

      

    La fin est très belle !

     

     

    Je lirais à nouveau un roman de Virginie Grimaldi.

     

     

    Extrait : (choix : le bus de la vie) 

    "J'ai l'impression que nous sommes tous à bord d'un bus qui avance inexorablement vers une direction commune. On s'y croise, on s'y perd, on s'y accompagne parfois. Certains en descendent le terminus. On ne peut pas le freiner, on ne peut pas l'arrêter quelques instants, on peut juste faire en sorte de s'y sentir le mieux possible. Lorsque je suis montée à bord de ce bus, il y a trente-sept ans, je partageais mon siège avec deux personnes : mes parents. Jusqu'à ce que ma mère en descende. J'ai continué seule, mon père et ma grand-mère jamais loin. Mathias s'est assis à mes côtés, je m'y suis accrochée. Et plus, Chloé. Et puis, Lily. Depuis le voyage a un sens. Malgré les secousses, les accidents, je me sens bien dans ce bus. Je sais pourquoi j'y suis."

     

     

    On adore : Tout 

    On regrette : Rien

     

     

                                                                                                                    Debo


    votre commentaire
  •  

    Le jardin des secrets

    Kate Morton

     

      

    Le jardin des secrets, de Kate Morton

     

     

    Titre en VO : The forgotten garden 

    Année de la première publication (France) : 2008 

    Nombre de pages : 508 

    Editeur : Presse de la cité 

    Site de l’éditeur : https://www.lisez.com/presses-de-la-cite/6

    ISBN : 978-2-258-11357-2 (format kindle) 

    Site de l’auteur : https://www.katemorton.com/ 

    Ma note : 7/10 

    Publique conseillé : Adultes 

    Quatrième de couverture :  

    Un labyrinthe qui cache un secret, une conteuse victorienne dont l'œuvre a disparu, trois générations de femmes unies par une même histoire... En 1913, sur le port de Brisbane, en Australie, une petite fille de quatre ans est retrouvée abandonnée sur un bateau arrivant d'Angleterre, avec pour tout bagage une valise contenant quelques vêtements et un superbe livre de contes de fées. Recueillie par un couple, elle n'apprend son adoption que le jour de son vingt et unième anniversaire. Des années plus tard, Nell décide de partir à la recherche de son passé, en Cornouailles, au domaine de Blackhurst. A sa mort, sa petite-fille Cassandra poursuit cette quête et se rend à son tour en Angleterre afin de percer les secrets du domaine... Dans Le jardin des secrets, Kate Morton montre qu'elle sait comme personne entremêler les fils du passé et du présent pour tisser un extraordinaire roman qui célèbre avec finesse et poésie le pouvoir de l'imaginaire.

      

    Mon avis :  

    C'était donc mon premier Kate Morton, auteur que j'avais très envie de découvrir depuis quelques temps et notamment celui-ci.

     

      

    Comme le résumé est assez long et que je veux vous laisser, le suspense, car croyez-moi il va y en avoir, pas de précision en plus.

     

      

    Les personnages sont travaillés et fouillés. Chaque petit détail à son importance.

     

      

    Nell est une vieille dame qui au début du récit est en fin de vie. Elle cherche depuis plusieurs années le secret de ses origines. C'est une femme distante mais qui adore sa petite-fille, Cassandra.

     

      

    Cassandra, sa petite-fille va donc reprendre les recherches de sa grand-mère. Elle s'entend très bien avec elle, on le comprend de par leur histoire commune. Elle va donc voyager entre l'Australie et l'Angleterre et plus précisément dans la région de Cornouailles pour percer les mystères que renferment un labyrinthe.

     

      

    Rose est une jeune bourgeoise anglaise dans les années 1900 à "la santé fragile". Elle est protégée en permanence par sa mère, Adeline, qui court après les spécialistes pour la soigner. C'est une petite fille intelligente mais qui n'a pas d'amis restant enfermée dans sa chambre.

     

      

    Eliza Makepeace, la cousine paternelle de Rose vit à Londres dans les quartiers populaire avec son frère jumeau, Sammy dont elle est très proche. Elle a une imagination débordante et n'hésite pas à raconter ses propres histoires. Elle va par la suite se lier d'amitié avec Rose et toutes les deux vont avoir une relation fusionnelle.

     

      

    Les personnages secondaires sont intéressants mais il y en a beaucoup et je ne pourrais pas tous les citer.

     

      

    L'écriture de l'auteur est immersive, on se croirait dans les scènes décrites notamment celles se passant dans les jeunes années d'Eliza à Londres. Les chapitres alternent entre la vie d'Eliza et Rose en 1900, quand Nell essaye de découvrir ses origines en 1975 et dans le présent - 2005 - où Cassandra reprend la suite de sa grand-mère. Les chapitres sont tout de même longs.

     

     

    Il y a énormément de rebondissements que l'on ne voit pas venir. Kate Morton  arrive avec souplesse à emmêler le passer et le présent.

     

      

    J'ai bien aimé le fait que l'on découvrons l'Australie et les paysages brumeux de Cornouailles.

     

      

    Il y a quand même quelques longueurs et une tendance à la description très développée.

     

      

    La couverture est très jolie et mystérieuse...

     

       

    La fin est bien et clôt bien l'histoire.

     

      

    Extrait : (choix : L'Histoire ?) 

    "Telle était la nature de l'Histoire avec un grand H : hypothétique, subjective, partiale, inconnaissable — une somme d'histoires rapportées par les seuls vainqueurs."

     

      

    On adore :  L'écriture, la couverture, les personnages, l'intrigue. 

    On regrette : Les longueurs.


    2 commentaires
  •  

    Indéterminés

    Samantha Bailly

     

      

     

    Indéterminés, de Samantha Bailly

     

      

    Titre en VO : Indéterminés 

    Année de la première publication (France) : 2018 

    Nombre de pages : 400 

    Editeur : JC Lattès 

    Site de l’éditeur : http://www.editions-jclattes.fr/ 

    ISBN : 978-2-7096-5917-8 (format Kindle) 

    Site de l’auteur : http://www.samantha-bailly.com/ 

    Ma note : 8/10 

    Publique conseillé : Jeunes adultes 

    Quatrième de couverture :

    Ophélie est promue, en moins de cinq ans, directrice de communication dans une entreprise de divertissement. Lorsque l'entreprise est rachetée par le géant de l'industrie des jeux vidéos, les licenciements et la  tension font douter la jeune femme de son avenir. Sa vie professionnelle et personnelle est d'autant plus bousculée lorsque son ancien amant, Arthur Mareuil est nommé analyste financier.

      

    Mon avis :  

    Comme vous le savez peut-être, Samantha Bailly est mon auteur préférée. De ce fait, le troisième tome des "stagiaires" a été acheté le jour de sa sortie, le 7 mars. Aussitôt, acheté, aussitôt lu !

      

    Pour ne pas vous vous en dire trop, je ne ferais pas de résumé.

      

    Comme d'habitude, les personnages sont attachants. 

    On retrouve davantage les personnages rencontrés dans les "stagiaires", Hugues, Alix, Vincent Arthur, Ophélie et tous les autres.

     

     

    Ophélie est devenu après 5 ans chez Pyxis directrice de la communication. Elle est passionnée par son travail et se dévoue corps et âme à l'entreprise, quitte ) mettre un peu de côté sa vie personnelle. 

    Elle est quelques fois agaçante.

     

      

    Arthur est un jeune étudiant en école de commerce qui après un road trip en Amérique du Sud revient à Paris pour occuper le poste d'analyste financier chez Pyxis. Contrairement au tome 1, où il passait son temps à prendre de la drogue et où il était "fils à papa", il a mûri et souhaite se délivrer du poids de sa famille.

     

      

    Alix, une amie d'Ophélie et ancienne stagiaire est devenue assistante éditoriale.

    Passionnée de culture japonaise, elle n'hésite pas à contredire son supérieur pour défendre les auteurs et leur rémunération.

     

      

    Manolis est directeur événementiel du géant du jeu vidéo, GameVision qui va être le repreneur de Pixys qui a des difficultés financières.

     

      

    L'écriture est toujours aussi efficace et percutante. 

    Les chapitres alternent entre le pont de vue d'Ophélie et d'Arthur. J'ai préférée ceux de ce dernier.

     

      

    Les thèmes abordés sont actuels : la rémunération plus que basse des auteurs et des illustrateurs jeunesse, les licenciements qu'impliquent un rachat d'entreprise, le terrorisme et le harcèlement sexuel sur le lieu de travail...

     

      

    La fin m'a tout de même un peu "déçue", je ne sais pas en quoi en penser.

     

      

    Extrait : (choix :  les personnes sont-elles nos ombres ?) 

    "Il y a des personnes qui sont comme nos ombres. Elles fuient quand vous les chercher, mais sont pourtant toujours derrière vous."

     

      

    On adore : Les personnages, l'écriture, les thèmes abordés, l'alternance de point de vue. 

    On regrette : La fin.


    votre commentaire
  •  

    Une jeune fille de son temps

    Georgia Meyer 

     

     

    Une jeune fille de son temps, de Georgia Meyer

     

     

     

     

    Titre en VO : Une jeune fille de son temps

    Année de la première publication (France) : 2016

    Nombre de pages : 400 

    Editeur : Librinova 

    Site de l’éditeur : https://www.librinova.com/ 

    ISBN : 979-10-262-0596-8 (format Kindle) 

    Site de l’auteur : Pas trouvé 

    Ma note :  5/10 

    Publique conseillé : Lecteurs aimant la littérature contemporaine 

    Quatrième de couverture :  

    Une héroïne qui n'en est pas une. Une de celles que l'on côtoie chaque jour, un peu partout, à la croisée des chemins. Elle ne se connait pas, se cherche puis se découvre à travers le portrait d'autres femmes qui ont vécu leur existence sur les sentiers tortueux de l'amour, chacune à leur façon. Quatre femmes, quatre saisons, un cycle pour dessiner une esquisse, un contour, un devenir de la femme que l'on aimerait être. Une jeune fille de son temps, c’est une histoire d’amours avec un « S » mais aussi celle d’une amitié qui lie ces femmes entre elles. L’apprentissage de soi à travers la bienveillance des autres.

     

      

    Mon avis :  

    Tout d'abord, je remercie Georgia Meyer de faire partager son roman !

     

     

    Je ne vous ferais pas de résumé, car je pense que chaque personne doit se plonger dans cette histoire sans en connaître davantage que ce que raconte la quatrième de couverture.

     

     

    Les personnages sont attachants. 

    Joe est au début de l'histoire, une jeune fille dévastée depuis la mort de sa mère, elle a beaucoup de mal à refaire surface. Joe travaille dans un journal local de Bordeaux dans lequel elle s'ennuie profondément. 

    La jeune femme a du mal à être "une jeune fille de son temps".

     

     

    Sa sœur, Charly, mère de deux enfants est très amoureuse de son compagnon, Gérald. C'est l'exact opposé de sa cadette, elle est très enjouée.

     

     

    Anna, une jeune Argentine que Joe va rencontrer lors d'un trajet en bus est une femme qui croque la vie à "pleines dents". Elle ne s'embarrasse pas de certaines manières et va être un vrai soutien pour son amie.

     

     

    Henriette, une vieille dame et à qui Joe va tenir compagnie est pleine de sagesse. Elle va d'ailleurs commencer à raconter son histoire et notamment sa rencontre avec les deux hommes qui ont partager sa vie, ses déboires, ses joies.

     

     

    Frank, un homme que Joe avec qui l'héroïne va se lier d'amitié, voir peut-être plus va se révéler être un "moteur" pour elle.

     

     

    Ce roman relate les histoires d'amitié, d'amour et sur la quête d'identité des personnages à travers un quotidien quoique banal.

     

     

    Le récit se déroule sur une année à travers les quatre saisons. Au début, les chapitres alternent les points de vue des différents protagonistes féminins, même si, c'est principalement Joe qui est notre narratrice principale.

     

     

    Je dois dire que l'écriture est agréable, fluide mais j'ai trouvée des longueurs qui peuvent parfois lasser.

     

     

    En résumé, une bonne lecture.

     

     

    Encore merci à l'auteur !

     

     

    Extrait : (choix : au hasard) 

    "Le problème avec ce monde, est que les personnes intelligentes sont pleines de doutes, tandis que les personnes stupides sont pleines de confiance".

     

     

    On adore : Les personnages, l'écriture. 

    On regrette : Les longueurs.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique