• Free Four

    (Nouvelle sur Divergent)

    Veronica Roth

     

     

     

    Titre en VO : Free Four

    Année de la première publication (en VO) : 2012

    Editeur : Editions Katherine Tegen Books

    Site de l’éditeur : (non trouvé)

    Site de l’auteur : http://veronicarothbooks.blogspot.fr/

    Ma note : 10/10

    Publique conseillé : Les fans des Divergent !

    Quatrième de couverture :

    Aucune (il s’agit d’une nouvelle).

     

    Mon avis :

    C’est une nouvelle qui se place du point de vue de Quatre dans le premier tome de la trilogie, lors de la scène du lancé de couteaux (vous savez, quand Tris se retrouve devant la cible ?).

     

    C’est un point de vue intéressant même s’il n’apporte pas de « plus » à l’histoire (juste un peu de réconfort aux inconditionnel(le) qui voudrait que la série continue).

     

    Le style n’a pas changé.

     

    Quatre n’est si calme que Tris le pense. On apprend à quel point il est méfiant. 

     

    C’est très court, mais comme c’est une nouvelle, il n’y pas grand-chose à dire.

     

     

    Extrait : (choix : Belle phrase, pis impossible de retrouver celle que je voulais mettre.)

    « Je ne peut plus partir maintenant. Je l’apprécie trop. Voilà, je l’ai dit. Mais je ne le redirai plus. »

     

    On adore : Tout !

    On regrette : Rien ! (comme pour la série en elle-même en fait)

    Chronique du tome 1 : http://oceanlivresque.eklablog.fr/divergent-tome-1-de-veronica-roth-a84535398#

    Chronique du tome 2 : http://oceanlivresque.eklablog.fr/divergent-tome-2-de-veronica-roth-a102872811

    Chronique du tome 3 : http://oceanlivresque.eklablog.fr/divergent-tome-3-de-veronica-roth-a108213048


  • La Sélection

    Tome 2 : L’élite

    Kiera Cass

    La Sélection, tome 2 de Kiera Cass

     

    Titre en VO : The Elite

    Année de la première publication (France) : 2013

    Nombre de pages : 308

    Editeur : Robert Laffont, collection R

    Site de l’éditeur : http://www.laffont.fr/site/page_accueil_site_editions_robert_laffont_&1.html 

    ISBN : 2-221-13696-9 (format kindle)

    Site de l’auteur : http://www.kieracass.com/ 

    Ma note : 7/10

    Publique conseillé : Filles comme garçons à partir de 14 ans

    Quatrième de couverture :

    La Sélection de 35 candidates s'est réduite comme peau de chagrin, et désormais l'Élite restante n'est plus composée que de 6 prétendantes. L'enjeu pour ces jeunes filles ? Convaincre le Prince Maxon, le Roi et la Reine ses parents, qu'elles sont les mieux à même de monter sur le trône d'Illéa, cette petite monarchie régie par un strict système de castes et déchirée par deux factions de rebelles qui veulent la faire tomber.
    Pour America Singer, la donne est encore plus compliquée : ses sentiments pour Maxon viennent se heurter à son amour d'enfance pour Aspen, garde royal qui hante les couloirs du palais, et à son sens aigu de la justice trop souvent déçu par les décisions royales... Entre intrigues de cour, dilemmes tragiques et loyautés divisées, America navigue à vue dans la tourmente, en quête de la décision qui changera à jamais sa vie...

    Mon avis :

    Ce tome-ci est un peu en dessous du premier volet. Nous retrouvons America toujours en lice dans la Sélection, ce jeu de téléréalité où le prince Maxon doit choisir sa future femme parmi les 6 candidates restantes – sur 35 -. La jeune femme est confrontée à un cruel dilemme : choisir entre son ancien amour Aspen ou choisir le prince. Que va-elle décider ?

    Les personnages sont toujours aussi attachants. America a toujours son « sale caractère », elle sait ce qu’elle souhaite mais pas exactement ce qu’elle ne veut pas. C’est une sorte de « girouette » ce qui est un peu agaçant à la longue.

    Maxon, contrairement au tome précédent est un petit peu distant voire froid vis-à-vis de l’héroïne. Néanmoins, on en apprend plus sur sa vie qui n’est pas comme le lecteur  pourrait s’y attendre de la vie d’un prince.

    Aspen, l’ancien petit ami d’America est devenu garde au palais royal. Il est plus chaleureux que dans le tome 1 et exprime davantage ses sentiments.

    Marlee, la meilleure amie de la demoiselle  est toujours aussi joviale même si un événement inattendu va tout changer.

    Le lecteur apprend aussi à mieux cerner les personnages dits « secondaires » comme Kriss ou Elise, deux concurrentes. Elles occupent une place plus importante.

    Le roi et la reine sont plus présents. On comprend que le roi contrôle par derrière les choix de son fils pour nouer des alliances militaires.

    La famille de l’héroïne est plus présente.

    L’univers dystopique est un tout petit peu plus développé mais l’on reste quand même assez en surface.

    Le triangle amoureux America-Maxon-Aspen est toujours présent ce que je trouve dommage.

    L’écriture de Kiera Cass est toujours aussi fluide et agréable, les chapitres sont courts.

    Je suis toujours du côté de la team Maxon !

    La fin donne très envie de connaître la fin de cette trilogie que je compte lire très prochainement.

    Extrait : (choix : Très beau passage sur l’amour)

    « — C’est comment, d’être amoureuse ? lui demande ma petite sœur.
    — La chose la plus merveilleuse et la plus terrible qui puisse vous arriver, soupire Lucy en réponse. Un bonheur qui menace à tout instant de vous filer entre les doigts, en quelque sorte.
    Lucy a parfaitement résumé la situation. L’amour, c’est une peur qui vous donne des ailes. »

    On adore : Les personnages, l’écriture de l’auteur.

    On regrette : Le triangle amoureux, le côté « girouette » d’America, l’univers dystopique pas assez développé.

    Chronique du tome 1 : http://oceanlivresque.eklablog.fr/la-selection-tome-1-de-kierra-cass-a108213282#

    Chronique du tome 3 : http://oceanlivresque.eklablog.fr/la-selection-tome-3-de-kiera-cass-a109128726


  • La Sélection

    Tome 1

    Kiera Cass 

    La Sélection, tome 1 de Kierra Cass

      

    Titre en VO : The Selection

    Année de la première publication (France) : 2012

    Nombre de pages : 343

    Editeur : Robert Laffont, collection R

    Site de l’éditeur : http://www.laffont.fr/site/page_accueil_site_editions_robert_laffont_&1.html 

    ISBN : 978-2-221-12928-9 (grand format)

    Site de l’auteur : http://www.kieracass.com/ 

    Ma note : 8/10

    Publique conseillé : filles comme garçons à partir de 14 ans

    Quatrième de couverture :

    ELLES SONTTRENTE-CINQ JEUNES FILLES : la « Sélection » s’annonce comme l’opportunité de leur vie. L’unique chance pour elles de troquer un destin misérable contre un monde de paillettes. L’unique occasion d’habiter dans un palais et de conquérir le cœur du prince Maxon, l’héritier su trône. Mais pour America Singer, cette sélection relève plutôt du cauchemar. Cela signifie renoncer à son amour interdit avec Aspen, un soldat de la caste inférieure. Quitter sa famille. Entrer dans une compétition sans merci. Vivre jour et nuit sous l’œil des caméras… Puis America rencontre le Prince. Et tous les plans qu’elle avait échafaudés s’en trouvent bouleversés…

    Mon avis :

    Tout le monde sur la blogosphère littéraire ne parle que de cette série et notamment avec la sortie du dernier volet (le 15 mai dernier). Je me suis donc dit qu’il faudrait le lire et quand, je l’ai vu au CDI de mon lycée j’en ai profité. Je vous fais un petit résumé même si tout le monde doit commencer à connaître cette histoire. Le lecteur suit America Singer, une jeune fille qui vit avec sa famille dans le pays d’Illéà, une monarchie qui est née des cendres des Etats-Unis. Le pays est découpé en huit castes, de la plus aisée à la plus pauvre. America vit dans la caste numéro 5 – la caste des artistes -. Le prince d’Illéà doit se marier très bientôt. Pour cela, la famille royale organise la « Sélection » où sont conviées 35 jeunes filles de toutes les castes. America va-elle y participer ?

    Les personnages sont sympas même si, pour moi, ils ne sont pas assez creusés. America est une jeune fille qui est une musicienne hors pair. Elle ferait tout pour sa famille et ne se laisse pas faire.

    Aspen Leger, un soldat de la caste inférieure à America, vit une idylle avec celle-ci. Comme elle, il ferait tout pour abriter sa famille du besoin mais il joue énormément avec les sentiments de l’héroïne.

    La famille Singer est très sympathique surtout May et Gerad, la petite soeur et le petit frère d’America. Ils sont très attachants.

    Maxon, le prince de la monarchie à 18 ans. Il est très gentil, prévenant et surtout très humain. Ce n’est pas le prince imbu de lui-même. Un lien particulier l’unit à la jeune femme. Sur la blogosphère, il y a deux team : team Maxon ou team Aspen. Je rejoins la team Maxon.

    Marlee, une amie d’America est très gentille, très drôle et touchante.

    L’univers dystopique créer par l’auteur mérite tout de même d’être un peu plus travaillé et fouillé. Le triangle amoureux America-Maxon-Aspen ressemble à tous les autres, ce qui est dommage.

    Les chapitres son assez courts et l’écriture de Kiera Cass est fluide, les pages défilent sous les doigts avec rapidité.

    En conclusion, une bonne lecture malgré quelques défauts. Je lirai la suite avec plaisir.

    Extrait : (choix : Un beau passage)

    «  Un je-ne-sais-quoi de timide, d'hésitant, me fait chavirer. Sans qu'une seule parole circule entre nous, je sens une vague de nervosité le parcourir. Au plus profond de moi, je comprends qu'il m'adore. »

    On adore : L’écriture fluide, les personnages.

    On regrette : L’univers pas assez fouillé, le triangle amoureux.

    Chronique du tome 2 : http://oceanlivresque.eklablog.fr/la-selection-tome-2-de-kiera-cass-a108478324

    Chronique du tome 3 : http://oceanlivresque.eklablog.fr/la-selection-tome-3-de-kiera-cass-a109128726


  • Divergent

    Tome 3

    Veronica Roth

    Divergent, tome 3 de Veronica Roth

     

    Titre en VO : Allegiant

    Année de la première publication (France) : 2014

    Nombre de pages : 468

    Editeur : Nathan

    Site de l’éditeur : http://www.lireenlive.fr/ 

    ISBN : 978-2-09-253235-5 (format kindle)

    Site de l’auteur : http://veronicarothbooks.blogspot.fr/ 

    Ma note : 10/10

    Publique conseillé : Filles à partir de 14 ans

    Quatrième de couverture :

    Différente. Déterminée. Dangereuse.

    Tris et ses alliés  ont réussi à renverser les Erudits.  Les sans-faction mettent alors en place une dictature, imposant à tous la disparition des factions.  Plutôt que de se plier à ce nouveau pouvoir totalitaire, Tris, Tobias et leurs amis choisissent de s’échapper. Le monde qu’ils découvrent de la Clôture ne correspond en rien à ce qu’on leur a dit. Ils apprennent ainsi que leur ville, Chicago, fait partie d’une expérience censée sauver l’humanité contre sa propre dégénérescence. Mais l’humanité peut-elle être sauvée contre elle-même ?

    Mon avis :

    J’ai adoré ce livre comme les précédents. Je tiens à dire que cette chronique est très dure à écrire pour moi,  car je suis très bouleversée par cette fin.

    ATTENNTION : Je risque de dévoiler des choses sur les tomes 1 et 2 

     Nous retrouvons les deux héros, Tris et Tobias quelques semaines après la fin du tome 2. Tris et ses amis – sauf Tobias – sont en prison. La mère du jeune homme, Evelyn, a instauré un régime dictatorial dans la ville et les factions – les « castes » - sont dissoutes. Tris, Tobias et leurs amis ne l’acceptent pas et décident de s’enfuir à l’extérieur de la Clôture. Que vont-ils y trouver ?

    Les personnages sont toujours aussi sympas. Tris, est une jeune fille avec toujours un mauvais caractère mais qui n’hésite pas à se sacrifier pour les gens qu’elle apprécie. Tobias, est un jeune homme qui se cherche mais qui a un grand cœur.  Dans ce tome-ci, il prend de l’ampleur et occupe une place très importante. Evelyn, la mère de ce dernier, est une femme cruelle mais qui a tout de même un cœur. Christina et Uriah, des amis des Tris et Tobias font tout pour détendre l’atmosphère un peu pesante – voir beaucoup – du roman. Il y a également des nouveaux personnages. David, un « scientifique » est un peu taré  sur les bords. Zoe est une jeune femme discrète. Matthew, un, autre « scientifique » fait tout pour aider Tris et ses amis. Le lecteur apprend des choses capitales sur l’histoire de la mère de la jeune fille. Ces révélations sont très importantes pour la compréhension de l’intrigue.

    On en apprend plus sur l’univers et comment le monde en est arrivé à être dans cet état. Les chapitres, courts mais dynamique alternent entre le point de vue de Tris et celui de Tobias – alors que dans les deux premiers tomes, seul Tris était la narratrice de l’histoire -. Cela peut déranger certaines personnes mais on s’y habitue vite et je trouve que cela change un petit peu. Le style de Veronica Roth est toujours aussi bien.

    La fin est très bouleversante et qui, pour ma part, m’a fait beaucoup pleuré.

    En bref, une très bonne fin et très, très, bonne série dystopique ! Je regrette juste qu’il n’y ait pas de suite.

    Extrait : (choix : très beau passage)

    « Je n'appartiens ni aux Altruistes ni aux Audacieux, ni même aux Divergents. Je n'appartiens pas au Bureau ni à la ville, ni à la Marge. J'appartiens à ceux que j'aime, et ils m'appartiennent. Ce sont eux, et l'amour et la loyauté que j'ai pour eux, qui me donnent mon identité, bien plus qu'un groupe ne pourra jamais le faire. »

    On adore : Tout !

    On regrette : Que ce soit la fin de cette fabuleuse série.

    Chronique du tome 1 : http://oceanlivresque.eklablog.fr/divergent-tome-1-de-veronica-roth-a84535398#

    Chronique du tome 1,5 : http://oceanlivresque.eklablog.fr/free-four-de-veronica-roth-a108620690#

    Chronique du tome 2 : http://oceanlivresque.eklablog.fr/divergent-tome-2-de-veronica-roth-a102872811#


  • Birth marked

    Tome 2 bannie

    Cargh M. O’Brien

     

     

     

     

    Titre en VO : prized

    Editeur : Mango

    Site de l’auteur : http://www.caraghobrien.com/ 

    Ma note : 8

    Publique conseillé : à partir de 13-14 ans.

    Quatrième de couverture :

    Quand un simple baiser est un crime, aimer peut coûter la vie.

    Gaia a quitté l’Enclave, pour partir à la recherche de sa grand-mère dans la forêt morte. Mais ce qu’elle y découvre est bien loin de l’asile qu’elle espérait… La jeune fille devra une nouvelle fois puiser au plus profond d’elle-même pour sauver ceux qu’elle aime et briser les interdits.

     

    Mon avis :

    Un deuxième opus très intéressant et totalement différent du premier.

    On a toujours ce style fluide, cette logique si basique et qu’on ne devine pourtant pas toujours.

    Les personnages sont toujours fouillés et importants.

    Les détails ne sont pas laissés au hasard. Ils ont au contraire une grande importance. Par exemple, on a encore eu droit à un code a déchiffré, et on a pu vérifier par nous même que la solution marchait.

    Je trouve que cette idée est vraiment intéressante.

     

    Le nouveau lieu est assez étrange. Il est décrit différemment que l’Enclave, parce que Gaia ne s’attend à rien de particulier, je pense, mais j’ai préféré le contraste entre ses attentes et la réalité dans le tome 1 que ses découvertes toute simple dans le tome 2. Par contre, comme elle ne connaît pas cette société et que ses mœurs sont bien différentes de ceux de la jeune fille, ils sont bien décrits, j’ai trouvé ça vraiment bien.

     

    (Attention, spoiler du premier tome !)

    Donc nous retrouvons notre Gaia lorsqu’elle fuit dans le désert.

    Ses deux parents sont morts, il ne lui reste que sa sœur, l’espérance que son frère (qu’elle a retrouvé dans l’Enclave) s’en soit sorti et les prières pour Léon (le sergent Grey), pour qu’il s’en sorte.

    Elle s’est enfuie de l’Enclave et a abandonné Warfton pour partir à la recherche d’un ailleurs espéré mais peut-être utopique. Tous ce qu’elle sait, c’est que sa grand-mère, qu’elle croyait morte, est partie le chercher aussi, longtemps avant elle.

     

    Lorsqu’un homme à cheval la trouve, elle est très faible et Maya, sa sœur qui n’est qu’un bébé de quelques semaines, est mourante. On l’emmène à Zile. Où on la sépare de sa sœur. Elle apprend que sa grand-mère s’y était bien rendue mais qu’elle est morte quelques années avant son arrivée.

    Gaia va découvrir la ville, ses coutumes (le jeu de Trente-Deux par exemple), son mode de vie et sa politique (les femmes dirigent autour de la Matriarche), et on va découvrir que Zile n’est finalement pas l’utopie espérée. Maintenant, au lieu des problèmes de génétiques, Gaia est confrontée à un manque affreux de femme dans la population et au fait que, pour dieu sait quelle raison, on ne peut quitter la ville sans mourir.

    La Matriarche ne lui est pas vraiment très sympathique, mais il va falloir qu’elle se plie aux règles. Et, bien que ce ne soit pas dans son caractère, elle finira par le faire, à notre grand damne. Et il lui en faudra beaucoup pour comprendre qu’elle peut agir pour changer les choses qui ne lui semblent pas juste et réagir. A croire que le courage qu’elle a eut pour défier l’Enclave a disparu. Je peux comprendre qu’il lui faille du temps pour le retrouver après toutes les épreuves que Gaia a traversées, mais quand même, il était bien enfoui, le courage. Heureusement que quelqu’un finit par, si vous me permettez l’expression, lui mettre un bon coup de pied au cul.

     

    Gaia touche le fond, mais finit par redevenir l’entêtée qu’on aime. Son instinct avec les enfants est toujours bien présent, malgré le dernier accouchement qu’elle a accompli. Elle aime sa sœur, et être séparée d’elle lui fait beaucoup de mal.

    Léon est très important dans le livre, fort heureusement d’ailleurs, bien qu’il se révèle être, si je peux m’exprimer ainsi, un beau salaud quand il découvre ce que Zile et La Matriarche ont fait de Gaia. La froideur qu’on avait vue de lui au premier livre revient, mais ce n’est qu’un moyen de se protéger.

    La Matriarche est une personne têtue et raisonnée, qui prend les choses avec un pragmatisme fou. Elle mérite le respect, bien que ses techniques soient dures. Mais sa résignation ne lui permet pas d’améliorer ce qui pourrait l’être. Elle est si résignée qu’on croirait qu’elle a des œillères.

    Les autres personnages (Péony, Joséphine, Dinah, Peter et Will Chardo, Norris,…) sont sympathiques, naïfs, drôles, touchants,… bref, ils ont chacun un caractère défini, et ça les rend attachants même s’ils ne sont que secondaires.

     

    Que rajouter ?

    L’histoire suit encore une logique très pertinente. Elle est bien construite, avec des bases solides et une évolution sûre.

    La romance prend plus de place que dans le premier tome, Gaia a plus de choix d’ailleurs (Léon, Will ou Peter ?), mais cela ne dérange pas, car ça ne devient pas prioritaire pour autant. La façon de l’amener la rend utile, indispensable même, et elle se mêle à l’action de façon logique et bien ficelée, ce qui fait qu’on ne s’ennuie pas du tout.

     

    J’ai deux choses à rajouter, pour conclure.

    La fin nous laisse moins de suspens que dans le tome précédent.

    Et j’aurais aimé qu’on retrouve le frère de Gaia, je l’avais apprécié, malgré le fait qu’il soit resté très secondaire, si ce n’est juste un figurant, dans le premier livre, et j’avais espéré que l’auteur construirai quelque chose là-dessus.

     

    Extrait : (choix : Gaia comprend où elle est)

    « — C’est pour ça que vous m’avez sauvée ?

    Il lui rendit son regard sans ciller, à croire qu’il n’était pas du tout désolé.

    — J’ai fait ce qu’il fallait.

    Ce qu’il fallait. Il savait dons depuis le début que la Matriarche allait lui enlever Maya.

    Que les femmes soient au pouvoir ici ne changeait rien à l’affaire : Zile ne valait pas mieux que l’Enclave. »

     

    On adore : Les personnages, l’histoire, les détails, un peu tout.

    On regrette : Un peu plus de suspens concernant le tome 3 et que certains personnages qui pourraient resservir n’apparaissent pas.

    Chronique du tome 1 : http://oceanlivresque.eklablog.fr/birth-marked-tome-1-rebelle-de-caragh-m-o-brien-a105823942#

    Chronique du tome 3 : http://oceanlivresque.eklablog.fr/birth-marked-tome-3-captive-de-caragh-m-o-brien-a113798774





    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique