• Gone, tome 1, de Michael Grant

    Gone

    Tome 1

    Michael Grant

     

    Gone, tome 1, de Michael Grant

        

     

    Titre en VO : Gone

    Année de la première publication (en France) : 2009

    Nombre de pages : 665

    Editeur : Pocket Jeunesse

    Site de l’éditeur : http://www.pocketjeunesse.fr/livres-jeunesse/ 

    ISBN : 978-2-266-22704-9 (format poche)

    Site de l’auteur : http://www.themichaelgrant.com/ 

    Ma note : 10/10

    Publique conseillé : Pas avant 14-15 ans pour les plus sensibles, un passage en particulier est vraiment cruel et peut choquer.

    Quatrième de couverture :

    Imaginez…

    Tous les êtres humains de plus de 15 ans ont disparu. Plus incroyable encore, ceux qui restent développent des superpouvoirs mais ils ne parviennent pas encore à les maîtriser…

    Cette aventure extraordinaire est arrivée à Sam, 14 ans, et à tous les enfants de Perdido. Passé la première période d’euphorie, les enfants doivent maintenant s’organiser pour survivre. Qui va s’occuper des bébés et des malades ? Comment trouver de la nourriture ? Autant de questions vitales à résoudre en urgence !

     

    Mon avis :

    Un  coup de cœur ! J’ai beaucoup aimé.

    Les 600 et quelques pages ? Deux jours ! C’est dire. Les deux suivants sont plus petits, dommage… Enfin, j’espère juste qu’ils seront à la hauteur de celui-la.

     

    On suit Sam dans cette aventure sans adultes.

    Perdido est une petite ville, près d’une centrale nucléaire. Tout le monde se connaît, tout se sait.

    Les plus de 15 ans disparaissent, et une paroi entoure la Zone, dont la centrale est le centre.

     

    Il faut un leader pour mener la barque. On attend de Sam qu’il soit celui-ci, parce que, s’il est plus ou moins anonyme en règle générale, il se fait remarquer en entrant dans un immeuble en flamme pour sauver une petite fille. Il part aider Astrid, une fille de son école qu’il connaît à peine (mais qui lui plaît) à retrouver son petit frère, Pete, qui est autiste. Ainsi, il esquive le rôle de chef, volontairement je dirais, ça lui fait peur je pense.

    Et c’est les brutes du coin qui prennent la place, tant bien que mal dans une situation qui reste chaotique.

    C’est sans compter les élèves du pensionnat Coates. (Précisons que ce pensionnat est réputé pour les enfants intelligents mais « difficiles ». C'est-à-dire que l’on a affaire à des brutes peu recommandables comparées aux enfants de cœur que sont les bourreaux des cours de récré qui se targuent d’avoir pris le contrôle de Perdido.) Organisés, ils arrivent à prendre les rênes, et ce sans encombres, grâce à quelques paroles en publiques, des rôles factices donner à ceux qui veulent être important dans Perdido, et un ou deux actes moins glorieux (et très surprenants) en privé.

    Ainsi, Caine, se proclame maire, il est secondé par Diana, Drake, (ces deux derniers se haïssent), et le petit Jack le Crack.

    En parallèle, on a l’histoire de Lana, qui se retrouve seule dans le désert, jusqu’à ce qu’elle rejoigne les autres.

    Et certains développent des pouvoirs…

    Le résumé est long, j’ai eu un peu de mal à m’arrêter… Au moins, vous savez à quoi vous attendre ! Mais rassurez vous, il vous reste plus d’une surprise !

     

    Les personnages maintenant.

    Sam, un garçon un peu défavorisé par la vie (pas de père, sa mère travaille à Coates, avec une ambiance pourrie, des gosses « à fort caractère » et elle est payé au lance pierre). Solitaire dans la vie, il aime le surf, son seul ami est Quinn.

    Quinn, c’est un excentrique (genre baggy, polo rose et chapeau gris) avec un humour déjanté, du moins avant la catastrophe. Il fait du surf avec Sam. Mais cette aventure va le changer du tout au tout.

    Astrid, alias le Petit Génie. C’est le genre de miss je-sais-tout qui énerve tant mais peut se révélée super sympa si on prend la peine de la connaître. Elle est jolie, aussi, et plait à Sam. Et elle veut protéger son petit frère, Pete, qui est autiste.

    Edilio, qui est charrié parce qu’il est hispanique, est super sympa, très réaliste, perspicace. Il se retrouve avec Sam et les autres par hasard, mais il les aide bien.

    De Perdido, il y a aussi Mary (qui s’occupe des plus petit), Dahra (infirmière), Albert (qui reprends le Mac Do), Orc (le chef des bourreaux de la cours de récré), Panda, Cookie, Chaz (et sa bande) et Howard (qui fait partie de la bande, mais qui est la pour qu’on ne s’attaque pas à sa petite personne).

     

    Quant à ceux de Coates, on a Caine, le grand patron alias le leader sans peur comme dit Diana. C’est un beau parleur très charismatique et sûr de lui.

    Drake est nommé shérif (et chargé de surveiller Orc et sa clique). D’une cruauté sans limite, alliée à un certain pragmatisme, ça donne dans l’horreur. Il haït Diana.

    Diana, elle, j’ai du mal à la cerner. Elle aussi haït Drake. Elle est assez pragmatique aussi, je trouve, elle réfléchie plus loin que le bout de son nez.

    Jack Le Crack, du haut de ses douze ans, est à Perdido un peu par erreur. Il est certes très intelligent, mais n’a rien d’un enfant difficile. On le mène par le bout du nez en lui faisant un peu peur pour utiliser ses connaissances. Il maîtrise bien mieux les ordinateurs que les relations humaines.

    Sinon, il y a quelques brutes au service du shérif. Et quelques infortunés qui ont eu le malheur de ne pas être d’accord avec Caine, comme Brianna, Dekka et Taylor entre autres.

    Reste Lana. Elle est tellement malmenée que c’est difficile de lui donner un caractère. Elle n’aime pas voir les gens souffrir, elle a de l’empathie. Et elle est très attachée à son chien, Pat.

    En plus d’un long résumé, il y a beaucoup de personnages…

     

    Que dire, à part que j’ai adoré ?

    Un style fluide, du suspens, surtout à la fin. Que se passe-t-il quand on a quinze ans ? Est-ce qu’on disparaît ? Pourquoi la Zone ? Pour quoi la centrale en est le centre ?... Et il reste encore beaucoup de suspens à la fin du livre. Beaucoup de chose à découvrir, beaucoup de pourquoi, beaucoup de question sans réponse. Et celles auxquelles ont à répondu n’ont amenés que plus de questions.

    Autrement dit, il y a matière à faire quelque chose des prochains tomes, si on continu à livrer les informations de cette manière là.

     

    Et il va falloir compter tous les problèmes logistiques quand ils vont manquer de nourriture et d’autres choses.

     

    On a un fond de romance bien agréable, et qui ne prend pas le pas sur l’histoire, qui reste juste au second plan. Vous devez bien vous doutez entre qui, j’imagine que je n’ai pas besoin de préciser que c’est entre Sam et Astrid ?

     

    Juste un reproche, il y a juste un lien entre deux personnages qui m’a paru bizarre. Ça arrivait trop comme un cheveu sur la soupe, pas d’indice, rien. Et, pour l’instant ça n’est pas vraiment justifié. Il aurait pu se passer la même histoire sans, peut-être juste avec une dizaine ou une vingtaine de pages en moins. J’ose espérer qu’il ne s’agit pas de remplissage et qu’il y a une bonne raison qu’on verra dans les prochains tomes.

     

    En résumé, j’ai adoré, mais j’attends beaucoup de la suite…

     

    Extrait : (choix : On voit le caractère d’Astrid.)

    « Des hochements de tête et des murmures d’assentiments saluèrent la proposition de Caine.

    — Voilà qu’il te coopte, chuchota Astrid. Il te voit comme un concurrent apparemment.

    — Tu ne lui fait pas confiance, on dirait, répondit Sam à vois basse.

    — C’est un manipulateur. Ça ne signifie pas que ses intentions sont mauvaises. »

     

    On adore : Le style, l’histoire, les personnages,…

    On regrette : Ce lien sorti d’un trou noire, et encore injustifié.

     

    « In My Mailbox (11)Surprise ! »

    Tags Tags : , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    2
    Mardi 8 Juillet 2014 à 14:00

    Tu es la première que j'entends dire que ce livre ne lui a pas plu. Te souviens tu pourquoi ?


    Si je t'ai donner envie de le relire, tant mieux. Peut-être que le temps faisant, tu l'aprécieras plus !


    Bonne lecture alors !


    jiji

    1
    Lundi 7 Juillet 2014 à 17:44

    J'ai lu ce livre il y a longtemps (genre deux ans) je n'avais pas du tout aimé et je ne l'avais même pas fini !


    Mais ta chronique me donne envie de réessayer quand même :)

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :