• Voici les réponse de Gilles Legardinnier. Merci beaucoup à lui de ses réponses. Bonne lecture !

     

    1)       D’où te vient l’envie d’écrire ? Comment as tu commencé ?

    Ecrire, c’est comme tomber amoureux. On ne le calcule pas. ça te tombe dessus et ça te dépasse. Si tu te dis que tu vas écrire, ce n’est déjà plus la même démarche. J’ai cette envie d’aller vers les autres pour les emmener. J’aime ça. L’écriture est simplement le moyen le plus intime de le faire. J’ai toujours écrit mais pendant longtemps, je n’ai pas imaginé que ça puisse intéresser du monde…

     

    2)       Ton livre préféré ?

    Question impossible ! Il y en a tant que j’aime… « Le Comte de Monte-Cristo »  a été une révélation pour moi, j’avais dix ans. Dumas offre une épopée humaine, du souffle, des rebondissements. C’est un authentique conteur. C’est pour ces auteurs-là que j’ai le plus de respect.

     

    3)       Ta façon d’écrire. Plutôt clavier et ordi ou encre et papier ? Avec un plan bien défini ou une trame légère qui laisse place aux imprévues ? Perfectionniste ou non ? Un peu, beaucoup, trop ?

    Ordinateur, pour avoir la vision la plus aboutie du texte. A mon sens, le côté romantique du papier est préjudiciable à la qualité finale. Je réserve cela pour la correspondance privée. Je pars en écriture avec une idée précise de l’intrigue mais je laisse toujours la porte ouverte aux émotions. Je dois ressentir moi-même ce que j’espère voir le lecteur éprouver. Je suis aussi pénible que possible avec moi-même pour offrir ce que je peux de mieux. C’est ma nature.

     

    4)       Ta relation avec tes personnages ?

    Au début, je les invente mais très vite, ils prennent leur cohérence et je ne deviens que le témoin de leurs aventures. J’ai le sentiment de les connaître.

     

    5)       Et avec tes livres ?

    Pour moi ce sont des ponts vers les autres, des places publiques où je partage ce que je pense avoir de mieux à offrir. On rigole, mais j’y mets le plus profond de ce que je suis.

     

    6)       Trois mots qui définissent « écrire ». (+ explications, si tu le souhaites)

    Ecrire n’est qu’un moyen. Pas une finalité. Mon but, c’est atteindre le cerveau ou mieux encore, le cœur de l’autre.

     

    7)       Même question avec « lire ».

    Exactement la même réponse qu’à la précédente !

     

    8)       Ça te fait quoi de rencontrer tes lecteurs ?

    Chaud au cœur, d’abord ! C’est un plaisir. J’ai la chance d’avoir des lecteurs qui me ressemblent. J’ai l’impression de les connaître. J’adore ça. Je me fiche d’avoir des fans, mais j’aime les vraies rencontres et c’est le cadeau qu’ils me font.

     

    9)       Tes sources d’inspirations ? Plutôt films et livres ou réalité ? Un mix des deux ? Autre chose ?

    Je ne suis pas capable de définir mes influences. Elles sont surtout dans la vie, les gens. Je suis curieux, je me nourris de tout et j’infuse…

     

    10)   Le problème de la page blanche, petits déboires et grandes impressions. (Sujet de rédaction du jour.)

    Si quelqu’un ne sait pas quoi écrire, s’il ne se jette pas sur sa page, alors qu’il change de métier. On ne se force pas à aimer, quand on commence à se poser des questions, c’est déjà foutu. Si un jour ça m’arrive, je passe à autre chose. On n’est pas là pour faire payer ses doutes aux gens qui nous font vivre.

     

    11)   As-tu déjà écrit à quatre mains ? Tenté d’essayer/recommencer ? Pourquoi ?

    J’ai écrit avec ma femme, Pascale, et on avait beaucoup rigolé. Mais c’est quand même une activité solitaire. Plus que l’idée de le faire, ce sont les gens avec qui le faire qu’il faut trouver. On verra, mais je m’assume bien tout seul !

     

    12)   J’ai perçu une nette évolution entre Demain j’arrête ! et Et soudain tout change. L’as-tu vu aussi ? Comment t’en es tu rendu compte ?

    Les deux sont des histoires que j’ai portées longtemps, comme chacun de mes livres. Je ne suis pas capable de dire si j’ai évolué. C’est toi qui me diras quelle évolution tu as détectée ! Ce que je suis ne m’intéresse pas, l’essentiel, c’est ce que je peux faire.

     

    13)   Je n’ai pas encore eu l’occasion de les lire, mais je sais que les livres précédents tes comédies étaient d’un autre genre, d’abord jeunesse, puis thriller. Pourquoi ces changements de directions ?

    Il n’y a pas de changement ou de stratégie. On ne s’habille pas tous les jours pareil, on ne mange pas la même chose à chaque repas. Pourquoi devrait-on écrire toujours la même chose ? Je me méfie des restos qui n’ont qu’une seule recette. Je cuisine avec du frais, du bio, suivant l’envie !

     

    14)   Pourquoi les chats ? Ça m’intrigue. Surtout qu’ils ont des places très différentes dans les deux livres que j’ai lu, dans l’un envahisseur de la planète (D’ailleurs, d’où sort cette idée ? Et si on ajoute l’histoire du bonnet péruvien, le mystère s’épaissit…), dans l’autre, plus « témoin » de l’évolution du personnage. J’imagine que tu dois bien aimer nos fiers amis félins. De plus, comme ils apparaissent sur tes couvertures, c’est d’autant plus intriguant.

    La place des chats dans mes romans s’explique par le fait qu’ils sont sans aucun doute les seules créatures à nous observer de façon aussi intime tout en gardant une autonomie de jugement et d’action. Sur les couvertures, tout s’explique parce que j’ai voulu le chat de « Demain j’arrête ! » car il a du sens, et que j’espérais faire sourire même ceux qui n’achèteraient pas le livre. Il m’a porté chance et j’en ai fait une marque de fabrique temporaire.

     

    15)   Demain j’arrête ! est l’homonyme d’une chanson de Charlotte Marin. Le savais tu ? Si oui, pourquoi le même titre ? Un hasard ou une volonté ? Si non, ta réaction en écoutant la chanson ? (Soit dit en passant, si tu as le temps, j’imagine très bien Julie se préparer à un rendez-vous avec Ric sur 20h30 de la même chanteuse…)

    Je suis désolé, je ne connais pas cette artiste. Pour moi, « Demain j’arrête ! » est d’abord une expression universelle qui évoque ces promesses que l’on se fait et que l’on ne tient pas ! C’est tellement humain !

     

    16)   Je vais te demander encore deux petites choses… D’abord, si tu as quelques mots que tu souhaites faire passer ? Un petit message ?

    Je ne suis pas un auteur à message. Je suis un homme qui croit en la vie et en ses congénères. C’est un puissant générateur d’émotions !

     

    17)   Et enfin, (j’espère ici une réponse spontanée, sans réflexion aucune) pourquoi aimes-tu écrire ?

    Je n’ai pas le choix. C’est le meilleur moyen dont je sois capable pour être avec mes semblables à travers de vrais sentiments. Qu’est-ce qui peut compter plus dans une vie ?

     

     


  • Voilà les réponses de Jérôme Noirez à nos questions ! Merci encore à lui de nous avoir répondu !

      

    1)     D’où vous vient l’envie d’écrire ? Comment avez-vous commencé ?

    Je suppose qu'elle vient d'un désir de conserver, consigner, assembler mes rêves. Ce que

    la mémoire peine à faire. Et j'ai commencé avec un stylo et des feuilles à petits carreaux, en bout d'enfance, quand le rêve et la réalité se sont dissociés cruellement.

     

    2)     Votre livre préféré ?

    Il n'existe pas.

     

     3)     Votre façon d’écrire. Plutôt clavier et ordi ou encre et papier ? Avec un plan bien défini ou une trame légère qui laisse place aux imprévues ? Perfectionniste ou non ? Un peu, beaucoup, trop ?

    J'écris au clavier. Je suis vaguement un plan, un synopsis qui fait rarement plus de deux pages. L'imprévu est souhaité. Et il est toujours de la partie. Perfectionniste. Aucun art n'échappe au perfectionnisme. Même dans l'improvisation, il faut être perfectionniste. À un moment, seulement, on s'en détache, sans quoi il n'y aurait jamais de terme au travail.

     

     4)     Votre relation avec vos personnages ? Je suis empathique à l'extrême avec mes personnages. Mais seulement le temps de l'écriture. Ils ne m'accompagnent pas dans la vie comme des fantômes.

     

     5)     Et avec vos livres ?

     Mes livres en temps qu'objets édités ? Ça me laisse froid. Ce n'est que de la cellulose, de la colle et de l'encre. Mes exemplaires d'auteur ne trônent pas dans ma bibliothèque. Ils sont stockés dans mon garage. Je ne vis l'écriture qu'au présent. Seul le livre présent m'intéresse.

     

    6)     Trois mots qui définissent « écrire ». (+ explications, si vous le souhaitez)

     Dépouiller. Éluder. Illusionner.

     

    7)     Même question avec « lire ».

    Enthousiasme. Ennui. Corné (je corne les coins en guise de marque-page).

     

    8)     Ça vous fait quoi de rencontrer vos lecteurs ?

    Ça me met généralement mal à l'aise. D'être l'auteur face au lecteur. D'être un statut face à un autre statut. Je n'aime pas trop parler de mes livres. En vieillissant, j'écoute de plus en plus et parle de moins en moins. Je suis par conséquent un être obsolète. Le pire est le lecteur potentiel qui me demande : « Dites-moi quelque chose qui pourrait me donner envie de lire l'un de vos livres. » C'est au-dessus de mes forces.

     

    9)     Vos sources d’inspirations ? Plutôt films et livres ou réalité ? Un mix des deux ? Autre chose ?

    Il n'y a qu'une source d'inspiration : le cerveau. Tout ce qui passe par lui acquiert le statut de source d'inspiration, sans discrimination.

     

    10) Le problème de la page blanche, petits déboires et grandes impressions. 

    Je n'ai rien à dire sur le sujet. Je ne sais pas ce que c'est, la page blanche, à part une manière de justifier la paresse.

     

    11) Avez-vous déjà écrit à quatre mains ? Tenté d’essayer/recommencer ? Pourquoi ?

    Oui, j'ai écrit avec Fabrice Colin. A priori, c'est quelque chose que j'aime bien faire, qui renvoie à la pratique musicale collective. Il faut trouver la bonne personne, le bon moment, et le concept qui justifie une écriture à plusieurs.

     

    12) Avez vous quelques mots que vous souhaitez faire passer ? Un petit message ?

    Jamais de message. Ni dans mes livres ni ailleurs.

     

    13) Et enfin, (j’espère ici une réponse spontanée, sans réflexion aucune) pourquoi aimez-vous écrire ?

    Parce que c'est ce que je sais faire de mieux. Parce que j'ai toujours préféré construire que détruire. Parce que si l'autre a le droit à toute ma sympathie et ma compassion, je le préfère quand même à distance. Parce que, enfin, ma chienne est heureuse d'avoir un maître qui travaille à la maison.

     

     


  • Jérôme Noirez

     Jérôme Noirez

     

     

    Biographie (source : Wiki) : Il lit beaucoup depuis l’adolescence, surtout du fantastique d’abord, puis d’autre auteurs plus généraux. Autre passion que l’écriture : la musique.

     

    Site : http://www.jeromenoirez.fr/ et son blog :  http://jeromenoirez.over-blog.com/  

     

    Genre de prédilection : jeunesse et fantasy

     

    Bibliographie : (œuvre principal + sur le blog)

    ·       Desolation Road

    ·       La dernière flèche

    ·       La trilogie Féerie pour les ténébres

    ·        


  • Giles Legardinier

     

     

    Biographie : Gilles Legardinier s’est toujours attaché à faire naître des émotions qui se partagent, d’abord dans le cinéma en tant que pyrotechnicien, et maintenant également comme auteur.

     

    Site : http://gilles-legardinier.com/index.php 

     

    Genre de prédilection : jeunesse, policier, comédie. (Nous avons affaire à un auteur polyvalent.)

     

    Bibliographie :

             _ Le sceau des maîtres et Le dernier géant (deux ouvrage jeunesse)

             _ L’exil des anges et Nous étions des hommes (policier)

             _ Demain j’arrête ! (romance)

    Complètement cramé ! (humoristique)

    _ Et soudain tout change (drame)

    _ Ça peut pas rater !

    Quelqu'un pour qui trembler (contemporain)

     

     


  • John Green

     

    John Green

     

    Biographie : C’est un auteur américain qui a vécu dans l’Indiana. Son premier roman, Qui es-tu Alaska ?, est inspiré de son propre internat. Il est un youtuber avec son frère.

     

    Site : http://johngreenbooks.com/

     

    Genre de prédilection : Jeunesse et drame

    Bibliographie :

    Qui es-tu Alaska ? son premier livre.

             _ Nos étoiles contraires, qui sort en film le 20 août 2014.

     

     





    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique