• Le choix d'aimer, de Malorie Blackman

    Le choix d’aimer

    Malorie Blackman

     

      

     

    Titre en VO : Checkmate

    Editeur : Macadam

    Site de l’auteur : http://www.malorieblackman.co.uk/

    Ma note : 8,5

    Publique conseillé : à partir de 12 ans.

    Quatrième de couverture :

    Voilà les choses de ma vie dont je suis sûre. Je m'appelle Callie Rose. Je n'ai pas de nom de famille. J'ai seize ans aujourd'hui. Bon anniversaire, Callie Rose.
    Ma mère s'appelle Perséphone Hadley, fille de Kamal Hadley. Kamal Hadley est le chef de l'opposition - et c'est un salaud intégral. Ma mère est une Prima - elle fait donc partie de la soi-disant élite dirigeante.
    Mon père s'appelait Callunt McGrégor. Mon père était un Nihil. Mon père était un meurtrier. Mon père était un violeur. Mon père était un terroriste. Mon père brûle en enfer.


    Imaginez un monde. Un monde où tout est noir ou blanc. Où ce qui est noir est riche, puissant et dominant. Où ce qui est blanc est pauvre, opprimé et méprisé.
    Dans ce monde, une enfant métisse est pourtant née, Callie Rose. Une vie entre le blanc et le noir. Entre l'amour et la haine.
    Entre des adultes prisonniers de leurs propres vies, de leurs propres destins. Viendra alors son tour de faire un choix. Le choix d'aimer, malgré tous, malgré tout...
     

     

    Mon avis :

    Un troisième tome époustouflant.

    Le titre est très bien choisi.

    Le sentiment sur lequel le livre se base est normalement l’espoir. Je dirai, pour être plus précise, qu’on a la perte de l’espoir et son retour en parallèle.

    En tout cas, c’est encore et toujours un livre de réflexion. Le racisme est bien sûr le sujet abordé, avec brio d’ailleurs, mais est plus en fond qu’en raison. Ça fait du bien, ça risquerai de devenir lourd à la longue, sinon, je pense. La haine installée dans le deuxième opus, les désillusions et la peur de Sephy, et les tensions dues au passé sont à la base du livre.

    Les personnages sont toujours intéressants, attachants pour les uns, repoussants pour les autres, déstabilisante pour une en particulier.

    Le style fluide, nous laisse dans une lecture tranquille et pourtant assez rapide.

    Et on alterne toujours les différents points de vue, ce qui permet de mieux apprécier les réactions et pensées de chacun.

     

    (Attention, pour ceux qui n’ont pas lu le début, ne pas continuer)

    Rappelez-vous la fin du tome précédent.

    Jude est sorti de prison, alors qu’il a tué la seule femme qu’il aurait pu aimer. Grâce à Sephy, qui ne supportait pas le mal que cela faisait à Meggie de le voir en prison. Et il la hait encore et toujours, il médite sa vengeance, qu’il compte accomplir avec Callie Rose.

    Sephy a été détruite par la lettre haineuse de Callum, qui lui dit ne jamais l’avoir aimée, qui lui dit avoir seulement voulu la détruire en couchant avec elle. Elle n’a plus que Callie Rose, qu’elle se promet de protéger de tout.

    Et, enfin, lors de la dernière page, en tenant Callie Rose dans ses bras, en voulant la protéger du monde, en l’aimant plus que tout, elle la serre trop fort et son cœur s’arrête.  On ne sait pas si elle est ranimé ou pas.

     

    Et bien ce tome là commence le jour des 16 ans de Callie Rose. On sait donc qu’elle est en vie. Et elle est sous la coupe de Jude. Il lui a insufflé sa haine du monde, du gouvernement en place, de l’inégalité dont souffrent les blancs, et surtout, de Sephy. Il a réussi à l’intégrer dans la milice de Libération. Et elle doit aujourd’hui, jour de son anniversaire, être kamikaze. On la voit le matin, sur la plage derrière la maison de sa grand-mère Jasmine, la mère de Sephy, avec un garçon, dont on ne connaît pas l’identité (et on ne sait toujours pas de qui il s’agit à la fin du livre, c’est à nous de faire un choix entre deux). Elle est avec lui pour dire au revoir à la vie. (L’ironie est que le premier livre a commencé à ce même endroit, alors que son père avait 16 ans et sa mère 14)

    Elle finit par le laisser seul et aller voir Jasmine. Pour lui dire au revoir. (Elle l’aime bien, malgré Jude) Jasmine qui la piège, et l’oblige a resté avec sa mère, enfermées dans la cave, pour qu’elles se parlent. Car Callie Rose s’était jurée de ne plus parler à Sephy, qu’elle haït.

    Jasmine part elle retrouver Jude. On ne sait pourquoi que à la fin du livre.

     

    Après cela, on alterne les scènes dans le passé, avec l’enfance de Callie Rose, ou on voit ce qui l’a conduit là, un passage entre Jude et Jasmine, encore le passé, puis Callie Rose et sa mère. Et ainsi de suite.

    On découvre ainsi ce qui a conduit l’histoire où elle en est. Et on espère que ça va remonter la pente.

    Je pense que oui. Les moyens utilisés sont d’ailleurs radicaux.

     

    Sephy est enfermée par la peur. La peur du passé, la peur à cause de la lettre, la peur de ne pas s’y prendre bien avec sa fille, la peur de lui faire du mal. Paradoxalement, c’est cette peur qui l’empêchera de faire comme il faut. Et c’est quand le mal est fait, qu’elle est résignée, qu’elle croit ne rien pouvoir faire, que la peur disparaît enfin.

    Jude a bien médité, il sait ce qu’il fait. Il est sûr de lui, il est toujours haineux et manipulateur. Incapable d’amour. C’est un personnage creusé, que j’aime (pour le livre) et exècre (pour lui-même).

    On retrouve Meggie. Une nouvelle Meggie. Qui a pris la main sur Sephy. On ne découvre que tard les raisons de leur relation, et pourquoi elle est devenue si horrible. Sa douceur et sa façon de respecter Sephy me manque, même si c’est pour les besoins de l’histoire.

    Jasmine apprend enfin à être mère. Mieux vaut tard que jamais.

    Sonny reparaît aussi. Souvenez-vous, c’était un des musiciens du groupe dans lequel a chanté Sephy. Il l’aime toujours.

    Minnie (la sœur de Sephy) ne reparaît pas. Mais elle ne manque pas.

    Il y a maintenant Lucas et Tobey. Deux très bons amis de Callie Rose. Voir plus. Mais pour lequel ? On ne sait pas. Leur relation avec Callie Rose sont toutes deux basés sur un schéma commun. Amis-ennemis dans l’enfance, ils prennent de l’importance plus grands et deviennent plus protecteurs. Ensuite, ils divergent. L’un se rapproche beaucoup avant d’être éloigné, tandis que l’autre est rejeté par Callie Rose, avant de revenir. Ils finissent tout deux au même point, et on ne sait pas ce que la jeune fille pense exactement. Je dois avouer que c’est frustrant et que ça donne envie de lire la suite.

    Ne reste que Callie Rose. Assez déstabilisante. On voit tout son parcours. Et, au début, quand on voit l’enfant et l’adolescente, on ne comprend pas comment elle a pu devenir si haineuse. Elle est difficile à décrire. En tout cas, et malgré tout, je me suis prise d’affection pour cette gosse.

     

    Un livre que je conseille. Les sentiments qu’il évoque sont forts. Les personnages, plutôt poignants, chacun à leur façon. Et l’ombre de Callum, bien qu’il soit mort, plane plus que jamais sur la tête des personnages, surtout sur Callie Rose.

    Sa présence presque tangible rende au livre un intérêt encore plus singulier.

     

    Extrait : (choix : celui trouver sur le net)

    « Grand-Mère Meggie m'a raconté un jour que quand on meurt, on va au paradis et que l'on s'y sent comme chez soi.
    Mais je ne sais même pas ce que ça veut dire, se sentir chez soi.
    Je ne parle pas de la définition du dictionnaire, mais de celle du coeur. Il ne s'agit pas de la notion abstraite de "chez soi", mais de la sensation que cette expression est censée procurer. Je n'ai jamais eu de chez moi. Alors je ne peux pas imaginer le paradis. Je voyage sans doute vers l'enfer. Tel père, telle fille! »

     

    On adore : L’histoire, les personnages, leur évolution, le style, le thème abordé, la façon de l’aborder, la réflexion.

    On regrette : La Meggie d’avant, mais ça, c’est personnel.

    Chronique du tome 1 : http://oceanlivresque.eklablog.fr/entre-chiens-et-loups-malorie-blackman-a103341987#

    Chronique du tome 2 : http://oceanlivresque.eklablog.fr/la-couleur-de-la-haine-malorie-blackman-a105433748#

    Chronique du tome 4 : http://oceanlivresque.eklablog.fr/le-retour-de-l-aube-de-malorie-blackman-a107506132

    « Birth marked, tome 2, de Caragh M. O'BrienFille de Lune, tome 1, Naïla de brume, d'Elisabeth Tremblay »

    Tags Tags : , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :