• Rose soie, Camille Adler

    Rose soie

    Camille Adler

    Rose soie, Camille Adler

     

    Titre en VO : Rose soie 

    Année de la première publication (France) : 2014

    Nombre de pages : 282

    Editeur : Milady

    Site de l’éditeur : http://www.milady.fr/auteurs/view/camille-adler

    ISBN : 978-2-8205-1858-3 (format Kindle)

    Site de l’auteur : Non trouvé

    Ma note : 7.5/10

    Publique conseillé : féminin à partir de 15-16 ans, avec une certaine connaissance du 19° siècle.

    Quatrième de couverture :

     Paris, 1884. Rose de Saulnay est une jeune femme en avance sur son temps et a un goût immodéré pour la mode, ce que ne manque pas de lui reprocher son mari violent. C'est grâce à sa rencontre avec Alexander Wright, le couturier le plus en vue de la capitale, que Rose trouve le courage de réaliser son rêve : elle ouvre une boutique de confection. C'est le début d'une période à la fois difficile et grisante. Mais la passion qui lie Rose et Alexander se transforme peu à peu en un amour qui ne peut s'exposer au grand jour...

     

    Mon avis : 

    Une lecture mitigée...

    Rose, 22 ans, fan de couture et mariée au marquis de Saulnay. Un jour, elle rencontre Alexander Wright, couturier anglais très apprécié. Et si leur relation pouvait amené de terribles drames ?

     

     

    L'émancipation de la femme est au coeur de ce récit.

    Les personnages sont travaillés. Rose, passionnée de couture, est une femme "bien sous tout rapport". Elle est douce, réservée et soumise comme doivent être les femmes de cette époque.

    Charles de Saulnay, son mari, est un homme détestable. Il s'est marié avec la première femme venue et souhaite plus que tout un héritier, que Rose ne lui donne pas. Il va lui faire connaitre bien des souffrances.

    Louise, la femme de chambre et de compagnie de Rose, est une jeune fille très expressive et qui apprécie plus que tout sa maitresse. Elle va tout faire pour l'aider à s'en sortir.

    Alexander Wright est un homme passionné par son métier de couturier. Très imbu de lui même et de son travail, il n'en reste pas moins un homme de coeur qui sait reconnaitre la valeur du travail, ou celle des sentiments.

     

    L'écriture est appréciable, recherchée, on voit que l'auteur a fait un travail de documentation sur le 19°siècle (us et coutumes, habitudes vestimentaires, manière de s'exprimer,...). On peut voir aussi tout le cheminement qui est fait sur l'émancipation des femmes, jusque là très soumises et tenues par leur devoir conjugal.

    La fin est un peu décevante puisque ce que l'on attend depuis le début n'arrive que dans les toutes dernières phrases.

     

    Extrait : (choix : Un théâtre est-il le reflet du monde ? 

    "Le monde entier est un théâtre, et tous, hommes et femmes, n'en sont que les acteurs."

    On adore : les personnages, l'écriture, le contexte historique.

    On regrette : la fin...


    Tags Tags : , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :