• Rose Morte, tome 1 : La Floraison de Céline Landressie

    Rose Morte

    Tome 1 : La Floraison

    Céline Landressie

    Rose morte, tome 1 : La floraison de Céline Landressie

    Titre en VO : La floraison

    Année de la première publication (en France) : 2012

    Nombre de pages : 480

    Editeur : l’Homme Sans Nom

    Site de l’éditeur : http://www.editions-hsn.fr/presentation 

    ISBN : 978-2-918541-04-2 (grand format)

    Site de l’auteur : http://rosemorte.canalblog.com/ (c’est le blog de la série Rose morte)

    Ma note : 8/10

    Publique conseillé : Filles comme garçons qui sont de grands lecteurs de fantasy/fantastique et à partir de 14 ans.

    Quatrième de couverture :

    France, fin du XVIe siècle.

    C’est dans ce pays en proie à de terribles dissensions religieuses que se réfugient les  Greer , fuyant l’Angleterre élisabéthaine. Eileen, seule enfant du comte, est une jeune femme vive et au caractère bien tranché. Mais son âge avance, et son père la met au pied du mur : elle doit se marier. Et c’est en faisant tout pour se soustraire à cette obligation, avec l’aide de sa fidèle amie Charlotte, que Rose fera la connaissance d’Artus de Janlys. Le séduisant et mystérieux comte l’entraînera dans un univers dont elle ne soupçonnait pas l’existence, où les crimes terribles qui secouent Paris trouveront une explication apparemment inconcevable, mais bel et bien réelle…

     

    Mon avis :

    J’ai bien aimé ce livre malgré sa longueur. Céline Landressie situe son intrigue dans le Paris du 16ème siècle pendant le règne d’Henri IV. Nous suivons Eileen Greer, (qui préfère se faire appeler Rose), une jeune femme de 28 ans qui n’a pas sa langue dans sa poche. Sa famille a fui l’Angleterre d’Elisabeth 1ère pour se réfugier en France car ils sont ruinés. Lord Edmund pousse sa fille à se marier car elle commence à « prendre de l’âge »  mais Rose ne veut pas. Lors d’un bal, avec sa meilleure amie Charlotte qui doit aussi se trouver un mari, elles vont tenter d’échapper à cette obligation. Mais Rose va rencontrer le comte Artus de Janlys. Cela va bouleverser la jeune femme. Qui est cet homme ? Que cache-il ?

    Les personnages sont creusés. Rose, jeune femme de 28 ans possède un fort caractère mais n’est pas une noble qui n’en fait pas voir de toutes les couleurs aux domestiques, elle est bienveillante à leur égard.

    Lord Edmund, son père, est un homme gentil qui a de l’empathie. Sa fille est tout pour lui.

    A l’inverse de son mari, Lady Mary est une femme antipathique, c’est une marâtre qui ne semble avoir de sentiment pour personne.

    Charlotte, l’amie de Rose est une femme qui aime les ragots et les belles robes, elle est un peu frivole.

    Le comte de Janlys, est un homme mystérieux qui semble avoir une attirance certaine pour Rose.

    Jacques, un domestique, est un vieil homme gentil qui ferait tout pour ses maîtres.

    Le côté « historique » est très bien mis en place, on sent que l’auteur s’est documenté pour offrir aux lecteurs un univers très riche (trop peut-être). Pour que l’on sache ce que certains mots ou expressions veulent dire il y a un petit glossaire ce qui est bien. Par contre, je trouve qu’il n’est pas assez fourni. Le côté « fantasy/fantastique » arrive assez tard dans le récit mais est très bien amené. Les descriptions des lieux sont très belles.

    Je trouve aussi que les chapitres sont un peu trop long ce qui ne permet pas d’avancer très vite alors que l’histoire est très intéressante.

    La couverture est magnifique. L’illustratrice (Magali Villeneuve, également auteur chez l’Homme Sans Nom) a fait un travail remarquable.

    En résumé, une très bonne lecture malgré quelques défauts.

    Extrait : (choix : Un très bau passage)

    « Il y avait dans ses iris un étrange chatoiement, une sorte de lent miroitement donnant l'impression saisissante qu'ils étaient en mouvement. Comme si elle eût contemplé la surface d'un lac caressé par la brise. Un lac de montagne, au printemps, qui refléterait les verts pâturages alentours. Un lac isolé où seuls viendraient boire les loups à la nuit tombée... Un lac serein. Insondable. Éternel... »

    On adore : Les personnages, le côté historique et fantastique, l’écriture de l’auteur, la couverture du livre.

    On regrette : La longueur des chapitres. 


    Tags Tags : , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :