• chroniques : Science fiction

    Dans cette rubrique, vous trouverez les chroniques des livres :

    • Marquer les ombres, tome 1, de Veronica Roth he
    • Zodiaque, tome 1, de Romina Russell oh
    • La fille de mes rêves, de Christophe Lambert et Sam Vansteen sarcastic
    • Cité 19, tome 1, de Stéphane Michaka wink2
    • Cité 19, tome 2, de Stéphane Michaka tongue
    • Dondel, tome 1, de Julie Gerbaud cool
    • From The Past, tome 1, de Lauren Peretti glasses
    • Les 100, tome 1, de Kass Morgan happy
    • Les 100, tome 2 : 21° jour, de Kass Morgan yes
    • Les fourmis, de Bernard Werber ^^
    • Le jour des fourmis, de Bernard Werber tongue
    • La révolution des fourmis, de Bernard Werber yes
    • Chroniques de la fin du monde, de Susan Beth Pfeffer, tome 1
    • Chroniques de la fin du monde, de Susan Beth Pfeffer, tome 2
    • Chroniques de la fin du monde, de Susan Beth Pfeffer, tome 3
    • Chroniques Lunaires, de Marissa Meyer, tome 1 
    • Chroniques Lunaires, de Marissa Meyer, tome 2 he
    • Chroniques Lunaires, de Marissa Meyer, tome 3 cry
    • Chroniques Lunaires, de Marissa Meyer, tome 4 bad
  •  

    Marquer les ombres

    Tome 1

    Veronica Roth

     

     

    Marquer les ombres, tome 1, de Veronica Roth

     

     

     

    Titre en VO : Carve the Mark 

    Année de la première publication (France) : 2017 

    Nombre de pages : 471 

    Editeur : Nathan 

    Site de l’éditeur : http://www.lireenlive.fr/ 

    ISBN : 978-2-09-257532-1 (format Kindle) 

    Site de l’auteur : http://veronicarothbooks.blogspot.com 

    Ma note : 9/10 

    Publique conseillé : Adolescents à partir de 14 ans 

    Quatrième de couverture :

    Dans une galaxie dominée par une fédération de neuf planètes, certains êtres possèdent un “don”, un pouvoir unique. Akos, de la pacifique nation de Thuvhé, et Cyra, sœur du tyran qui gouverne les Shotet, sont de ceux-là. Mais leurs dons les rendent, eux plus que tout autre, à la fois puissants et vulnérables.
    Tout dans leurs origines les oppose. Les obstacles entre leurs peuples, entre leurs familles, sont dangereux et insurmontables. Pourtant, pour survivre, ils doivent s’aider – ou décider de se détruire.

     

     

     

    Mon avis :  

    Nous retrouvons l'auteur de la série Divergent dans un tout nouvel univers.

    Cette fois-ci nous évoluons dans un monde plus science-fiction où le pouvoir est partagé entre neuf planètes. 

    Mais, le dirigent tyrannique de la nation des Shotet se sent exclu et est prêt à tout pour asseoir son autorité...

     

     

    Les personnages sont comme toujours attachants.

     

    Akos, de la nation thuvhésit fait partie de l'une des trois familles les plus importantes, une des familles "élues du destin". Il est promit à un grand avenir. Il vit avec ses parents, son frère Eijeh et sa sœur Cisi dans la ville de Hessa. 

    C'est un jeune garçon proche de sa famille qui se montre fort pour les siens et possède une détermination à toute épreuve.

     

     

    Sa mère, Sifa est une oracle et peut prédire les destins de tout le monde. C'est une femme mystérieuse qui jusqu'à la fin de ce tome le restera.

     

     

    Eijeh, le frère ainé d'Akos est quelqu'un d'assez frêle qui se laisse facilement manipuler et perd très vite espoir.

     

     

    Cyra, une jeune fille de la nation des Shotet cache un pouvoir destructeur. Au début, elle est vouée à son frère, Rysek, le dirigeant suite à la mort de leur père. 

    Puis, petit à petit elle va se rendre compte de la vraie nature de celui-ci.

     

     

    Rysek, le frère de Cyra et dirigent de Shotet est un véritable tyran qui n'hésite pas ç utiliser la violence pour obtenir ce qu'il veut.

     

     

    L'univers crée est super. Il est construit autour du flux, une énergie qui se déplace entre les différentes planètes et dans l'espace. Il permet d'avoir des dons-flux, des pouvoirs qui différent selon les individus.

     

     

    L'écriture est toujours aussi rythmée et agréable. 

    Les chapitres alternent entre le point d'Akos et celui de Cyra. Ceux de la jeune fille étant, en général, les plus longs. 

    J'ai préférée ceux réservé à Akos car je trouve qu'ils étains plus imprégnés "d'humanité".

     

     

    Il y a un petit lexique qui permet d'avoir une définition des termes complexes, ce qui est très pratique !

     

     

    J'ai tout de même trouvé quelques longueurs, mais qui ne sont pas trop dérangeantes.

     

     

    La fin est surprenante et donne envie de connaître la suite.

     

     

    Extrait : (choix : Ce qui caractérise Cyra) 

    "Contrairement à ce qu'elle lui avait dit un jour, elle n'était ni un clou rouillé ni un tison brûlant, ni une lame dans la main de Rysek. Elle était une fleur-de-silence, tout en pouvoir et en potentiel. Capable du bien comme du mal à parts égales."

     

     

    On adore : Les personnages, l'univers, l'écriture, le lexique. 

    On regrette : Les longueurs.


    votre commentaire
  •  

    Cité 19

    Tome 2 : Zone blanche

    Stéphane Michaka

     

     

    Cité 19, tome 2 : Zone blanbche de Stéphane Michaka

     

     

     

     

    Titre en VO : Zone blanche 

    Année de la première publication (France) : 2016 

    Nombre de pages : 423

    Editeur : Pocket jeunesse 

    Site de l’éditeur : https://www.pocketjeunesse.fr/ 

    ISBN : 978-2--823-82424-7 (format Kindle) 

    Site de l’auteur : http://www.stephanemichaka.com/ 

    Ma note : 8/10 

    Publique conseillé : Adolescents à partir de 15 ans  

    Quatrième de couverture :

    Faustine, une adolescente d'aujourd'hui, se retrouve brusquement plongée dans le XIXe siècle. Décor grandeur nature ? Voyage dans le temps ? La réalité est bien plus inquiétante... Tandis qu'elle s'enfonce dans les profondeurs de Cité 19, une ville qui ressemble à s'y méprendre au Paris du Second Empire, Faustine découvre qu'elle n'est pas la seule à vouloir détruire le simulacre. Mais elle doit faire vite : dans son laboratoire secret, le docteur Zapruder, qui a d'autres projets pour elle, guette le moindre faux pas de l'adolescente...

     

     

    Mon avis :  

    Comme il s'agît d'un tome 2 et d'une fin de série - eh oui, chose plutôt rare pour le signaler - c'est un dyptique ! Je ne ferais pas de résumé plus détaillé.

     

     

    Les personnages sont toujours aussi bien travaillés et complexes. 

    Faustine est toujours plongée dans le Paris du 19ème siècle sous le second empire. Elle est débrouillarde et pleine d'esprit et tente de déjouer les complots dans ce Paris bien étrange.

     

     

    Les autres personnages secondaires sont biens. Ils aident Faustine du mieux qu'ils peuvent même si eux aussi ne comprennent pas tout ce qu'il se passe.

     

     

    Zapruder est un scientifique qui a de sombres projets, une femme, Sylvia,  se dit être la mère de Faustine est-ce la vérité ?

     

     

    L'univers crée par l'auteur est très bien documenté, on se croirait vraiment dans le Paris du 19ème. Il est dit dans la biographie de Stéphane Michaka qu'il est passionné par cette époque.

     

     

    L'écriture est très prenante, on ne décroche pas du roman. L'histoire est séparée en deux grandes parties. La seconde est plus rythmée que la première qui elle, remet l'histoire dans le contexte là où elle s'était arrêté à la fin du tome 1.

     

     

    L'auteur exploite le principe du rêve et montre les limites de celui-ci. Il le fait d'une manière juste sans pour autant dénigrer ce phénomène.

     

     

    Néanmoins,  j'ai trouvé quelques longueurs, surtout dans la première partie mais une fois que l'action est partie, elle ne s'arrête plus !

     

     

    La fin est très intéressante et est une bonne conclusion à cet histoire et cet univers riche.

     

     

    Je vous recommande cette série si vous aimez les histoires qui se passent dans d'autres époques que la nôtre.

     

     

    Extrait : (choix :  vont-ils repérer Faustine ?) 

    '"— Qui ça, « ils » ?
    — Comment ?
    — « Ils vont finir par nous repérer », tu disais. Tu parles de la police ? Tu parles des agents de Lagrange ?
    Elle eut envie d’ajouter : « Ou de Zapruder ? » Par prudence, elle se tut. Comme il restait silencieux, elle reprit :
    — Allez, je te le jure sur ce que j’ai de plus cher. Je ne suis pas un espion déguisé. Je suis un bon gars. Je veux dire : une bonne fille !"

     

     

    On adore : Les personnages, l'univers, l'écriture. 

    On regrette : Les longueurs.


    votre commentaire
  •  

    Zodiaque

    Tome 1 : Méfiez-vous du treizième signe

    Romina Russell

     

     

    Zodiaque, tome 1, de Romina Russell

     

      

    Titre en VO : Zodiac, book 1 

    Année de la première publication (France) : 2015 

    Nombre de pages : 468 

    Editeur : Michel Lafon 

    Site de l’éditeur : http://www.michel-lafon.fr/ 

    ISBN : 978-2-7499-2799-2 (format Kindle) 

    Site de l’auteur : http://zodiacbooks.com/ (le site de la série) 

    Ma note : 7/10 

    Publique conseillé : Amateurs de science-fiction entre14 et 16 ans

    Quatrième de couverture :  

    Sur la planète du Cancer, comme dans le reste de la constellation du Zodiaque, l'astrologie régit la vie quotidienne. Pas de place pour les imprévus, et encore moins pour une catastrophe. Pourtant, Rhoma, jeune étudiante Zodaï, est hantée par de terribles visions. Personne ne la croit mais l'impensable se produit brutalement : une des lunes du Cancer explose. Ras-de-marées, pluies de météorites, tout l'univers de la jeune fille est plongé dans le chaos. Aidée de son mentor, le flegmatique Mathias, et d'Hysan, l'excentrique émissaire du signe de la Balance, Rhoma se lance alors dans une course contre la montre au travers de la galaxie pour prévenir les autres civilisations de la menace ancestrale qui plane sur elles. Car les douze signes du zodiaque étaient à l'origine treize...et, dans l'ombre, le dernier attend son heure. Celle de la destruction.

     

     

    Mon avis :  

    Ce tome 1 m'a quand même plu, même s'il a quelques "défauts".

    Vu que le résumé est assez conséquent et l'univers riche, je vous laisse y jeter un œil par vous-même.

     

     

    Rhoma est une jeune fille originaire de la constellation du Cancer. Elle est gentille, altruiste et peu sûre d'elle. Elle va devoir se montrer forte, notamment à causes des épreuves qu'elle va devoir surmonter. La jeune fille est très douée pour lire dans les astres et par ce biais prédire l'avenir.

     

     

    Mathias a 22 ans, il est le mentor de Rhoma et va lui apprendre comment surmonter les difficultés. Il est un peu taciturne envers elle. Le jeune homme est aussi originaire du Cancer.

     

     

    Hysan vient de la constellation de la Balance. Il est épris de justice et cache de nombreux secrets.

     

     

    Nishiko, Deke et Kai sont les amis de Rhoma. 

    Deke et Kai sont Cancer alors que Nishiko - ou Nishi - est Sagitaire. Avec Rhoma, ils montent un groupe de musique très populaire au sein de leur école.

     

    Il y a encore beaucoup de personnages, mais je ne vais pas tous les citer, la liste serait longue !

     

     

    L'écriture de l'auteur est simple mais efficace. Le récit est assez dynamique même s'il y a certaines longueurs.

     

     

    Je dois dire que l'univers créé autour des 12 signes du zodiaque est assez original. Je n'avais encore jamais lu de série parlant de cette thématique. Chaque signe appelé Maison possède ses propres caractéristiques et sont dirigées par des Gardiens.

     

     

    A chaque début de chapitre et entre certains paragraphes il y a des petits dessins qui apporte, je trouve, une certaine "richesse" au roman.

     

     

    Il y a quand même comme dans la plupart des livres young-adults un triangle amoureux où le cœur de l'héroïne chavire pour deux garçons à la fois.

      

    La fin est surprenante et donne envie de lire le tome 2 !

     

     

    Extrait : (choix : diriger, c'est quoi ?) 

    "Mais parfois, diriger consiste à préserver l'unité des foules quand il n'y a justement pas de plan et qu'il ne reste que la volonté de survivre face à un mal invincible."

     

     

    On adore : Les personnages, l'héroïne, l'écriture simple, l'univers original. 

    On regrette : Les longueurs, le triangle amoureux.


    votre commentaire
  • La fille de mes rêves

    Christophe Lambert et Sam VanSteen

     

    La fille de mes rêves, de Christophe Lambert et Sam VanSteen

     

    Titre en VO : La fille de mes rêves

    Année de la première publication (en France) : 2011

    Nombre de pages : 324

    Editeur : Syros collection Soon 

    Site de l’éditeur : http://www.syros.fr/

    ISBN : 978-2-74-851702-6 (grand format)

    Site de l’auteur : Christophe Lambert : non trouvé

    Sam VanSteen : http://samvansteen.wix.com/sam-vansteen

    Ma note : 6,5/10

    Publique conseillé : Fille comme garçon, à partir de 12-13 ans.

    Quatrième de couverture : 

    Real Dream est un espace virtuel de rencontres auquel on accède par le rêve, grâce à un avatar modelé à votre image. Lycéen le jour, Kamel Touzani est gardien de nuit dans l'entreprise qui commercialise Real Dream. Le jeune homme n'a rien d'un Apollon, mais il compte bien profiter de la Dreambox qui lui a été offerte. Il ne tarde pas à sympathiser avec Marc Herpoux, un séduisant cadre quadragénaire et, par jeu, tous deux échangent leurs avatars. C'est donc sous les traits avantageux de Marc que Kamel va approcher Lara Rastelli, la sublime remplaçante de sa prof de français. Et ça marche! Mais l'euphorie est de courte durée car un bug mortel hante Real Dream. Et lorsque la mort vient frapper dans la réalité, le scénario romantique imaginé par Kamel vire franchement au cauchemar. Une comédie irrésistible, riche en quiproquos savoureux. Un thriller haletant où l'imbrication des vies réelle et virtuelle donne le vertige.

     

    Mon avis  

    Un livre somme toute assez sympathique.

    Dans un univers plus ou moins futuriste, où la rencontre entre deux personnes est virtuelle. On peut comparer ça aux actuels site de rencontre, en plus poussé. On peut y voir une crainte des dérives de ce genre de système. Cette critique est intéressante.

     

    L'histoire est assez précise dans le résumé concernant Kamel, toutefois, il y a d'autres histoires en parallèles, toutes liées et qui se rejoignent à la fin. On a un mort, et donc l'enquête de la police qui se dirige vers 'entreprise de Real Dream. Et donc, il y a l'histoire des deux enquêteurs. Il y a aussi l'histoire de Mélanie, la chef de l'entreprise Real Dream, qui doit gérer un bug informatique (cf quatrième de couverture), et l'enquête de la police au sein de son entreprise. Et on suit aussi Marc Herpoux (cf quatrième de couverture).

     

    Les personnages sont donc nombreux. Et nécessairement, la psychologie n'est pas extrêmement bien travaillée. Mais il n'y a pas besoin de plus, étant donné le nombre, ce serait encombré la tête du lecteur pour rien. Juste, heureusement qu'il y a un minimum d'action et de suspens quant aux liens entre les personnages, sinon je pense que l'on s'ennuierait.

    Kamel est un adolescent lambda, plutôt isolé dans sa classe. Pas très bon élève. Il rêve de fille. Comme tous  les garçons  de son âge, il s'y intéresse beaucoup. Il vit avec sa mère et sa sœur.

    Sa meilleure amie, Tina, est une fille au style vestimentaire particulier (tout de noire, un peu gothique). Une pro de l'informatique, très bonne élève, cultivée.

    Mélanie, la patronne de Real Dream, est une femme organisée, une patronne qui vise le profit, au détriment de ses salariés.

    Elias, le policier, est un homme doué dans ce qu'il fait. Il bosse avec son frère jumeaux, Igor, génie de l'informatique, mais ils ont tout deux un style très différent . Le premier est plutôt tiré à quatre épingles quand le second est à la cool. Le premier perd tout ses moyens devant les femmes quand le second est plutôt du genre tombeur. Et la légiste ne laisse pas Elias indifférent, mais celui-ci voit une liaison se former entre elle et son frère.

    Marc est un homme surmené, et un soupçon drogué aussi.

     

    L'histoire est bien menée et se dessine à son rythme, avec une dose de suspens. Une bonne trame, avec des jonctions entre les personnages où il faut quand il faut. Mais la fin est rapide par rapport au reste, un peu trop. On n'a pas le temps de l'apprécier.

    Le style est assez bon quand-même, mais j'ai vu mieux.On a des touches d'humour sympathiques (rien que le titre en est un bon exemple), ce qui est appréciable.

    Les chapitre sont chaque fois d'un point de vue différent. On sait heureusement très rapidement de qui on va parler, ce qui est un bon point. Seul Kamel parle à la première personne, les autres sont à la troisième personne.

     

    En bref une lecture sympa, mais mitigée. Les lecteurs chevronnés n'y trouveront pas leur compte, mais des lecteurs moins assidues, certainement plus jeunes aussi, seront plus facilement emportés dans cet univers, qui pourrais être le leur plus tard, qui sait ? C'est un livre adapté à un publique de jeunes  lecteurs , style collégiens.

     

    Extrait : (choix : juste un petit aperçu.)

    « Le monde des rêves ne me suffit plus. Je voudrais passer le reste de ma vie avec Lara et, ce voeu-là, ni Real Dream ni personne ne pourront l’exaucer! Je me retrouve pris à mon propre piège.
    Dans quatre jours, l’imposture s’arrêtera. Il faudra que je rende sa clé à Marc Herpoux – d’ailleurs, comment il s’en sort, celui-là? Je n’ai pas de nouvelles depuis l’échange des avatars.
    Ouais, bientôt, ce sera “terminus, tout le monde descend”. Cette perspective me serre les tripes.
    Je soupire:
    - Je suis dans la merde… »

     

    On adore : La trame de l'histoire, le suspens, les liens qui se dessinent entre les personnages, la latente crainte que notre société dérive vers un système semblable.

    On regrette : La rapidité de la fin, la psychologie assez peu creusée, mais cela s'adapte à un publique plus jeune, donc ce n'est pas vraiment regrettable en soi.


    votre commentaire
  •  

    Cité 19

    Tome 1 : Ville noire

    Stéphane Michaka 

      

     

    Cité 19, tome 1 : Ville noire de Stéphane Michaka

     

     

     

    Titre en VO : Cité 19, tome 1 : Ville noire 

    Année de la première publication (France) : 2015  

    Nombre de pages : 349 

    Editeur : Pocket jeunesse 

    Site de l’éditeur : https://www.pocketjeunesse.fr/ 

    ISBN : 978-2-823-80778-3 (format Kindle) 

    Site de l’auteur : http://www.stephanemichaka.com/ 

    Ma note : 7/10

    Publique conseillé : Adolescents à partir de 15 ans

    Quatrième de couverture :

    Que faisait le père de Faustine à minuit au sommet de la tour Saint-Jacques ? Et qui l'a précipité dans le vide ? Convoquée pour identifier le corps, Faustine ne reconnaît pas les mains de son père. Persuadée qu'il a été kidnappée par une secte mystérieuse, elle se lance sur la piste d'un inquiétant personnage. Elle suit l'homme dans une station de métro, trébuche, perd connaissance et se réveille... 150 ans plus tôt ! Pour Faustine, c'est le début d'une série d'aventures, aux confins du thriller, de la science-fiction et de l'Histoire.

     

     

    Mon avis :  

    Je souhaite vous laisser la surprise de ce roman, donc pas de résumé.

     

     

    Les personnages sont bien creusés et travaillés. 

    Faustine, 17 ans vit avec son père, gardien du musée d'Orsay, à Paris. Elle n'a plus de nouvelles de sa mère depuis plusieurs années. La jeune femme est passionnée par tout ce qui touche au 19ème siècle (vêtements, coutumes...).

     

     

    Ses amis, Vikram et Morgane sont attachés à elle même si Morgane est une petite peste.

     

     

    Lucie est une jeune fille surdouée que l'on rencontre dans la deuxième partie du récit.

     

     

    Au début, l'écriture de l'auteur est déroutante, car il utilise dans le premier chapitre un point de vue externe, omniscient. On peut croire que l'histoire nous sera raconté de ce point de vue, mais dès le second chapitre, Faustine en sera la narratrice.

     

    Mis à part, ces petits détails, l'écriture de Stéphane Michaka est agréable, on sent que des recherches sur le 19ème siècle ont été faites.  

     

     

    L'auteur aborde aussi la notion, même de façon très légère, du syndrome de Stockholm - cet état où une personne prisonnière voue une admiration sans faille à son ravisseur -.

     

     

    Malgré tout, l'action a du mal à se mettre en place, le récit prend son temps pour poser les bases.

     

     

    La fin est haletante ! On a envie de lire la suite...

     

     

    Extrait : (choix : la raison et le sentimental, deux choses différentes. 

    "Pour la première fois, le mot "inconsolable" correspondait à quelque chose de réel pour Faustine. Elle comprit que certains mots devaient être appris deux fois : la première avec le cerveau, la seconde avec le cœur. "

     

      

    On adore : Les personnages, l'écriture, l'univers. 

    On regrette : Des longueurs.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique