•  

    Le manoir

    L’exil

    Tome 1 : Le collège de la délivrance

    Evelyne Brisou-Pellen

     

    Le manoir, l'exil, tome 1 : Le collège de la délivrance, d'Evelyne Brisou-Pellen

     

     

     

    Titre en VO : Le collège de la délivrance 

    Année de la première publication (France) : 2016

    Nombre de pages : 447 

    Editeur : Bayard 

    Site de l’éditeur : http://www.bayard-editions.com/jeunesse

    ISBN : 978-2-7470-6948-9 (format Kindle) 

    Site de l’auteur : http://www.brisou-pellen.fr/ 

    Ma note : 6/10  

    Publique conseillé : Adolescents à partir de 13 ans  

    Quatrième de couverture :

    Les habitants du manoir ont dû prendre le chemin de l’exil, et découvrent enfin un refuge : un collège dont le dernier étage est fantôme. 

    À l’école primaire voisine, Liam aperçoit deux fantômes : la jeune Charmaine, qui ignore qu’elle vient de succomber mystérieusement, et un vieil homme qui attend son petit-fils pourtant mort avant lui.

    Mais ni l’un ni l’autre n’a créé l’étage fantôme du collège. Qui, alors ? Liam et Cléa craignent que ce soit l’œuvre d’un fantôme gris…

     

     

    Mon avis :  

    Cette série appelée Le manoir, l’Exil est la suite du Manoir. C’est une sorte de « saison 2 ».

     

     

    Quelques habitants ont dû trouver un autre refuge après les événements du tome 6.

    Ils se trouvent dans le monde des vivants, le monde réel et s’installe dans un collège où le dernier étage est fantôme. 

    Qui l’a créer ?

     

     

    Comme depuis le début, les personnages sont attachants.

     

    Liam est toujours le détective de cette histoire et tente de résoudre les problèmes des autres. Il est d’un naturel débrouillard.

     

     

    Cléa, la fidèle acolyte de Liam est un peu « la voie de la raison ». Elle est aimante mais est d’un caractère angoissé.

     

     

    Les autres personnages qui les accompagnent, Christine, Christophe, Hoël, Momo, Richard, Édouard et Lou que l’on avait rencontrés dans les tomes précédents sont assez secondaires et n’apportent pas grand-chose à l’intrigue principale mais une petite touche de légèreté. 

     

     

    Les deux nouveaux personnages sont Charmaine et Victor. Charmaine est une petite fille de 10 ans passionnée par les concours de beauté et par son apparence. C’est la « petite princesse à sa maman ». Elle est assez imbue d’elle-même mais change d’attitude au fur et à mesure.

     

     

    Victor a 12 ans, passionné de lecture. Il semble avoir un vécu difficile.

     

     

    Le contexte historique de la Seconde guerre mondiale du point de vue de la communauté juive en Pologne et plus particulièrement à Varsovie est intéressant même si, je trouve que l’intrigue ressemble à celle du tome 4.

     

     

    L’écriture est simple mais est très cultivée. Les références historiques sont nombreuses.

      

    En résumé, une bonne lecture qui doonne envie de poursuiivre.

     

     

    Extrait : (choix :au hasard) 

    « – Oui… On ne sait jamais comment virent les choses. Je n’aurais pas aimé vivre à cette époque. Est-ce que j’aurais résisté ou collaboré ? 

    – Je te connais, tu aurais résisté… 

    Cléa eut un sourire un peu triste :

    – C’est ce qu’on préfère croire de soi-même. Mais si on est menacé et qu’on a très peur, on n’est pas forcément le héros qu’on voudrait. Il est facile de penser qu’on aurait réagi avec courage et noblesse… quand on n’a pas eu l’occasion de le prouver. 

    – C’est vrai. Alors on ne juge pas. Ivan n’a sûrement pas pu faire autrement, surtout qu’il a sa sœur à charge, et maintenant Victor. »

     

     

    On adore : Les personnages, l’écriture, les références historiques. 

    On regrette : Les longueurs. 


    votre commentaire
  •  

     

    Lady Helen

    Tome 1 : Le club des mauvais jours

    Alison Goodman

     

    Lady Helen, tome 1, d'Alison Goodman

     

     

     

     

    Titre en VO : The Dark Days Club 

    Année de la première publication (France) : 2016

    Nombre de pages : 568 

    Editeur : Gallimard jeunesse 

    Site de l’éditeur : http://www.gallimard-jeunesse.fr/ 

    ISBN : 978-2-0706-6347-7 (format Kindle) 

    Site de l’auteur : http://darkdaysclub.com/ 

    Ma note : 6/10 

    Publique conseillé : Adolescents à partir de 15-16 ans 

    Quatrième de couverture :  

    Londres, avril 1812… Lady Helen Wrexhall s’apprête à faire son entrée dans le monde. Bientôt, elle sera prise dans le tourbillon des bals avec l’espoir de faire un beau mariage. 

    Mais une bonne de la maison disparaît, des meurtres sanglants sont commis et Helen fait la connaissance de lord Carlston, un homme à la réputation sulfureuse. Il appartient au Club des mauvais jour, une police secrète chargée de combattre des démons qui ont infiltrés toutes les couches de la société. 

    Lady Helen est dotée d’étranges pouvoirs, mais acceptera-t-elle de renoncer à une vie faite de privilèges et d’insouciance pout basculer dans un monde terrifiant ?

     

     

    Mon avis :  

    Le résumé dévoilant assez de choses, je vous laisse découvrir l’histoire.

     

     

    Lady Helen est une jeune fille de 18 ans qui vit chez son oncle et sa tante depuis le décès mystérieux de ses parents il y a quelques années. C’est une jeune fille intelligente avec une bonne répartie. Ce sera bientôt le jour de sa « présentation » à la Reine Charlotte d’Angleterre. La présentation est le moment où toutes les jeunes femmes sont en âge de fréquenter les bals et donc de se marier.

     

     

    Sa tante, Leonore est une femme sage qui rêve de voir sa nièce faire un beau mariage. Elle peut être frivole mais sait se montrer convaincante quand il le faut.

     

     

    Son frère, Andrew est devenu le lord du domaine familial et a repris la place de son père. Il est protecteur envers sa sœur mais est parfois dur avec elle.

     

     

    Lady Catherine, la mère d’Helen a été soupçonnée de trahison envers la couronne d’Angleterre avant son décès. Cela est-il vrai ?

     

     

    Le lord Carlston est un homme mystérieux. Il semblerait qu’il est de sombres secrets…

     

     

    L’écriture de l’auteur est recherchée, on ressent toute l’atmosphère du 19ème siècle et de l’univers sombre créé.

     

     

    Les chapitres sont par contre très longs et l’acte met beucoup, beaucoup de temps à se mettre en place.

     

     

    La fin donne envie de connaître la suite.

     

     

    Extrait : (choix : comment s’habiller pour un bal?) 
     

    "- Comment vas-tu t'habiller ? reprit sa tante d'un air songeur. La robe de soie bordeaux conviendrait peut-être. Sombre, comme l'exigent les circonstances, mais pas trop. Les deuils publics posent tellement de problèmes, au printemps.
    Helen ne put s'empêcher de demander :
    - C'est encore pire en été, vous ne trouvez pas ?
    - Tout à fait, approuva tante Leonore. On n'a pas envie d'avoir du chagrin en été. "

     

     

    On adore : Les personnages, l’univers, l’écriture, l’ambiance. 

    On regrette : Les longueurs.


    votre commentaire
  •  

    Blacklistée

    Cole Gibsen

     

     

    Blacklistée, de Cole Gibsen

     

     

     

     

    Titre en VO : Life Unaware 

    Année de la première publication (France) : 2015 

    Nombre de pages : 328 

    Editeur : Editions Hugo & Cie, collection New Way 

    Site de l’éditeur : http://www.hugoetcie.fr/ 

    ISBN : 978-2-7556-2529-5 (format Kindle) 

    Site de l’auteur : http://www.colegibsen.com/ 

    Ma note : 7/10 

    Publique conseillé : Lycéens à partir de 16-17 ans 

    Quatrième de couverture :  

    En apparence, Regan Flay a tout ce dont on peut rêver. A 17 ans, elle est populaire, étudie dans l'un des meilleurs lycées du monde, et ses parents ont les moyens de satisfaire le moindre de ses souhaits. Mais sa vie bascule le jour où, en arrivant en cours, Regan découvre ses textos et ses messages privés Facebook placardés sur les murs du lycée. Vacheries, mensonges, insultes, manipulations : tout est là, exposé aux yeux de chacun. En une seconde, elle passe du statut de princesse à celui de véritable paria. Ses amis lui tournent le dos, et les autres élèves du lycée commencent à lui faire vivre un véritable enfer. Elle trouve du soutien auprès de Nolan, un jeune homme plutôt beau garçon mais légèrement dysfonctionnel socialement. Ce dernier découvre vite que Regan est tout sauf la miss Parfaite qu'elle voulait bien montrer. Sous sa carapace, c'est une jeune fille angoissée, qui a du mal à supporter les exigences de sa mère concernant son avenir. Car rester toujours au top est demande une sacrée dose d'énergie, et aucun échec n'est envisageable. Pourtant, la chute de Regan n'est qu'un début, et personne n'en sortira indemne...

     

     

    Mon avis :  

    Je dois dire que j'ai plutôt appréciée ce roman. Etant donné que le résumé est long, pas besoin d'en rajouter plus.

     

     

    Regan est la fille la plus populaire du lycée. C'est une fille qui semble avoir tout pour être heureuse et pourtant... elle souffre de violentes crises d'angoisse qui l'oblige à prendre un traitement. Avec ses deux meilleures amies, elle prend plaisir à harceler ses camarades. Mais, cela ne cache-il pas un profond mal-être ?

     

     

    Payton et Amber, les deux meilleures amies de Regan sont des jeunes filles qui aiment colporter des ragots et diverses rumeurs sur tout et n'importe quoi. Payton est tout de même "moins radicale" qu'Amber qui n'hésite pas à faire du mal aux autres.

     

     

    Nolan, le frère de Payton, est le looser du lycée. Pour tout le monde, il est mal vu de le fréquenter. Il aime se moquer des autres et a toujours son portable ou sa caméra à la main pour filmer tout ce qu'il voit.

     

     

    L'écriture de l'auteur est simple mais efficace. Elle n'hésite pas à montrer la cruauté dont certaines personnes peuvent faire preuve. Elle aborde dans ce roman un thème qui a depuis toujours toucher les adolescents mais dont les autorités publiques ne parlaient pas beaucoup jusqu'à présent : le harcèlement scolaire.

     

     

    Il y a également un autre thème abordé : l'acceptation de soi et de ses aspirations (physiques, morales ou autre).

     

     

    Ce qui m'a dérangée, ce sont des longueurs à certains moments.

     

     

    La fin est bien

     

     

    Extrait : (choix : les blessures restent gravés en nous) 

    "Ces murs, ce sont nos cœurs. Dès que quelqu'un fait un commentaire, celui-ci s'inscrit en nous de manière permanente. Les mots gentils, les mots méchants, tout est là, poursuis-je en posant la paume de ma main sur ma poitrine. Bien sûr, on peut rayer les mots ou essayer de repeindre par-dessus, mais sous les couches d'encres et de peinture, ils sont toujours là, gravés au plus profond de nous, comme des initiales gravées dans le tronc d'un arbre. Alors on se balade avec ces cicatrices, mais personne ne les voit et personne ne sait à quel point elles font mal. Et pendant ce temps, les gens continuent à dire et à écrire de nouvelles choses, jusqu'à ce que le moindre centimètre carré de nos cœurs soit couvert d'un venin si noir que même nous-mêmes ne sommes plus capables de voir le bon en nous. Alors, nous commençons à ajouter nos propres mots, et ils sont plus sombres que tout le reste, et les cicatrices s'inscrivent plus profondément encore que les autres."

     

     

    On adore : Les personnages, l'écriture, les thèmes abordés. 

    On regrette : Les longueurs.


    2 commentaires
  •  

    Marquer les ombres

    Tome 1

    Veronica Roth

     

     

    Marquer les ombres, tome 1, de Veronica Roth

     

     

     

    Titre en VO : Carve the Mark 

    Année de la première publication (France) : 2017 

    Nombre de pages : 471 

    Editeur : Nathan 

    Site de l’éditeur : http://www.lireenlive.fr/ 

    ISBN : 978-2-09-257532-1 (format Kindle) 

    Site de l’auteur : http://veronicarothbooks.blogspot.com 

    Ma note : 9/10 

    Publique conseillé : Adolescents à partir de 14 ans 

    Quatrième de couverture :

    Dans une galaxie dominée par une fédération de neuf planètes, certains êtres possèdent un “don”, un pouvoir unique. Akos, de la pacifique nation de Thuvhé, et Cyra, sœur du tyran qui gouverne les Shotet, sont de ceux-là. Mais leurs dons les rendent, eux plus que tout autre, à la fois puissants et vulnérables.
    Tout dans leurs origines les oppose. Les obstacles entre leurs peuples, entre leurs familles, sont dangereux et insurmontables. Pourtant, pour survivre, ils doivent s’aider – ou décider de se détruire.

     

     

     

    Mon avis :  

    Nous retrouvons l'auteur de la série Divergent dans un tout nouvel univers.

    Cette fois-ci nous évoluons dans un monde plus science-fiction où le pouvoir est partagé entre neuf planètes. 

    Mais, le dirigent tyrannique de la nation des Shotet se sent exclu et est prêt à tout pour asseoir son autorité...

     

     

    Les personnages sont comme toujours attachants.

     

    Akos, de la nation thuvhésit fait partie de l'une des trois familles les plus importantes, une des familles "élues du destin". Il est promit à un grand avenir. Il vit avec ses parents, son frère Eijeh et sa sœur Cisi dans la ville de Hessa. 

    C'est un jeune garçon proche de sa famille qui se montre fort pour les siens et possède une détermination à toute épreuve.

     

     

    Sa mère, Sifa est une oracle et peut prédire les destins de tout le monde. C'est une femme mystérieuse qui jusqu'à la fin de ce tome le restera.

     

     

    Eijeh, le frère ainé d'Akos est quelqu'un d'assez frêle qui se laisse facilement manipuler et perd très vite espoir.

     

     

    Cyra, une jeune fille de la nation des Shotet cache un pouvoir destructeur. Au début, elle est vouée à son frère, Rysek, le dirigeant suite à la mort de leur père. 

    Puis, petit à petit elle va se rendre compte de la vraie nature de celui-ci.

     

     

    Rysek, le frère de Cyra et dirigent de Shotet est un véritable tyran qui n'hésite pas ç utiliser la violence pour obtenir ce qu'il veut.

     

     

    L'univers crée est super. Il est construit autour du flux, une énergie qui se déplace entre les différentes planètes et dans l'espace. Il permet d'avoir des dons-flux, des pouvoirs qui différent selon les individus.

     

     

    L'écriture est toujours aussi rythmée et agréable. 

    Les chapitres alternent entre le point d'Akos et celui de Cyra. Ceux de la jeune fille étant, en général, les plus longs. 

    J'ai préférée ceux réservé à Akos car je trouve qu'ils étains plus imprégnés "d'humanité".

     

     

    Il y a un petit lexique qui permet d'avoir une définition des termes complexes, ce qui est très pratique !

     

     

    J'ai tout de même trouvé quelques longueurs, mais qui ne sont pas trop dérangeantes.

     

     

    La fin est surprenante et donne envie de connaître la suite.

     

     

    Extrait : (choix : Ce qui caractérise Cyra) 

    "Contrairement à ce qu'elle lui avait dit un jour, elle n'était ni un clou rouillé ni un tison brûlant, ni une lame dans la main de Rysek. Elle était une fleur-de-silence, tout en pouvoir et en potentiel. Capable du bien comme du mal à parts égales."

     

     

    On adore : Les personnages, l'univers, l'écriture, le lexique. 

    On regrette : Les longueurs.


    votre commentaire
  •  

    Bélézia

    Tome 1 : Destins opposés

    Premier fragment

    Guillaume Bagnol

      

     

    Bélézia, tome , de Guillaume Bagnol

     

     

     

    Titre en VO : Destins opposés 

    Année de la première publication (France) : 2017 

    Nombre de pages : 199

    Editeur : Editions Saint Honoré 

    Site de l’éditeur : http://www.editions-saint-honore.com/ 

    ISBN : 978-2-407-00809-4 (format Kindle) 

    Site de l’auteur : https://www.facebook.com/Behlezia/ (page facebook de la série) 

    Ma note : 9,5/10 

    Publique conseillé : Jeunes adultes amateurs de fantasy et d'aventures 

    Quatrième de couverture :  

    "Ils ne méritent que d'être esclaves !!!"

    Une vengeance venue d'un temps passé, mais devenue insensée dans le présent enfonce le monde de Bélézia dans un terrible chaos où seule la misère survivra. Mais quelques uns de ses habitants niant la fatalité, pour sauver (malgré eux !) leur monde, s'interposeront au péril de leur vie..

     

     

    Mon avis :  

    Il s'agît du premier roman d'un jeune auteur qui continuera sur plusieurs tomes. Je ne vous ferrais pas de résumé pour vous laisser le plaisir de la découverte.

     

     

    Les personnages sont attachants.

     

    Baalest est un jeune garçon amnésique qui ne se rappelle même pas de qui il est vraiment, pas même son prénom. 

    Il est prêt à défendre ses amis corps et âme.

     

     

    Adam est un garçon assez érudit. Il connaît une grande partie du monde de Bélézia qu'il essaye d'inculquer. 

    Il est tout de même un peu ventard et ne supporte que l'on pique ses affaires.

     

     

    Mélora est une fillette de 11 ans que Baalest et Adam vont rencontrer au fil de leur voyage à travers le pays de Sir. Elle va vite se prendre d'affection pour Baalest qu'elle considère comme son "grand frère". Cela va d'ailleurs être réciproque, le jeune garçon va considérer Mélora comme sa "petite sœur".

     

     

    Esther et Glen, deux autres personnages accompagnant le trio sont respectivement une mage des Lumières qui peut guérir les blessures et un soldat.

     

     

    Goldar est l'antagoniste de l'histoire. Il semble avoir une rancune envers Baalest. Il maîtrise le Néant : une forme de magie noire très ancienne.

     

     

    L'action arrive vite dans le récit. Vers le milieu, le rythme s'essoufle un peu pour repartir crescendo après.

     

     

    L'écriture est agréable et assez recherchée. On sent que l'auteur a fait un effort sur son texte.

     

     

    La fin donne envie de connaître la suite...

     

     

    L'objet-livre est beau. Il y a un glossaire avec les noms des personnages que nous allons rencontrer même si, je trouve, que cela en révèle un peu trop sur ce qu'il va se passer à certains moments. 

    Il y a aussi la carte du pays de Sir, ce qui permet de se repérer.

     

     

    En résumé, c'est un très bon début !

     

     

    Extrait : (choix : le narrateur parle du commencement du monde de Bélézia) 

    "Il y eut tant d'événements au cours de ces longues années qui s'abattirent sur nous et nous changèrent énormément, nous Béléziens, peuple auquel nous appartenons.

     Il y eut maintes batailles, et nombre de combattants ou d'opposants qui tombèrent sous l'impitoyable joug guerrier. 

    Après tout, qu'en dire, je ne suis qu'un simple narrateur. 

    Mais je connais l'histoire complète dans ses moindres détails et mon rôle est de la transmettre."

     

     

    On adore : Les personnages, l'univers, l'écriture, l'objet-livre. 

    On regrette :Le petit coup de "mou" au milieu du roman.


    3 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires