• Le monde de Charlie, de Stephen Chbosky

     Le monde de Charlie

    Stephen Chbosky

     

     

    Titre en VO : The perks of being a wallflower

    Année de la première publication (en France) : 2008 sous le titre Pas raccord, 2012 avec son titre actuel

    Nombre de pages : 252

    Editeur : Sarbacane, collection exprim

    Site de l’éditeur : http://editions-sarbacane.com 

    ISBN : 978-2-84865-579-6 (grand format)

    Site de l’auteur : https://twitter.com/stephenchbosky (son twitter, j'ai pas trouvé mieux)

    Ma note : 8/10

    Publique conseillé : Adolescent.

    Quatrième de couverture : 

    Au lycée, où il vient d'entrer, on trouve Charlie bizarre. Trop sensible, pas "raccord". Pour son prof de Lettres, c'est sans doute un prodige ; pour les autres c'est juste un "freak". En attendant, il reste en marge jusqu'au jour où deux étudiants, Patrick et la jolie Sam, le prennent sous leur aile. La musique, le sexe, les fêtes : c'est tout un monde que Charlie découvre...

     

    Mon avis : 

    Voilà un roman que j'ai beaucoup apprécié.

    Le gros de l'histoire est dit dans le résumé, vous n'avez pas besoin d'en savoir plus que le fait que ce soit l'histoire d'un adolescent pas vraiment bien dans sa peau, et qui va apprendre la vie.

     

    Donc, les personnages.

    Charlie, le personnage principal , est un adolescent. Arrivé en seconde, c'est dur pour tout le monde. Mais Charlie est très sensible. Un garçon qui pleure beaucoup. Et très seul, pas d'ami. Au caractère particulier. Mais attachant. Il est attachée à sa famille. C'est le genre qui pense beaucoup, au point de pouvoir se perdre dans sa propre tête. Il a des expressions  enfantines  parfois.

    Il y a sa sœur, en terminale, une fille sûre d'elle avec un certain caractère, et des idées bien arrêtées parfois. Le genre qui profite bien de son adolescence. Se rapproche de son petit frère.

    Son grand frère, première année à l'université, on le voit peu, mais Charlie tient à lui.

    Patrick est un gars bien. Il est homosexuel. Et gentil. Il aime regarder le foot. Sam est une fille adorable. Fidèle à elle même et à ses amis. Tous  deux sont frères  et sœurs  depuis le remariage de leurs parents. Et tous  deux apprécient  beaucoup Charlie. Et l'aident autant qu'ils le peuvent.

    Il y a aussi Bill, le prof de lettre de Charlie. Un homme bon qui sera important pour Charlie.

    Et pleins  d'autres , mais on ne va pas continuer, sinon on n'a pas fini.

     

    L'histoire n'est pas des plus originale , c'est juste la vie d'un adolescent. Mais c'est très bien raconter. Et l'adolescence, je trouve que c'est un thème assez important. Et on en aborde beaucoup d'autres dans ce livre, importants aussi : grandir, l'homosexualité, le sexe, le suicide, le viol,... Des thèmes assez graves même pour certains. Ils ne sont pas très approfondis, mais étant donné leur nombre c'est normal. Et ça reste un roman, donc je trouve que juste un peu, de quoi y faire penser le lecteur mais pas plus, c'est le bon dosage.

    Le style est bon. Simple, il reflète le personnage. Le roman est un roman épistolaire, mis écrit de façon particulière : Charlie écrit des lettres anonymement à quelqu'un. Donc l'autre personne ne répond pas. C'est donc un roman épistolaire à sens unique si on veut. C'est une façon d'écrire particulière. Et très appréciable. Et qui permet une expression particulière. Charlie ne raconte pas sur le moment ce qui lui arrive, et il le raconte vraiment à quelqu'un , contrairement à un roman de point de vue interne. Et il n'y a pas d'avis, pas de réponse, pas de lien entre l'expéditeur et le récepteur des lettres , donc ce n'est pas un roman épistolaire classique. C'est ce qui permet cette expression si intéressante. Le style de l'auteur et sa manière de raconter est donc vraiment intéressante et appréciable. J'ai adoré cette formule.

    Et la fin est, comment dire,... Surprenante, choquante même. Personnellement, pardonnez moi l'expression,  elle m'a laissée sur le cul.  

    C'est donc un roman qui se lit très bien, et que je conseille.

     

    Extrait : (choix : Parce que c'est on ne peut plus vrai !)

    « Du coup, je me dis que c'est pour des tas de raisons différentes qu'on est comme on est. Et qu'on les connaîtra jamais toutes, ces raisons. Mais même si on ne peut pas choisir d'où on vient, à partir de là, on peut quand même choisir où on veut aller. On peut faire des choses. Et essayer de se sentir bien quand on les fait. »

     

    On adore : Le style, et les thèmes abordés.

    On regrette : Je n'en sais rien.

    « Petite questionThe mortal instruments, tome 6, de Cassandra Clare »

    Tags Tags : , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Mardi 26 Juillet 2016 à 19:34

    C'est l'un de mes plus gros coup de coeur!

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :