• Fantasy/fantastique

    Dans cette rubrique, vous trouverez mes avis sur :

  • L’héritage des Daverii

    Tome 1 : Astres & Cendres

    Elin Bakker

     

    L'héritage des Daverii, tome 1, d'Elin Bakker

     

    PODCAST : https://youtu.be/8wf6iVnZCBU

     

    Titre en VO : Astres & Cendres

    Année de la première publication (France) : 2020

    Nombre de pages : 360

    Editeur : Sudarènes éditions

    Site de l’éditeur http://www.sudarenes.com/

    ISBN : 978-2-374-64295-6 (format numérique)

    Site de l’auteur : http://www.sudarenes.com/ecrivain_122.htm (sa page auteur)

    Ma note : 6/10

    Public conseillé : Jeunes adultes à partir de 15 ans

    Quatrième de couverture :

    "Tu es une braise, tu es un incendie fou, tu es faite d'astres et de cendres".

    Sa nouvelle vie a commencé au milieu du sang et du feu.

    Deux longues années se sont écoulées depuis la nuit pendant laquelle Anissa a été enlevée par d'étranges individus.

    Piégée dans une cage dorée peuplée par la cour du Duc Galves, la jeune rebelle tente de retrouver à tout prix sa liberté.

    Toutefois, des forces obscures hantent les souvenirs de son passé.

    La destruction arrive et le compte à rebours a déjà été lancé.

    Personne ne pourra échapper à l’orage qui se forme...

     

    Mon avis :

    Tout d’abord, je remercie les éditions Sudarènes pour l’envoi de ce service presse.

    Malheureusement, je n’ai pas trop accroché à ce premier tome.

    Le résumé est assez énigmatique, je ne vous en dirai pas plus.

     

    Les personnages sont, pour moi, assez clichés. Anissa est une jeune aristocrate qui vit à la cour du Duc Galves depuis 2 ans. Elle a un passé difficile et traumatisant. Elle semble importante aux yeux de tout le monde mais elle ne sait pas pourquoi.

     

    Daran est un jeune combattant mystérieux, il protège Anissa. Nous découvrons progressivement son passé.

     

    Lenn est le superviseur de l’héroïne. Il est chargé de la protéger à la cour. Leur relation est particulière.

     

    Les autres personnages sont peu présents, ce qui est dommage !

     

    Je n’ai pas vraiment accroché à l’écriture à cause du style. En effet, l’autrice utilise différents temps de narration, le passé et le présent. Cela m’a perturbé.

     

    L’univers est correct même s’il est « classique ». Par contre, il met du temps à se mettre en place.

     

    Il y a de très grandes longueurs, ce qui pour moi alourdit le récit.

     

    La fin est bien mais je ne pense pas que je lirai la suite.

     

    En bref, une lecture très mitigée.

     

    Je remercie encore une fois les éditions Sudarènes pour cette découverte.

     

    Extrait : (choix : au hasard)

    « La jeune femme cherchait à oublier tout ce qu'elle avait perdu, tout ce qu'elle avait fait. À présent, Anissa n'était pas plus qu'une unième ombre dans un jeu d'obscurité.

    Tous savaient qu'un feu indomptable brûlait à l'intérieur de son être. Tous, sauf elle-même. Les flammes de ses actes et de son crime la rendaient plus forte, plus puissante. Elle croyait au contraire et repoussait sa rage toujours plus profondément dans son cœur. Mais l'explosion qui se préparait changerait tout. Elle serait la clé, celle qui pouvait mener vers leur perte ou leur bonheur.

    Le choix de ses sacrifices serait le sien et même une infime étincelle pourrait déclencher le terrible incendie qui grandissait constamment dans son cœur. »

     

    Les points forts : L’univers, la fin.

    Les points faibles : Les personnages, les longueurs, l’écriture.

     

    Articles précédents :

    - Amandine Clémente répond à mes questions

    - Bilan lectures - Juillet 2020

    - Sous ses doigts, tome 1, d'Emilie Goudin-Lopez dans catégorie "romance"


  • Alyson

    Julien Cordier

     

    Alyson, de Julien Cordier

    PODCAST : https://www.youtube.com/watch?v=ofU_p7fas2g

     

    Titre en VO : Alyson

    Année de la première publication (France) : 2020

    Nombre de pages : 369

    Editeur : Livre auto-édité

    Site de l’éditeur : Il n’y en pas

    ISBN : Aucun (format numérique)

    Site de l’auteur : http://julien-cordier.com/

    Ma note : 6/10

    Public conseillé : Tout le monde

    Quatrième de couverture :

    8 mai 2063, Willow drive, Greenport, Etats-Unis

    Shaï est une étudiante de 17 ans très stricte avec elle-même. Passionnée de sciences naturelles, celle-ci aspire à devenir une des plus grandes chirurgiennes de sa génération. Malheureusement, malgré tous ses efforts pour tracer sa propre voie, la plupart des gens la connaissent comme étant la petite fille d’Alyson Hach, légende vivante de Hollywood, la seule actrice à avoir obtenu cinq Oscars dans toute l’histoire du cinéma.

    Mais ce jour-là, sa vie bascule lorsque Lèv, son meilleur ami d’enfance, réapparaît dans sa vie et qu’elle découvre, par hasard, une incohérence génétique entre les groupes sanguins de sa mère et de ses grands-parents.

    Quel est donc ce terrible secret que détient Alyson ?

    Bien décidée à découvrir la vérité, Shaï est loin d’imaginer que toute cette histoire a commencé en France, sur la Côte d’Azur, en 2008, lorsque sa grand-mère a rencontré Frédéric, un jeune Français venant du futur, qui va remettre en question sa notion de possible et d’impossible…

    Et si vous pouviez remonter le temps et rencontrer l'actrice de vos rêves avant que celle-ci ne devienne célèbre...

    Que feriez-vous ?

     

    Mon avis :

    J’ai lu ce roman grâce au site Simplement. Merci à l’auteur pour sa confiance.

    Malheureusement, je n’ai pas vraiment accroché à l’histoire.

    Le résumé étant long, je n’en dirai pas plus.

     

    Les personnages sont sympathiques. Shaï est une jeune étudiante en science qui veut devenir chirurgienne. Elle est la petite-fille d’une grande actrice. Elle veut découvrir la véritable histoire de sa grand-mère.

     

    Frédéric est un jeune informaticien talentueux de 27 ans, il va passer sa thèse pour son doctorat. Il adore le cinéma et plus particulièrement l’actrice Alyson Hach qu’il rêve de rencontrer.

     

    Sydney, la sœur de Frédéric se moque de lui à cause de sa vénération pour Alyson.

     

    Les personnages secondaires sont intéressants mais on ne les voit pas beaucoup, selon moi, ce qui est dommage.

     

    L’intrigue est bien mais elle m’a un peu perdue. En effet, nous suivons deux intrigues en parallèle : Shaï et ses recherches sur la vie de sa grand-mère et Frédéric et sa famille.

     

    L’univers est correct, on a envie d’en savoir plus.

     

    L’écriture est simple mais efficace. Par contre, il manque certains mots dans les phrases.

     

    Il y a un petit côté « paranormal » qui est bien mais cela m’a perturbée. Je n’ai pas vraiment compris cela.

     

    L’auteur, lorsqu’il m’a présenté son roman m’a indiqué qu’il avait écrit ce livre après un rêve où il y avait une actrice. Je n’ai pas trouvé de qui il s’agit.

     

    La fin clôt bien le récit.

     

    En bref, une bonne lecture.

     

    Merci encore à l’auteur pour sa confiance !

     

    Extrait : (choix : aucun)

     

    Les points forts : Les personnages, l’écriture, l’univers, la fin.

    Les points faibles : Le fait qu’il manque des mots dans les phrases, le côté paranormal.

     

    Articles précédents :

    - Suits : avocats sur mesure, saison 6

    - Contes d'errances, contes d'espérances, de Jacques Salomé

    - Passion d'été, tome 1, de Noëline dans catégorie "romance"

     


  • L’Equilibre

    Marion De Sousa

     

    L'Equilibre, de Marion De Sousa

     

    PODCAST : https://www.youtube.com/watch?v=q2Adkv6XRyQ

     

    Titre en VO : L’Equilibre

    Année de la première publication (France) : 2020

    Nombre de pages : 300

    Editeur : Librinova

    Site de l’éditeur : https://www.librinova.com/

    ISBN : 979-10-262-4728-9 (format numérique)

    Site de l’auteur : https://www.facebook.com/pages/category/Author/Marion-De-Sousa-Auteur-113462090197961/ (a page facebook)

    Public conseillé : Jeunes adultes à partir de 16 ans

    Quatrième de couverture :

    La Mort a un visage.

    Dans un monde ravagé par d’innombrables guerres, l'équilibre entre le bien et le mal n'est plus maintenu. Cela a pour conséquence de détruire peu à peu toutes formes de vie qu'il reste. Gaël, un jeune agriculteur de dix-huit ans apprend qu'une amie a été kidnappée par les Meurtriers, organisation malveillante au cœur de la cité. Il part à sa recherche, s'ouvrant à l'aventure intrépide qui l'attend. Très vite, il découvre qu'il descend d'une lignée de Veilleurs et que la Nature, esprit éminent qui dicte les lois de la planète, n'attendait que son dix-neuvième anniversaire pour lui révéler son identité. Elle lui annonce qu'il doit maintenir l’Équilibre. Entre doutes, mensonges et surprises, le jeune homme se bat pour garder son humanité qui menace chaque jour de se dissiper...

     

    Mon avis :

    Ce livre a été lu pour le Prix des lecteurs Librinova 2020.

    Vu que le résumé est long et le roman court – 300 pages -, je n’en dirai pas plus.

     

    Les personnages sont bien travaillés. Gaël, le protagoniste principal vit seul avec son père depuis que sa mère est partie, il ne sait pas trop pourquoi. Il ne comprend pas trop ce qui lui arrive.

     

    Lyra, sa petite amie est très amoureuse. Elle va vivre un évènement tragique. On ne la voit pas beaucoup excepté dans des flash-back.

     

    La Nature – avec un N majuscule – est un personnage à part entière, elle est étrange.

     

    Les autres personnages apportent peu de choses au récit, selon moi.

     

    L’écriture de Marion De Sousa est bien, elle est recherchée. Elle n’épargne pas ses personnages.

     

    L’intrigue est sombre et cruelle. On a envie de savoir la suite du roman.

     

    L’univers est original.

     

    La fin est correcte. Y aura-t-il une suite ? Je ne sais pas.

     

    Il y a quelques longueurs.

     

    En bref, une bonne découverte !

     

    Extrait : (choix : aucun)

     

    Les points forts : Les personnages, l’univers, l’écriture, l’intrigue, la fin.

    Les points faibles : Les longueurs.

    L'Equilibre, de Marion De Sousa

     

    Articles précédents :

    - Triangle amoureux (ou pas), de Marisa Kanter

    - Sorties littéraires - Juillet 2020

    - Bilan lectures - Juin 2020 dans catégorie "nouveautés"

     


  • La Passe-miroir

    Tome 4 : La tempête des échos

    Christelle Dabos

     

    La Passe-miroir, tome 4, de Christelle Dabos

    PODCASThttps://www.youtube.com/watch?v=nfAKJXeJDi8

     

    Titre en VO : La tempête des échos

    Année de la première publication (France) : 2019

    Nombre de pages : 565

    Editeur : Gallimard

    Site de l’éditeur : http://www.gallimard.fr/

    ISBN : 978-2-07-509390-3 (format numérique)

    Site de l’auteur : http://www.passe-miroir.com/ (site de la série)

    Ma note : 6/10

    Public conseillé : Adolescents à partir de 14 ans

    Quatrième de couverture :

    Le monde est sens dessus dessous. L’effondrement des arches a bel et bien commencé. Une seule solution pour l’enrayer : trouver le responsable. Trouver l’Autre. Mais comment faire sans seulement savoir à quoi il ressemble ? Ophélie et Thorn se lancent ensemble sur la piste des échos, ces étranges phénomènes qui semblent la clef de toutes les énigmes. Ils devront explorer plus en profondeur les coulisses de Babel ainsi que leur propre mémoire. Et pendant ce temps, sur Arc-en-Terre, Dieu pourrait bien obtenir le pouvoir qu’il convoite tant. De lui ou de l’Autre, qui représente la plus grande menace ?

     

    Mon avis :

    Ce roman est le dernier tome de cette série et je suis assez mitigée. Vu qu’il s’agît d’un dernier tome, je ne vais pas vous parler du résumé pour ne pas vous gâcher la surprise.

     

    Les personnages sont intéressants même si les deux protagonistes principaux m’ont un peu agacée. Ophélie est une jeune femme qui prend de plus en plus confiance en elle. Elle se bat pour ses convictions. Malgré tout, je n’ai pas vraiment compris ses réactions quand, par exemple, alors que dans les romans précédents elle ne voulait pas avoir d’enfant, tout d’un coup elle souhaite en avoir. Sa relation avec son mari évolue.

     

    Thorn, le mari d’Ophélie change de comportement. Je m’attendais à une froideur et en fait, il est attentionné envers sa femme. Il veut la protéger.

     

    Dieu, l’antagoniste de l’histoire est présent. On connaît sa véritable identité : Eulalie Dillieux qui était une petite romancière de contes pour enfants. Nous apprenons à connaître son passé.

     

    L’Autre – un être qu’Ophélie a libéré d’un miroir dans son enfance est un personnage à part entière. Nous ne savons pas grand-chose sur lui au début du récit puis petit à petit les choses se mettent en place.

     

    Les personnages secondaires sont présents et apportent des éléments à l’intrigue. Pa contre, on n’entend quasiment plus parler de Berenilde et de Roseline, deux femmes très importantes et présentes dans les deux premiers tomes. Dommage !

     

    L’intrigue est complexe mais intéressante à suivre. Il faut bien se contrer lors de la lecture. Il y a des longueurs.

     

    L’écriture est toujours aussi belle et efficace. Le livre est divisé en différentes parties.

     

    La fin clôt bien la série. Le lecteur a, pour moi, les réponses à ses questions et les pièces du puzzle s’imbriquent bien les unes dans les autres.

     

    La couverture est très jolie !

     

    En bref, une bonne lecture avec quelques bémols.

     

    Extrait : (choix : beau passage)

    « Non, au fond, Ophélie n’était véritablement ni petite d’Artémis, ni Mme Thorn, ni Eulalie, ni l’Autre, ni même Ophélie. Parce qu’elle était tout cela à la fois, et bien plus encore. »

     

    J’ai aimé : Les personnages, l’intrigue, l’écriture, la fin, la couverture.

    Je n’ai pas aimé : Le fait que l’on ne voit plus certains personnages, les longueurs. 

     

    Articles précédents :

    Sorties littéraires - Juin 2020

    Bilan lectures - Mai 2020

    - Mary et Lola, tome 1, de Sam Riversag dans catégorie "chick-lit"


  • Rohana

    Les Héritiers de Dyméria

    Benjamin Chavouet

     

    Rohana : Les héritiers de Dyméria, de Benjamin Chavouet

    PODCAST : https://www.youtube.com/watch?v=4IoPBdYrpQo

     

    Titre en VO : Rohana : les héritiers de Dyméria

    Année de la première publication (France) : 2020

    Nombre de pages : 340

    Editeur : Librinova

    Site de l’éditeur : https://www.librinova.com/

    ISBN : 979-10-262-4702-9 (format numérique)

    Site de l’auteur : https://www.librinova.com/auteur/benjamin-chavouet (sa page auteur)

    Public conseillé : Adolescents à partir de 15 ans

    Quatrième de couverture :

    Les habitants de Dyméria vivent en paix depuis plus de vingt ans, mais les temps changent et le spectre de la guerre semble se rapprocher d'année en année. Pour préparer son pays à ces temps de troubles, le roi Mérilius, héros de guerre, amasse la plus grande armée du continent.
    La menace est partout : une rébellion gronde au Sud, les royaumes du Nord espèrent toujours prendre leur revanche sur Mérilius et des hordes toujours plus nombreuses de pillards des montagnes harcèlent les paysans de Dyméria.
    C'est dans ce contexte qu'Elthan et Thalya, les enfants de Mérilius, ont été formés depuis l'enfance aux arts de la guerre et du commandement. Désormais en âge de faire leurs preuves, les héritiers du royaume arriveront-ils à rendre fier leur père ? 

     

    Mon avis :

    J’ai lu ce roman dans le cadre du prix des lecteurs Librinova 2020. J’ai bien aimé.

    Elthan, le prince de Dyméria va à la suite d’un tournoi se retrouver dans un environnement qui lui est totalement étranger. Va-t-il y arriver ?

     

    Les personnages sont corrects. Elthan est un jeune prince qui a toujours vécu au château et ne connaît rien du monde qui l’entoure. Il est gentil et fait preuve d’empathie. Pour lui, il n’y a pas vraiment de royauté ou de domestique.

     

    Sa sœur aînée, Thalya est la princesse héritière. Elle est assez froide et adore se battre. Elle n’a pas vraiment de relation avec son frère.

     

    Leur père, le roi Mérillius 1er n’est pas souvent présent, il est froid.

     

    Les personnages secondaires sont peu présents ce qui est dommage.

     

    L’intrigue est bien, elle est « classique » pour un livre de fantasy c’est à dire des batailles et une quête.

     

    L’écriture est simple mais efficace. Les chapitres se lisent relativement rapidement. Le roman est composé de trois grandes parties qui se lisent vite. Par contre, il manque des mots dans les phrases.

     

    La couverture est très jolie ! Au début du roman, il y a une carte du royaume, ce qui est appréciable.

     

    La fin clôt bien le récit.

     

    En bref, une bonne découverte !

     

    Extrait : (choix : aucun)

     

    J’ai aimé : Les personnages, l’écriture, l’intrigue, la fin.

    Je n’ai pas aimé : Le fait qu’il manque des mots dans les phrases.

     

    Articles précédents :

    Comme meurt une danse, de Claire Quilien

    Les femmes ne plaisantent pas avec l'amour, de Jean-Pierre Levain

    - Butterfly, d’Éva B., dans catégorie "romance" 

    Rohana : Les héritiers de Dyméria, de Benjamin Chavouet





    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique