• Contemporain

    Dans cette rubrique, vous trouverez mes avis sur :

  • Le souffle des acouphènes

    C.L. Laurent

     

    Le souffle des acouphènes, de C.L Laurent

    PODCAST : https://youtu.be/J_B7FIdP9iM

     

    Titre en VO : Le souffle des acouphènes

    Année de la première publication (France) : 2021

    Nombre de pages : 102

    Editeur : Librinova

    Site de l’éditeur : https://www.librinova.com/

    ISBN : 979-10-262-9183-1

    Site de l’auteur : https://www.librinova.com/auteur/c-l-laurent (sa fiche auteur)

    Ma note : 4/10

    Public conseillé : Tout le monde

    Quatrième de couverture :

    Pour notre narratrice, chaque instant de la vie est lié à un souvenir ou une œuvre. Mais depuis quelque temps, une surdité de l’oreille gauche et des acouphènes évoquant le chant des grillons l’empêchent d’exercer correctement son métier de romancière. Après diverses consultations infructueuses chez plusieurs médecins, elle se décide à consulter Alexandre de la Tour, un médecin aux méthodes atypiques. Celui-ci l’entraîne alors dans un voyage à travers les âges, où traditions et parfums les entourent pour mieux comprendre l’Histoire et ses arts oubliés.
    Le souffle des acouphènes est un roman qui porte un regard poétique sur notre époque. Embarquez pour un voyage où la destination importe moins que les rencontres et la confrontation avec les fantômes du passé.

     

    Mon avis :

    Avant de commencer, je tiens à remercier Librinova pour l’envoi de ce roman et leur confiance.

    Malheureusement, je n’ai pas accroché.

     

    Nous suivons une jeune femme qui souffre d’acouphènes. Elle va faire la connaissance d’un homme qui ne va pas la laisser indifférente.

     

    Les personnages sont corrects. La narratrice est appréciable. Elle va se découvrir elle-même à travers ce récit.

     

    Alexandre de la Tour est un médecin qui s’interroge sur la Vie.

     

    L’écriture est simple.

     

    L’intrigue peut faire réfléchir le lectorat, mais je n’y est pas été sensible.

     

    Je n’ai pas vraiment compris la fin.

     

    En bref, une lecture mitigée.

     

    Extrait : (choix : aucun)

     

    Les points forts : Les personnages, l’écriture.

    Les points faibles : L’intrigue, la fin.

     

    Articles précédents :

    - 5 livres qui se passent en Italie

    - Holly Boldt, tome 1, de Danielle Garrett

    - A la découverte de Rome dans catégorie "Blabla"


    votre commentaire
  • Les œillères de l’éléphante

    Laurie Heyme

     

    Les oeillères de l'éléphante, de Laurie Heyme

    PODCAST : https://youtu.be/fHwT9y-RB1Y

     

    Titre en VO : Les œillères de l’éléphante

    Année de la première publication (France) : 2021

    Nombre de pages : 207

    Editeur : Librinova

    Site de l’éditeur : https://www.librinova.com/

    ISBN : 979-10-262-9709-3

    Site de l’auteur : https://laurieheyme.com/

    Ma note : 5/10

    Public conseillé : Tout le monde

    Quatrième de couverture :

    Quand Louise voit sa mémoire d’éléphant prendre la poudre d’escampette, sa vie bascule.
    Habitante d’un quotidien qu’elle ne supporte plus, elle jongle entre une mère tyrannique et un compagnon manipulateur, sans réussir à enlever ses œillères.
    Il lui faudra un électrochoc, envoyé du ciel par son père défunt, pour faire voler en éclats toutes ses croyances et lui permettre d’affronter ses bourreaux.
    Mais le chemin vers sa libération ne sera pas sans embûches. Entre la découverte d’un secret de famille inavouable et un voyage au cœur de New York, Louise nous emmène dans ce périple douloureux qu’est la résilience.
    Parviendra-t-elle, au milieu de tout ce tumulte, à se retrouver enfin ? Finira-t-elle par devenir l’actrice de sa vie, à défaut d’en être la spectatrice ?

     

    Mon avis :

    Avant de commencer, je tiens à remercier l’autrice de m’avoir proposé son roman grâce au site Simplement. Malheureusement, je n’ai pas tellement accroché.

     

    Nous suivons Louise, jeune femme qui a une vie des plus banale. Sa vie va voler en éclats et toutes ses croyances vont être ébranlées.

     

    Louise est une jeune femme qui a une vie assez monotone. Elle travaille, a un compagnon. Elle a une relation très compliquée avec sa mère et été proche de son père, aujourd’hui décédé.

     

    Marguerite, la mère de Louise, est tyrannique. Elle passe son temps à faire des reproches à sa fille.

     

    Les autres protagonistes vont permettre à l’héroïne d’avancer dans sa vie.

     

    L’écriture est simple, efficace.

     

    En ce qui concerne l’intrigue, je ne l’ai pas vraiment comprise, dommage.

     

    La fin est bien et clôt bien le récit.

     

    En bref, une lecture mitigée.

     

    Merci encore à Laurie Heyme pour sa confiance.

     

    Extrait : (choix : au hasard)

    « Je passe du rire aux larmes comme le soleil passe à la pluie. »

     

    Les points forts : Les personnages, l’écriture, la fin.

    Les points faibles : L’intrigue.

     

    Articles précédents :

    - Asylis : La signature du contrat d'édition

    - Bilan lectures - Avril 2022

    - #PLIB2022 : Une couronne d'os et d'épines, d'Emily Norsken dans catégorie "fantasy/fantastique"


    votre commentaire
  • Et que ne durent que les moments doux

    Virginie Grimaldi

     

    Et que ne durent que les moments doux, de Virginie Grimaldi

     

    PODCAST : https://youtu.be/ZhoTKaPdgP4

     

    Titre en VO : Et que ne durent que les moments doux

    Année de la première publication (France) : 2020

    Nombre de pages : 216

    Editeur : Editions Fayard

    Site de l’éditeur : https://www.fayard.fr/

    ISBN : 978-2-21371-884-2

    Site de l’auteur : https://virginiegrimaldi.com/

    Ma note : 10/10

    Public conseillé : Tout le monde

    Quatrième de couverture :

    L’une vient de donner naissance à une petite fille arrivée trop tôt. Elle est minuscule, pourtant elle prend déjà tellement de place.
    L’autre vient de voir ses grands enfants quitter le nid. Son fils laisse un vide immense, mais aussi son chien farfelu.
    L’une doit apprendre à être mère à temps plein, l’autre doit apprendre à être mère à la retraite.
    C’est l’histoire universelle de ces moments qui font basculer la vie, de ces vagues d’émotions qui balaient tout sur leur passage, et de ces rencontres indélébiles qui changent un destin.

     

    Mon avis :

    Comme à chaque fois, ce roman est un véritable coup de cœur !

    Pour ne pas vous gâcher la surprise, je ne vous parlerai pas du résumé.

     

    Les personnages sont extrêmement attachants.

    Élise est une mère de famille qui se retrouve seule après le départ de ses enfants. Elle le vit très mal. Puis, au fil du récit, elle va sortir de sa coquille.

     

    Lili est une jeune maman qui vient d’accoucher d’une petite fille prématurée. Cette épreuve est très dure à vivre pour la jeune femme.

     

    Thomas et Charline, les deux enfants d’Élise, apparaissent dans des chapitres d’échanges de SMS qui sont drôles.

     

    Nous suivons également d’autres parents d’enfants prématurés ainsi que les soignants qui s’occupent des bébés. Ils sont importants au sein de l’intrigue.

     

    L’intrigue, justement, est très belle et pleine de douceur malgré les épreuves difficiles.

     

    L’écriture est simple et pleine de sensibilité. Elle m’a tiré les larmes à plusieurs reprises.

     

    La fin clôt bien le récit et on ne peut pas s’attendre au dénouement.

     

    En bref, une excellente lecture et je pense que Virginie Grimaldi est l’une de mes autrices de prédilection.

     

     

    Extrait : (choix : beau passage)

    « Mes vingt-trois dernières années ont été consacrées à mes enfants. Je ne me suis pas sacrifiée. Devenir mère a donné un sens à ma vie. Enfin, j’étais utile. Enfin, je comptais pour quelqu’un. C’est égoïste, j’en conviens. Je ne l’ai pas calculé : la maternité a réparé en moi ce que l’enfance avait abîmé. »

     

    Les points forts : Les personnages, l’intrigue, l’écriture, les thèmes abordés, la fin.

    Les points faibles : Il n’y en a pas. 

     

    Articles précédents :

    - Asylis : Judikaëlle

    - Asylis : Présentation générale

    - L'héritier du Dalaras, de L.R Roy dans catégorie "fantasy/fantastique"


    votre commentaire
  • Tant que nous serons ensemble

    Élise Marty Gay

     

    Tant que nous serons ensemble, d'Elise Marty Gay

    PODCAST : https://youtu.be/PBmXuBxUAB0

     

    Titre en VO : Tant que nous serons ensemble

    Année de la première publication (France) : 2021

    Nombre de pages : 284

    Editeur : Livre auto-édité

    Site de l’éditeur : Aucun

    ISBN : 979-10-699-7426-9

    Site de l’auteur : Pas trouvé

    Ma note : 6,5/10

    Public conseillé : Tout le monde

    Quatrième de couverture :

    Et si grandir pouvait être amusant ?
    Un roman feel good sur le pardon et le pouvoir de l’amour.
    Émilie emménage à Toulouse pour y suivre des études de psychologie. Loin de son village natal, de ses amis d'enfance et de tous ses repères, elle peine à apprécier sa nouvelle vie.
    Mais alors qu'elle visite l'université vide, elle aperçoit un groupe d'étudiants se baignant dans une fontaine publique. Ils l'invitent à venir, elle se jette à l'eau et tout commence.
    Hiro rentre dans sa vie.
    Hiro est une belle japonaise, étudiante le jour et barmaid la nuit. Elle est drôle, gentille et mature. Émilie rencontrera aussi Baptiste, Sarah, Benjamin et tant d'autres dans ce long cheminement vers l'âge adulte.

     

    Mon avis :

    Tout d’abord, je tiens à remercier l’autrice de m’avoir proposé son roman grâce au site Simplement.

    Une bonne lecture avec quelques bémols.

    Le résumé étant long, je n’en dirais pas plus.

     

    Les personnages sont attachants. Émilie est une jeune étudiante en psychologie qui découvre Toulouse. Elle a une relation compliquée avec son père. Elle va rencontrer des amis dans une situation cocasse.

     

    Hiro est une jeune japonaise qui va intriguée l’héroïne. Elle est mystérieuse.

     

    Le père d’Émilie est une « tête à claque ». Il est égocentrique et considère que les études de psychologie ne sont pas de « vraies études ».

     

    L’écriture est simple et efficace. On a envie de connaître la suite.

     

    Nous visitons Toulouse, ce qui est très agréable.

     

    J’ai bien aimé la fin.

     

    La couverture est assez jolie.

     

    Il y a quelques longueurs.

     

    Merci encore à l’autrice pour sa confiance !

     

    Extrait : (choix : aucun)

     

    Les points forts : Les personnages, la découverte de la ville, l’écriture, la couverture, la fin.

    Les points faibles : Les longueurs. 

     

    Articles précédents :

    - Ne renonce pas, d'Anne-Sophie Hennicker

    - #PLIB2022 : J'ai voté pour les 25 romans sélectionnés

    - Sorties littéraires - Décembre 2021 dans catégorie "nouveautés"


    votre commentaire
  • Échange loft londonien contre cottage bucolique

    Beth O’Leary

     

    Echange loft londonien contre cottage bucolique, de Beth O'Leary

     

    PODCAST : https://youtu.be/nhbkP8tzoOY

     

    Titre en VO : The Switch

    Année de la première publication (France) : 2021

    Nombre de pages : 321

    Editeur : Hugo & Cie

    Site de l’éditeur : https://www.hugoetcie.fr/

    ISBN : 978-2-755-68786-6

    Site de l’auteur : https://www.betholearyauthor.com/

    Ma note : 10/10

    Public conseillé : Tout le monde

    Quatrième de couverture :

    Leena Cotton est épuisée. Ce n'est pas elle qui le pense, c'est son corps qui le lui dit. Son burn-out explosif en plein milieu d'une réunion capitale parle à sa place. Pour la peine, son employeur lui impose deux mois de congés qu'elle ira passer - en traînant les pieds - dans le cottage de sa grand-mère, à la campagne.
    Elle aurait encore préféré mourir de surmenage que d'ennui... Eileen Cotton a pris une décision : puisque son époux de toute une vie l'a quittée du jour au lendemain, elle a désormais le droit de vivre pour elle-même. Et pourquoi pas même... vivre une relation charnelle passionnée, à 80 ans ? Mais dans son petit village du Yorkshire, les candidats au poste d'amant ne sont pas légion... Un problème ? Une solution ! La grand-mère et la petite-fille n'ont qu'à échanger leurs vies.
    Eileen ira habiter dans la colocation de Leena à Londres, où les beaux messieurs pullulent, tandis que Leena a pour mission de se reposer à la campagne et... de régler tous les problèmes qu'elle avait tenté jusqu'ici de mettre sous le tapis. Avec quelques conseils pour apprivoiser la trépidante capitale d'un côté, et un ou deux trucs pour gérer les voisins intrusifs (ou excessivement séduisants) de l'autre, les aventurières devraient s'en sortir...
    N'est-ce pas ?

     

    Mon avis :

    Tout d’abord, je remercie la maison d’édition d’avoir accepté ma demande sur Netgalley.

    Ce roman est un coup de cœur. C’est un excellent feel-good !

     

    Leena est une jeune londonienne accro à son travail. Elle va décider sur un coup de tête d’échanger sa vie avec sa grand-mère. Elle n’en sortira pas indemne.

     

    Les personnages sont très touchants. Leena est une jeune femme qui ne vit que pour son travail. Elle est meurtrie par la mort de sa petite sœur, un an auparavant. Elle ne s’entend pas trop avec sa maman, mais a une grande complicité avec sa grand-mère.

     

    Eileen, la grand-mère de Leena, est loufoque et pétillante. Elle ne se laisse pas marcher sur les pieds. Elle est engagée pour son village et est très appréciée. Elle fait partie du club des Voisins Vigilants – un groupe de personnes âgées qui surveille tout ce qu’il se passe dans cette petite communauté -.

    Eileen a un rêve : aller à Londres et changer de vie.

     

    Betsy est une amie d’Eileen qui est particulière. Elle cache de lourds secrets auxquels on ne peut pas s’attendre. Leena et elle ne partent pas sur de bonnes bases.

     

    Marian, la mère de la jeune femme, est dans la lune. Elle n’arrive pas à se remettre de la mort de sa fille cadette. Quoi de plus normal, me direz-vous. Elle ne parle pas trop à sa fille aînée.

     

    Les autres protagonistes sont importants au sein de l’intrigue. Certains apportent de la légèreté.

     

    L’intrigue est très bien. On a très envie de connaître la suite, j’avais envie de tourner les pages. Des thèmes durs et de société sont traités comme, par exemple, les violences conjugales ou bien encore le deuil.

     

    L’écriture est simple mais percutante, qui ne nous laisse pas indifférents.

     

    J’ai adoré la relation Leena/Eileen qui est très complice. J’ai retrouvé la relation que j’entretiens avec ma propre grand-mère que j’adore !

     

    Le livre est catalogué comme une romance, mais pour moi, il s’agît plus d’un feel-good. En effet, il y a très peu de romance.

     

    La fin clôt bien le récit.

     

    En bref, un véritable coup de cœur !

     

    Merci encore à la maison d’édition pour sa confiance.

     

    Extrait : (choix : J’aime ce passage)

    « Voilà quatre longs mois que mon mari s'est fait la malle avec notre prof de danse, quatre mois de pur bonheur durant lesquels il ne m'a pas manqué une seule seconde. Jusqu'à aujourd’hui.
    Sur le buffet, le pot en verre me nargue. Cela fait un quart d'heure que j'essaie d'en ôter le couvercle. Mon poignet me lance mais je n'ai pas encore dit mon dernier mot. Certaines femmes restent seules toute leur vie, ça ne les empêche pas de manger des aliments en bocal ! »

     

    Les points forts : Les personnages, l’intrigue, les thèmes abordés, l’écriture, la relation entre grand-mère et petite-fille, la fin.

    Les points faibles : Il n’y en a pas. 

     

    Articles précédents :

    - #PLIB2022 : C'est reparti !

    - Pile à lire de l'été : Le bilan

    - #PLIB2021 : La remise de prix dans catégorie "nouveautés"


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique