• Le phare au corbeau

    Rozenn Illiano

     

    #PLIB2020 : Le phare au corbeau, de Rozenn Illiano

     

    PODCASThttps://www.youtube.com/watch?v=-vBJ16BcSs4&feature=youtu.be

     

    Titre en VO : Le phare au corbeau

    Année de la première publication (France) : 2019

    Nombre de pages : 350

    Editeur : Critic éditons, collection fantasy

    Site de l’éditeur : https://editions.critic.fr/ 

    Site du PLIB : https://leplib.fr/ 

    ISBN : #ISBN9782375791271 (format kindle)

    Site de l’auteur : https://www.onirography.com/ 

    Ma note : 4/10

    Public conseillé : Jeunes adultes

    Quatrième de couverture :

    Agathe et Isaïah officient comme exorcistes. L’une a les pouvoirs, l’autre les connaissances ; tous deux forment un redoutable duo.
    Une annonce sur le réseau social des sorciers retient leur attention. Un confrère retraité y affirme qu’un esprit nocturne hante le domaine d’une commune côtière de Bretagne et qu’il faut l’en déloger. Rien que de très banal. Tout laisse donc à penser que l’affaire sera vite expédiée.
    Cependant, lorsque les deux exorcistes débarquent là-bas, le cas se révèle plus épineux que prévu. Une étrange malédiction, vieille de plusieurs générations, pèse sur le domaine de Ker ar Bran, son phare et son manoir.
    Pour comprendre et conjurer les origines du Mal, il leur faudra ébranler le mutisme des locaux et creuser dans un passé que certains aimeraient bien garder enfoui… 

     

    Mon avis :

    Ce roman fait partie des 20 romans sélectionnés pour le PLIB. J’ai été déçue et je me suis ennuyée !

    Je ne parlerai pas plus du résumé, car il en dit assez sur l’histoire.

     

    Les personnages sont stéréotypés. Agathe est une jeune médium qui peut voir les esprits grâce à sa double vue. Avec Isaïah, son meilleur ami sorcier elle pratique l’exorcisme pour faire passer les fantômes qui restent dans le monde des vivants vers l’au-delà. Elle n’est pas sûre d’elle.

     

    Isaïah, lui est un sorcier homosexuel qui considère Agathe comme sa sœur. Il sait charmer les gens.

     

    Léna et Thomas, les clients qui ont besoin de faire sortir les fantômes de leur maison sont inquiets. Ils vont très vite se lier d’amitié avec nos deux protagonistes principaux, voir même un peu trop vite à mon goût.

     

    Gaël, le maire de Landrez – ville de Bretagne où se déroule l’intrigue – est un ami d’Isaïah. Il va aider ses amis à chasser le fantôme. Il a une relation conflictuelle avec son père.

     

    Le fantôme est un personnage à part entière. Il est très en colère !

     

    Les autres personnages secondaires apportent l’ambiance « petit village ».

     

    L’intrigue est pesante, on ne se sent pas à l’aise dans ce village, on a envie de le fuir.

     

    L’écriture est simple, les chapitres sont assez courts.

     

    La fin est bof, je m’attendais à autre chose.

     

    En bref, une lecture mitigée.

     

    Extrait : (choix : au hasard)

    « Et là, au milieu sur le tapis, une jeune fille m’observe, l’air absent, les yeux morts. Ses longs cheveux sont trempés, tout comme sa robe, une chemise de nuit blanche et tachée. Éthérée, évanescente, presque transparente. Le voilà, le fantôme de cette maison. »

     

    J’ai aimé : L’intrigue.

    Je n’ai pas aimé : Les personnages, l’ambiance, la fin.

    #PLIB2020 : Le phare au corbeau, de Rozenn Illiano


    votre commentaire
  • L’arrache-mots

    Judith Bouilloc

     

    #PLIB2020 : L'arrache-mots, de Judith Bouilloc

     

    PODCASThttps://www.youtube.com/watch?v=gu249WhWYq8&feature=youtu.be

     

    Titre en VO : L’arrache-mots

    Année de la première publication (France) : 2019

    Nombre de pages : 280

    Editeur : Editions Hachette

    Site internet du PLIB : https://leplib.fr/ 

    Site de l’éditeur : https://www.hachette.fr/

    ISBN : #ISBN9782016270080 (format kindle)

    Site de l’auteur : http://judithbouilloc.com/ 

    Ma note : 9/10

    Public conseillé : Jeunes adultes

    Quatrième de couverture :

    La jeune Iliade a un don merveilleux : le pouvoir de donner vie aux mots et aux histoires. Ce don fait d’elle la bibliothécaire la plus célèbre de tout le royaume d’Esmérie.
    Le matin où elle reçoit une demande en mariage presque anonyme, elle n’est sûre que d’une chose : son prétendant est un membre de la famille royale !
    Bien décidée à comprendre qui s’intéresse à elle et surtout, pourquoi cette personne lui propose un contrat de mariage si avantageux, Iliade se rend dans la capitale. Là-bas, elle découvre les fastes de la cour… et la froideur de son fiancé. Pourtant, elle finit par s’attacher à lui et se retrouve, bien malgré elle, propulsée au cœur d’intrigues et de complots auxquels rien ne la préparait.

     

    Mon avis :

    Pour le moment, c’est le meilleur livre que j’ai lu pour le PLIB.

    Pour vous laisser la surprise, je ne vous en dirai pas plus sur le résumé.

     

    Les personnages sont attachants. Illiade est une bibliothécaire qui a le pouvoir d’arrache-mots. Elle adore la littérature et plus particulièrement Homère, d’ailleurs son prénom vient de l’œuvre très célèbre de celui-ci.

     

    La grand-mère de la jeune femme, Cassandra a le pouvoir de cracher des flammes. Elle accompagne sa petite-fille dans la capitale, Babel pour la chaperonner avant son mariage. Au début du récit, elle est plus présente que vers la fin.

     

    Adil Tarlyn est le neveu du roi et fiancé d’Illiade. Il est juge. Il est taciturne. Il va progressivement s’attendrir.

     

    Virginia, la sœur aînée de l’héroïne est journaliste et étudiante en droit. Elle adore sa sœur.

     

    Les autres personnages sont très présents dans l’intrigue et ont leurs petits secrets.

     

    L’intrigue est bien menée, il y a des rebondissements et très peu de « temps morts ».

     

    L’écriture de l’auteur est simple mais très efficace. On sent qu’elle aime la littérature et jouer avec les mots. A la fin de chaque chapitre, il y a de petites arabesques. Judith Bouilloc insère des petites notes de bas de page avec des explications très appréciables.

     

    Je trouve que le roman a des ressemblances avec Coeur d’encre de Cornelia Funke dans le sens où les personnages principaux ont le pouvoir des mots avec les livres. Ces ressemblances ne m’ont pas dérangée.

     

    La fin est correcte et clos bien le récit.

     

     

    En résumé, une très bonne lecture !

     

     

    Extrait : (choix : beau passage)

    « La jeune femme avait remarqué que les recueils de poésie avaient des pages plus absorbantes que celles des romans. Ces derniers mois, les poèmes avaient aspiré son chagrin. »

     

     

    J'ai aimé : Les personnages, l’écriture, l’intrigue, la fin.

    Je n'ai pas aimé : Peut-être le fait que la grand-mère est moins présente au fil de l’histoire.

    #PLIB2020 : L'arrache-mots, de Judith Bouilloc


    votre commentaire
  • Les héritiers d’Higashi

    Tome 1 : Okami-Hime

    Clémence Godefroy

     

    #PLIB2020 : Les héritiers d'higashi, tome 1, de Clémence Godefroy

    PODCASThttps://www.youtube.com/watch?v=7Pq5C0ElQp8&feature=youtu.be

     

    Titre en VO : Okami-Hime

    Année de la première publication (France) : 2019

    Nombre de pages : 222

    Editeur : Editions du Chat Noir, collection Neko

    Site de l’éditeur : https://www.editionsduchatnoir.fr/

    Site internet du PLIB : https://leplib.fr/

    ISBN : #ISBN9782375681084 (format kindle)

    Site de l’auteur : Pas trouvé

    Ma note : 5/10

    Public conseillé : Lecteurs aimant le Japon

    Quatrième de couverture :

    Il y a bien longtemps à Higashi, les différentes lignées de bakemono, ces humains porteurs d’esprits animaux et dotés de pouvoirs incroyables, vivaient en harmonie. Mais la guerre les a décimés, et depuis un siècle le clan Odai et les descendants des renards règnent sans partage sur l’archipel, reléguant les autres bakemono aux brumes du passé.
    Ayané, jeune disciple de l’Ordre de la Main Pure, se soucie bien peu de ces légendes. Pleine d’énergie mais peu disciplinée, elle aimerait surtout faire ses preuves au combat. Jusqu’au jour où ses supérieures lui assignent une mission très spéciale : partir au service d’un clan prestigieux dans le nord du pays et veiller sur leur hôte, Numié Dayut, une princesse exilée qui cache un lourd secret.

     

    Mon avis :

    Ce premier tome lu dans le cadre du PLIB m’a déçue.

    Le résumé étant long, pas besoin d’en rajouter.

     

    Les personnages sont corrects. Ayané est une jeune femme qui est dans un ordre mystique, l’Ordre de la Main Pure. Elle est choisi pour effectuer une grande mission. Elle va découvrir des choses étonnantes.

     

    Numié, la jeune femme qu’Ayané doit protéger est une princesse. Elle est enfermée dans un palais. Elle est très gentille mais ne se laisse pas faire. Les deux jeunes femmes vont nouer une forte amitié.

     

    Yoriko est une femme qui a des choses à cacher. Elle doit sans cesse se cacher. Elle va devenir servante.

     

    Les personnages secondaires n’apportent pas grand-chose.

     

    L’écriture est assez jolie. Les chapitres sont longs et alternent les personnages principaux. Je n’avais pas spécialement envie d’y retourner.

     

    L’univers parle du folklore japonais. Au début, celui-ci n’était pas mal mais au fur et à mesure de la lecture, je me suis lassé.

     

    La fin ne m’a pas convaincue.

     

    En résumé, une lecture très mitigé !

     

    Extrait : (choix : au hasard)

    « Chantage, séduction, échange de faveurs – voilà enfin qui avait de quoi la stimuler. Jinyu lui avait bien recommandé de garder profil bas, mais quel mal y avait-il à s’avancer un peu et de vouloir astiquer des peines en laque plutôt que de frotter un parquet graisseux ? »

     

    J'ai aimé : Les personnages, l’écriture.

    Je n'ai pas aimé : L’univers, les chapitres longs, la fin.

    #PLIB2020 : Les héritiers d'higashi, tome 1, de Clémence Godefroy


    votre commentaire
  • Vert-de-lierre

    Louise Le Bars

     

    #PLIB2020 : Vert-de Lierre, de Louise Le Bars

    PODCAST https://www.youtube.com/watch?v=sYgJCFnHHJo&feature=youtu.be

     

    Titre en VO : Vert-de-lierre

    Année de la première publication (France) : 2019

    Nombre de pages : 166

    Editeur : Noir d’absinthe

    Site de l’éditeur : https://www.noirdabsinthe.com/

    Site internet du PLIB : https://leplib.fr/

    ISBN : #9782490417247 (format kindle)

    Site de l’auteur : Pas trouvé

    Ma note : 6/10

    Public conseillé : Lecteurs aimant le fantastique et les choses un peu « mystique »

    Quatrième de couverture :

    "Olivier Moreau, un auteur de romans policiers en manque d'inspiration, décide de retourner dans le village de sa grand-mère tout juste décédée afin d'y régler certains détails. Il y renoue avec les souvenirs de son enfance, et redécouvre un étrange personnage de conte populaire local surnommé le Vert-de-Lierre, sorte d'antique vampire végétal qui le fascinait enfant. Cet intérêt va déclencher des visions et cauchemars chez l'écrivain en mal d'imaginaire ainsi que la rencontre de deux femmes tout aussi intrigantes l'une que l'autre. Olivier découvrira que cette figure païenne ancestrale est bien plus qu'un simple conte bon à effrayer les enfants ..."

     

    Mon avis :

    J’ai lu ce roman dans le cadre du PLIB. Il fait partie des 20 romans sélectionnés.

     

    Olivier doit vider la maison de sa grand-mère après son décès. Il va retourner dans le village de ses vacances et cherche de l’inspiration pour son nouveau roman. Il va s’intéresser à la légende du Vert-de-lierre. Cette légende existe-elle vraiment ?

     

    Les personnages sont particuliers. Olivier est un écrivain de polars en mal d’inspiration. Il va très vite être attiré par une jeune femme et par l’ambiance du village.

     

    Dahlia est anglaise, elle est mystérieuse. Elle semble avoir un lourd secret.

     

    Rose, la nièce de Dahlia adore écrire. C’est d’ailleurs par l’intermédiaire de la passion de l’écriture que nous la découvrons.

     

    Les personnages secondaires sont les autres habitants du village. Certains font des commérages.

     

    L’univers est mystique, on s’immerge beaucoup dans le récit. Cet univers est peut-être même, pour moi, un peu trop mystique.

     

    L’écriture, quant à elle est très belle. A l’intérieur des chapitres, des chapitres du roman de Rose sont intégrés.

     

    Je trouve que la couverture est magnifique !

     

    Par contre, j’ai trouvé de nombreuses longueurs, ce qui fait qu’à certains moments je me suis « ennuyée ».

     

    La fin est correcte mais sans plus.

     

    En bref, une bonne lecture.

     

    Extrait : (choix : une femme étrange)

    « Elle était d’une beauté de sylphide, ses cheveux roux enroulés en un chignon bien serré, laissant au soleil le soin de coucher sa lumière sur ses épaules nacrées, mises en valeur par une robe à fleurs violacées. Et son visage… son visage avait l’ovale parfait d’un modèle de la Renaissance. Ses yeux verts miroitaient d’une lueur joueuse comme un lac sous la lumière. Ses lèvres roses ajoutaient à son teint une touche de gaieté malicieuse. Ses doigts, délicats et gantés, s’affairaient soigneusement, alors qu’elle taillait un massif de roses au rouge sans pareil. »

     

    J'ai aimé : Les personnages, l’écriture, la fin, la couverture.

    Je n'ai pas aimé : L’univers très mystique, les longueurs.

    #PLIB2020 : Vert-de-lierre, de Louise Le Bars


    votre commentaire
  • Nevermoor

    Tome 2 : Le Wundereur

    La mission de Morrigane Crow

    Jessica Townsend

     

    Nevermoor, tome 2, de Jessica Townsend

      

     

    Titre en VO : Wundersmith : The Calling of Morrigan Crow

    Année de la première publication (France) : 2019

    Nombre de pages : 520

    Editeur : Pocket jeunesse

    Site de l’éditeur : https://www.lisez.com/pocket-jeunesse/18

    ISBN : 978-2-823-86050-4 (format kindle)

    Site de l’auteur : Pas trouvé

    Ma note : 8/10

    Public conseillé : Adolescents entre 11-15 ans

    Quatrième de couverture :

    Morrigane Crow a réussi. Elle a vaincu la malédiction, triomphé de toutes les épreuves et rejoint la Société magique Wundrous. Mais rien ne se passe comme elle l’aurait rêvé et son apprentissage à l’école se révèle un parcours semé d’embûches… Quand les membres de la Société disparaissent un à un, les soupçons se portent sur Morrigane…

     

    Mon avis :

    Quand j’ai appris que le tome 2 de Nevermoor sortait, je me suis empressée de la précommander !

     

    Morrigane a réussi les épreuves pour rentrer dans la société Wundrous. Elle apprend peu à peu la vie au sein de la société et doit protéger son secret. Mais d’étranges phénomènes vont se produire…

     

    Les personnages sont toujours attachants.

    Morrigane a 12 ans et doit protéger son secret. Elle est systématiquement ponté du doigt dès que quelque-chose arrive et se trouve très régulièrement dans des situations périlleuses.

     

    Son meilleure ami, Hawthorne adore les dragons. Il aime profondément Morrigane. Il aime manger tous un tas de sucreries. Il est égal à lui-même.

     

    Jupiter, le mécène de la jeune fille est perpétuellement absent et pris par ses activités au sein de la société. Il est mystérieux voir un peu trop.

     

    Mlle Ravy est la conductrice du train-maison de l’unité de Morrigane. Une conductrice – ou conducteur – est une personne qui amène les jeunes à leurs cours à bord d’un wagon de train. Elle aime les enfants dont elle a la responsabilité.

     

    Maîtresse Bienné est la maîtresse initiatrice de la plupart des membres de l’unité de l’héroïne. Elle est particulière.

     

    Moutet est un des professeurs de l’unité. Il est gentil.

     

    Les personnages plus « secondaires » apportent leur lot de surprises.

     

    L’écriture est agréable et efficace. L’univers se développe sous nos yeux de manière plus précise et l’on voit toute sa noirceur.

     

    Les débuts de chapitre ont des illustrations.

     

    La fin est très cool et donne très envie de connaître la suite ! D’ailleurs, cela va être dur d’attendre l’année prochaine.

     

    Par contre, il y a des petites longueurs.

     

    En bref, une très bonne lecture !

     

    Extrait : (choix : au hasard)

    « - Ah les décapitations et les étrangleurs, ça ne vous fait pas peur, alors ? Dit Franck, le regard pétillant. Bien, voulez-vous entendre une chanson sur le... Wundereur ? »

     

    On adore : Les personnages, l’univers, l’écriture, les illustrations, la fin.

    On regrette : Les longueurs.

                                                                                                       Debo


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique