• Voilà un petit post-it. Ça faisait longtemps que je ne vous en avais pas poster un.

    Bonne lecture !

    (En espérant que la chute vous plaira... J'espère surtout qu'elle est bien amenée, que l'on ne s'y attend pas.)

    "J’écoute.

    Il n’y a personne dans ce couloir, je peux y aller.

    Je m’avance, aussi rapidement et silencieusement que possible.

    Mes poursuivants ne doivent pas être loin.

    Je les aie semés, mais pas pour longtemps.

    Juste un court répit…

    Je les entends à l’angle du couloir, ils étaient tout près, juste derrière moi.

    Abandonnant l’idée de discrétion, je me mets à courir.

    Il faut que je mette un maximum de distance entre moi et eux.

    Ils m’entendent et accélèrent eux aussi.

    J’arrive au bout du couloir.

    La porte à gauche, les escaliers.

    Je descends une volée de marche.

    Puis une deuxième.

    Je sors…

    Je suis à découvert, et ils ne sont pas loin derrière.

    Courir…

    Sur la droite, une pente.

    J’accélère. Je suis cachée par un bâtiment, mais ils m’ont vue tourner.

    Je fonce, droit devant moi…

    Pas le temps de réfléchir…

    Le souffle court, je commence à fatiguer.

    Je passe sous une barrière…

    Devant moi, de l’herbe. Une grande étendue.

    Rien pour me mettre à l’abri…

    Je continue à courir…

    Je manque de souffle…

    Je perds de la vitesse…

    Ils se rapprochent…

    J’entends leur pas…

    Ils rigolent…

    Je trébuche…

    Leurs rires redoublent.

    S’en est fini de moi, je le sais…

    Ultime tentative, j’essaie de me relever…

    A peine suis-je debout qu’ils sont sur moi.

    C’est bel et bien terminé pour moi…

    On me saisit fermement.

    Je ferme les yeux…

     

    On me tient, on me vide une bouteille d’eau dans le cou, on me barbouille de mousse à raser, on me shampooine à l’œuf…

    « Ça t’apprendra à nous lancer des bombes à eau ! »

    J’éclate de rire avec eux…"


    votre commentaire
  • J'ai une longue absence à me faire pardonner, pour cela, voici un petit post-it (plutôt long d'ailleurs) que debo me demande depuis longtemps déjà !

    Vous vous souvenez tous de mémé ? Mais si, la vieille (pas tant que ça, appelle moi mamie !) qui veut absolument qu'on lui rende visite à la maison de retraite ! Et bien aujourd'hui, son arrière petite fille vient la voir... pour lui présenter son petit copain ! Ce n'est plus Aldo, le pizzatoto... euh pardon, le pizzaïolo. Je vous laisse découvrir pour vous même cette rencontre si... attendue...

    "—    Bonjour mémé !

        Ma p’tite chérie, je ne suis pas si vieille que ça ! Combien de fois devrai-je te le répéter ? Appelle moi mamie…

        Comment vas-tu aujourd’hui ? Ton arthrose, ça va ?

        Oui, ça va… C’est mes rhumatismes qui font des leurs en ce moment. L’hiver arrive, tu peux me croire !

        Je sais mamie, je sais…

        Pourtant, avec ce soleil, quel dommage !

        Nikos me dis la même chose.

        Nikos ? Qui c’est celui-là ? Encore une prénom bizarre... Et tu ne devais pas me présenter quelqu’un toi aujourd’hui ? Où est le garçon qui t’a mis le grappin dessus ?

        Justement, c’est Nikos mon copain.

        Et on peut savoir où il est ?

        Il arrive, il est parti garer la voiture. Il m’a déposée devant, mais il n’y avait pas de place pour se garer.

        Oh, un gentleman ! J’ai cru que je lui faisais peur.

        Mais non mé… mamie, ne t’inquiète pas.

        Et quel âge a-t-il ce jeune blanc bec ?

        Il a 25 ans, et ce n’est pas un jeune blanc bec mamie.

        Il n’est pas noir comme l’autre, là, Ti… truc…

        Il s’appelait Tituan, il n’était pas noir mais métisse, et je ne suis plus avec depuis 3 ans mamie.

        Encore heureux ! C’était un mufle ! Ton machin, là, il n’est pas pareil ?

        Nikos n’est pas métisse, il est tout ce qu’il y a de plus blanc, mamie.

        Un bon européen ! Je ne comprendrai jamais les jeunes et leur manie de l’exotisme, il y a tout ce qu’il faut ici !

        Il serait plutôt scandinave en fait…

        Un grand blond aux yeux bleu je parie ?

        En effet mamie.

        Pfff… ce que ça peut être cliché ! Mais il n’est pas comme l’autre, celui qui ne savait pas parler français ? On peut le comprendre ton Nikos ?

        Mamie, Brandon parlait très bien français, il avait juste un accent américain. C’est toi qui ne voulais pas comprendre ! Et Nikos est scandinave d’origine, mais il est né et a grandi en France. Il n’a même pas d’accent.

        Mais il a une bonne situation au moins ? Pas l’autre chômeur dépressif avec qui tu étais la dernière fois ?

        Mamie, Jason était triste parce qu’il venait de se faire larguer, et il n’est pas chômeur, il est étudiant à l’école des beaux arts. Et c’est juste un ami !

        Un ami, mon œil ! Pour se consoler de sa rupture, il te mettrait bien dans son lit, j’en suis sûre !

        Il est homo mamie !

        Passons, ton Nikos a-t-il une bonne situation ?

        Il est paysagiste.

        Paysagiste ? C’est quoi ça ? Encore un métier inventer par les jeunes qui ne sert à rien ? Comme l’autre pizzatoto ! A quoi ça sert ces trucs là ?

        Aldo était pizzaïolo mamie… Paysagiste, c’est ceux qui organisent les jardins, les par terre de fleurs, tout ça.

        C’est pour les bonnes femmes, ce n’est pas un métier ça. Dans mon temps, ceux qui travaillaient la terre était paysan ou agriculteur ! Ils faisaient quelque chose d’utile ! Faire les plans d’un jardin… Bon pour les vieilles filles…

        Mamie, c’est très bien ce qu’il fait. En plus, il connaît très bien les plantes.

        C’est quand même parfaitement inutile…

        Tu pourrais apprendre à le connaître avant de le critiquer ! Ou au moins attendre de l’avoir vu une fois pour te faire une idée…

        C’est déjà tout vu ! Un beau gosse avec rien dans la tête comme tous les autres ! Tu ne sais pas choisir… Si tu acceptais au moins de rencontrer Ricard, le petit-fils de Giselle, ça, ça serait un bon parti pour toi ! Un gentil garçon, un médecin en plus ! Vraiment un bon parti je te dis !

        Mamie, ton Richard, il a 45 ans ! 20 ans de plus que moi ! Il pourrait être mon père !

        Et alors ? Les couples avec un grand écart d’age, ça existe de nos jours !

        Tu ne prends bien que ce qui t’arrange dans les avancées sociales…

        Accepte donc de le rencontrer ! Ça t’engage à quoi, un dîner ?

    — Un diner ? Comment ça un diner ! On avait dit un café et il s'en va ! Je ne veux pas d'un petit jardinier de pacotille à m table d'abord.

        Mamie ! Au cas où tu l’aurais oublié, je te présente mon copain, aujourd’hui ! (On frappe à la porte, elle s’y dirige en soufflant :) Fait un effort, juste le temps qu’il est là, s’il te plait… (Elle ouvre la porte, et affiche un grand sourire.) Entre Nikos ! Mamie est impatiente de faire ta connaissance ! Elle veut absolument découvrir ta personnalité !

        C’est vrai qu’elle doit être tellement impatiente… Elle doit avoir tellement envie de me découvrir… Autant qu’une poule veut visiter un abattoir !"

      


    votre commentaire
  • Un autre post-it triste, désolée...

    Promis, le prochain sera un peu plus heureux !

    Bonne lecture

    "Des étoiles, il s'en éteint tous les jours. Mais quand c'est est une qui nous tient à coeur, le ciel parait vide. Difficile de voir celles qui restent autour ou celles à venir. Il suffirait peut-être de regarder, mais j'ai peur d'ouvrir les yeux et de vérifier que tu n'es plus là, que tu as disparu. Et si les larmes m'empêchaient de voir autre chose que le vide que tu laisse ?"

      


    votre commentaire
  • Bonjour

    Voilà un petit post-it, triste.

    Quand un espoir auquel on tient s'en va...

    "Ce mince filet de lumière prêt à s'éteindre...

    Peur de la pénombre,

    Que les autres lumières n'éclairent pas assez l'ombre.

    Peur du noir,

    Juste envie de croire en cet espoir.

    Cette lumière, ne pas pouvoir l'atteindre..."


    votre commentaire
  • Voici un texte écrit il y a quelques temps déjà (un ou deux ans je dirai).

    C'est assez personnel, mais je me suis rendu compte, en le faisant lire à une amie était dans la situation dans laquelle je me trouvait après avoir écrit ce texte, que ça lui avait fait du bien de voir des mots sur ce qu'elle ressentait.

    Donc je vous le poste.

    Bonne lecture !

    "La tristesse m’emplit le cœur. Encrée dans mes sentiments, tu montes en moi, alors qu’il vient de me jeter comme un papier collé sous sa chaussure. Tu montes en moi, comme l’idée d’avoir été rejetée. Je m’éloigne, la tête haute, et tu viens voir la lumière du jour. Et pendant que tu coules le long de ma joue, je rumine des pensées noires. Quand tu arrives au coin de ma bouche, je pense à ce que lui doit penser. Te voilà sur mon menton, prête à tomber, et je me dis qu’il doit déjà m’avoir oublié. Tu vacilles, tu hésites, le sol est loin, et je pense e je n’aurai aucune chance, jamais. Tu te lances enfin, et je sens que la tristesse s’en va, alors qu’autre chose arrive. Tu chutes, je te vois au ralenti, et une colère amère monte en moi, forte. Lorsque tu rencontres le sol, tu te brises, et la colère remplace la tristesse."


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique