• Rose givrée, de Cathy Cassidy

     

    Rose givrée

    Cathy Cassidy

     

     

    Rose givrée, de Cathy Cassidy

     

      

    Titre en VO : Sundae Girl 

    Année de la première publication (France) : 2017 

    Nombre de pages : 246 

    Editeur : Nathan 

    Site de l’éditeur : http://www.lireenlive.fr/ 

    ISBN : 978-2-09-257393-8 (format kindle) 

    Site de l’auteur : https://www.cathycassidy.com/ 

    Ma note : 7/10 

    Publique conseillé : Adolescents à partir de12-13 ans

    Quatrième de couverture

    Jude, 13 ans, rêve d’une vie discrète et sans ennuis, ce qui est très difficile quand on a une famille comme la sienne : un peu givrée et très embarrassante.
    Son père est capable de débarquer à une réunion parents-profs déguisé en Elvis Presley, et sa mère perd régulièrement les pédales. Alors, de peur que tout ça ne se sache, Jude refuse de laisser quiconque entrer dans sa vie, en particulier Carter, ce garçon qui s’évertue à être gentil avec elle.
    Mais quand la situation déraille vraiment, Jude découvre que rien ne vaut l’aide de ceux qui vous aiment, et que même son cœur de glace est capable de fondre…

     

     

    Mon avis :  

    Cela faisait longtemps que je n'avais pas lu un roman de Cathy Cassidy.

     

     

    Jude habite chez ses grands-parents avec sa mère qui est alcoolique. Sa grand-mère à la maladie  d'Alzheimer, son père est fan d'Elvis Presley. La jeune fille essaye à tout prix d'être "normale". Qu'est-ce que la normalité ?

     

     

    Les personnages sont une fois de plus attachants quoiqu'un peu clichés. 

    Jude a 13 ans, c'est une bonne élève. Elle vit dans une famille déjantée. 

    Elle n'aspire qu'à une seule chose : ne pas se faire remarquer à cause de ses proches.

     

     

    Isabella, sa mère est alcoolique. Elle ne souhaite pas vraiment s'en sortir même si elle fait toujours mille et une promesse. Elle ne pense qu'à sortir avec ses amis.

     

      

    Molly et Patrick, les grands-parents de l'adolescente sont adorables. Molly a la maladie d'Alzheimer et perd progressivement la mémoire, ses repères et la notion du temps. Elle tricote des écharpes immenses !

     

     

    Patrick, lui, fait "tourner la maison" avec Jude. Très attaché à sa famille, il espère que sa fille et sa femme vont s'en sortit. C'est un homme très courageux.

     

      

    Giovanni est l'ex petit ami d'Isabella. Il tient un camion de glaces ambulent. Il est très attaché à la mère de Jude et fait tout pour lui venir en aide.

     

      

    Carter, un camarade de classe de l'héroïne est tout mignon avec elle. Il n'est pas très doué avec des rollers.

     

     

    Kristina est la pimbêche de la classe. Elle semble avoir un secret qui va petit à petit rapprocher les deux adolescentes.

     

      

    Les personnages secondaires sont assez peu présents. 

     

     

    L'écriture de l'autrice est agréable et simple comme à chaque roman. 

    Elle arrive à aborder des thèmes douloureux : la mort, le deuil; la maladie, l'alcoolisme... avec simplicité. 

     

     

    Le récit est très dynamique grâce aux courts chapitres. Je l'ai fini en deux jours !

     

     

    La couverture est pleine de gourmandise !

     

      

    Par contre, contrairement à sa série Les filles au chocolat où la gourmandise était toujours présente, ici j'ai trouvé que ce thème n'était pas assez mis en valeur. Dommage...

     

      

    La fin est tout à fat correcte.

     

      

    En résumé, une bonne lecture.

     

       

    Extrait : (choix : la magie) 

    "J’aimerais pouvoir tout arranger et redonner des couleurs à son monde d’un coup de baguette magique. Je suis persuadée que la magie se cache là où on ne l’attend pas, dans des petites choses comme des bonbons en forme de cœur, un garçon qui nourrit des oiseaux, une femme en perruque rose qui sourit alors qu’on vient de réduire son voile de mariée en cendres. La magie, c’est ce qui rend nos vies supportables. "

     

       

    On adore : L'écriture, les thèmes abordés; le dynamisme du récit, la couverture, la fin. 

    On regrette : Les personnages un peu clichés, le thème de la gourmandise pas assez développé, les personnages secondaires pas assez présents.

     

                                                                                                               

                                                                                                                      Debo 

    « Il est grand temps de rallumer les étoiles, de Virginie GrimaldiHeartless, de Marissa Meyer »

    Tags Tags : , , , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :