• Once upon a time

    Saison  1

    Once upon a time, saison 1

     

     

    Réalisateur(s) : Edward Kitsis et Adam Horowitz

    Acteurs principaux :

    *Jennifer Morrison, dans le rôle d’Emma Swan

    *Gennifer Goodwin, dans le rôle de Marie Margaret Blanchard (monde réel), Blanche-Neige (pays des contes), mère d’Emma

    *Lana Parrilla, dans le rôle de Regina Mills (monde réel), la Méchante Reine (pays des contes), maire de la ville

    *Josh Dallas, dans le rôle de David Nolan (monde réel), le Prince Charmant (pays des contes)

    *Jared S. Gilmore, dans le rôle d’Henry Mills (fils adoptif de Regina et biologique d’Emma)

    *Robert Carlyle, dans le rôle de M. Gold (monde réel), Rumpelstilskin (pays des contes)

    Bande annonce : http://www.youtube.com/watch?v=M8y6RAxRaXk 

    Durée d’un épisode : 41 minutes

    Nombre d’épisode : 22

    Ma note : 10/10

    Résumé :

    A 28 ans, la vie d’Emma Swan bascule lorsque le fils qu’elle a abandonné plusieurs années auparavant la retrouve. Du haut de ses 10 ans, Henry pense que sa mère est la fille disparue de Blanche-Neige et du Prince Charmant. Emma n’en croit évidemment pas un mot et décide de ramener Henry chez lui, à Storybrooke. Mais Storybrooke est une ville bien étrange, une ville magique où les personnages de contes de fées sont bien réels et où la méchante Reine n’est autre que la mère adoptive d’Henry…

     

    Mon avis :

    J’adore cette série ! Comme le dit le résumé, un petit garçon de 10 ans, Henry, va retrouver sa mère biologique, Emma Swan, le jour de son 28ème anniversaire pour qu’elle détruise la malédiction qui est sur sa ville, Storybrooke.  D’après Henry, sa mère est la fille de Blanche-Neige et du Prince Charmant. Emma décide de rester quelques temps dans cette ville particulière. Va-t-elle croire à la malédiction et la briser ?

     

    J’ai aimé le jeu des acteurs. Emma est une jeune femme qui semble avoir une carapace du fait de sa vie difficile : ballottée de famille d’accueil en foyer. Elle est forte et ne se laisse pas marcher sur les pieds. Henry est un petit garçon qui adore un livre de contes de fées que lui a offert son institutrice. Il est persuadé que les personnages à l’intérieur sont les habitants de Storybrooke.

    Regina Mills, le maire de la ville et mère adoptive d’Henry est une femme vicieuse et manipulatrice. Je la déteste !

    Marie Margaret Blanchard, l’institutrice d’Henry et mère d’Emma (mais elle ne le sait pas) est gentille.

     

    On a aussi la partie « pays des contes » où l’on voit le passé des habitants avant qu’ils ne soient envoyés dans notre monde à cause de la malédiction lancée par la méchante Reine. On voit qui est qui dans le monde réel et celui des contes. Par exemple, Marie Margaret Blanchard est en réalité Blanche-Neige, Regina Mills est en fait la belle-mère de Blanche-Neige et aussi la méchante Reine. C’est la seule qui est au courant de ce qu’il se passe « d’anormal » dans la ville.

     

    On passe du monde réel au pays des contes plusieurs fois par épisode. Au début, c’est un peu déroutant, on est un peu perdu, on a du mal à se situer mais l’on s’y habitue vite.

    Malgré tout, le début est un peu long mais il y a de l’action.

    Je vous recommande de regarder cette série qui est très adictive !

     

    On adore : Les personnages, l’originalité.

    On regrette : Le début un peu long, le passage du monde réel à celui des contes un peu trop fréquent mais on s’y fait vite.


  • Qu’est-ce qu’on a fait au bon Dieu ?

     

     

     

    Réalisateur : Philippe de Chauveron

    Scénariste : Guy Laurent et Philippe de Chauveron

    Acteurs principaux :

    ·       Christian Clavier dans le rôle de Claude Verneuil (le père un peu raciste),

    ·       Chantal Lauby dans le rôle de Marie Verneuil (la mère qui veut voir ses enfants et petits-enfants),

    ·       Emilie Caen dans le rôle de Ségolène,

    ·       Frédéric Chau dans le rôle de Chao Ling,

    ·       Frédérique Bel dans le rôle d’Isabelle,

    ·       Medi Sadoun dans le rôle de Rachid Benassem,

    ·       Julia Piaton dans le rôle d’Odile,

    ·       Ary Abittan dans le rôle de David Benichou,

    ·       Elodie Fontan dans le rôle de Laure,

    ·       Noom Diawara dans le rôle de Charles Koffi,

    Bande annonce : https://www.youtube.com/watch?v=QerOPic11Tk 

    Durée : 1h37

    Date de sortie : 16 avril 2014

    Ma note : 8,5/10

    Publique conseillé : C’est plutôt tout publique.

    Genre : Comédie

    Résumé :

    Claude et Marie Verneuil (un couple de bon catholique) ont quatre filles. Les trois premières sont mariées à un juif, un musulman et un chinois. Heureusement, Laure, la petite dernière, va épouser un bon catholique…

     

    Mon avis :

    Voilà ce qui s’appelle un bon film. (Pour preuve, il est resté plutôt longtemps en salle.)

     

    L’histoire n’est peut-être pas des plus recherchée, mais elle est super bien exploitée.

     

    Les Verneuil ont quatre filles.

    Ségolène épouse Chao Ling.

    Isabelle épouse Rachid Benassem.

    Odile épouse David Benichou.

    Un chinois, un juif, un musulman…

    Ne reste que Laure, sur qui tout repose…

    Laure qui annonce qu’elle a un fiancé, Charles, un comédien, mais heureusement catholique.

    Elle oublie juste qu’il est noir…

    De son côté, Charles rencontre quelques difficultés avec son père…

    Finalement, ils se marient en Juillet, à Chinon. La rencontre des deux familles provoque des explosions (autant chez eux que pour nous spectateur qui explosons de rire plus d’une fois).

     

    Les personnages sont très drôles. Ce que j’ai adoré, c’est les maris. Les trois premiers sont à couteau tirés, sauf pour faire en sorte que le quatrième n’entre pas dans la famille ! Hilarant…

    Et puis, on a de tout chez les sœurs, de la dentiste bien dans la vie à la peintre dépressive. (Le tableau qu’elle a offert à ses parents a une place toute spéciale…)

     

    Et la fin est super… Aussi drôle que romantique…

     

    Enfin, je n’aie pas grand-chose à rajouter, je peux juste dire que je conseille ce film.

     

    On adore : L’humour, les personnages, les relations entre les beaux-frères, et beaucoup de choses…

    On regrette : Je ne sais pas vraiment…


  • Bowling

     

     

     

     

    Réalisateur : Marie-Castille Mention-Schaar

    Scénariste : Jean-Marie Drupez

    Acteurs principaux :

    • Catherine Frot dans le rôle de Catherine,

    • Mathilde Seigner dans le rôle de Mathilde,

    • Firmine Richard dans le rôle de Firmine,

    • Laurence Arné dans le rôle de Louise

    Bande annonce : https://www.youtube.com/watch?v=Qa67W4U-u18 

    Durée : 1h30

    Date de sortie : 18 juillet 2012

    Ma note : 7,5/10

    Publique conseillé : adultes et adolescentes (les adolescents ne sont pas fan, en tout cas pas mon frère)

    Résumé :

    L’histoire se passe à Carhaix. En plein coeur de la Bretagne. Un petit hôpital, une maternité paisible. Pas beaucoup d’accouchements. Mathilde, sage-femme, Firmine, puéricultrice, et Louise, propriétaire du Bowling de Carhaix y vivent, heureuses et amies. Catherine, DRH, y est envoyée pour restructurer l’hôpital et surtout fermer à terme la maternité qui perd de l’argent. Quatre femmes dont l’âge, la personnalité, les origines sont différentes et qui vont pourtant former un quatuor fort en humanité et en humour pour défendre cette maternité. La vie, l’amour, l’amitié, la Bretagne et... le bowling ! 

     

    Mon avis :

    Un film vraiment pas mal. C’est tiré d’une histoire vraie.

    On dit que les français sont chauvins, je trouve que c’est particulièrement vrai en Bretagne, et le film le montre. On tient à notre région, que voulez-vous…

    C’est une belle histoire. La bande annonce et le résumé sont assez explicites quant elle, je ne vais donc pas m’étendre dessus.

     

    Mathilde est têtue, obtue et bornée, elle sait ce qu’elle veut et s’impose. Souvent trop.

    Firmine est un réservoir d’amour et de générosité. Elle est aussi parfois sarcastique.

    Catherine, elle, elle ne sait juste pas où elle tombe, mais elle apprend à connaître autre chose que la capitale. Et ça lui plait…

    Louise (ma préférée du quatuor) est très drôle, pleine de vie.

    Des personnages très différents, mais qui apprennent à se connaître et à s’aimer entre sport et travail…

    Les actrices ont gardées leur prénom pour leur personnage, ce que je trouve touchant.

     

    Avec quelques scènes cocasses, sur une belle note d’humour, l’histoire nous apporte tranquillement à son dénouement, c’est bien filmé. Aussi bien sur les pistes qu’à la mater.

     

    On adore : Les actrices, leur jeu, l’histoire et l’humour.

    On regrette : Un petit quelque chose sur lequel je n’arrive pas à mettre le doigt…

     

     


  • Unforgettable

    Saison 1

    Unforgettable, saison 1

    Réalisateur(s) : Ed Redlich, John Bellucci

    Acteurs principaux :

    -         Poppy Montgomery, dans le rôle de l’inspectrice Carrie Wells

    -         Dylan Walsh, dans le rôle du lieutenant Al Burns

    -         Jane Curtin, dans le rôle du docteur Joanne Webster (le médecin légiste qui arrivera assez tard dans la série)

    -         Michael Gaston, dans le rôle de l’inspecteur Mike Costello (un collègue de Carrie et Al)

    -         Kevin Rankin , dans le rôle de l’inspecteur Roe Sanders (un collègue de Carrie et Al)

    -         Daya Vaida, dans le rôle de l’inspectrice Nina Inara (une collègue de Carrie et Al)

    Bande annonce : https://www.youtube.com/watch?v=GMibPYWVDBA 

    Durée d’un épisode : 42 minutes

    Nombre d’épisode : 22

    Ma note : 9/10

    Résumé :

    Carrie Wells est une ex-flic atteinte d’hypermnésie : elle a le don de se souvenir d’absolument tout, de chaque date, lieu, événement. Le moindre détail reste pout toujours gravé dans son esprit. Alors qu’elle mène une vie nouvelle à New-York, Carrie, témoin d’un meurtre, est amené à collaborer avec l’enquêteur chargé de l’affaire, qui s’avère être son ancien partenaire et petit-ami. En dépit de ses sentiments confus pour le détective Al Burns, Carrie décide d’intégrer de façon permanente son équipe pour aider à résoudre les affaires criminelles – et éventuellement élucider l’assassinat mystérieux de sa sœur. Tout ce qu’elle doit faire est de se souvenir…

     

    Mon avis :

    Cette série télévisé américaine est super et change de tout ce que l’on peut voir d’ordinaire. Nous suivons Carrie Wells, une ex-flic de 35 ans qui est bénévole dans une maison de retraite. Cette jeune femme a un don : elle est capable de se souvenir de tout !  Elle a quitté Syracuse, son ancienne ville qui se situe dans l’Onongada qui se trouve dans l’état de New-York. Cette jeune femme est donc venue s’installer à New-York et plus précisément dans le Queens pour démarrer une nouvelle vie et tenter d’élucider le mystérieux meurtre de sa sœur ainée, Rachel, lorsqu’elle était enfant. Témoin d’un meurtre dans son immeuble, elle doit collaborer avec le lieutenant Al Burns chargé de l’enquête et qui est aussi son ancien partenaire de mission et ex-petit ami. Va-elle redevenir flic ? Va-elle élucider le meurtre de sa sœur ?

    J’ai bien aimé le fait que cette série change un peu. En effet, il est rare de rencontrer une personne qui se souvienne de tout ce qu’elle voit. Il y a un fil conducteur à toute la saison 1 : élucider le meurtre de la sœur de Carrie mais à chaque épisode une nouvelle affaire démarre, et est, indépendante de la précédente. Au fil des épisodes, Carrie se souviendra de détails qui vont l’aider à retrouver le meurtrier de Rachel. La saison 1 comporte 22 épisodes de 42 minutes ce qui permet de ne pas se lasser trop vite.

    Les personnages sont sympas. Carrie, est une femme déterminée et prête à tout pour obtenir ce qu’elle veut. Elle adore le poker et les jeux d’argent. Elle est encore amoureuse d’Al.

    Al Burns, le chef de cette équipe est attentionné envers Carrie, diplomate et prévenant envers ses collègues. Il est aussi, on peut le dire, beau gosse et charmeur. Il ne veut pas se l’avouer mais il est encore amoureux de Carrie.

    Nina, une collègue, n’a pas la langue dans sa poche. Si, au début, elle paraît froide envers Carrie au fil du temps elle s’adoucit.

    Mike, un autre collègue, est un père de famille qui apporte une certaine « sagesse » dans l’équipe. Par contre, il ne sait pas comment se comporter avec les ados et notamment avec son fils, Spencer.

    Roe, le quatrième membre de la brigade criminelle est un jeune homme plutôt maladroit, gaffeur, il ne sait pas comment aborder une femme qui lui plaît. Il a une petite touche d’humour qui donne un petit côté « fraîcheur » à la série.

    Joanne Webster, le médecin légiste qui arrivera assez tard dans la série, est une femme excentrique, un peu tordue sur les bords.

    Je regrette juste une petite chose. Je trouve que l’élucidation de l’assassinat de Rachel prend trop le dessus par rapport au reste.

    Je précise que l’intégrale de la saison 1 est sortie en DVD et que la saison 2 est actuellement diffusée le mardi soir à 20h50 sur M6.

     On adore : Les personnages, l’originalité. 

    On regrette : Que l’élucidation du meurtre de Rachel soit trop mise en avant.


  • Le plan B

     

    Le plan B

     

     

     

    Titre en VO : The Back-up plan

    Date de sortie : 19 mai 2010

    Réalisateur : Alan Poul

    Scénariste : Kate Angelo

    Acteurs principaux :

    *Jennifer Lopez dans le rôle de Zoé,

    *Alex O’Loughlin dans le rôle de Stan ,

    *Michaela Watkins dans le rôle de Mona

    *Linda Lavin dans le rôle de la mamie

    Bande annonce : https://www.youtube.com/watch?v=Elv1BEEQXS0 

    Durée : 1h47

    Ma note : 6,5/10

    Publique conseillé : tout publique.

     

    Résumé :

    Zoé, qui désespère de trouver le prince charmant, décide de se faire inséminé pour avoir un enfant. C’est sans savoir qu’elle va rencontrer Stan à la sortie, puisqu’il va lui voler son taxi…

     

    Mon avis :

    Voilà un petit film sympathique. Plutôt léger. C’est une comédie romantique, bien plus comédie que romance.

     

    Comme vous vous en doutez, le voleur de taxi sera le prince charmant. Il est vraiment charmant, drôle, sympa, et surtout beau gosse (faut l’avouer). Zoé est un peu bornée dans ses idées, elle aspire au bonheur, et son problème est qu’elle ne fait pas confiance aux gens en général, et plus particulièrement aux hommes.

    Et nos deux personnages principaux se retrouvent dans des situations plutôt fâcheuses, et plus d’une fois.

     

    Sans être hilarant, c’est un film sympa, qui fait sourire. La meilleure amie de Zoé, Mona (la meilleure amie de Zoé), dans le rôle de la mère désespérée, a plus d’une fois des répliques marrantes. Et d’ailleurs, si, il est hilarant, à la fin, qui est vraiment bien trouvée.

     

    Bien que je pense qu’il aurait été possible de faire mieux dans le jeu du personnage principal (des petites mimiques drôles, par exemple), à savoir Zoé, c’est plutôt bien joué, dans l’ensemble. On va dire que les meilleurs personnages relèvent le niveau des moins bons. Stan est drôle dans le rôle de l’homme qui n’y connais rien au gosse et qui flippe, et j’adore Mona. Mais la mamie de Zoé, je la regrette sérieusement aussi. Aller savoir pourquoi, c’est comme ça.

     

    Que dire de plus ?

    La bande son est loin d’être extraordinaire, mais ça passe.

    Le scénario n’est peut-être pas exceptionnel, mais on s’en contente et on se laisse porter.

    J’aurais bien aimé une scène ou Zoé présente Stan à ses potes. Ça aurait été drôle.

    Et le nom du chien est bien trouvé.

     

    En résumé, du bon temps, mais il ne faut pas en attendre trop non plus.

     

    On adore : Stan, Mona, et le nom du chien.

    On regrette : Un peu le jeu de Zoé, et surtout celui de sa mamie, et une ou deux scène drôles que j’ai dans l’idée.

     





    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique