• La tresse de Laetita Colombani

    La tresse

    Laetitia Colombani

     

     

    Titre en VO : La tresse

    Année de la première publication (en France) : 2017

    Nombre de pages : 240

    Editeur : le livre de poche

    Site de l’éditeur : https://www.livredepoche.com/livre/la-tresse-9782253906568

    ISBN : 978-2-253-90656-8 (format poche)

    Site de l’auteur : non trouvé.

    Ma note : 8,5/10

    Publique conseillé : Pour qui voudra. Je pense que ça se lit bien. Mais il ne faut pas le choisir un jour où on a envie d'un truc fleur bleue et gnangnan, ça ne correspondrait pas vraiment.

    Quatrième de couverture :

    Trois femmes, trois vies, trois continents. Une même soif de liberté.
    Inde. Smita est une Intouchable. Elle rêve de voir sa fille échapper à sa condition misérable et entrer à l’école.
    Sicile. Giulia travaille dans l’atelier de son père. Lorsqu’il est victime d’un accident, elle découvre que l’entreprise familiale est ruinée.
    Canada. Sarah, avocate réputée, va être promue à la tête de son cabinet quand elle apprend qu’elle est gravement malade.
    Liées sans le savoir par ce qu’elles ont de plus intime et de plus singulier, Smita, Giulia et Sarah refusent le sort qui leur est destiné et décident de se battre. Vibrantes d’humanité, leurs histoires tissent une tresse d’espoir et de solidarité.

     

    Mon avis :

    Ce roman, quand je l'ai soulevé pour regarder la quatrième de couv', je n'en attendait pas grand chose. La couverture m'a attirée de loin par sa couleur, mais je ne l'ai pas trouvé transcendante au départ. Mais j'avais le livre dans les mains, alors je l'ai retourné pour lire le résumé. Le résumé m'a intriguée. Qu'est-ce qui liait ces trois femmes si différentes d'un premier abord ? Alors qu'à priori, elles n'avaient pourtant rien en commun. Ça m'a suffisamment posé question pour que je prenne le livre. Je n m'attendais pas à une perle, pas à une pépite, mais j'étais curieuse, et ça m'a suffit. Je l'ai entamé un soir où je n'arrivais pas à dormir. Et vous savez quoi ? Je n'ai dormi que plusieurs heures plus tard, quand je l'ai eu finit !

     

    Ce livre n'est pas très long, se lit bien, il m'a entraînée dans le sillage de ces femmes. Ces femmes qui chacune se battent pour quelque chose. Et le lien qui les unit, que j'ai deviné un peu avant la fin (bien que je pense qu'en prenant un peu de recul, j'aurais pu le deviner vers la moitié/les deux tiers du livre), est surprenant.

     

    Bref, pour l'histoire de chacune de ces femmes, le résumé est assez clair, donc je vais surtout vous donner mon ressenti sur les personnages.

     

    Smita, l'indienne qui rêve de voir sa fille aller à l'école. Mais quand on est intouchable en Inde, les rêves sont interdit, et elle l'apprendra vite. Alors il lui faut prendre une décision. Cette femme est forte. Elle n'a pas eu la possibilité de se battre pour elle même, mais elle le fait pour sa fille. Et malgré sa condition, malgré le fait que sa voix doive rester discrète (question de survie), elle est là. Murmure prêt à pousser des montagnes. J'admire le courage dont elle fait preuve. Courage pour vivre supporter sa vie, et courage pour changer celle de sa fille. C'est un femme déterminée. Définitivement, le sentiment qu'elle a provoquer en moi, c'est bien l'admiration.

    Sa petite fille Lalita a hérité du courage de sa mère. Elle aussi a su trouver mon admiration. Une enfant, qui peut-être ne se rend pas bien compte de la portée de ses actes, mais qui agit comme il lui semble juste.

    L'histoire de ces deux personnages nous ouvre les yeux sur les conditions de vie en Inde. Je pense que beaucoup on entendu parler des intouchables. Mais est-ce que autant savent à quel point ce système est toujours d'actualité ? Personnellement, j'ai découvert des choses que j'ignorais. J'en avais entendu parlé il y a un moment, mais je n'avais pas poussé ma curiosité (honte à moi). J'ai découvert l'étendu de ce que ça représente, et ce même encore aujourd'hui, à travers ce livre.

     

    Giulia, une jeune fille à laquelle je me suis identifiée. Je suppose qu'elle a dans mes âges, et elle sait ce qu'elle veut faire de sa vie, quel métier elle vise, et elle a la tête sur les épaules, sachant prendre les décisions qui s'imposent, même quand ça ne convient pas à son avenir et contrevient à son indépendance, quand il s'agit de sauver les gens qu'elle aime de la faillite.

    Je ne pense pas que je serais capable de tant d'abnégation, mais je reconnaît sa passion pour un métier qu'elle aime (bien que ce soit pour un métier totalement différent de celui que j'étudie), et en cela, elle m'a touchée. J'ai aimé le personnage aussi pour ses liens avec sa famille et les gens qu'elle aime. Le genre de personne que j'apprécierai dans la vraie vie. Elle aussi est courageuse, et elle se bat pour l'entreprise familiale.

     

    Sarah, l'avocate qui se voit presque arrivée au sommet, avant que la maladie ne la rattrape pour la faire tomber. Une femme ambitieuse. C'est aussi une bonne mère, bien que trop débordée pour être suffisamment présente auprès de ses enfants. Elle compartimente sa vie, entre le professionnel et le privé, avec à mon avis, un déséquilibre certain entre les deux, mais c'est le prix du succès dans son métier. Au début, pas celle dont je me suis sentie le plus proche. Sa maladie la déstabilise, mais elle tient à n'en rien laissé paraître. Sa façon de rester dans le déni au début, réaction normale suite à une telle annonce. Puis certains événements la pousseront à admettre la réalité de ce qu'elle vit. Pour elle, j'ai eu de l'empathie. Elle aussi est courageuse, et se bat contre la maladie.

     

    Voilà pour mon avis sur les personnages. Ces trois femmes ont comme point commun leur courage et leur combat (même s'il est différent, il est important dans leur vie, marqueront des tournants). Mais ce qui les lie est encore autre chose.

     

    J'ai beaucoup aimé ce livre. Je n'en attendais pas autant, et ces trois histoires m'ont réellement touchée, et le lien qui les unit aussi. Une lecture qui a dépassée mes attentes, et de loin.

     

    J'ai aimé la façon d'écrire, d'alterner les personnages, le style appréciable à lire. Ça coule tout seul, je l'ai lu en une traite. Je n'ai même pas vu l'heure passée... En bref, je le conseille.

     

    En profondeur, c'est aussi un livre sur la femme. Sur sa place dans la société. Mais aussi (et surtout) sur ce qui fait qu'on est femme, sur la féminité, et sur des choses que toutes les femmes ont en commun. Et j'ai beaucoup apprécié ce point.

    Alors, d'après vous, qu'est-ce qui fait la féminité ?

     

    Extrait : (choix : j'en ai choisit trois, un pour chaque femme de ce livre.)

    « Elle sait qu'ici, dans son pays, les victimes de viol sont considérées comme les coupables. Il n'y a pas de respect pour les femmes, encore moins si elles sont Intouchables. Ces êtres qu'on ne doit pas toucher, pas même regarder, on les viole pourtant sans vergogne. On punit l'homme qui a des dettes en violant sa femme. On punit celui qui fraye avec une femme mariée en violant ses sœurs. Le viol est une arme puissante, une arme de destruction massive. Certains parlent d'épidémie.[...]
    Smita a déjà entendu ce chiffre, qui l'a fait frissonner : deux millions de femmes, assassinées dans le pays, chaque année. Deux millions, victimes de la barbarie des hommes, tuées dans l'indifférence générale. Le monde entier s'en fiche. Le monde les a abandonnées. »

    « Sarah se souvient de cette femme, dans l'ancien cabinet où elle exerçait, qui venait d'être promue associée et qui, à l'annonce de sa grossesse, s'était vue destituée, renvoyée au statut de collaboratrice. C'était une violence sourde, invisible, une violence ordinaire que personne ne dénonçait. »

    « Elle prend la main de Kamal. Il lui semble à cet instant qu'ils ne sont plus deux êtres indépendants aux trajectoires hasardeuses, errant dans les méandres de l'existence, mais un homme et une femme qui s'amarrent l'un à l'autre. Qu'importe ce que dira la mamma, pense Giulia, sa famille et les gens du quartier. Elle se sent femme aujourd'hui, auprès de cet homme qui l'a révélée. »

     

    On adore : Les trois histoires, toutes touchantes, ces trois femmes courageuses, le lien qui les unit, la féminité qui habite ce livre.

    On regrette : Euh... J'ai pas trouvé....

    Jiji

    « Death Note, de Tsugumi Ohba (sénario) et Takeshi Obata (dessin)Ne dis jamais "mon frère", de Sabrina Gramage »

    Tags Tags : , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :