• Juste avant le bonheur, d'Agnès Ledig

    Juste avant le bonheur

    Agnès Ledig

    Juste avant le bonheur, d'Agnès Ledig

     

    Titre en VO : Juste avant le bonheur

    Année de la première publication (en France) : 2013

    Nombre de pages : 327

    Editeur : Pocket

    Site de l’éditeur : https://www.lisez.com/pocket/15

    ISBN : 978-2-266-25062-7 (format poche)

    Site de l’auteur : http://www.agnesledig.fr/

    Ma note : 10/10

    Publique conseillé : Ceux qui aiment les belles histoires même si elles font pleurer.

    Quatrième de couverture :

    Cela fait longtemps que Julie ne croit plus aux contes de fées. Caissière dans un supermarché, elle élève seule sont petit Lulu, unique rayon de soleil d'une vie difficile. Pourtant, un jour particulièrement sombre, le destin va lui sourire. Ému par leur situation, un homme les invite dans sa maison du bord de mer, en Bretagne. Tant de générosité après des années de galère : Julie reste méfiante, elle n'a pas l'habitude. Mais pour Lulu, pour voir la mer et faire des châteaux de sable, elle pourrait bien saisir cette main qui se tend...

     

    Mon avis :

    Un de ces livres qui m'a fait pleurer. Ce n'est pas si souvent. Un livre qui m'a fait ressentir énormément de choses. En fait, un coup de cœur pour moi.

     

    C'est l'histoire d'une jeune fille, Julie, une jeune maman qui peine à joindre les deux bouts et qui subit beaucoup de choses pour son petit garçon, son petit Lulu (Ludovic), un adorable enfant, très touchant, qui préfère manger des pâtes à tous les repas et être avec sa maman que bien manger chez sa nounou. Un petit garçon qui n'aime pas trop l'école, qui ne s'y sent pas trop à sa place, un petit ange calme. Sa maman s'échine à lui offrir une vie décente. Un proverbe arabe est cité plusieurs fois dans le livre : « Ne baisse pas les bras, tu risquerais de le faire deux secondes avant le miracle. » C'est la philosophie de vie de Julie. Alors le jour où Paul, un nouveau célibataire d'un certain âge, la prend sous son aile. Si elle peine à croire qu'une main se tend enfin vers elle, elle la saisit quand-même, pour son petit ange. Parce que peut-être que cet homme, cette main qui se tend, peut enfin l'aider, lui apporter quelque chose. Ne serait-ce que la semaine de vacances en Bretagne qu'il lui propose, qui peut leur permettre de s'évader de leur quotidien.

    C'est comme ça que finalement, Paul emmène Julie et le petit Lulu, ainsi que son propre fils, Jérôme, en vacances en Bretagne. Et cette étrange équipé se retrouve donc au bord de mer pour quelques temps.

    Tous ont leur parcours, plus ou moins difficile, et ces vacances vont leur permettre de se rencontrer, de se trouver et de se retrouver.

     

    C'est un livre rempli de rencontres, de moments touchants, et d'émotions, quelques touches d'humour. Le style m'a plu, ça se lit très bien, tout seul.

    En ce qui me concerne, j'ai lu ce livre en période de révision, un chapitre du livre entre deux cours de cardio. Et c'était comme un souffle, une respiration entre deux avant de continuer.

     

    Les personnages sont attachants. Je les ai tous adoré, la jeune Julie avec sa force de caractère pour réussir à avancer pour son fils, le petit ange de Lulu, Jérôme, un médecin qui a besoin de réapprendre à vivre et de faire une pause dans son travail, Paul, un homme gentil et généreux, et les autres.

    J'ai apprécié leur caractère à chacun, leurs forces et leurs faiblesses, leur façon d'être, ainsi que leur passé.

     

    Un livre qui m'a fait pleurer. Qui pousse aussi à la réflexion, notamment sur la perte d'un être cher et comment faire après cette perte, comment survivre, vivre et se reconstruire.

     

    L'histoire est belle, à la fois poétique et dramatique, un conte de fée contemporain. Et la conclusion est bien écrite.

     

    Extrait : (choix : J'ai trouvé ce moment mignon et touchant...)

    « Alors profite. Il y a un petit garçon de trois ans qui a des étoiles dans les yeux en regardant la mer. Et ça, ça se savoure...
    Ça se vit sans réfléchir.
    Ce soir, il m'a dit " je t'aime ". Je lui ai dit " je t'aime " en retour. Puis il a ajouté "alors, on se t'aime tous les deux, maman. "
    Oui, mon Lulu, on se t'aime tous les deux... »

     

    On adore : Les émotions que j'ai ressenti, l'histoire, les personnages, et en fait un peu tout.

    On regrette : Rien. Absolument rien.

    Jiji

    « Once upon a time, saison 6Un détective très très très spécial, de Romain Puértolas »

    Tags Tags : , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :