• Chrysalide

    Tome 1 : Les Clefs perdues

    George Lerouge

     

    Chrysalide, tome 1, de George Lerouge

    PODCASThttps://www.youtube.com/watch?v=_48yUdNl2Nw

     

    Titre en VO : Les Clefs perdues

    Année de la première publication (France) : 2019

    Nombre de pages : 612

    Editeur : Malysa éditions

    Site de l’éditeur : https://www.leseditions-malysa.fr/

    ISBN :  978-2-491537-03-6 (format numérique)

    Site de l’auteur : https://www.facebook.com/pages/category/Author/George-Lerouge-Auteur-103271494490617/ (la page facebook de l’auteur)

    Ma note : 7/10

    Public conseillé : Adolescents à partir de 15 ans

    Quatrième de couverture :

    La Noirceur, l’essence du mal.
    Cette substance visqueuse et sombre est apparue à la surface des trois Mondes au temps des anciennes guerres. Ce poison s’est infiltré tel de l’eau sur un sol aride dans le cœur des êtres, brisant l’équilibre que les Anges et les Dieux cherchaient à maintenir.
    Sur Terre, le chaos engendré a forcé les peuples doués de magie à se réfugier sur l’Île, un continent caché au milieu de l’Atlantique où la magie a perduré, alors qu’ailleurs, elle a été oubliée.
    Des milliers d’années plus tard, la Noirceur a continué de se répandre.
    Au cœur du royaume des Fées, Sophia, Lily, Victor et Pierre vivent reclus dans une ferme. Enlevés lorsqu’ils étaient nouveau-nés, ils sont séquestrés par un Magicien cruel qui attend l’éveil de leur pouvoir. Mais avant que ce dernier ne puisse accomplir son dessein, les enfants parviennent à s’enfuir, prêts à affronter les dangers d’un monde qui leur est inconnu. 

     

    Mon avis :

    Ce premier tome m’a été envoyé par la maison d’édition - je les remercie pour leur confiance !

     

    J’ai bien aimé ce roman mais il y a des petits bémols.

    Le résumé étant long, je n’en dirai pas plus pour vous garder la surprise.

     

    Il y a de nombreux personnages, voire un peu trop. Nos quatre protagonistes principaux, Lily, Sophia, Pierre et Victor sont très différents les uns des autres.

     

    Lily est la plus réfléchie. Elle adore sa fratrie et souhaite plus que tout les protéger. Elle peut contrôler la nature.

     

    Sophia est une jeune fille qui pleure tout le temps. Elle a peur du noir et reste une enfant malgré ses 15 ans.

     

    Pierre est le plus discret. Pour moi, c’est celui que l’on voit le moins.

     

    Victor est le plus combatif, il n’hésite pas à se battre. Au fil du récit, il va prendre de plus en plus d’ampleur.

     

    Gordon est le « père adoptif » des quatre héros. Il est odieux et n’hésite pas à les frapper.

     

    Rose, que les adolescents appellent grand-mère est douce et gentille. Elle essaye d’apaiser les tourments.

     

    Les personnages secondaires sont importants dans l’intrigue certains plus que d’autres. Au fur et à à mesure de l’avancement dans l’histoire, il y en a de plus en plus. Cette situation peut perdre le lecteur, il y a des moments où je ne savais plus qui faisait quoi.

     

    L’intrigue est au premier abord classique puis elle va se différencier des autres romans de fantasy. Pour moi, c’est une quête initiatique où chaque héros va découvrir des choses sur lui et son passé.

     

    L’écriture de George Lerouge est recherchée. Je trouve que c'est agréable dans les romans young-adult.

    Les chapitres sont assez longs et peuvent parfois manquer de rythme. Le roman est découpé en 5 grandes parties, la première étant la plus longue et la plus introductive.

     

    L’univers est classique. Nous sommes dans un univers de fantasy avec des elfes, des fées, des gnomes, des nains… et nous découvrons les particularités et caractères de ses peuples.

     

    La couverture du roman a été réalisée par Hubert Griffe. Elle a très jolie et donne envie de découvrir le livre.

     

    La fin est bien et donne envie de connaître la suite.

     

    Deux petits conseils pour la maison d’édition : pour que le lecteur puisse mieux se repérer au sein de l’univers, il serait judicieux d’insérer une petite carte. De plus, en ce qui concerne la version numérique (c'est sous ce format que j'ai lu le livre), il serait bien d’indiquer dans la table des matières le nombre de chapitres que composent les 5 parties du roman -pour un meilleur repérage.

     

    En bref, une bonne lecture et je remercie encore une fois la maison d’édition pour leur confiance !

     

    Extrait : (choix : au hasard)

    « La peur envahit Lily. Il était au-dessus d’elle, le visage contracté en un rictus cruel, et elle était démunie, ne pouvant plus utiliser sa magie, ne pouvant plus bouger. Il avança son visage près du sien, un sourire machiavélique aux lèvres. »

     

    J’ai aimé : Les personnages, la couverture, l’écriture, l’univers, la fin.

    Je n’ai pas aimé : Les longueurs, le fait qu’il manque une carte du monde et le découpage des parties.

     

    Articles précédents :

    Un soupçon de magie, saison 1

    Le bal des folles, de Victoria Mas

    - Une agate rouge sang, de Frédérick Maurès dans catégorie 'historique"


    votre commentaire
  • Michel Strogoff

    Jules Verne

     

    Michel Strogoff, de Jules Verne

    PODCASThttps://www.youtube.com/watch?v=p_5dTnQOHGI

     

    Titre en VO : Michel Strogoff

    Année de la première publication (France) : 1924

    Nombre de pages : 512

    Editeur : Le livre de poche

    Site de l’éditeur : https://www.livredepoche.com/

    ISBN : 978-2-2530-0586-5 (format papier)

    Site de l’auteur : Aucun

    la note de mon ami(e) : 7/10

    Public conseillé : Lecteurs aimant les voyages

    Quatrième de couverture :

    Les provinces sibériennes de la Russie sont envahies par des hordes tartares dont Ivan Ogareff est l'âme.
    Ce traître, poussé par une ambition insensée autant que par la haine, projette d'entamer l'empire moscovite ! Le frère du tsar est en péril à Irkoutsk, à 5 523 kilomètres de Moscou et les communications sont coupées. Comment le prévenir ? Pour passer, en dépit des difficultés sans nombre et presque insurmontables, il faudrait un courrier d'une intelligence et d'un courage quasi surhumains. Le capitaine Michel Strogoff est choisi et part, porteur d'une lettre du tsar, en même temps qu'une jeune Livonienne, la belle Nadia, et que deux journalistes, l'anglais Harry Blount et le Français Alcide Jolivet...

     

    Son avis :

    Ce roman a été lu par mon amie Océane et je la remercie beaucoup de m’avoir donné son avis.

    Le résumé étant long, on n’en dira pas plus.

     

    Concernant les personnages, Océane les a bien aimés surtout les deux journalistes, Harry Blount qui est anglais et Alcide Jolivet qui, lui, est français. Ce sont des personnages légers en tous cas plus que les autres. Ils ont tous les deux des caractères bien définis.

     

    L’intrigue est un voyage semé d’embûches. Elle aime les intrigues où les personnages vivent tous un tas de périples.

     

    Océane avait déjà lu un livre de Jules Verne et trouve qu’il écrit très bien. Il y a à certains moments des descriptions un peu longues mais qui sont vite rattrapées par la profondeur des personnages. Elle trouve qu’il y a des stéréotypes qui sont assez dérangeants qui sont dû à l’époque où le roman a été écrit.

     

    Pour elle, la fin du roman est un peu bâclée car au début, les évènements sont racontés avec de nombreux détails et à la toute fin, il y a une ellipse qui coupe le récit. La fin est satisfaisante même si elle est rapide.

     

    Ce qui lui a donné envie de lire ce livre, c’est qu’elle apprécie l’auteur et la lecture du résumé l’a incitée à le commencé. Ce roman ne fait pas partie d’une série.

     

    Océane conseille ce livre aux lecteurs qui aiment les voyages et se plonger dans une autre époque. Malgré tout, il est préférable de commencer sa découverte de l’auteur soit par L’île mystérieuse ou 20000 lieues sous les mers car ils sont meilleurs que celui-ci.

     

    Ce que mon amie a aimée: Les personnages, l’écriture de l’auteur, l’intrigue.

    Ce que mon amie n'a pas aimée : La fin un peu bâclée et les stéréotypes.

    Articles précédants :

    Bilan lecture - avril 2020

    Les romans en gros caractères


    votre commentaire
  • Kalis Rastell

    Tome 1 : De brume et de fer

    Leslie Tanguy

     

    Kalis Rastell, tome 1, de Leslie Tanguy

    PODCAST : https://www.youtube.com/watch?v=b0q2a2vqKdc

     

    Titre en VO : De brume et de fer

    Année de la première publication (France) : 2019

    Nombre de pages : 380

    Editeur : Sudarènes éditions

    Site de l’éditeur : http://www.sudarenes.com/ 

    ISBN :  978-2-3746-4260-4 (format numérique)

    Site de l’auteur : http://www.sudarenes.com/ecrivain_135.htm (sa page auteur)

    Ma note : 7/10

    Public conseillé : Adolescents à partir de 16 ans

    Quatrième de couverture :

    Kalis est une jeune orpheline qui mène une vie rude mais paisible dans une petite ferme de l’est du royaume de Galiaquilonem. Mais à la fin de l’hiver de ses seize ans, son existence se trouve bouleversée par un message que vient lui porter le trouvère Sadorn, son protecteur. Son père, le seigneur rebelle Sovaj Rastell, est en vie et la demande auprès de lui. Mais un mystérieux danger guette le farouche suzerain… La révélation de la vérité sur sa parenté entraînera la jeune fille à traverser les provinces du Nord dans l’espoir de sauver son père du péril qui le menace. Durant ce tumultueux périple qui l’entraînera bien au-delà de ce qu’elle avait imaginé, Kalis sera accompagnée d’Ermès, un ombrageux démon dont l’existence se trouve mystérieusement liée à la sienne, et de Bhiota, un enfant vagabond. De nombreux obstacles viendront se mettre en travers de leur route : des brigands sans pitié, des démons mangeurs d’Hommes, les fabuleux élémentaires et les serviteurs de Dilovran, la tyrannique reine-déesse qui tient le trône du Nord…
    Aventure, passion et chevalerie borneront cette histoire où la magie, parfois discrète d’autres fois flamboyante, vous accompagnera et vous marquera à jamais de son sceau indélébile. 

     

    Mon avis :

    Je remercie les éditions Sudarènes pour l’envoi de ce service presse.

    Je ne ferai pas de résumé car il est déjà suffisamment long et pour moi, il en dit déjà trop.

     

    Les personnages sont attachants.

    Kalis est une jeune fille de 16 ans qui vit dans une ferme avec des personnes qui la considère comme leur fille. Elle veut retrouver son père coûte que coûte pour le prévenir du danger.

     

    Dana est une sorcière qui veut protéger la jeune fille. C’est une sorcière de la nature, elle ne se laisse pas faire.

     

    Ermès est un démon qui vivait depuis toujours dans le corps de l’héroïne. Il ne sait pas quelle sorte de démon il est. Il est très attaché à Kalis mais il ne sait pas pourquoi.

     

    Bhiota est un enfant de 10 ans qui aime se battre et se débrouille seul sur les routes. Il aime bien la jeune fille. Il est très intrigué par Ermès.

     

    Les personnages secondaires sont principalement des chevaliers. Ils sont intéressants mais je me suis un peu perdue dans la multitude de personnage.

     

    L’univers est bien, il est « classique » mais il est bien construit.

     

    L’écriture de l’autrice est bien, elle est recherchée. L’autrice n’hésite pas à faire mourir ses personnages.

     

    La fin donne envie de connaître la suite.

     

    Il y a quand même quelques longueurs.

     

     

    En bref, une bonne lecture !

     

    Je remercie encore une fois les éditions Sudarènes pour leur confiance.

     

    Extrait : (choix : beau passage)

    « Parce que tu penses comme un Homme. Tu ne peux t’empêcher de gesticuler, d’évoluer, d’apprendre et d’inventer de nouvelles choses, n’est-ce pas ? Kalis acquiesça sans être certaine de bien comprendre. - Bien sûr, quand on voit le monde tel qu’il est aujourd’hui, on ne peut que saluer ce désir de changement, repris le loup avec ironie. Mais si vous preniez exemple sur nous, si vous ne cherchiez que le présent, qu’à assouvir le besoin du moment et à apprécier l’instant parce qu’il est beau, vous trouveriez le bonheur. »

     

    J’ai aimé : Les personnages, l’écriture, l’univers, la fin.

    Je n’ai pas aimé : Les longueurs.


    votre commentaire
  • Les sept portes de l’Apocalypse

    Tome 1 : La Croisade des Carpates

    Vanessa et Diana Callico

     

    Les sept portes de l'Apocalypse, tome 1, de Vanessa et Diana Callico

    PODCASThttps://www.youtube.com/watch?v=1hn1cDCFchI

     

    Titre en VO : La croisade des Carpates

    Année de la première publication (France) : 2014

    Nombre de pages : 405

    Editeur : Le héron d’argent

    Site de l’éditeur : http://editions-leherondargent.com/

    ISBN : 979-10-94173-13-8 (format numérique)

    Sites des auteurs :

    Vanessa Callico : https://www.vanessa-callico.fr/ 

    Diana Callico : https://www.editions-leherondargent.com/histoire/auteurs-illustrateurs/diana-callico/ (sa page auteur)

    Ma note : 5/10

    Public conseillé : Lecteurs à partir de 17-18 ans

    Quatrième de couverture :

    Comment réagiriez-vous si, au lieu de mourir, vous vous trouviez projeté dans le corps d'une jeune aristocrate du XVème siècle promise à Vlad Drakul ?
    C'est ce qui arrive, de nos jours, à Eva, étudiante en littérature, qui est poussé dans une faille volcanique par le linguiste qu'elle voulait retrouver. Celui-ci, possédé par l'esprit d'un légat du pape de Drakul, n'a que ce moyen pour sauver les deux époques de l'Apocalypse.
    Commence alors pour Eva une étrange quête qui doit la mener à comprendre pourquoi, au XXIème siècle, une étrange maladie ravage le monde et au XVème, de monstrueuses créatures surgissent au cœur du Danube. 

     

    Mon avis :

    Je remercie tout d’abord la maison d’édition pour ce service presse.

    Le résumé étant assez fourni, je n’en dirai pas plus.

     

    Les personnages principaux que sont Eva et Drakul sont très différents. Eva est une jeune femme qui fait une thèse sur la fin du monde et l’apocalypse, sujets qui la passionne. Elle va se retrouver dans une histoire de quête rocambolesque.

     

    Drakul, quant à lui est un homme qui a vécut de nombreux siècles en arrière qui a beaucoup de responsabilités. J’ai bien aimé les émotions qu’il dégage.

     

    Les personnages secondaires ne m'ont pas particulièrement intéressée, il y a beaucoup de monde, ce qui m’a perdue, je ne savais plus qui était qui, qui faisait quoi.

     

    L’écriture des deux autrices est recherchée. On sent qu’elles savent de quoi elles parlent.

     

    L’intrigue est pour moi, un peu complexe. J’ai eu du mal à rentrer à l’intérieur. Certaines scènes sont violentes et pleines de sang. Je me suis sentie très mal à l’aise.

     

    La fin est bien mais je ne lirai pas la suite du récit.

     

    En bref, une lecture très, très mitigée !

     

    Je remercie encore une fois, les éditions Le héron d’argent pour l’envoi.

     

    Extrait : (choix : au hasard)

    « Emplie de charitables pensées envers ces gens qui la menaçaient de leur banalité, la jeune femme s’était dite qu’elle cautionnerait avec joie une campagne de stérilisation efficace visant la suppression à moyen terme des éléments les plus bruyants qui la cernaient quotidiennement. »

     

    J’ai aimé : L’écriture, la fin.

    Je n’ai pas aimé : Les personnages, l’intrigue, les scènes violentes.


    votre commentaire
  • Les Brumes de Cendrelune

    Tome 1 : Le jardin des âmes

    Georgia Caldera

     

    #PLIB2020 : Les brumes de Cendrelune, tome 1, de Georgia Caldera

    PODCASThttps://www.youtube.com/watch?v=3QxCB5SXiUY

     

    Titre en VO : Le jardin des âmes

    Année de la première publication (France) : 2019

    Nombre de pages : 349

    Editeur : J’ai lu

    Site de l’éditeur : https://www.jailu.com/

    Site internet du PLIB : https://leplib.fr/

    ISBN : #9782290165614 (format numérique)

    Site de l’auteur : https://www.georgiacaldera.com/

    Ma note : 5/10

    Public conseillé : Adolescents à partir de 16 ans

    Quatrième de couverture :

    Dans le royaume de Cendrelune, les dieux épient les pensées des hommes, et leur Exécuteur, l’Ombre, veille à condamner tous ceux qui nourriraient des envies de rébellion.
    Or, il semble que certaines failles existent. À l’âge de 17 ans, Céphise ne vit en effet que pour se venger. Depuis qu’on l’a amputée d’une partie d’elle-même et privée de sa famille, elle ne rêve plus que d’une chose : s’affranchir de la tyrannie du tout-puissant Orion, Dieu parmi les dieux. Et contre toute attente, il se pourrait qu’elle ne soit pas seule... 

     

    Mon avis :

    Ce premier tome fait partie de la liste des 5 finalistes du PLIB, et c’était le dernier que j’avais à lire. Je ne l’ai pas trop apprécié.

     

    Céphise veut venger la mort de ses parents. Pour cela, elle est prête à tout. Va-elle y parvenir ?

     

    Les personnages sont corrects mais je ne me suis pas attachée à eux. Céphise est une jeune femme pleine de colère et de haine contre les dieux qui gouvernent son peuple. Elle sait montrer des sentiments et être vulnérable. C’est une rapiécée c’est à dire qu’en guise de punition, elle possède des membres métalliques, en l’occurrence une main.

     

    Verlaine est un demi-dieu, il est l’un des dix enfants de l’empereur. Il a une mission détestable. Il joue du piano et possède des émotions, ce que les dieux n'ont pas. Il va avoir une très grande affection pour l’héroïne.

     

    Héphaïstos, le frère de Verlaine déteste profondément celui-ci. Il est chargé de mettre les membres de métal aux rapiécés. Il cache quelque-chose.

     

    Proserpine est une jeune femme qui est enfermée dans une crypte. Elle a des visions.

     

    Les personnages secondaires sont présents dans l’histoire et sont importants dans l’intrigue.

     

    L’intrigue, pour moi, est bof, je n’ai pas accrochée. Je me suis ennuyée à certains moments.

     

    L’écriture de Georgia Caldera est agréable et recherchée. Les chapitres alternent entre différents points de vue, les principaux étant ceux de Céphise et Verlaine.

     

    La couverture est magnifique et est pleine de mystère !

     

    La fin est intrigante mais je ne sais pas si je lirai la suite.

     

    En bref, une lecture mitigée.

     

    Extrait : (choix : au hasard)

    « Mon don se débattait rageusement en moi, exigeant de combler ce gouffre insupportable qui n'en finissait pas de se creuser au plus profond de mon être. J'avais besoin de ces âmes. J'étais leur dévoreur...
    J'étais la mort incarnée. Et la mort ne s'encombrait pas de scrupules, elle prenait sans vergogne. »

     

    J’ai aimé : La couverture, l’écriture, la fin.

    Je n’ai pas aimé : L’intrigue, les personnages.

    #PLIB2020 : Les brumes de Cendrelune, tome 1, de Georgia Caldera


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique