• En faisant du tri dans mon ordi, j'ai relu un peu des trucs pas récent, et voilà pour vous, une jolie scène romantique. Bonne lecture !

    "On était seul, en balade à cheval, on s’était arrêter après avoir suivit la rivière qui passe à 200m du ranch, à l’ombre d’un arbre isolé. On a laissé boire les chevaux, et on a fais une pause pour discuter, puisqu’il partait le soir même pour Los Angeles. J’ai fini par m’endormir, j’avais très peu dormi la nuit d’avant, j’avais dû rassurer ma sœur. Je me suis réveillé parce que je sentais une caresse sur mon visage. J’ai ouvert les yeux, et il était tout près de moi, un sourire flottant sur ses lèvres et sa main sur ma joue. J’ai sursauté, il a rougis et s’est éloigné précipitamment."


    votre commentaire
  • Tiens, ça fait un bout de temps que je ne suis pas passée vous déposer un petit écrit de moi, alors j'ai farfouiller dans mes documents, et voilà un petit poème. Ça fait un bout de temps que je l'ai fait, et c'est pas mon préféré, mais j'ai envie de vous le mettre quand même.

    Bonne nuit !

    "La lune d'argent dans la nuit noire

    Le doute de l'obscurité

    L'espoir de la lumière

    Les opposés réunis

    Pour ne former qu'un

    Pour former la nuit"


    votre commentaire
  • Voilà un petit extrait de quelque chose. Ça a été écrit pour le théâtre, car notre thème est la première guerre mondiale, et je me dis que ça vous plaira peut-être. J'en rajouterai peut-être d'auters par la suite (raison pour laquelle j'ai numéroté).

    Bonne lecture.

    "Là-bas, un peu plus loin, un soldat a été blessé. Sa blessure à la jambe s’infecte. On va la lui couper, et le renvoyer chez lui. Il a déjà envoyé une lettre à sa femme, il sera là pour l’anniversaire de son fils. Après lui avoir fait boire une bonne rasade d’alcool, on lui met une pipe dans la bouche, pour qu’il ne crit pas. Le médecin commence son travail. La souffrance atroce se lit dans ses yeux, pas vraiment atténuée par les brumes d’alcool dans son cerveau. Il serre la pipe. Quand d’un coup, ses yeux se vident de vie. La faucheuse a frappée. Il ne sera pas à l’anniversaire de son fils. Sa mâchoire se desserre. Il a cassé sa pipe."


    votre commentaire
  • En fin de compte, j'ai changé d'idée. Je voulais vous mettre un truc plutôt rêveur aujourd'hui, mais je suis tombée sur un autre texte que j'ai écrit et qui n'est jamais sorti de mon classeur. Doc je le sort pour vous. Attention, c'est plutôt sombre.

    Bonne lecture quand même !

    "Tout de glace et d’ombre, une flamme danse dans ses yeux ombres. Son visage impassible semble sur pause. Jusqu’à ce qu’elle se mette en mouvement. Doucement, elle évolue sur la piste, sans effort, en une danse figée. Une musique douce, d’une froideur insondable, l’accompagne. Sa peau neigeuse est la seule lumière dans l’obscurité. Ses vêtements charbonneux deviennent invisibles dans le noir, au fur et à mesure qu’elle accélère. Ses gestes doux deviennent des lames tranchantes. Sa longue tresse d’argent mêlée d’un ruban nuit suit son rythme effréné. Sa peau lunaire paraît vouloir détruire un ennemi invisible. On ne voit plus que ses mains fendre l’air, son visage aux aguets et ses yeux d’ambre haineux. Diable personnifié, elle danse comme une flamme à glacer le soleil. Elle évolue comme un éclair dans la nuit. La dernière note arrive. Elle s’arrête soudain. L’orage est passé. Le démon est parti. Un calme étrange suit. Le monde s’arrête avec elle. Elle le regard fixement, détendue. Un sourire amer étire ses lèvres diaphanes. Une lumière, et elle disparaît. Venue hanter le temps d’une danse, elle ne laisse derrière elle qu’un souvenir diffus, celui d’une haine noire.

    Comme un rêve.

    Ou un cauchemar…"


    votre commentaire
  • Voilà, pendant les vacances, j'aime bien écrire, alors celui là, il n'est pas extrait de quelque chose, il est écrit juste pour vous.

    Après ces mémés qui n'y connaissent rien à la modernité, voilà ces mères qui s'inquiètent. Encore une situation que je n'ai pas connu, mais je n'ai aucun mal à l'imaginer.

    Bonne lecture !

    "— Maman, j’ai quelque chose à te dire, tu peux t’asseoir s’il te plait ?

    — Qu’est qu’il y a ma chérie ?

    — Alors voilà, euh…

    — Ce n’est pas grave au moins ?

    — Non maman, ne t’inquiète pas.

    — Mais tu es sûre hein ?

    — Oui maman…

    — Tu n’as pas cassé la voiture ? Parce que ton père va te tuer ! Rassure-moi, il n’y en a pas trop chers de réparation ? Parce que ce n’est pas le moment, là…

    — Non maman, ce n’est pas ça… C’est que…

    — Tu es renvoyée du lycée ? Oh mon Dieu, mais qu’as tu fais ? Tu es une bonne élève pourtant, et sage en plus… Il doit y avoir erreur quelque part, tu es accusée à tort, ce n’est pas toi, n’est ce pas chérie ?

    — Je suis encore au lycée maman, ne t’inquiète pas.

    — Ouf… Mais alors, qu’est qui se passe ? Tu es enceinte ? Ne t’inquiète pas, ce n’est pas grave, il y a des solutions… Tu sais, l’avortement par exemple… Quoi, tu veux le garder ? Mais tu es jeune ! Et ton avenir, tu y penses ? Je sais, c’est difficile, mais tout de même, comment tu ferais pour t’occuper d’un bébé ?

    — Maman, je ne suis pas enceinte.

    — Mais… Mais… Mais tu n’as pas eus de rapports non protégés, tout de même ? Si ? Le sida ? Mais c’est grave ma chérie ! Et dire que je ne savais même pas que ma petite fille est sexuellement active ! Oh mon Dieu, mon bébé va mourir du sida !

    — Maman, je suis vierge.

    — Fais attention, c’est si vite arrivé… Oh non. Tu te drogues. On ne t’a pas assez dis que ces saloperies détruisaient le cerveau ? Surtout à l’adolescence !

    — Je n’ai jamais touché à ces saloperies, comme tu dis.

    — Mais, tu es anorexique alors ?

    — Non maman ! STOP ! Regarde, j’ai l’air anorexique ? Non. Je voulais juste te demander une avance d’argent de poche parce que j’ai cassé une corde de ma guitare et que j’ai dépensé celui de ce mois-ci pendant les soldes !"

     

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique