• Anna et le french kiss

    Stephanie Perkins 

     

    Anna et le french kiss de Stephanie Perkins

    Titre en VO : Anna and the French Kiss

    Année de la première publication (France) : 2014

    Nombre de pages : 376

    Editeur : La marinière jeunesse

    Site de l’éditeur : http://www.lamartinierejeunesse.fr/ 

    ISBN : 978-2-7324-6407-7 (format kindle)

    Site de l’auteur : http://www.stephanieperkins.com/books.html 

    Ma note : 9/10

    Publique conseillé : Public féminin.

    Quatrième de couverture :

    Anna avait prévu de passer son année de terminale chez elle, à Atlanta, avec ses copines, son récent petit copain et son job au cinéma d'art et essai de la ville. Mais ses parents ont décidé qu'elle devait voyager et l'ont envoyée pour un an au lycée américain de Paris.
    Fraîchement débarquée en France, Anna, réservée, maladroite et ne parlant pas un mot de français, se sent complètement perdue. Et quand elle tombe sous le charme d'Étienne, un jeune franco-américain totalement craquant, c'est la panique… D'autant plus que celui-ci a déjà une petite amie.
    Un instant tentée de se replier sur elle-même, Anna ne pourra rester longtemps insensible à la vie autour d'elle. Sa gourmandise, sa curiosité et sa générosité l'emportant sur sa timidité, elle devra faire face au bel Étienne, quels que soient les sentiments que ce dernier éprouve pour elle…

     

    Mon avis :

    Ce livre me faisait très envie et parfait pour les vacances d’été !

    Je ne ferais pas de résumé de peur d’en dévoiler trop.

     

    Les personnages sont sympathiques bien qu’ils ne soient pas assez creusés et qu’il y ait quelques clichés. Anna a 17 ans et est en terminale. Elle est réservée mais va petit à petit se faire à sa nouvelle vie. Elle voudrait devenir critique de film.  Etienne – ou St. Clair – est le personnage masculin typique. Il est beau, intelligent et fait craquer toutes les filles. Il est franco-américain. Meredith, une amie de lycée d’Anna est gentille, adorable. Rashmi, une autre amie peut semble dure mais c’est une carapace qu’elle a. Josh, le petit ami de Rashmi est l’artiste de la bande. Il a un an de moins que les autres.

    Sean, le petit frère d’Anna est très complice avec sa sœur.

    Amanda, la peste du lycée ne fait que se moquer de la jeune fille.

    Le père d’Anna a envoyé sa fille terminé sa dernière année de lycée à Paris. C’est un écrivain qui a beaucoup de succès même si, ses livres sont nuls.

     

    L’écriture est fluide, les chapitres sont courts.

    L’auteur glisse des petites notes à la fin de certains chapitres pour expliquer certains termes et fait beaucoup de références à la capitale. 

    Néanmoins, ce livre est classé en romance et pour moi, celle-ci n’arrive que trop tardivement.

    Je lirai le livre compagnon Lola and the Boy Next Door qui n’est pas une suite directe.

     

    Extrait : (choix : très belle phrase !)

    « Se peut-il que ce que l'on considère comme « sa maison » soit en fait une personne et non un lieu ? »

     

    On adore : Les personnages, l’écriture, les chapitres courts.

    On regrette : Que la romance mette du temps à venir.

     

     


    votre commentaire
  • Ce qui nous lie

    Samantha Bailly

     

    Ce qui nous lie, de Samantha Bailly

     

     

    Titre en VO : Ce qui nous lie

    Année de la première publication (France) : 2013

    Nombre de pages : 282

    Editeur : Milady, collection grande romance

    Site de l’éditeur : www.milady.fr 

    ISBN : 978-2-8112-1030-4 (format kindle)

    Site de l’auteur : http://www.samantha-bailly.com/ 

    Ma note : 8/10

    Publique conseillé : Public féminin à partir de 13-14 ans.

    Quatrième de couverture :

    Alice a un don. Les liens entre les individus lui apparaissent sous forme de fils lumineux. Un phénomène inexplicable qu’elle a appris à dissimuler... et à utiliser pour démasquer les hommes infidèles et venger les femmes trompées. Mais au fond, Alice aspire à retrouver une vie «normale», celle du bureau, des collègues et des relations simples. Son nouveau job dans un cabinet de recrutement semble lui offrir tout cela, et plus encore.
    Parmi les personnalités variées qui cohabitent dans l’open space, elle rencontre Raphaël, chasseur de têtes et de cœurs, un homme inaccessible qui ne la laisse pas indifférente. Le seul dont Alice n’arrive pas à percevoir les liens.

     

     

    Mon avis :

    C’est un livre assez court qui se lit en 2-3 jours. Nous faisons la connaissance d’Alice Duval, une jeune femme de 24 ans qui a un « don » : elle peut voir les liens qui unissent les gens. Elle se sert de ce « don » pour piéger les hommes infidèles à leurs femmes et prévenir celles-ci. Mais, elle a décidé d’arrêter et de travailler dans les ressources humaines de l’entreprise Linker, une société qui est chargé de recruter le personnel pour d’autres entreprises. A Linker, elle fera la rencontre de Raphaël, un homme assez mystérieux…

     

    Les personnages sont sympas. Alice, est une femme touchante qui a une certaine fragilité, elle  n’est pas l’héroïne qui n’a peur de rien. Raphaël, le « beau gosse » par excellence. Il est fiancé à Laetitia, la fille du PDG. Il est attiré par Alice et sait faire preuve de délicatesse quand il veut. Shamin, une des collègues de la jeune femme est très franche et directe. Malgré tout, elle a un cœur d’or. Romain, le petit rigolo de la boite est attachant. Sébastien, le dragueur et l’optimiste apporte une touche de fraîcheur comme Romain. Jonathan, l’ami d’enfance de l’héroïne, est très proche d’elle et ferait tout pour sa « Merveille ». Vous comprenez le jeu de mots ?

     

    Le livre s’articule de deux façons. Il y a des chapitres au passé où Alice nous parle de sa vie avant son arrivée dans l’entreprise et nous parle avec beaucoup d’amour de sa grand-mère et des moments passé avec son ami d’enfance. Des chapitres au présent ou vers la fin du futur où elle nous parle de son travail.

     

    Le roman se déroule à Paris et l’auteur parle de choses actuelles (rues, musiques, monuments…). L’écriture est fluide,  les chapitres sont courts. Ce que j’ai aimé, c’est que l’histoire démarre et se termine quand on referme le livre, il n’y a pas de suite.

     

    Néanmoins, ce livre est une romance et malheureusement la romance n’est pas vraiment présente.

     

    La fin est très belle et donne envie de découvrir un autre ouvrage de Samantha Bailly.

     

    Extrait : (choix : Un beau passage)

    « Je me relève toujours. Aussi durs que soient les coups, aussi amères que soient les déceptions... J'ai une boussole, là, contre mon cœur, qui m'inonde chaque jour de sérénité. Rien ne reste jamais noir trop longtemps.

    Je grandis.
    Et je souris.
    Avec toute ma lumière. »

     

    On adore : Les personnages, l’écriture, l’univers contemporain, la fin.

    On regrette : Le fait que la romance ne soit pas vraiment présente alors que le livre est classé dans cette catégorie.


    votre commentaire
  • Un cœur en flamme

    Nora Roberts

     

     

     

     

    Titre en VO : Chasing fire

    Année de la première publication (en France) : 2012

    Nombre de pages : 367

    Editeur : Michel Lafon

    Site de l’éditeur : http://www.michel-lafon.fr/ 

    ISBN : 978-2-7499-1640-8 (grand format)

    Site de l’auteur : http://www.noraroberts.com/ 

    Ma note : 9/10

    Publique conseillé : fille, à partir de 14, 15 ans (selon maturité et pudeur, quelques scènes explicites).

    Quatrième de couverture :

    Depuis la mort de son coéquipier lors d’un incendie, Rose Tripp fait des cauchemars toutes les nuits. Pas question d’abandonner sa vocation de pompier. Il lui faut trouver la force de se battre, même quand elle est accusée d’avoir précipité son collègue dans les flammes, même quand le matériel est saboté, même quand les soupçons entame la solidarité de la caserne…

    Le beau Gull, la nouvelle recrue qu’elle doit former, aimerait bien la consoler. Mais Rose a une règle d’or : ne jamais mélanger cœur et travail. Avec les menaces qui se précise et le danger constant qui plane sur chacune de ses missions, une simple erreur peut devenir fatale.

     

    Mon avis :

    Presque un coup de cœur. J’ai adoré. Une histoire…brûlante.

     

    Rose est pompier. Elle fait partie des Zulies, ceux qu’on largue en parachute dans les incendies de forêts. Jim (son coéquipier) est mort l’été précédent (les Zulies ne travaillent que l’été). Elle revient pour cette saison. Elle est en charge de la formation des nouveaux. L’un des bleus, Gull, s’éprend d’elle. Cette histoire, c’est la leur, au milieu de tout les problèmes qu’ils ont cet été, qu’ils soient personnels (Rose accuse mal le fait que son père se trouve une copine) ou à la caserne (d’une esclandre lors de la soirée d’intronisation des bleus, de Dolly (la copine de Jim) qui accuse Rose est la pompier de la mort de Jim, à sa mort, aux incendies criminels, au sabotage du matériel, et à encore bien d’autres…)

    C’est une histoire à rebondissement, une romance sur fond de policier

     

    Rose, c’est une femme forte, une femme à caractère. Je l’apprécie beaucoup. Elle se fait de mauvaise idée sur des relations de couples, et ont comprend que c’est à cause de ses parents, de sa mère surtout, au cours du livre. Elle a la bougeotte, elle aime le parachute et son métier.

    Gull (alias Gulliver, j’ai trouvé son nom un peu débile tout au long du livre, ce qui ne m’empêche pas d’ADORER le personnage) est un homme intelligent, très réfléchi, et observateur. Romantique aussi. La tête sur les épaules. D’une patience extrême, on doit lui reconnaître. Et toujours le mot pour faire rire.

    Il y a aussi Lucas, le père du Rose. Ancien pompier, propriétaire d’une école de parachutisme. Il a élevé sa fille seul, la mère l’ayant quitté avant son premier anniversaire. A cause de son métier de pompier. Protecteur envers sa fille. Pompier un jour, pompier toujours, il passe souvent à la caserne pour aider où voir ses anciens coéquipier.

    Sinon, il y a Emma (la copine de Lucas, intelligente, attentionnée), Michael (le chef des pompiers, toujours présent), Marg (la cuisinière, comme une mère pour Rose), Dobie (pompier, un bleu, le mot pour rire, toujours du Tabasco sur lui), Janis et Libby (deux femmes pompiers dans ce « monde de brute »), Dolly (copine de Jim, une menteuse professionnelle, qui considère le sexe comme un moyen d’obtenir ce qu’elle veut), Cards, Yangtree, Gibbons, Matt, Stovic,…(des pompiers). La caserne est une grande famille, où règne une ambiance enjouée et solidaire.

    Tous les personnages ont leur caractère. Il y a une large gamme de personnages secondaires, mais en même temps, se serait difficile de faire autrement dans une caserne. Du coup, ils sont peu creusés, logique. Les personnages principaux étant, eux, bien définis, ça ne pose pas problème.

     

    L’auteur nous mène sur un dénouement logique, jusque dans les dernières pages, où elle met ses personnages en danger. Un danger mortel.

    Elle a un bon style, une bonne plume et elle allie bien les genres, tout en restant dans la romance. Les scènes explicites ne sont pas toutes soft, mais elles ne sont ni vulgaires ni choquantes pour autant. Un juste dosage.

    J’aurais peut-être aimé qu’elle conclue autrement la dernière page. C’est mon regret, la fin. Pas dans le fond (en tant qu’auteur, elle a jusqu’au droit de vie et de mort sur ces personnages) mais dans la forme, dans les mots choisis. Je l’aurais écrite autrement.

     

    Extrait : (choix : L’ambiance, je pense, ça reflète bien l’esprit de la caserne.)

    « Rose revint à la table.

    — Eh, tu m’as piqué ma place !

    — Je te la gardais.

    Gull tapota sa cuisse. A sa grande surprise, Rose s’assit sur ses genoux.

    — Tu ne danse pas ? demanda-t-elle.

    — Pas pour l’instant. J’attends qu’ils jouent quelque chose qui m’écorche moins les oreilles.

    — Tu les entends encore ? On va remédier à ça. Je vais commander une tournée.

    — Pas pour moi, protesta Gibbons. La dernière fois que tu m’as piégé à ce petit jeu, j’ai mis une semaine à m’en remettre.

    — Méfie-toi, Gull, intervient Yangtree. Rose a une descente redoutable. Elle tient ça de son paternel.

    Rose se tourna vers Gull.

    — Regarde-moi ces petits joueurs… Tu trinqueras avec moi ?

    Il s’imagina lui mordre la lèvre inférieure. Juste une petite morsure, rapide et sauvage.

    — Avec quoi ?

    — Tequila, il n’y a que ça de vrai !

    Elle rejeta la tête en arrière et éclata d’un rire de fille de saloon. »

     

    (Et un deuxième, juste parce que celui là m’a fait rire.)

    « — Je crois que je suis amoureux, avoua ce dernier.

    — A ta place, je ne m’amouracherais pas d’une fille capable de me mettre KO. »

     

    On adore : Les personnages, l’environnement, l’histoire, la plume,…

    On regrette : La dernière page.

     


    votre commentaire
  • Demain j’arrête !

    Gilles Legardinier

     

    Demain j'arrête !, de Gilles Lagardinier

     

     

     

    Titre en VO : Demain j’arrête !

    Année de la première publication (en France) : 2011

    Nombre de pages : 350

    Editeur : Fleuve noir

    Site de l’éditeur : http://www.fleuve-editions.fr/livres-romans/ 

    ISBN : 978-2-265-09430-7  (grand format)

    Site de l’auteur : http://gilles-legardinier.com/index.php 

    Ma note : 10/10

    Publique conseillé : Tout public, peut-être un peu plus féminin.

    Quatrième de couverture :

    Réparer une prise électrique en tenant les fils entre ses dents, voilà le genre de bêtises que Julie commet à longueur de temps ! Et quand elle est amoureuse, cette Miss Catastrophe élève son talent au rang d’art. Sa dernière folie ? L’obsession qu’elle nourrit à l’égard de son nouveau voisin… qu’elle n’a encore jamais vu ! C’est plus fort qu’elle, cet inconnu l’attire et l’intrigue.

    Pour l’approcher, Julie va développer des trésors d’inventivité et prendre des risques toujours plus délirants…

     

    Mon avis :

    C’est un coup de cœur ! Comme Et soudain tout change. Je crois que je vais m’aventurer dans la bibliographie de Gilles Legardinier, moi…

    Très drôle, plein d’humour, un style accrocheur, des personnages épanouis, un peu loufoque parfois, mais profonds et touchants. Et une histoire drôle, et à rebondissement. Menée un peu comme une enquête. Un peu logique quand on sait que cet auteur a fait deux thriller avant de s’essayer à la comédie avec Demain j’arrête !.

     

    L’histoire, c’est celle de Julie, une jeune femme de 28 ans (si mes souvenirs sont bons). Plus précisément, elle se répond à elle-même à une question qu’on lui a posée. A savoir : « C’est quoi le turc le plus idiots que tu es fait dans ta vie ? » Elle pourrait répondre beaucoup de chose, mais elle tient à être honnête avec elle-même. Elle raconte donc l’histoire, et on en profite avec elle. C’est donc dans son amour pour le nouveau voisin que se situent ses plus grands trucs idiots… Elle réussit à se faire prendre dans ses bras sans même avoir vu à quoi il ressemblait !

     

    Il y a beaucoup à découvrir sur le voisin en question. Ricardo Patatras, c’est son nom. Et il a ses petits secrets… Il est attentionné, j’apprécie le personnage, mais surtout pour sa dose de mystère.

    Les personnages secondaires sont sympas, je suis fan de Xavier. Un gars cool, sans prise de tête. Avec une obsession, qui le rend bizarre, celle de se construire lui même une voiture blindée. Je craque toujours pour les personnages un peu loufoques moi ! Sinon, il y a Sophie (peut-être pas très creusée) et le groupe des filles célibataires, Madame Bergerot la boulangère, Madame Roudan la vieille dame du quatrième, et d’autres.

     

    On sent tout de même, quand on a lu Et soudain tout change, un roman écrit après celui que je chronique, que le style de la comédie n’est pas encore totalement acquis pour l’auteur dans cet essaie de reconversion, puisqu’il sera mieux ensuite. Me demandez pas en quoi, je ne serais pas capable de répondre. Vous osez demander quand même ? Pas cool pour moi. D’accord, j’essaie… Mais c’est juste une impression comme ça. Je dirais que c’est un truc dans les personnages, surtout avec les secondaires, ils ne sont pas utilisés de la même façon. Mais c’est une impression. Il y a peut-être d’autres détails sur lesquels je n’arrive pas à mettre le doigt.

     

    Je ne vais pas tarder à lire Complètement cramé, le roman écrit entre Demain j’arrête ! et Et soudain tout change, je pense que je trouverais un style intermédiaire. Je vous tiens au courant !

     

    Extrait : (choix : je le trouve drôle.)

    « Un jour, il faudra que quelqu’un m’explique pourquoi les mecs s’entendent aussi vite et aussi bien. A les voir côte à côte, on dirait qu’ils sont copains d’enfance, qu’ils ont fait trois guerres ensemble en se sauvant la vie à tour de rôle. Et ces deux spécimens ne constituent pas un cas isolé. Vous mettez deux garçons dans la même pièce, ou n’importe où ailleurs, et en trois minutes ils se tutoient, en cinq ils rigolent en faisant des sous-entendus qu’ils ont l’air de tous comprendre et, une heure après, leur mère jureraient qu’ils sont frères. Comment est-ce possible et pourquoi ce n’est pas la même chose chez nous, les filles ? »

     

    On adore : Tout !

    On regrette : Je cherche encore…

     


    votre commentaire
  • Les élus

    Tome 1 : Protégée des anges

    Inès LB

     

    Protégées des anges, tome 1 : les élus, de Inès LB

     

     

     

    Titre en VO : Portégée des anges

    Année de la première publication (en France) : 26 janvier 2014

    Nombre de pages : 406

    Editeur : auto édition

    ISBN : aucun (format kindle)

    Site de l’auteur : https://www.facebook.com/pages/In%C3%A8s-Lb/253609681484371?ref=stream   (c’est sa page facebook, puiqu’elle n’a pas de site ou de blog)

    Ma note : 6,5/10

    Publique conseillé : Un public féminin

    Quatrième de couverture :

    Eileen a quinze ans.
    Avec sa meilleure amie, Awen, elle va entrer en Seconde. Elle va découvrir un nouveau lycée, de nouveaux professeurs, de nouveaux camarades, et cette rentrée pourrait lui réserver bien des surprises : des pouvoirs surnaturels, des révélations étonnantes, mais  surtout une rencontre avec un ange, un vrai.
    Ange est un garçon brun aux yeux verts, et toutes les filles du lycée sont à ses pieds.
    Eillen va devoir lutter contre elle-même pour ne pas tomber dans ses bras, mais il est tellement imprévisible, qu’elle ne veut pas prendre le risque de gâcher leur belle amitié.
    Pourtant il est si gentil avec elle, si attentionné… Mais que lui veut-il ?
    Pourquoi est-il si protecteur avec elle ? Eileen le découvrira à ses dépens…

     

    Mon avis :

    C’est cool comme livre. On passe un bon moment, c’est pas mal, malgré quelques bémols.

    C’est l’histoire d’Eileen, une jeune fille qui rentre au lycée. Elle a un étrange pouvoir, comme sa meilleure amie Awen, celui de parler à certain objet (particulièrement à son réveil, Tic-Toc). Elles atterrissent (à leur grand bonheur) dans la même classe, où elles ne sont pas les seules à être « spéciales ». Elles se font des amis (en premier lieu, Kinnie) et de l’expérience (premier petit ami). Et elles rencontrent Roman, Aedan et Ange, trois garçons un peu particuliers.

    Voilà pour l’histoire.

     

    Eileen est une fille assez réfléchie, dans l’ensemble, je trouve. Mais elle ne le met pas assez en avant dans ses actions, et ça lui jouera des tours. Je la trouve attachante, je l’aime bien, mais ce n’est pas mon personnage préféré.

    Non, mes préférences vont à ses deux amies, Awen et Kinnie. La première pour son caractère, plutôt déterminé, et surtout parce que sa façon de parler des garçons me fait rire. La seconde, parce que je me reconnais en sa timidité. Ou plutôt discrétion. Parce que timide, ça dépend pour quoi.

    Pour les garçons, maintenant. Roman est drôle, expressif. Je l’aime bien. Aedan, je ne sais pas trop comment le décrire. A vrai dire, lui est plus là par utilité, j’ai l’impression. J’espère qu’on le creusera plus plus tard. Et pour Ange, qui est protecteur et mystérieux, tout s’explique.

     

    Extrait : (choix : un des passages qui m’a mis la puce à l’oreille)

    « Comment s’est passée ta soirée avec Kenelm ?

    Et ben, lui au moins, il allait droit au but !

        Très bien, merci. On est allé voir un film d’action.

    Je ne comptais pas lui en dire plus sur le sujet.

        Et il t’a plu ?

        Qui ? Le film ou Kenelm ? dis-je en riant pour détendre l’atmosphère.

        Je parlais du film. J’imagine que si tu sors avec Kenelm, c’est parce qu’il te plaît, dit-il en me regardant droit dans les yeux.

    Gênée, je ne soutins pas son regard.

        Le film était intéressant. Et toi, qu’as-tu fait de ta soirée ? demandai-je pour détourner son attention de son obsession pour Kenelm.

        Moi aussi j’ai vu un film, mais c’était un film d’horreur, crois-moi, dit-il en souriant, comme s’il venait de faire une blague. »

     

     

    On adore : L’histoire, la romance, Awen et Kinnie.

    On regrette : Le style, un peu trop maladroit. Et trop de prévisibilité, surtout dans la première moitié (mais j’excuse ça, parce que je pense que sinon, ça tomberait un peu comme un cheveu sur la soupe).

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique