•  

    Elementary

    Saison 1

     

    Elementary, saison 1

     

     

      

    Réalisateur : Robert Doherty

    Acteurs principaux :

    *Jonny Lee Miller, dans le rôle de Sherlock Holmes 

    *Lucy Liu, dans le rôle de la chirurgienne Joan Watson 

    *Jon Michael Hill, dans le rôle de l'inspecteur Marcus Bell

    *Aidan Quinn, dans le rôle du capitaine Thomas Gregson 

    *Vinnie Jones, dans le rôle de "M" 

    *Nathalie Dormer, dans le rôle d'Irène Adler (ex petite amie de Sherlock) 

    Bande annonce : Pas trouvé 

    Durée d’un épisode : 43 minutes 

    Nombre d’épisode : 24 

    Ma note : 7/10 

    Résumé :

    Le célèbre détective venu de Londres où il était consultant pour Scotland Yard, Sherlock Holmes, habite désormais à New York dans une résidence type brownstone à Brooklyn. Tout juste sorti d'une cure de désintoxication, à la demande de son père richissime avec lequel il est en conflit, Sherlock est contraint de cohabiter avec Dr Joan Watson, ancienne chirurgienne reconvertie en compagnon de sobriété, également engagée par le père de Sherlock. Les capacités d'observation et de déduction phénoménales de Holmes, alliées aux excellentes compétences médicales de Watson, sont mises au service du NYPD, chargé d'enquêter sur des crimes apparemment insolubles.

     

     

    Mon avis : 

    Cette série m'a toujours attirée !

     

     

    Nous suivons le célèbre détective britannique, Sherlock Holmes qui vient tout juste de sortir d'une cure de désintoxication. Il est surveillé par Joan Watson, sa "marraine d'abstinence". Tous les deux aident la police de New-York à résoudre des homicides insolubles. ou pas...

     

     

    Les acteurs jouent assez bien. 

    Sherlock est un homme qui est à deux doigts de sombrer dans la folie. Grâce à son flair et à son sens inégalé de la déduction, il arrive à se sortir de situations quelque fois désespérées.

     

     

    Joan Watson est une ancienne chirurgienne est devenue "marraine d'abstinence". Engagée par le père de Sherlock, elle devient au fil des épisodes de plus en plus importante dans la résolution des enquêtes.

     

     

    Marcus Bell et le capitaine Gregson sont les deux collègues de Sherlock au sein de la police de New-York. Marcus est assez réaliste et aime lancer des "petites piques" au détective bien qu'il le respecte beaucoup !

     

     

    Gregson essaye par tous les moyens de raisonner Holmes. Il faut très souvent appel à lui pour l'aider dans ses affaires. Il est également britannique et travaillait auparavant pour Scotland Yard.

     

     

    L'univers est sombre, on parle quand même d'homicides ! 

    On pourrait penser que les épisodes n'ont pas vraiment de lien entre eux mais au cours de la série, ceux-ci peuvent être mentionnés.

     

     

    La fin est correcte et donne envie de poursuivre !

     

     

    Je note quand même que j'ai eu un peu de mal à rentrer dans la série dans les premiers épisodes.

     

     

    Je vous la recommande !

     

     

    On adore : Les intrigues, le jeu des acteurs, l'univers, la fin. 

    On regrette : Le fait de mettre un peu de temps à rentrer dans la série.

     

     

                                                                                                                     Debo 


    votre commentaire
  •  

    Heartless

    Marissa Meyer

     

     

    Heartless, de Marissa Meyer

     

     

      

    Titre en VO : Heartless

    Année de la première publication (France) : 2017

    Nombre de pages : 599 

    Editeur : Pocket jeunesse 

    Site de l’éditeur : https://www.lisez.com/pocket-jeunesse/18 

    ISBN : 978-2-823-85781-8 (format Kindle) 

    Site de l’auteur : https://www.marissameyer.com/ 

    Ma note : 5/10 

    Publique conseillé : Adolescents à partir de 15 ans 

    Quatrième de couverture

    Vous êtes vous déjà demandé qui était la Reine de Coeur avant Alice aux pays des merveilles ?
    La Reine de Cœur n’a pas toujours été la terrible souveraine d’Alice au pays des merveilles. Avant d’être couronnée, elle s’appelait Catherine et rêvait de devenir la plus grande pâtissière du royaume. Mais le sort a décidé de lui jouer un vilain tour : le Roi de Coeur veut absolument l’épouser et les parents de Catherine, très ambitieux, placent de gros espoirs en cette union.
    Catherine, elle, veut vivre librement et aimer celui qui fait battre son cœur : Badin, le bouffon du Roi.
    Malheureusement au pays des merveilles, où s’entrechoquent magie, folie et monstres, les contes n’ont pas tous une fin heureuse…

     

     

    Mon avis :  

    Je dois dire que j'ai été très déçue par ce roman, ayant beaucoup apprécié Les chroniques lunaires

    Le résumé étant long, je n'en dirais pas plus.

     

     

    Les personnages sont clichés. 

    Catherine est une jeune aristocrate du royaume de Cœur. Fille d'un marquis, passionnée de pâtisserie, elle rêve d'en ouvrir une. C'est une jeune femme très ambitieuse et douce.

     

     

    Mary Ann, sa servante, meilleure amie et confidente. Elle pousse l'héroïne à réaliser ses rêves. Elle est discrète.

     

     

    Margaret Mearle est une pimbêche. Elle connaît Catherine depuis son enfance. Elle est très hautaine.

     

     

    Les parents de Catherine sont très ambitieux pour leur fille. Sa mère aimerait la voir épouser le Roi. Elle adore sa fille mais semble assez changeante dans ses humeurs.

     

     

    Le Roi de Cœur, justement est un homme jovial. Il est puéril et immature, toujours à se réjouir de tout même dans les pires moments.

     

     

    Badin, le Fou de la cour est mystérieux. Il semble avoir un grand secret. Il est charmeur et ne laisse pas  la jeune fille indifférente.

     

     

    L'écriture de l'autrice est agréable. Les chapitres sont inégaux. 

    Cette fois-ci, elle nous offre une réécriture d'Alice au pays des Merveilles de Lewis Caroll. On retrouve les éléments du conte - le royaume de cœur, de carreau, de trèfle et de pique, le Chapelier Fou... -. Elle a quand même quelques libertés pour nous donner sa propre version, ce que j'ai apprécié !

     

     

    Il y a quand même deux gros bémols : les grosses longueurs. En effet, il faut attendre les 100 dernières pages - sur un roman de 599 - pour que l'action et les rebondissements se mettent en place.

     

     

    La fin est bof, pour moi sans grand intérêt...

     

     

    En bref, une lecture très, très mitigée !

     

     

    Extrait : (choix : beau passage) 

    "Elle s'efforça de se rappeler l'une de ses histoires. Celles qui parvenaient à émouvoir un banc de poissons égarés. Celles qui pouvaient faire pleurer les nuages et mettre les montagnes à genoux."

     

     

    On adore :  L'écriture, l'univers. 

    On regrette : Les personnages clichés, la fin, les longueurs, le fait que l'action est longue à se mettre en place.

     

     

                                                                                                                        Debo


    votre commentaire
  •  

    Rose givrée

    Cathy Cassidy

     

     

    Rose givrée, de Cathy Cassidy

     

      

    Titre en VO : Sundae Girl 

    Année de la première publication (France) : 2017 

    Nombre de pages : 246 

    Editeur : Nathan 

    Site de l’éditeur : http://www.lireenlive.fr/ 

    ISBN : 978-2-09-257393-8 (format kindle) 

    Site de l’auteur : https://www.cathycassidy.com/ 

    Ma note : 7/10 

    Publique conseillé : Adolescents à partir de12-13 ans

    Quatrième de couverture

    Jude, 13 ans, rêve d’une vie discrète et sans ennuis, ce qui est très difficile quand on a une famille comme la sienne : un peu givrée et très embarrassante.
    Son père est capable de débarquer à une réunion parents-profs déguisé en Elvis Presley, et sa mère perd régulièrement les pédales. Alors, de peur que tout ça ne se sache, Jude refuse de laisser quiconque entrer dans sa vie, en particulier Carter, ce garçon qui s’évertue à être gentil avec elle.
    Mais quand la situation déraille vraiment, Jude découvre que rien ne vaut l’aide de ceux qui vous aiment, et que même son cœur de glace est capable de fondre…

     

     

    Mon avis :  

    Cela faisait longtemps que je n'avais pas lu un roman de Cathy Cassidy.

     

     

    Jude habite chez ses grands-parents avec sa mère qui est alcoolique. Sa grand-mère à la maladie  d'Alzheimer, son père est fan d'Elvis Presley. La jeune fille essaye à tout prix d'être "normale". Qu'est-ce que la normalité ?

     

     

    Les personnages sont une fois de plus attachants quoiqu'un peu clichés. 

    Jude a 13 ans, c'est une bonne élève. Elle vit dans une famille déjantée. 

    Elle n'aspire qu'à une seule chose : ne pas se faire remarquer à cause de ses proches.

     

     

    Isabella, sa mère est alcoolique. Elle ne souhaite pas vraiment s'en sortir même si elle fait toujours mille et une promesse. Elle ne pense qu'à sortir avec ses amis.

     

      

    Molly et Patrick, les grands-parents de l'adolescente sont adorables. Molly a la maladie d'Alzheimer et perd progressivement la mémoire, ses repères et la notion du temps. Elle tricote des écharpes immenses !

     

     

    Patrick, lui, fait "tourner la maison" avec Jude. Très attaché à sa famille, il espère que sa fille et sa femme vont s'en sortit. C'est un homme très courageux.

     

      

    Giovanni est l'ex petit ami d'Isabella. Il tient un camion de glaces ambulent. Il est très attaché à la mère de Jude et fait tout pour lui venir en aide.

     

      

    Carter, un camarade de classe de l'héroïne est tout mignon avec elle. Il n'est pas très doué avec des rollers.

     

     

    Kristina est la pimbêche de la classe. Elle semble avoir un secret qui va petit à petit rapprocher les deux adolescentes.

     

      

    Les personnages secondaires sont assez peu présents. 

     

     

    L'écriture de l'autrice est agréable et simple comme à chaque roman. 

    Elle arrive à aborder des thèmes douloureux : la mort, le deuil; la maladie, l'alcoolisme... avec simplicité. 

     

     

    Le récit est très dynamique grâce aux courts chapitres. Je l'ai fini en deux jours !

     

     

    La couverture est pleine de gourmandise !

     

      

    Par contre, contrairement à sa série Les filles au chocolat où la gourmandise était toujours présente, ici j'ai trouvé que ce thème n'était pas assez mis en valeur. Dommage...

     

      

    La fin est tout à fat correcte.

     

      

    En résumé, une bonne lecture.

     

       

    Extrait : (choix : la magie) 

    "J’aimerais pouvoir tout arranger et redonner des couleurs à son monde d’un coup de baguette magique. Je suis persuadée que la magie se cache là où on ne l’attend pas, dans des petites choses comme des bonbons en forme de cœur, un garçon qui nourrit des oiseaux, une femme en perruque rose qui sourit alors qu’on vient de réduire son voile de mariée en cendres. La magie, c’est ce qui rend nos vies supportables. "

     

       

    On adore : L'écriture, les thèmes abordés; le dynamisme du récit, la couverture, la fin. 

    On regrette : Les personnages un peu clichés, le thème de la gourmandise pas assez développé, les personnages secondaires pas assez présents.

     

                                                                                                               

                                                                                                                      Debo 


    votre commentaire
  •  

    Il est grand temps de rallumer les étoiles

    Virginie Grimaldi

      

    Il est grand temps de rallumer les étoiles, de Virginie Grimaldi

     

     

      

    Titre en VO : Il est grand temps de rallumer les étoiles

    Année de la première publication (France) : 2018 

    Nombre de pages : 396 

    Editeur : Editions Fayard 

    Site de l’éditeur : https://www.fayard.fr/ 

    ISBN : 978-221371-055-6 (format Kindle) 

    Site de l’auteur : http://virginiegrimaldi.com/ 

    Ma note : 10/10 

    Publique conseillé : Adultes 

    Quatrième de couverture

    Anna, 37 ans, croule sous le travail et les relances des huissiers. Ses filles, elle fait que les croiser au petit-déjeuner. Sa vie défile, et elle l'observe depuis la bulle dans laquelle elle s'est enfermée. A 17 ans, Chloé a des rêves plein la tête mais a choisi d'y renoncer pour aider sa mère. Elle cherche de l'affection auprès des garçons, mais cela ne dure jamais. Comme le carrosse de Cendrillon, il se transforme après l'amour. Lily, du haut de ses 12 ans, n'aime pas trop les gens. Elle préfère son rat, à qui elle a donné le nom de son père, parce qu'il a quitté le navire. Le jour où elle apprend que ses filles vont mal, Anna prend une décision folle : elle les embarque dabs un périple en camping-car, direction la Scandinavie. Si on ne peut revenir en arrière, on peut choisir un autre chemin.

     

     

    Mon avis : 

    C'est un coup de cœur ! 

    Le résumé étant long, pas besoin d'en rajouter.

     

     

    Les personnages sont attachants. 

    Anna est une mère célibataire de 37 ans. Elle essaye tant bien que mal de joindre les deux bouts et d'éviter les huissiers de justice. Cette jeune femme adore ses filles, Chloé, 17 ans et Lily, 12 ans.

     

     

    Chloé, 17 ans est lycéenne. Son rêve est de poursuivre ses études supérieures en Australie. 

    Elle tient un blog "Les chroniques de Chloé" où elle exprime ses ressentis. Elle possède une grande sensibilité et a le besoin d'être aimé par les garçons.

     

     

    Lily, 12 ans est collégienne. Elle tient un journal intime qui s'appelle Marcel, un rat domestique du nom de Mathias - comme son père -. Elle adore l'humour et change souvent les mots ou les expressions.

     

     

    Julien et Noé, un père et son fils que les filles vont rencontrées lors de leur road trip en Scandinavie en camping-car sont très présents dans l'intrigue. Julien a le cœur sur la main. Noé est un jeune garçon autiste qui ne parle pas et ne communique que très peu avec les autres.

     

     

    François et Françoise sont avec leurs deux enfants. Ils essayent de leur montrer que vivre dans "le luxe" ne fait pas tout dans la vie.

     

     

    Marine et Greg sont un couple de jeunes mariés. Marine met toujours les "pieds dans le plat" quand une situation gênante arrive !

     

     

    L'écriture est simple mais efficace. L'autrice arrive à nous faire voyager en Suède, Norvège et Finlande de par son écriture immersive. On se croirait vraiment dans ses paysages enneigés ! 

    Le récit est dynamique, de par des chapitres courts. Les points de vue alternent entre Anna, Chloé et Lily. Chacune a un style bien particulier : Anna par une écriture linéaire, Chloé sous la forme d'un article de blog et Lily par celui d'un journal intime. 

    Ce sont les passages de Chloé que j'ai préféré.

     

     

    Les thèmes abordés sont intéressants : la garde des enfants divorcés, les problèmes mère-fille, les problèmes d'argent...

     

      

    La fin est très belle !

     

     

    Je lirais à nouveau un roman de Virginie Grimaldi.

     

     

    Extrait : (choix : le bus de la vie) 

    "J'ai l'impression que nous sommes tous à bord d'un bus qui avance inexorablement vers une direction commune. On s'y croise, on s'y perd, on s'y accompagne parfois. Certains en descendent le terminus. On ne peut pas le freiner, on ne peut pas l'arrêter quelques instants, on peut juste faire en sorte de s'y sentir le mieux possible. Lorsque je suis montée à bord de ce bus, il y a trente-sept ans, je partageais mon siège avec deux personnes : mes parents. Jusqu'à ce que ma mère en descende. J'ai continué seule, mon père et ma grand-mère jamais loin. Mathias s'est assis à mes côtés, je m'y suis accrochée. Et plus, Chloé. Et puis, Lily. Depuis le voyage a un sens. Malgré les secousses, les accidents, je me sens bien dans ce bus. Je sais pourquoi j'y suis."

     

     

    On adore : Tout 

    On regrette : Rien

     

     

                                                                                                                    Debo


    votre commentaire
  •  

    La Passe-miroir

    Tome 3 : La mémoire de Babel

    Christelle Dabos

     

     

    La Passe-miroir, tome 3, de Christelle Dabos

      

     

    Titre en VO : La mémoire de Babel 

    Année de la première publication (France) : 2017 

    Nombre de pages : 496 

    Editeur : Gallimard 

    Site de l’éditeur : http://www.gallimard.fr/ 

    ISBN : 978-2-07-508189-4 (format Kindle) 

    Site de l’auteur : http://www.passe-miroir.com/ (site de la série) 

    Ma note : 6/10 

    Publique conseillé : Adolescents à partir de 14 ans 

    Quatrième de couverture

    Deux ans et sept mois qu'Ophélie se morfond sur son arche d'Anima. Aujourd'hui il lui faut agir, exploiter ce qu'elle a appris à la lecture du Livre de Farouk et les bribes d'informations divulguées par Dieu. Sous une fausse identité, Ophélie rejoint Babel, arche cosmopolite et joyau de modernité. Ses talents de liseuse suffiront-ils à déjouer les pièges d'adversaires toujours plus redoutables ? A-t-elle la moindre chance retrouver la trace de Thorn ?

     

     

    Mon avis :  

    Je suis assez déçue par ce troisième opus.

     

     

    Ophélie décide de se rendre sur l'arche de Babel pour retrouver Thorn qu'elle n'a pas vu depuis plus de deux ans. Là-bas, elle va faire de nouvelles rencontres et se rendre compte que, ici aussi, il y a des manigances.

     

     

    L'autrice introduit de nouveaux protagonistes. 

    Ophélie, notre héroïne est attachante. On sent qu'elle commence à murir. Elle ne veut plus être le pantin de personne ! 

    Elle possède une grande force de caractère.

     

     

    Sa tante décide de retourner au Pôle pour épauler son amie. Contrairement, aux deux tomes précédents, on ne la voit que très peu tout comme Berenilde.

     

     

    Ambroise, un jeune homme qu'Ophélie va rencontrer à Babel est en fauteuil roulant. Il a les quatre membres inversés. Il a une grande gentillesse en lui et fait preuve d'un civisme exemplaire. Il vit chez son père, un inventeur d'automates.

     

     

    Elisabeth est une jeune femme ambitieuse qui va aider la jeune femme dans son apprentissage. Elle s'exprime toujours avec des "Hum ?".

     

     

    Mediana est hautaine. Ce n'est pas une Babelienne puisque son pouvoir est différent. Elle est devineresse.

     

     

    Victoire, la fille de Berenilde et Farouk a deux ans. Ophélie est sa marraine. Elle a un étrange pouvoir : elle peut sortit de son corps et "voyager" où bon lui semble.

     

     

    L'écriture est agréable. Les chapitres suivent principalement la progression d'Ophélie mais à plusieurs reprises le lecteur suit Victoire au Pôle. Dans ce cas, le titre du chapitre est en gras et raconté à la première personne du singulier.

     

     

    L'univers de Babel est intéressant. La cité est cosmopolite puisque des habitants de toutes les arches y habitent. D'ailleurs, il y a un code vestimentaire à respecter en fonction que l'on est des pouvoirs ou non. Il faut aussi surveiller son langage et ne pas dire des mots mis à l'Index - sorte de tabou -. Les habitants utilisent très souvent des mots anglophones dans leurs phrases. 

     

     

    La fin est bien mais ne me donne pas particulièrement hâte de poursuivre.

     

     

    Il y a quelques bémols : l'action est très longue à se mettre en route et j'ai trouvé que quand elle était présente, il ne se passait pas grand-chose quand même.

     

     

    Je trouve que l'on ne suis pas assez Victoire. Pourtant, cela aurait pu être intéressant. Dommage !

     

     

    En résumé, une lecture mitigée.

     

     

    Extrait : (choix : au hasard) 

    "- Il m’a fallu plus de deux ans pour mettre en place des groupes de lecture qualifiés afin de passer au crible toutes les collections. Le premier ouvrage que vous prenez par inadvertance est le bon. Votre propension à malmener les statistiques est effrayante."

     

      

    On adore : Les personnages, l'écriture, l'univers, la fin. 

    On regrette : Des longueurs; l'action qui tarde à se mettre en place, le fait que l'on ne suive pas souvent Victoire, sa mère et la tante d'Ophélie.

     

    Chronique du tome 2 

     

     

                                                                                                                       Debo


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires