• La prisonnière du temps, de Kate Morton

    La prisonnière du temps

    Kate Morton

     

    La prisonnière du temps, de Kate Morton

     

     

     

    Titre en VO : The Clockmaker’s Daughter

    Année de la première publication (France) : 2019

    Nombre de pages : 600

    Editeur : Editions Presse de la cité

    Site de l’éditeur : https://www.lisez.com/presses-de-la-cite/6 

    ISBN : 978-2-258-16249-5 (format kindle)

    Site de l’auteur : https://www.katemorton.com/francais/ 

    Ma note : 8/10

    Public conseillé : Adultes

    Quatrième de couverture :

    À l'été 1862, un groupe de jeunes peintres proches des Préraphaélites, menés par le talentueux Edward Radcliffe, s'installe au Birchwood Manor, sur les rives de la Tamise. Là, inspiré par sa muse, la sulfureuse Lily avec qui il vit une passion ravageuse, Edward peint des toiles qui marqueront l'histoire de l'art. Mais à la fin de sa retraite, une femme a été tuée, une autre a disparu, un inestimable diamant a été dérobé, et la vie d'Edward Radcliffe est brisée. Plus d'un siècle plus tard, Elodie Winslow, jeune archiviste à Londres fiancée à un golden-boy qui l'ennuie, découvre dans une vieille sacoche deux objets sans lien apparent : le portrait sépia d'une femme à la beauté saisissante en tenue victorienne, et un cahier de croquis contenant le dessin d'une demeure au bord de l'eau. Pourquoi le Birchwood Manor semble-t-il si familier à Elodie ? L'inconnue de la photo pourra-t-elle enfin livrer tous ses secrets ? Et si, en l'entraînant sur les traces d'une passion d'un autre siècle, son enquête l'aidait à percer le mystère de ses propres origines et à enfin mener la vie qu'elle désire ?

     

    Mon avis :

    Quand j’ai vu que ce livre sortait, je l’ai achetée le jour même ! Le résumé m’avait attirée, même si je trouve qu’il en dit un peu trop.

     

     

    Les personnages sont attachants.

    Elodie, notre protagoniste principal est une jeune archiviste londonienne qui va bientôt se marier à un jeune homme riche. Elle ne semble pas très heureuse dans sa vie de couple. Elle va faire la découverte à son travail des affaires d’un peintre et la photo d’une maison qui va toute de suite l’attirée. Elle se pose beaucoup de questions sur sa famille maternelle.

     

     

    Edward Radcliffe, le peintre talentueux est un homme qui ne vit que pour son art et sa muse. Il est très attaché à sa maison de campagne qui semble l’appeler.

     

     

    Sa sœur Lucy, est une vieille dame qui adore son frère et est très intelligente. Fascinée de livres et de sciences, son frère est son modèle. Elle semble être l’élément déclencheur pour résoudre le mystère de la maison et la disparition du collier familial.

     

     

    Lily, la muse d’Edward est une jeune femme qui n’a pas eu une vie facile. Orpheline et voleuse, elle a des secrets.

     

    Jack est un ancien policier qui recherche le Radcliffe Blue – le collier familial de la famille d’Edward -. Il est un peu rustre mais souhaite plus que tout faire la connaissance de ses jumelles qu’il n’a jamais vu.

     

     

    Il y a également un autre personnage que l’on ne connait que vers la fin. Est-ce une personne ? une entité ? Mystère…

     

     

    L’auteur a encore une fois une écriture agréable presque mystique.

     

     

    Les chapitres alternent entre Elodie à notre époque, Lucy, Jack et la personne dont on ne connait pas l’identité. Je me suis un peu perdu entre les différents points de vue.

     

     

    On parle beaucoup du monde de l’art et notamment de la fraternité Magenta qui sont des peintres qui ont un style proche des préraphaélites. J’ai trouvé que c’était très intéressant !

     

     

    La couverture est juste magnifique ! Pour le titre français, je ne trouve pas que la traduction est terrible.

     

     

    Il y a quand même quelques longueurs.

     

     

    La fin est bien et nous avons nos réponses à nos questions.

     

     

    Je vous recommande grandement ce nouveau roman !

     

     

    Extrait : (choix : les fleuves emportent les secrets)

    « Les fleuves sont toujours en mouvement. Ils emportent leurs secrets et leurs mystères jusqu'à la mer. »

     

     

    On adore : Les personnages, l’écriture, les thèmes abordés, la couverture, la fin.

    On regrette : Les longueurs.

     

     

                                                                                                      Debo

    « How I Meet Your Mother, saison 5Les Caïmans, de Bernard Baret »

    Tags Tags : , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :