• Un courant d’air

    Laurie Cohen

     

    Un courant d'air de Laurie Cohen

     

     

    Titre en VO : Un courant d’air

    Année de la première publication (France) : 2014

    Nombre de pages : 96

    Editeur : éditions Alice

    Site de l’éditeur : http://www.alice-editions.be/ 

    ISBN : Pas trouvé  (n'existe qu'en format kindle)

    Site de l’auteur : Pas trouvé

    Ma note : 4/10

    Publique conseillé : Tout public à partir de 16 ans

    Quatrième de couverture :

    Une jeune femme se retrouve à la rue après un drame familial et tente de se reconstruire en réglant ses comptes avec le passé. On ne prononce jamais son nom. Anonyme comme tous ceux qui traînent sur les trottoirs et qu’on ne remarque pas, ou qu’on oublie aussitôt. Une ombre sans âge et sans visage. Un courant d’air. Une droguée ? Une alcoolique ? Une pauvre fille sans boulot ? Non. Une jeune femme, étudiante en droit il y a quelques années encore, que la vie a éprouvée et qui ne s’est pas relevée… Dans ce roman, on découvre le quotidien de personnes dont on ignorait qu’elles avaient une vie. Et pourtant : elles ont leurs habitudes, leurs loisirs, leurs amis… et leurs tourments. Si l’auteur veut nous apprendre quelque chose (et elle y arrive avec succès), c’est qu’on ne finit presque jamais dans la rue par choix, et que ça peut arriver à tous : à une jeune étudiante pleine d’avenir, à un mari qui s’est consacré à sa femme malade, à une petite veuve sans ressources…

     

    Mon avis :

    Avant de commencer, je tiens à remercier Laurie Cohen qui nous a fait confiance pour donner un avis sur son premier roman. Merci à elle !

     

    Je ne ferais pas de résumé car il est assez long et je pense assez parlant du sujet traité dans ce récit.

     

    Je dois avouer que j’ai été très déçue de cette lecture. J’y avais mis beaucoup d’attente compte tenu du sujet abordé : les personnes sans domicile fixe.

     

    On ne s’attache pas vraiment aux personnages car, il est vrai que le roman est très court (96 pages). L’auteur ne donne pas de prénom à son héroïne, on s’est juste que c’est une jeune femme qui s’est retrouvé à la rue.

    Je ne pourrais pas vous citez d’autres personnages car, pour tout vous dire, je ne m’en souviens plus.

     

    L’écriture est très vulgaire. Je veux bien qu’il y est un peu de vulgarité mais, ce n’est peut-être pas nécessaire à toutes les pages si ?

     

    La fin est quand même touchante. Je vous le conseille pour le sujet traité qui est quand même, je trouve important.

    Encore une fois, je remercie l’auteur pour sa confiance !

     

    Extrait : (choix : je n’en ai pas)

     

    On adore : Le sujet des SDF qui est traité, la fin.

    On regrette : l’écriture de l’auteur trop vulgaire, les personnages.


    votre commentaire
  • Là où j’irai

    Gayle Forman

    Là où j'irai, de Gayle Forman

     

    Titre en VO : Where she went

    Année de la première publication (France) : 2010

    Nombre de pages : 237

    Editeur : Oh éditions

    Site de l’éditeur : http://www.xoeditions.com/ 

    ISBN : Pas trouvé (format kindle)

    Site de l’auteur : http://www.xoeditions.com/ 

    Ma note : 5/10

    Publique conseillé : Tout public

    Quatrième de couverture :

    Adam se glisse dans la salle. Il a 21 ans, c'est une rock star adulée et l'ancien amoureux de Mia... 
    Trois ans plus tôt, Mia était partie sans un au revoir, sans une explication. Leurs retrouvailles est un choc : les souvenirs, bons et mauvais, ressurgissent, les sentiments encore à vif les submergent, leur amour qu'il pensait indestructible quelques années plus tôt se heurte à la réalité de leur vie présente. De nouveau, Mia est confrontée à un choix : doit-elle revenir en arrière pour donner une chance à son premier amour? Peut-on revivre la même passion si longtemps après, malgré les souffrances endurées? Ils ont une soirée pour décider. Plus forte que les mots, la musique les emporte dans un tourbillon d'émotions. Mais est-ce suffisant pour les réunir de nouveau ?

     

    Mon avis :

    Ce livre est la « suite de Si je reste » du même auteur. Cette fois-ci, nous sommes sous le point de vue d’Adam, le petit ami de Mia (personnage du tome 1).

    Attention : Risque de spoiler sur le tome 1 !

    Les événements se passent 3 ans après l’accident de voiture de Mia qui a coûté la vie à ses parents et son petit frère. Adam est devenu, avec son groupe de rock Shooting Star, un chanteur adulé par les fans. Il a du mal à faire face et déprime. Mia, quant à elle, est une violoncelliste reconnue.

    Adam a retrouvé une petite amie, Bryn, qui est productrice de cinéma. Le chemin d’Adam va-t-il croiser celui de Mia ?

     

    J’attendais beaucoup de cette suite et cela n’a pas été le cas. Adam est un jeune homme qui se laisse couler, il n’est pas combatif. Sa seule « solution » est de prendre médicaments sur médicaments.

    Bryn, sa petite amie est froide comme un glaçon et ne l’aide pas vraiment à s’en sortir.

    Aldous, son manageur artistique, n’est pas non plus d’en grand secours.

    Mia remonte la pente petit à petit. C’est la seule qui essaye de sortir de son mal-être.

     

    J’ai été très extérieure au personnage d’Adam qui était pourtant, dans le tome 1, très bien.

     

    J’ai par contre bien aimée qu’avant chaque chapitre, on trouve une des chansons d’un des albums du groupe.

    La fin « ne casse pas trois pattes à un canard ».

     

    En résumé, un bon livre (et bonne duologie)  que je vous conseille même si le tome 2 n’est pas le meilleur.

     

    Extrait : (choix : au hasard)

    " Je commence à comprendre ce que signifie mettre un point final à une histoire. Rien avoir avec un spectaculaire "avant-après". Non, cela s'apparente plutôt à la mélancolie qu'on éprouve à la fin des vacances. Quelque chose de particulier se termine et l'on se sent triste, mais cette tristesse ne peut être que légère parce que ce quelque chose a été une période de bonheur " 

     

    On adore : Le début des chapitres avec les chansons.

    On regrette : Les personnages, la fin.

     

     


    1 commentaire
  • Blog

    Jean-Philippe Blondel

     

    Blog, de Jean-Philippe Blondel

    PODCAST : https://youtu.be/RlzR8PS3DrY

     

    Titre en VO : Blog

    Année de la première publication (France) : 2010

    Nombre de pages : 126

    Editeur : Actes Sud, collection junior

    Site de l’éditeur : http://www.actes-sud-junior.fr/ 

    ISBN : Pas trouvé (format kindle)

    Site de l’auteur : Aucun

    Ma note : 5/10

    Publique conseillé : Tout public

    Quatrième de couverture :

    Révolté par cette trahison, par ce " viol virtuel ", le narrateur décide de ne plus adresser la parole à son père. Pour se racheter, ce dernier lui fait un don... une plongée dans le passé qui ne sera pas sans conséquence. Un roman de la filiation et de l'écriture intime. 

     

    Mon avis :

    C’est un court récit de 126 pages. Le narrateur tient un blog que son père lit en cachette. Il le découvre et décide de ne plus parler à  son père. Mais il va découvrir toute la vérité sur l’homme qui lui a donné la vie…

     

    L’histoire est plutôt touchante et me parle. C’est peut-être à cause du fait que, nous aussi, avec Jiji on tient un blog.

     

    Les personnages sont sympas. Le nom du narrateur – qui n’est pas cité  – est touchant, même si il est assez dur dans ses paroles. Ses parents sont un peu clichés mais aimants envers leurs enfants. Nina, la petite sœur, est peu présente.

     

    Le thème – l’intrusion dans la vie privée de ses enfants, que ce soit sur internet ou autre – est bien exploité. On peut imaginer la « douleur » de la personne qui l’a subie.

     

    J’ai trouvé que, parfois, le texte était un peu lourd, même s’il reste abordable.

     

    En conclusion, un court roman qui ne casse pas « trois pattes à un canard » et un texte un peu lourd.

     

    Extrait : (choix : beau passage)

    « Elles font leurs malignes en ajoutant des morceaux de poésies bien creuses et des citations trop littéraires, genre : « j’aimerais être une larme qui coule sur ta joue et meurt sur tes lèvres. »

     

    On adore : Les personnages, le thème abordé.

    On regrette : Le texte un peu « lourd ».


    votre commentaire
  • Revanche

    Cat Clarke

     

    Revanche, de Cat Clarke

    PODCAST : https://youtu.be/wPFOadPKZP0

     

    Titre en VO : Undone

    Année de la première publication (France) : 2013

    Nombre de pages : 491

    Editeur : Robert Laffont, collection R

    Site de l’éditeur : http://www.laffont.fr/site/page_accueil_site_editions_robert_laffont_&1.html 

    ISBN : 2-221-14021-4 (format kindle)

    Site de l’auteur : http://www.catclarke.com/ 

    Ma note : 5/10

    Publique conseillé : Filles et garçons à partir de 14 ans.

    Quatrième de couverture :

    Kai et Jem sont inséparables. Jem aime secrètement son meilleur ami, qui serait l'homme idéal s'il ne préférait les garçons... À la fin d'une soirée d'ivresse chez des amis communs, Jem rentre seule chez elle, Kai demeurant étonnamment introuvable. C'est le lendemain que tout bascule : la jeune fille reçoit un email de la part de ce dernier, avec en pièce jointe une vidéo de lui en compagnie d'un garçon qu'il a trouvé postée sur Internet. Cette vidéo plus que compromettante est très vite partagée par tout le lycée et Kai reçoit une salve d'e-mails agressifs qu'il ne peut bientôt plus supporter. Lui qui n'avait pas encore fait son coming out finit par craquer et se suicide... À la suite de ce drame, Jem prend trois résolutions : découvrir la vérité, venger son ami et se suicider elle aussi. Alors qu'elle mène sa petite enquête, elle reçoit un jour une lettre anonyme contenant trois noms : ceux des responsables. Sans hésitation, Jem abandonne son look gothique et décide d'approcher ces garçons. Mais sont-ils réellement les coupables ? 

     

    Mon avis :

    A sa sortie l’année dernière ce roman a fait beaucoup de bruit sur la toile. On nous parlait d’une histoire émouvante. J’avais donc beaucoup d’attentes et, je dois vous avouer que je suis assez déçue. Je ne ferais pas de résumé car il est assez complet.

     

    Parlons des personnages. Jem, la narratrice de l’histoire est agaçante et très vulgaire dans ses paroles. D’accord, elle est triste et dévastée mais ce n’est peut-être pas une raison pour être grossière à chaque page, non ? Vers la fin, elle se rend compte de ses erreurs et on peut « l’apprécier ». Kai, son meilleur ami, est homosexuel. On le rencontre par l’intermédiaire de lettre qu’il laisse à Jem. Il est touchant par son côté « fragile » mais fort. Louise, la petite sœur de Kai, est détestable au possible. Sasha, Lucas, Bugs, et Stuart, des amis de la jeune fille sont les plus populaires du lycée. Ils peuvent paraître sans cœur mais ne le sont pas.

     

    L’écriture est assez vulgaire, ce qui m’a dérangée. Les chapitres sont de longueurs inégales et peuvent passer très vite comme très lentement.

    Le sujet de l’homosexualité est très bien traité. On apprend que cette vie n’est pas toujours simple à assumer.

     

    La fin est touchante mais sans surprise puisque c’est écrit depuis longtemps dans le livre.

     

    Extrait : (choix : très touchant)

    « Je crois que ce que j'essaie de te dire, c'est que si tu rencontres des gens qui te rendent heureuse - mais vraiment heureuse - accroche-toi à eux. Parce que ça n'arrive pas si souvent. » 

     

    On adore : Kai, le sujet de l’homosexualité, la fin.

    On regrette : Jem, l’écriture trop vulgaire


    votre commentaire
  • Desolation Road

    Jérôme Noirez

     

     

     

    Titre en VO : Desolation Road

    Année de la première publication (en France) : 2011

    Nombre de pages : 189

    Editeur : Gulf Stream Editeur

    Site de l’éditeur : http://www.gulfstream.fr/index.php 

    ISBN : 978-2-35488-129-0 (grand format)

    Site de l’auteur : http://www.jeromenoirez.fr/ et son blog :  http://jeromenoirez.over-blog.com/  

    Ma note : 10/10

    Publique conseillé : A partir de 13 ans, peut-être 14 (pour apprécier pleinement, il faut se plongé dans le contexte historique, le comprendre)

    Quatrième de couverture :

    CALIFORNIE, 1930. Dans le quartier des femmes de la prison de San Quentin, une jeune fille de dix-sept ans attend le jour de son exécution. Elle s’appelle June, a une bouille d’ange, parle avec maladresse et timidité. Elle raconte ce qui l’a mené là, sur la Desolation Road, la route de la désolation qu’on emprunte un jour et qu’on ne peut plus quitter : une passion absolue, déchirante, pour un garçon nommé David, une histoire d’amour ponctué par le vol, le kidnapping et le meurtre à travers la Californie de la Grande dépression, en compagnie des parias, des criminels et des fantômes. Quand le journaliste venu l’interviewer demande à June ce qu’est l’amour à ses yeux, elle répond : « De la poussière et des étoile monsieur. » Le long de la Desolation Road, il n’y a rien d’autre à contempler.

     

    Mon avis :

    Un coup de cœur !

    C’est pour moi une relecture (première lecture : dans le cadre du prix ados de Rennes en 2013), et ça reste un coup de cœur. C’est ce livre-ci qui m’a fait découvrir l’auteur, et qui m’a fait lire la dernière flèche.

    C’est l’histoire de June, 17 ans, qui est en prison. Un journaliste vient la voir pour qu’elle raconte son histoire. Tout au long de la Desolation Road, nous suivons donc cette adolescente, dans la passion au milieu de la grande dépression des années trente au Etats-Unis. Un genre de Road Movie, version livre.

    Dans son coin de campagne du Nevada, elle tombe amoureuse de David, qui l’aime aussi. Sa mère s’en va avec son oncle, et sa tante ne l’aime pas. David, battu par son père, fini par lui répondre, et le tue. Alors ils s’en vont tous les deux sur la route dans une Ford A. Ils rencontreront des gens dans leur cas, et deviendront des bandits par petits braquages, et rencontreront quelques criminels de plus ou moins grande envergure, ce qui les fera avancer plus loin sur la Desolation Road, jusqu’à la fin de la route. David est pendu, June attend son heure.

    Le journaliste, c’est Gayle. Comme tout le monde, il ne sait pas quoi penser de cette gamine. C’est vrai, il y a ses actes (braquage, meurtre, kidnapping), mais elle est tellement déconcertante. (Très honnêtement, moi-même, je ne sais pas quoi penser de June. Mais je me suis prise d’affection pour ce personnage très profond.)

     

    June est donc un personnage déconcertant, profond et indescriptible. Un truc que l’on sait avec certitude, elle aime David.

    David, je ne sais pas vraiment comment le décrire. Peut-être courageux et protecteur envers June. Et très amoureux.

    Gayle, lui, est, non pas absent, mais je dirais « fantomatique » dans l’histoire. On connaît un peu sa vie, et son avis sur June (qui se résume à « que penser ? »), mais on ne sait pas grand-chose de plus.

     

    C’est un roman à deux voix. On a Gayle qui raconte, quand il va au pénitencier, quand il parle avec June. Et puis, après, on a les paroles de June qu’il retranscrit (il écrit en sténographie ce que June lui dicte, et après, il les réécrit de façon normale, c’est à ce moment qu’on a la voix de June). Cela nous permet un avis extérieur sur June.

     

    Vous me direz que ce roman peut ressembler, dans les grandes lignes de l’histoire, à Une ado en prison. Mais seulement de loin. Certes, c’est une fille en prison qui raconte son histoire. Certes elle est arrivée là par amour. Mais ça s’arrête là. Desolation Road n’est pas bisounours, c’est pour les plus grands. Je trouve ce roman beaucoup plus réaliste que le premier. Et plus palpitant, plus profond, plus creusé. Et ici, on s’attache au personnage. June est plus profonde, elle a ce petit truc qui fait qu’on ne l’oublie pas.

     

    On a un style fluide, une belle histoire, un super personnage, et une très belle couverture (je trouve en tout cas, c’est ce qui m’a fait lire ce livre en premier pour le prix ados, la première fois que je l’ai lu).

     

    J’ai eu du mal à choisir entre romance et drame. Finalement, ce sera drame. Ce qui se passe touche plus au drame qu’à autre chose. Et la romance est présente, mais pas au premier plan.

     

    Pour bien se plonger dans le roman, il faut toutefois comprendre le contexte. Les Etats-Unis des années trente, qui a connu dans les années 20, l’avènement de la voiture, puis la crise de 29 qui jette 2 millions de sans-abri sur les routes en 1933, avec 25% de chômage, et il y a aussi la prohibition. Mais on a des documents annexes qui expliquent tous ça à la fin, qui sont très bien fait (il vaut mieux les lire avant le livre pour bien comprendre).

    Je trouve que le contexte est un plus, puisqu’il nous permet aussi d’apprendre. (La première fois que j’ai lu le livre, la prohibition, je savais juste que c’était l’interdiction de produire de l’alcool. Le pourquoi et les conséquences… Aucune idée ! Quant à cette société des voitures des années 20, je n’en savais rien !)

     

    Pour résumer tout ça, c’est un coup de cœur !

     

    (Juste un détail à mentionner : il y a un élément qui ne trouve pas d’explications dans le livre. Et j’ai beau chercher, je n’en trouve pas pour moi ! Ce bruit dans la mine m’intrigue… Mais il donne une ambiance au lieu… Bon, si l’auteur passe par là, (peu probable mais possible, après tout), une petite explication ?)

     

    Extrait : (choix : j’aime beaucoup cette réponse.)

    « — Qu’est-ce que c’est que l’amour pour vous ?

    Les doigts de June abandonnèrent le livre, se posèrent sur sa joue, puis s’en allèrent brosser ses cheveux. Elle les contempla ensuite comme si des paillettes d’or s’y étaient déposées avant de répondre :

    — L’amour… C’est de la poussière et des étoiles.

    Gayle médita cette sentence sans parvenir à lui trouver de signification. »

     

    On adore : Tout, de la première couverture à la quatrième de couverture !

    On regrette : Absolument rien !


    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique