• Les Apparences

    Gillian Flynn

     

     

      

     

    Titre en VO : Gone Girl

    Année de la première publication (France) : 2012

    Nombre de pages : 570

    Editeur : Sonatine éditions

    Site de l’éditeur : www.sonatine-editions.fr

    ISBN : 978-2-35584-152-1 (format kindle)

    Site de l’auteur : http://gillian-flynn.com/

    Ma note : 6/10

    Publique conseillé : Fille comme garçons à partir de 17, 18 ans.

    Quatrième de couverture :

    « À quoi penses-tu ? Comment te sens-tu ? Qui es-tu ? Que nous sommes-nous fait l’un à l’autre ? Qu’est-ce qui nous attend ? Autant de questions qui, je suppose, surplombent tous les mariages, tels des nuages menaçants. »

    Amy, une jolie jeune femme au foyer, et son mari Nick, propriétaire d’un bar, forment, selon toutes apparences, un couple idéal. Ils ont quitté New York deux ans plus tôt pour emménager dans la petite ville des bords du Mississipi où Nick a grandi. Le jour de leur cinquième anniversaire de mariage, en rentrant du travail, Nick découvre dans leur maison un chaos indescriptible : meubles renversés, cadres aux murs brisés, et aucune trace de sa femme. Quelque chose de grave est arrivée. Après qu’il a appelé les forces de l’ordre pour signaler la disparition d’Amy, la situation prend une tournure inattendue. Chaque petit secret, lâcheté, trahison quotidienne de la vie d’un couple commence en effet à prendre, sous les yeux impitoyables de la police, une importance inattendue et Nick ne tarde pas à devenir un suspect idéal. Alors qu’il essaie désespérément, de son côté, de retrouver Amy, il découvre qu’elle aussi cachait beaucoup de choses à son conjoint, certaines sans gravité et d’autres plus inquiétantes. Si leur mariage n’était pas aussi parfait qu’il le paraissait, Nick est néanmoins encore loin de se douter à quel point leur couple soi-disant idéal n’était qu’une illusion.
     

     

    Mon avis :

    C’est thriller psychologique qui raconte l’histoire d’Amy et Nick Dunne, un couple de trentenaire qui ne se plaisent pas dans leur nouvelle vie dans le Missouri. Le jour de leur cinquième anniversaire de mariage, Amy disparaît et ne revient pas. Nick va alors se mettre à sa recherche et va découvrir le « côté sombre » de sa femme.

     

    Les personnages sont assez complexes (voir un peu trop).

    Nick est un homme dans la trentaine qui vit « dans l’ombre » d’Amy. C’est un homme qui ne semble pas avoir de sentiments puisqu’il n’est pas spécialement affecté par la disparition de sa femme.

    Amy, quant à elle, est une jeune femme riche qui réfléchit énormément et qui analyse beaucoup les comportements humains. Elle a une personnalité très ambivalente : un coup la victime, un coup la coupable.

    Nos deux personnages principaux sont des antihéros par excellence.

    Margo, la jumelle de Nick, qui tient avec celui-ci le bar du village, est une femme assez vulgaire mais qui a énormément de sentiments envers son frère et qui serait prête à tout pour l’aider.

    Marybeth et Rand Elliott, les parents d’Amy sont assez importants dans l’histoire, même s’il ne pense qu’à leur réputation d’écrivain et pas tellement à la disparition de leur fille unique.

    Les deux policiers, Rhonda Boney et Gilpin, son équipier, sont assez proches de Nick et font tout pour retrouver Amy, même si à la fin, ils sont plus distants.

    Le père de Nick est un vieil homme atteint d’Alzheimer et est très dérangé. Il détourne un peu l’histoire de son sens premier.

    L’avocat est un homme très populaire qui permet à Nick de garder la tête froide.

    Andie, la maitresse de Nick, est une jeune femme très entreprenante qui apporte une petite touche de légèreté à l’histoire.

     

    Le récit est découpé en trois parties. Dans la première, nous avons le point de vue de Nick, et, un chapitre sur deux, le journal intime de sa femme qui nous parle de ses déboires conjugaux. Cette partie est relativement longue est lente. Les deux parties suivantes sont plus rythmées car nous avons aussi le point de vue direct d’Amy.

     

    Le style de Gillian Flynn est assez dur à suivre et relativement vulgaire.

    Les chapitres relativement longs.

    La fin du livre est abrupte, il n’y a pas vraiment de chute.

     

    Extrait : (choix :

    « Les médias ont saturé l'univers juridique . Avec Internet , Facebook , YouTube , les jurys impartiaux , ça n'existe plus . On ne part jamais de zéro . 80 , 90 % d'une affaire se décide avant même d'entrer dans une salle d'audience . »

     

    On adore : Les personnages, la psychologie.

    On regrette : Les chapitres longs, la vulgarité, le style.


    1 commentaire
  • Demain

    De Guillaume Musso

     

     

     

     

    Titre en VO : Demain

    Année de la première publication : 2013

    Nombre de pages : 430

    Editeur : XO éditions

    Site de l’éditeur : http://www.xoeditions.com   

    ISBN : 978-2-84563-622-4 (grand format)

    Site de l’auteur : http://www.guillaumemusso.com/prehome.html 

    Ma note : 8,5/10

    Publique conseillé : Filles comme garçons, de tout âge, bien que tous les détails ne puissent être apprécié qu’à partir d’environ 13-14 ans, selon moi.

    Quatrième de couverture :  

    Elle est son passé…

    …il est son avenir.

     

    Emma vit à New York. À 32 ans, elle continue de chercher l’homme de sa vie.
    Matthew habite à Boston. Il a perdu sa femme dans un terrible accident et élève seul sa fille de quatre ans. 
     
    Ils font connaissance grâce à Internet et bientôt, leurs échanges de mails les laissent penser qu’ils ont enfin droit au bonheur. Désireux de se rencontrer, ils se donnent rendez-vous dans un petit restaurant italien de Manhattan.
     
    Le même jour à la même heure, ils poussent chacun à leur tour la porte du restaurant. Ils sont conduits à la même table et pourtant… ils ne se croiseront jamais.
     
    Jeu de mensonges ? Fantasme de l’un ? Manipulation de l’autre ? Victimes d’une réalité qui les dépasse, Matthew et Emma vont rapidement se rendre compte qu’il ne s’agit pas d’un simple rendez-vous manqué…
      
     
    Une aventure aussi mystérieuse que bouleversante.
    Une intrigue virtuose aux frontières du réel.
    Un suspense diabolique, intense et captivant.

     

    Mon avis :

    Alors voilà, je me lance. Ce roman, c’était génial. L’envie d’aller au bout, un bon suspens, une intrigue bien ficelée, bref, tout ce qu’il faut.

    La quatrième de couverture est assez explicite, je trouve. Aussi, je n’en rajouterai pas plus sur l’histoire, il faut bien vous laissez découvrir, aussi.

     

    Les personnages sont attachants, creusés et fouillés, bien réfléchis. L’auteur ne les jette pas sur le papier tel quel, il prend le temps de les laisser évoluer dans sa tête avant, ça se sent.

    Matthew est tourmenté, en cette période de fête, presque un an après la mort de sa femme. Il a tenu debout pour sa fille, pendant un an, et il commence tout juste à reprendre goût à la vie, à travers une balade avec sa fille ou une bonne blague.

    Il vit avec sa fille, Emily, et April, sa colocataire depuis peu. Une femme pétillante, pleine d’humour.

    D’un autre côté, on a Emma, sommelière. Désespérée, en mal d’amour, qui a déjà attenter à sa vie, et qui contrôle peu voir pas du tout ses émotions.

    On a aussi Romuald, un jeune ado français, un peu têtu. Un geek. Qui sera d’une grande aide pour Emma.

     

    Ce roman part avec des accents de fantasy/fantastique pour dérivé, doucement mais sûrement, sur un thriller à suspens et autres rebondissements. C’est bien ficelé, on chemine avec les personnages dans l’enquête, sans les devancer ni être loin derrière. Chaque détail est soigné pour servir à l’enquête.

     

    Le suspens nous suit, on veut savoir ce qui se passe. La question est pourquoi ? Et chaque réponse amène une autre question, jusqu’à la fin.

     

    On alterne au début les points de vue des deux personnages, pour se retrouver uniquement avec Emma dans la deuxième moitié. Je dois avouer que c’est un regret. J’aurais bien aimé continuer à voir Matthew de temps en temps. Bon, ça n’aurait pas été facile de faire quelque chose de constructif avec lui dans cette partie, je vous l’accorde, mais c’est un défi. Et je trouve que, en temps qu’auteur, tu te débrouilles pour continuer un roman sur sa lancer, tu ne changes pas de modèle en plein milieu. Enfin, ce n’est pas grave.

     

    Il y a une citation au début de chaque chapitre, et je trouve que ça agrémente agréablement le livre, sans compter les autres, qui sont casées dans le texte lui-même. (Que ceux qui aiment les petites citations que je mets ne s’inquiètent pas, je vais les rajouter petit à petit.)

     

    La fin est très belle.

     

    Voilà, je m’arrête ici. Je sais, j’ai fait court. Désolé.

     

    Extrait : (choix : Le point de départ.)

    « En lançant le dernier logiciel, il eut la surprise de tomber sur une série de photographies.

    Etrange, le vendeur lui avait pourtant assuré avoir formater le disque dur…

    Il appuya sur une touche du clavier pour lancer le diaporama. C’était un album de vacances présentant des vues de carte postale. »

     

    On adore : L’intrigue, les personnages, le suspens…

    On regrette : Que le point de vue de Matthew disparaisse dans la deuxième moitié du livre.

     


    votre commentaire
  • Body Finder

    Kimberly Derting

     

      

     

    Titre en VO : The Body Finder

    Editeur : Pocket jeunesse

    Site de l’auteur : http://www.kimberlyderting.com/ 

    Ma note : 8,5

    Publique conseillé : A partir de 12 ans.

    Quatrième de couverture :

    Depuis toute petite, Violet Ambrose, 16 ans, a un don étrange : elle parvient à repérer les cadavres d’oiseaux abandonnés par son chat.

    Mais ce secret prend une toute autre ampleur lorsqu’un tueur en série sème la terreur dans la ville. Chaque jour, les esprits des jeunes filles qu’il a enlevées viennent hanter Violet. De plus en plus troublée, elle mène son enquête et se rapproche du tueur…jusqu’à devenir sa proie.

     

    Mon avis :

    Ce livre est super.

    C’est l’histoire de Violet Ambrose, une jeune fille qui a un don étrange : celui de repérer les cadavres. Lorsqu’elle découvre l’une des victimes d’un tueur en série, elle ne sait pas comment ça va tourner. Et il faut, en plus de gérer cette affaire qu’elle démêle ses sentiments pour son meilleur ami, Jay.

     

    J’ai trouvé les personnages attachants. J’adore Jay. C’est un mec attentionné et patient. Et protecteur aussi.

    Violet est quelqu’un qui doute d’elle-même. Elle est aussi têtue. Et il y a son don, qui la rend à la fois forte et vulnérable, selon moi. Il se manifeste par des échos, c'est-à-dire un son, un goût, une odeur ou autre à l’approche d’un cadavre (ou de celui qui a ôté la vie du cadavre…).

    Entre ces deux là (Violet et Jay), c’est depuis l’enfance et pour toujours. Il règne une ambiance quand ils sont tous les des deux, taquine et légère, j’aime bien.

    Sinon, il y a la mère de Violet, surprotectrice (mais quelle mère ne le serait pas à sa place ?), son père, qui parle peu mais sait écouter (lui aussi plutôt protecteur, normal) et son oncle, qui est policier. On a aussi le groupe d’amis de Violet, avec Jules, Chelsea et Claire, qui sont somme toute assez sympathiques, chacun à leur manière.

     

    Dans ce livre, j’ai trouvé une certaine ambiance que j’aime beaucoup, mais assez difficile à décrire.

    La petite romance (dont on devine la fin dès le début) reste de second plan, ou tout du moins ne prend pas le pas sur l’enquête que mènera Violet, ce qui est très appréciable. C’est bien écrit, le style est fluide, les pages se tournent toutes seules.

    Certains chapitres sont du point de vue du tueur, ce qui augmente le suspens. Un surtout m’a franchement fichu la trouille pour Violet.

    L’auteur a su créer une tension particulière.

    Et surtout, j’ai adoré le dernier chapitre, qui nous laisse dans un suspens pas possible avant l’épilogue. Et je peux vous dire que même si on se doute plus ou moins de ce qui s’est réellement passé, on a très peur que se soit autre chose. Je ne sais pas si c’est très clair, mais il faut lire pour comprendre.

     

    Le tome deux devrait sortir cet été en France. J’essaie de vous trouver la date. En tout cas, je l’attends.

     

    Extrait : (choix : montre bien la bonne ambiance entre les personnages)

    « — Ouais. Eh ben, si tu ne m’avais pas poussée, peut-être que je ne serais pas tombée.

    Elle assena cette accusation fantaisiste avec le plus grand sérieux.

    Jay secoua la tête.

    — Tu ne pourras jamais le prouver, se défendit-il. Il n’y avait aucun témoin, ce sera ta parole contre la mienne.

    Elle ricana et sauta du plan de travail.

    — Ouais, mais qui te croiras ? le railla-t-elle en boitillant jusqu’à l’évier pour nettoyer ses paumes égratignées. Corrige-moi si je me trompe : ce n’est pas toi qui a volé une barre de chocolat au supermarché ?

    — Tu parles ! J’avais sept ans. Et je crois me souvenir que c’est toi qui me l’a tendue et qui m’a ordonné de la cacher dans ma manche. Techniquement, cela fait de toi le cerveau de l’opération, non ?

    Il vint se placer derrière elle et, l’entourant de ses bras, lui versa de l’antiseptique sur les mains. »

     

    On adore : L’ambiance, le style, les personnages et la fin.

    On regrette : Je cherche…


    votre commentaire
  •  

    Un avion sans elle

    de Michel Bussi  

     un avion sans elle, de Michel Bussi

     

     

    Titre en VO : Un avion sans elle

    Editeur : pocket

    Site de l’auteur : http://www.michel-bussi.fr/ 

    Ma note : 8

    Quatrième de couverture :

    23 décembre 1980. Un crash d’avion dans le Jura. Une petite libellule de 3 mois tombe du ciel, orpheline. Deux familles que tout oppose se la dispute. La justice tranche : elle sera Émilie Vitral. Aujourd’hui, elle a 18 ans, la vie devant elle mais des questions plein la tête. Qui est-elle vraiment ?

    Dix-huit ans que Crédule Grand-Duc, détective privé, se pose la même question. Alors qu’il s’apprête à abandonner, la vérité surgit devant ses yeux, qu’il referme aussitôt, assassiné.

    Il ne reste plus qu’un vieux carnet de note, des souvenirs, et Marc, son frère, pour découvrir la vérité…

     

    Mon avis :

    Super. On le classe dans roman policier parce qu’il rentre là, mais franchement, je n’avais pas l’impression de lire un policier, et un peu quand même en même temps. Michel Bussi a mis juste la bonne dose de suspens, d’enquête, de sentiments. Je dis chapeau pour la maitrise de la plume.

    L’histoire, c’est celle d’une fillette tombée d’un avion lors d’un crash. Elle est la seule survivante. Orpheline. Le problème, c’est de qui est-elle? Il y avait deux bébés dans l’avion. Alors, Émilie ou Lyse-Rose ? Une Vitral ou une de Carville ? La justice tranchera pour une Vitral, la petite Émilie. Le détective privé, Crédule Grand-Duc, (oui, oui, Crédule, c’est bien son prénom !), engager par Mathilde de Carville, enquête pour savoir qui est réellement Lylie (un mélange d’Émilie et de Lyse-Rose, on nommait ainsi le bébé avant que la justice ne tranche, et ce surnom est resté) depuis dix-huit ans. Son contrat se termine. Juste avant fin, il trouve la solution. Et il est assassiné. Avant d’avoir trouvé la solution, il avait fait un carnet avec tous les éléments de l’enquête (sauf la solution tant rechercher) qu’il a remis à Lylie. Une fois qu’elle l’a lu, elle la donne a Marc Vitral, son frère. En lui disant qu’elle a quelque chose d’important à faire, et qu’elle ne veut pas qu’il s’en mêle. Marc s’inquiète. Mais il se dit que pour savoir comment retrouver Lylie, il doit lire le carnet et comprendre. Il doit trouver avant le lendemain matin.

    Là, on part dans une enquête vraiment géniale.

    Marc est un frère attentionné, et en même temps, il voudrait que Lylie ne soit pas Émilie mais Lyse-Rose. Il est obstiné, intelligent, et doux.

    Lylie est têtue, joyeuse, c’est une boule d’énergie pure.

    Nicole Vitral, la grand-mère d’Émilie, est une vielle femme qui a peiné toute sa vie pour ses deux petits enfants, son mari est mort. Elle a la santé fragile, des problèmes de poumons.

    Mathilde de Carville, la grand-mère de Lyse-Rose, est une femme forte de caractère, têtue, et un peu vicieuse. Elle a engager le détective après qu’on ait choisi Émilie parce qu’elle voulait savoir. Même si elle ne récupérerait pas Lyse-Rose.

    Léonce ce Carville, le grand-père de Lyse-Rose, est devenu un légume après une attaque. Il avait fait deux erreurs lors du procès, qui lui on valut la perte de Lyse-Rose.

    L’une de ses erreurs, c’était Malvina de Carville, la sœur de Lyse-Rose. Elle l’avait reconnu, et il l’a fait témoigner mainte fois. Du coup, la petite ne s’est jamais remis de la perte de ses parents et de se qu’elle prend pour l’enlèvement de sa sœur, car elle est sûr que c’est Lyse-Rose qui a survécu, alors qu’on n’en sait rien. Elle est un peu folle, et même un peu dangereuse.

    C’est dans tout ça que Marc doit trouver. Le temps lui est compté, le compte à rebours à commencé, il court après Grand-Duc.

    Les personnages sont creusés, on les connait bien à force.

    J’ai adoré le style de l’auteur. Il donne des détails, sans importance apparente ou alors plutôt incongrus, dés le début. C’est un puzzle dont on nous donne les pièce petit à petit. Et tout prend forme à la fin.

    C’est plein de rebondissements. A un moment, il donne en quelque page trois « bombe » à la suite. Les deux première, quand on réfléchit bien, on les voix venir. Et puis la troisième fait tout basculer. Impossible de tout voir. J’ai adoré. Et la fin, très surprenante.

    Et puis, on est plongé dans l’enquête mais il y a tout un aspect de sentiment autour. C’est frais. Une lecture qu’on a envie de terminer au plus vite, et on regrette que se soit déjà fini dés qu’on a tourné la dernière page.

     

    Extrait : (choix : montre bien la relation Marc-Émilie)

    Marc ne put retenir un sourire gêné. Bien entendu, Lylie connaissait déjà tout sur les croix touarègues, comme sur le reste. Ils demeurèrent quelques instants silencieux. Émilie avança sa main vers sa tasse de café. Instinctivement, Marc fit de même. Ses doigts glissèrent, espérant la rencontre. Soudain, la main de Marc se figea sur la table, comme clouée. Lylie portait une bague à l’annulaire ! Une bague en or, très ouvragée, enchâssant un saphir claire ; un bijou ancien, superbe, valant sans doute une fortune. Marc ne l’avait jamais vue auparavant. Son regard se brouilla de longues secondes dans ces vapeurs de jalousie qui le submergeaient à chaque fois qu’un détail qu’il ne comprenait pas mettait de la distance entre Lylie et lui. Il parvint à bafouiller :

       Cette…cette bague…Elle…elle est à toi ?

       Non…je l’ai volée ce matin, place Vendôme !

     

    On adore : L’histoire, la plume et le style.

    On regrette : Juste de ne pas suivre plus Lylie, mais on comprend pourquoi à la fin. Si l'auteur nous l’avait plus montré, il n’aurait pas pu nous surprendre comme ça.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique