• La petite sirène, d'Amandine Clémente

    La petite sirène

    Amandine Clémente

     

    La petite sirène, d'Amandine Clémente

    PODCASThttps://www.youtube.com/watch?v=oqsut7kwD6Y

     

    Titre en VO : La petite sirène

    Année de la première publication (France) : 2020

    Nombre de pages : 185

    Editeur : Pas d’éditeur (livre auto édité)

    Site de l’éditeur : Pas de site

    ISBN : Pas trouvé (format numérique)

    Site de l’auteur : https://simplement.pro/explore/#!h/explore/1/Amandine+Clemente (page auteur)

    Ma note : 6/10

    Public conseillé : Lecteurs à partir de 18 ans

    Quatrième de couverture :

    Qui ne connaît pas le célèbre conte de la petite sirène ? Découvrez une tout autre version de l'histoire et plongez dans les profondeurs de l'océan à la recherche des diamants bleus. Entre amour, pouvoir et frissons, la petite sirène vous réserve encore bien des surprises.Une sirène qui s'ennuie, une sorcière des mers, un roi dépassé, des diamants bleus et des pirates ! Enfin, surtout UN pirate, aussi cruel qu'attirant, aussi dangereux qu'irrésistible. La petite sirène comme vous ne l'avez jamais lue !

     

    Mon avis :

    J’ai lu ce livre grâce au site SimPlement qui met en relation des auteurs/éditeurs et des blogueurs en leur proposant des services presse. Pour ce roman, l’autrice est venue me le proposer en format numérique, ce que j’ai acceptée. Il s’agît d’une réécriture du conte de La petite sirène.

    Je ne ferai pas de résumé.

     

    Les personnages sont presque des « copier-coller » des protagonistes de Disney. Mélancholia a des cheveux roux et des yeux verts. Elle est rebelle et est fascinée par le monde des humains. Elle ne se laisse pas faire.

     

    James, un pirate qui a fait naufrage va rencontrer la jeune sirène. Il veut a tout prix retrouver un trésor. Il est charmeur et obtient tout ce qu’il désire, surtout en ce qui concerne les femmes.

     

    Tristan, le père de Mélancholia est très protecteur envers elle, peut-être un peu trop. Il n’aime pas les humains.

     

    Hérésia, la sorcière des mers et sœur de Tristan est machiavélique. Elle n’hésite pas à se servir de l’héroïne.

     

    Les personnages secondaires comme par exemple le nouvel équipage de James, pour moi, ils ne sont pas assez présents.

     

    L’écriture est simple mais efficace. Certaines petites choses sont à améliorer mais l’écriture d’Amandine Clémente est prometteuse.

     

    En ce qui concerne la réécriture de l’histoire, le début du récit est en tous points similaire au dessin animé. Puis, petit à petit, des éléments diffèrent comme le fait que l’héroïne soit promise à un jeune triton.

     

    La fin est correcte.

     

    Par contre, j’ai trouvé que la romance n’est pas assez bien traitée.

     

    En bref, une lecture assez bonne et je remercie l’autrice de m’avoir proposé son livre.

     

    Extrait : (choix : il n’y en a pas cette fois)

     

    J’ai aimé : L’écriture, les personnages, la réécriture, la fin.

    Je n’ai pas aimé : La romance

    Articles précédents :

    Michel Strogoff, de Jules Verne

    Bilan lectures - avril 2020

    - Les romans en gros caractères dans catégorie "nouveautés"


    Tags Tags : , , , , , , , , , ,