• Inès LB, interview

    Inès LB a aussi gentillement répondu à nos questions. Un grand merci à elle !

      

    1)    D’où vous vient l’envie d’écrire ? Comment avez-vous commencé ?

    J’ai commencé à écrire il y a cinq ans, juste après avoir fini de dévorer la saga Twilight. À l’époque il n’y avait pas autant de livres Young Adult, c’était assez nouveau, et comme je n’arrivais pas à trouver autre chose que des livres sur les vampires – toutes les maisons d’édition s’étant jetées sur le filon – j’ai décidé d’écrire ma propre histoire. Et c’est comme ça que tout a commencé.

     

    2)    Votre livre préféré ?

    Toute la saga Harry Potter, la saga Twilight. Et plus jeune j’aimais René Barjavel, « La nuit des temps » a été mon livre repère pendant de nombreuses années. Je crois qu’il l’est encore, d’ailleurs…

     

    3)    Votre façon d’écrire. Plutôt clavier et ordi ou encre et papier ? Avec un plan bien défini ou une trame légère qui laisse place aux imprévues ? Perfectionniste ou non ? Un peu, beaucoup, trop ?

    Alors, je suis plutôt du genre organisée, ce qui veut dire clavier/ordi et trame assez réfléchie – bien que susceptible de changer au cours de l’écriture. Je fais même des plans des lieux pour ne pas faire d’erreurs ! Je crois que je suis peut-être trop perfectionniste. J’ai dû relire mon roman une bonne vingtaine de fois avant de le publier. Je peux vous dire que je le connais par cœur !

     

    4)    Votre relation avec vos personnages ?

    Je les adore. Je vis avec eux 24h/ 24h. Je pense sans cesse à ce qui va leur arriver et comment ils vont le vivre. Ils font partie de ma vie, en quelque sorte.

     

    5)    Et avec vos livres ?

    J’aime les livres. Je ne supporte pas que l’on écorche une page ou une couverture. C’est comme mes peluches quand j’étais petite, j’aime qu’on en prenne soin J 

     

    6)    Trois mots qui définissent « écrire ». (+ explications, si vous le souhaitez)

    Rêver, imaginer, vivre.

     

    7)    Même question avec « lire ».

    S’évader, avoir la tête dans les nuages, déconnecter.

     

    8)    Ça vous fait quoi de rencontrer vos lecteurs ?

    Et bien, pour l’instant je ne les rencontre que sur la toile, étant donné que je suis une auteur autopubliée et que je ne fais pas de séances de dédicaces, mais vous savez quoi ? J’ai l’impression d’être au plus près de mes lecteurs, d’interagir avec eux sans cesse, et c’est ça qui est génial. Ça fait partie de l’aventure.

     

    9)    Vos sources d’inspirations ? Plutôt films et livres ou réalité ? Un mix des deux ? Autre chose ?

    D’aussi loin que je m’en souvienne, j’ai toujours eu la tête dans les nuages, donc ma principale source d’inspiration, c’est mon imagination, assez débordante, je dois dire. Et bien sûr, la Bretagne ! Je n’y vis pas, malheureusement, mais j’en suis originaire et le fait d’écrire sur elle me donne l’impression d’y être plus souvent.

     

    10)      Le problème de la page blanche, petits déboires et grandes impressions. (Sujet de rédaction du jour.)

    Comme je vous l’ai dit, j’ai une imagination débordante, c’est donc un problème que je ne connais pas. Ce serait plutôt l’inverse : j’ai des dizaines d’idées mais je n’ai pas assez de temps pour tout écrire !

     

    11)      Avez-vous déjà écrit à quatre mains ? Tenté d’essayer/recommencer ? Pourquoi ?

    Mmmmh. Non. C’est quelque chose que je n’ai pas fait. J’écris généralement toute seule, dans mon bureau ;)

     

    12)      Pourquoi le choix de l’autoédition sur Amazon ?

    Soyons honnête : j’ai d’abord envoyé mon manuscrit à trois grandes maisons d’édition. N’ayant pas obtenu de réponse, je n’ai pas cherché à comprendre : je me suis lancée sur Amazon. C’était très clair pour moi depuis le début : je voulais partager mon histoire, peu importe le moyen de diffusion. Bien sûr, j’ai tenté les maisons d’édition classiques car cela m’aurait permis d’avoir une plus grande visibilité, mais ils ont tellement de demandes… Alors je me suis débrouillée toute seule, comme une grande J 

     

    13)      Est-ce difficile de se faire connaître quand on est autoédité ? A quel point ? Les difficultés que vous rencontrez et tout ça…

    C’est difficile, parce que si l’on ne va pas à la rencontre de ses lecteurs, ils ne peuvent pas deviner que l’on existe… Donc, moi j’ai choisi de proposer mon roman à des blogueurs/blogueuses pour connaître leur opinion et, s’ils le souhaitent, faire une chronique sur mon roman. Et c’est comme ça que petit à petit, je me fais connaître.

     

    14)      Avant de vous laisser retourner vaquer à vos occupations, je m’excuse de vous avoir embêté et je vous remercie d’éclairer nos lanternes sur ces quelques questions (pour le blog, certes, mais je dois bien l’avouer, aussi un peu pour notre curiosité personnelle). Je vais vous demander encore deux petites choses… D’abord, si vous avez quelques mots que vous souhaitez faire passer ? Un petit message ?

    Je n’ai qu’un message à faire passer : MERCI À MES LECTEURS, À MES LECTRICES, ET À TOUTES LES BLOGUEUSES QUI M’AIDENT À ME FAIRE CONNAITRE. SANS VOUS JE NE SERAI RIEN !!!

     

    15)      Et enfin, (j’espère ici une réponse spontanée, sans réflexion aucune) pourquoi aimez-vous écrire ?

    J’aime écrire parce que cela me fait rêver et voyager, et parce que j’aime être dans la lune…

     

    « Les étoiles de Noss Head, tome 1 : vertige, de Sophie JomainMachine à café (2) »

    Tags Tags : , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :