•  

    Quatre filles et un jean

    Le deuxième été

    Ann Brashares 

     quatre filles et un jean, tome 2, d'Ann Brashares

     

      

     

     

    Titre en VO : sisterhood of the travelling pants

    Editeur : Gallimard jeunesse, édition pôle fiction

    Site de l’auteur : http://annbrashares.com/ 

    Ma note : 8

    Quatrième de couverture :

    Les vacances approchent. Carmen, Tibby, Briget et Lena s’apprête à ressortir le jean magique, symbole de leur amitié et témoin de leur aventures. Cette années, l’été s’annonce bien différent…

    De surprise en émotions, de rires en larmes, les quatre filles vont une nouvelle fois faire l’apprentissage de la vie !

     

    Mon avis :

    Le deuxième tome est aussi bien que le premier.

    On retrouve les quatre filles, mais bien changer. Et l’été leur réserve plus d’une surprise.

    C’est détente, c’est frais, c’est encore super. On pleurs, on rit, on ressent. L’auteur a encore réussi à me faire monter les larmes aux yeux !

    On a toujours les citations à chaque chapitre, j’aime bien.

    Entre amour, amitié, rencontre, larmes, aventures, émotions et lettres, c’est un livre génial.

    Je regrette juste qu’on n’est pas creusé un peu plus Brian (un ami très cher à Tibby). Mais cette façon de faire colle avec Tibby, alors c’est normal.

    Effie, la sœur de Lena, est là plus par nécessité ce coup-ci, elle perd un peu de son charme, je trouve.

    (Évitez de lire la suite si vous n’avez pas lu le premier tome, vous n’auriez plus toute les surprises).

    Cette année, Tibby part, et les autres restent (on échange les rôles !). Mais c’est sans compter le caractère imprévisible de Briget, qui décide de partir aussi.

    Les filles ont bien changés.

    Sauf Carmen. Elle est resté comme on l’avait laissé, elle s’est faite au remariage de son père, elle est même devenu ami avec son beau frère, Paul. Toujours pas bavard celui là. Cette année, elle sort avec Porter, et elle est jalouse du copain de sa mère. Krista (sa belle sœur) a des problèmes avec sa mère et débarque, histoire d’en rajouter un peu. Génial l’ambiance !

    Lena reste aussi. Rappelez-vous, elle s’était mise avec le beau Kostos à la fin de son séjour en Grèce ! Et bien l’éloignement lui à fichu la trouille, elle a cassé. Et elle en souffre beaucoup. Alors quand il débarque aux Etats-Unis, elle ne sait pas quoi faire. En plus, en parlant de Kostos avec Carmen devant la mère de celle-ci, elle entend parler d’un certain Eugène. Il aurait été une histoire importante pour sa mère D’après la mère de Carmen (les mères des quatre filles étaient très amis à un moment, mais depuis la mort de celle de Briget, elles ont du mal). Ça la perturbe un peu.

    Briget, souvenez-vous, était allée plus loin qu’elle ne l’aurait voulu avec Éric. Et avait été rejeté. Ça ne lui a pas réussi. Elle a abandonné le foot, pris du poids et s’est teint les cheveux (oui, triste pour ses magnifiques cheveux blonds). Elle n’est plus que l’ombre d’elle-même. Quand elle trouve des lettres de sa grand-mère maternelle (qu’elle n’a plus revu depuis ses sept ans) que son père ne lui a pas donné, elle décide de partir la voir. Mais sans dire qu’elle est Briget. Elle se fait passer pour quelqu’un d’autre. Et ouvre la boîte à souvenir. Pour sa mère. Elle rencontre aussi des garçons avec qui elle jouait l’été au foot. S’y remettra-t-elle ?

    Et Tibby. Rappelez vous, elle avait fais un documentaire avec Bailey, la petite cancéreuse, et celle-ci est morte à la fin de l’été. Ça à laisser un grand vide en Tibby, et elle n’aime pas en parler. Mais avec cette aventure, elle a gagné Brian. Le mec aux jeux vidéo qui Bailey trouvait bien. Maintenant, il vit presque chez elle, ils sont de super amis. Cet été, elle part en stage de cinéma. Sur quoi portera son court-métrage ?

    Les filles ont changé, mais entre elle, c’est toujours pareil. Elles se disent tout, sont elle-même et s’adore comme des sœurs. Les familles de chacune sont les familles des quatre.

     

    Extrait : (choix : cet extrait présente un peu chacune des filles)

    « Bee aurait commandé une énorme plâtrée de spaghettis. Sans même penser qu’elle risquait d’avoir des pâtes qui pendaient de la bouche comme des tentacules. Elle n’était pas du genre à changer ses habitudes pour un garçon.

    Lena oui. Elle aurait choisi un plat facile à manger. Peut-être une salade. Une petite salade toute simple.

    Tibby aurait pris un truc bizarre, comme des calmars. Histoire de voir la réaction du garçon. Mais en prenant garde à éviter les aliments qui restent coincés entre les dents.

    Un blanc de poulet forestier, s’il vous plait, déclara Carmen en levant les yeux vers le serveur.

    Elle scruta un instant son visage constellé de taches de rousseur sans parvenir à se rappeler que ce garçon était en cours de poterie avec Tibby. Du blanc de poulet, c’était parfait. Parfaitement insipide et sans risque. Elle avait failli commander des tacos mais elle avait renoncé… Pas envie de discuter de ses origines latino. »

     

    On adore : Les relations des filles, leurs aventures.

    On regrette : Comment est utilisée Effie.

    Chronique du tome 1 : http://oceanlivresque.eklablog.fr/quatre-filles-et-un-jean-tome-1-d-ann-brashares-a93663465#


    votre commentaire
  • Les filles au chocolat, tome 1 : Cœur cerise de Cathy Cassidy

    Les filles au chocolat, tome 1 : Cœur cerise de Cathy Cassidy

     

    Titre en VO : The chocolate box girls, book 1 Cherry Crush

    Editeur : Nathan

    Site de l’auteur : http://www.cathycassidy.com/ 

    Ma note : 10/10

    Quatrième de couverture :

    Je m’appelle : Cherry Costello

    Mon âge : 13 ans

    Je suis : secrète, débordante d’imagination

    Mon style : jeans skinny, tee-shirts à motifs japonais

    J’aime : les fleurs de cerisier, les roulottes de gitans

    Je rêve : d’être acceptée par mes quatre nouvelles demi-sœurs

     

    Mon problème : je suis amoureuse du petit copain de ma demi-sœur…

     

    MON AVIS SUR LE  LIVRE

    J’ai adorée ce petit roman idéal pour l’été, très frais et qui nous donne faim à chaque page notamment grâce à la couverture avec ses petits gâteaux tout rose.

    Pour parler de l’histoire, on suit Cherry Costello, une jeune fille de 13 ans qui vit à Glasgow, en écosse avec son père. Paddy Costello travaille dans une usine de chocolat où il trie les Tasty Bars (sorte de chocolat que Cherry et lui affectionnent tout particulièrement). La mère de la jeune fille a disparue du jour au lendemain sans explication et Cherry souffre de cette absence. Dans son école, la Cycle Academy l’héroïne n’a pas d’amis et subit des moqueries de ses camarades de classe, notamment de Kirsty McRea, la fille la plus populaire. La directrice de l’école de Cherry, Miss Jardine, fait également quelques apparitions au début de l’histoire. C’est une femme autoritaire qui dirige son établissement d’une main de fer. Un jour, Paddy décide de partir dans le Somerset, région situé dans le sud de l’Angleterre pour rejoindre sa nouvelle compagne, Charlotte Tanberry qui a quatre filles : Honey, les jumelles Summer et Skye et Coco. Cherry se demande comment elle va faire pour s’intégrer dans sa nouvelle famille.

    Entre amitiés, amour et jalousie comment la jeune fille va-elle s’en sortir ?

     

    J’ai beaucoup aimée cette petite lecture parfaite pour la saison estivale qui va parler de chocolat comme le titre de la série « les filles au chocolat » l’indique. J’ai apprécié le personnage de Cherry qui est très rigolote mais aussi discrète, elle est très attachante et adore son père. Elle a tout de même un petit défaut : elle raconte des mensonges de temps en temps. Les autres sœurs sont aussi attachantes sauf Honey, l’ainée, que je trouve antipathique, elle se prend trop pour une « princesse ». Summer, est une fille qui ne pense qu’à la dance classique, perfectionniste, peut-être  un peu trop. Sa jumelle, Skye, est une boule d’énergie qui apprécie tout le monde. Coco, la petite dernière de la famille est une fille qui adore la nature et les animaux. Au milieu de cette joyeuse bande va arriver Shay, le petit ami de Honey qui adore la musique et qui assez rêveur. J’ai aussi aimé les passages où l’auteur parlait de chocolat.

    Le style de Cathy Cassidy est simple mais efficace. Les pages défilent sans que l’on s’en rende compte. Vous l’aurez sans doute compris je lirai la suite avec grand plaisir.

    Cet extrait est assez drôle, c’est pour vous montrer les touches d’humour de l’auteur qui ponctuent quelques fois le récit.

    Extrait : « - Hé, Julia ! s’exclame Kirsty, je parie que t’est pas cap de lancer une frite sur Miss Jardine ! Alors, cap ou pas ? Julia attrape une frite dans mon assiette et la jette. La frite rebondit sur le tailleur en tweed de la directrice avant de tomber par terre. »

    ON ADORE : Tout !

    ON REGRETTE : Rien !

    Chronique du tome 2 : http://oceanlivresque.eklablog.fr/les-filles-au-chocolat-tome-2-coeur-guimauve-de-cathy-cassidy-a105820542

    Chronique du tome 3 : http://oceanlivresque.eklablog.fr/les-filles-au-chocolat-tome-3-coeur-mandarine-de-cathy-cassidy-a108213316

    Chronique du tome 4 : http://oceanlivresque.eklablog.fr/les-filles-au-chocolat-tome-4-coeur-coco-de-cathy-cassidy-a108680238

    Chronique du tome 5 : http://oceanlivresque.eklablog.fr/les-filles-au-chocolat-tome-5-coeur-vanille-de-cathy-cassidy-a114113434


    votre commentaire
  • Garçon ou Fille

    Terence Blacker

     

    Garçon ou fille, de Terence Blacker

     

     

     

    Titre en VO : Boy 2 Girl

    Editeur : Gallimard jeunesse, collection scripto

    Site de l’auteur : http://www.terenceblacker.com/ 

    Ma note : 7,5

    Quatrième de couverture :

    Le jour où son cousin Sam, venu tout droit des Etats-Unis, vient habiter chez lui, la vie de Matthew prend une autre tournure. Elle devient même infernale car le cousin en question se révèle être un garçon arrogant au comportement insupportable. Pourquoi ne pas lui donner une bonne leçon ? Avec la complicité de ses copains, Matthew lance à Sam un défi téméraire : se déguiser en fille une semaine entière ! L’opération Samantha est déclenchée. Mais Sam se prend si bien au jeu, transformé en une charmante jeune fille que, très vite, la supercherie échappe à tout contrôle. Ce que les garçons étaient loin d’avoir imaginé…

    De quiproquos en retournements de situation, Terence Blaker explore les différences entre garçons et filles et fait tomber les barrières entre les deux sexes. Un roman savoureux plein de tendresse et d’humour.

     

    Mon avis :

    Quand Mrs Burton revient de l’enterrement en Amérique de sa sœur, la tante Galaxy, elle ramène un cousin inconnu et orphelin. Dans la famille Burton, sans soucis et sans secrets les uns pour les autres, somme toute normale (en dehors des rôles parentaux inversés), Sam mets tout en l’air. Matthew ne le supporte pas, lui qui trouve tout craignos, qui est insolent et qui fait des conneries qui retombe sur Matt. Aussi, lorsque Sam donne un direct du droit à Jack, ami de Matthew, ça apporte plein de problème. Les Sheds, la bande de Matt, a décidé de viré Sam de groupe pour avoir la paix. C’était sans compter la frime du cousin américain, qui a fait basculé la balance. Il veut un test pour être accepté ? Ok. Alors il devra se déguiser en fille pendant une semaine. Ça servira de test, et aussi à se venger des Trois Garces, la bande rivale, trois filles qui ne supportent pas les Sheds. Sam accepte le plan tordu. Dès la rentrée, il fait bonne impression en fille, et tout ses défauts deviennent supportables, son insolence a même un certain charme ! Et ce qu’il est canon en nana ! Accueilli à bras ouvert par les Trois Garces, il s’en fait finalement des amies, oubliée l’idée de vengeance, et quand approche la fin de semaine, on appréhende la fin du déguisement. C’est sans compter les problèmes d’héritage et un père gangster qui débarque…

    J’adore. Très drôle. On suit l’histoire par tout l’entourage de Sam, je trouve qu’avoir le point de vue de chacun, ça apporte un plus ici (dans la dernière chronique que j’ai faite, j’ai dit que ça m’insupportais, faut croire que ça dépends juste du style), on suit mieux son évolution, parce que Sam évolue beaucoup dans cette histoire. Et puis, ça montre les quiproquos qu’il y a de façon plus flagrante, on en rit mieux.

    Les personnages sont bien fait, l’histoire, bien menée, la fin, plaisante, le style, très fluide, le ton, léger et drôle. Et ça donne un peu à réfléchir. « A oui, c’est ça que pensent les garçons ? C’est comme ça qu’ils fonctionnent entre eux ? Pas étonnant qu’ils comprennent pas comment fonctionnent les filles. » Et les Sheds apprennent ce qu’est une fille, bon gré mal gré.

    Ça fait tomber les barrières.

     

    Extrait : (choix : c’est de là que tout vient)

    Tyrone

    L’idée est venue de Matt, mais j’ai apporté ma pierre.

    Un soir, on discutait au téléphone. Matthew me disait que le seul moyen de forcer Sam à nous lâcher les baskets une bonne fois pour toute, c’était de lui donner une épreuve qui démontrerait, sans l’ombre d’un doute, qu’il n’avait pas les capacités nécessaires pour devenir un Shed.

    - C’est ça, ouais ! ai-je répondu, morose. Il ne lui restera plus qu’à former une bande rivale à l’école, et on va se retrouver coincés entre les Trois Garces et le gang de Sam !

    - L’idéal, se serait qu’ils soient tous les quatre dans la même bande ! a dit Matt en plaisantant. Pourquoi pas, il a déjà le look, avec sa frimousse et sa tignasse blonde !

    - Sans compter qu’il a la taille réglementaire ! me suis-je esclaffé.

    On a continué à parler de choses et d’autres, puis on a raccroché. Cinq minutes plus tard, Matt m’a rappelé, la voix vibrante d’excitation :

    - Tu sais quoi, Tyrone ? Je crois que j’ai une idée…

     

    On adore : Le ton, le style, l’histoire, les barrières qui tombent.

    On regrette : De ne pas avoir la réaction de certains personnages après la révélation. Ça s’arrête presque tout de suite après, comme ci, une fois dit que c’était un garçon, l’histoire de Sam avait moins d’intérêt.


    1 commentaire
  •  

     

    Hé, petite !

    Yaël Hassan

      

     

    Hé, petite !, de Yaël Hassan 

     

     

     

    Titre en VO : Hé, petite !

    Editeur : De La Martinière, collection confessions

    Site de l’auteur : http://minisites-charte.fr/sites/yael-hassan/ 

    Ma note : 6,5

    Quatrième de couverture :

    « Hé, petite ! », c’est mon surnom depuis toujours. Il a suffi d’une visite médicale à l’école pour que le médecin s’inquiète de ma petite taille et me le certifie, je ne dépasserai pas le mètre quarante-sept. Entre les « minus », les « microbes » et les « pilules », pas facile de trouver ma place. Ras-le-bol que tout le monde ne voit qu’une ado minuscule ! C’est décidé, il va falloir se battre…

     

    Mon avis : Ce livre est court et écrit gros, bon pour se détendre une heure ou deux et oublier le reste.

    C’est une autobiographie bien tournée. L’auteur nous parle de son complexe (qui n’en est plus un), sa petite taille. On sait par quoi elle est passée, quels problèmes sa taille lui a posée, ce pour quoi elle s’est battue et comment. Pour elle-même et ses idées.

    Entre deux parents qui ne veulent pas l’inquiéter mais s’inquiètent eux même, les moqueries des autres filles, et les médecins qui lui trouvent toujours quelque chose, elle a appris à vivre avec sa petite taille et a être grande autrement. C’est ainsi que Yaël Hassan raconte son adolescence, annoté de citations à chaque chapitre.

     

    Extrait : (choix : ce passage est décisif pour elle)

    Recalée pour cause de trop petite taille !

    Premier échec ! Cinglant. Lydia est désolée. Ils sont tous désolés. Pas autant que moi qui m’enfuis me cacher au vestiaire.

    Lydia me rejoint et essaie de me consoler.

    - Je t’avais prévenue que ce serait dur ! me dit-elle. Mais je te connais bien, à présent, et je sais que si tu pleures, ma belle, ce n’est pas parce que tu ne feras plus partie du ballet. Tu n’as jamais eu l’envie de devenir danseuse. Ce n’est pas cela qui t’attriste. Tu es touchée dans ton ego, c’est tout. C’est la raison de ton échec qui te fais mal. C’est le fait d’échouer à cause de ta taille, n’est-ce-pas ?

    J’opine en sanglotant.

    -Je comprends, me fait-elle. S’il en est ainsi, sache que tu n’as pas fini de pleurer, malheureusement. Et si tu n’as que les larmes pour te défendre, pour te protéger, tu t’y noieras très vite. Ce n’est pas en pleurant que l’on avance dans la vie mais en se battant, en surmontant ses faiblesses, en dépassant ses limites, en se jouant des difficultés. Là est le mérite. Alors, conserve ton capital de larmes pour d’autres circonstances, plus graves qui ne manqueront pas de surgir au cours de ta vie.

     

    On adore : le ton employé, tranquille sans prise de tête, et qui va a l’essentiel.

    On regrette : un petit manque de détail, c’est tout le problème des souvenirs.


    2 commentaires
  •  

     

    Ma vie selon moi

    La rencontre qui a tout changé

    Sylvaine Jaoui

      

      

     

      

    Titre en VO : C’est pas du cinéma !, Crème de jour et boîte de nuit, Émotions garanties (Bac and love)

    Editeur : Rageot

    Site de l’auteur : http://www.sylvainejaoui.fr/ 

    Ma note : 10

    Quatrième de couverture :

    Je vous ai déjà parlé de Thibault, mon nouveau voisin ?

    Il a suffit qu’il pose les yeux sur moi pour que j’ai la gorge serrée, les mains moites, les jambes tremblantes…

    Et même si Léa me dit qu’il est trop tôt pour le savoir, moi, j’en suis certaine, c’est lui l’homme de ma vie !

     

    Mon avis : Tout aussi coup de cœur que le premier tome. La couverture est encore trop belle.

    Et le livre, c’est encore du rire en barre, de la bonne humeur à gogo…

    On retrouve toujours les cinq (Justine, Léa, Ingrid, Nicolas et Jim), le petit frère de Justine, Théo (plus présent que dans le premier tome, et plus drôle, il dit encore et toujours tout ce qu’il pense), les parents de Justine (Justine, tu as le bac à la fin de l’année !), la grand-mère de Léa, et, bien sûr, le beau Thibault.

    Ce coup-ci, on a droit à :

    *un rajeunissement inopiné d’Eugénie (la grand-mère de Léa),

    *une catastrophe capillaire,

    *un court métrage en retard,

    *aux grosses gaffes de Justine (encore et toujours),

    *aux malentendus,

    *et à l’accueil d’un nouveau dans le club des C1K (lire cinq ou c’est un cas), qui deviendra C1K+1,

    *entre beaucoup d’autres choses.

    Justine fait toujours n’importe quoi en présence de Thibault, et c’est des fois vraiment très drôle. On est enfin fixé sur les sentiments de celui-ci.

    C’est toujours agrémenter de petits « feuillets », très marrants.

    Encore une fois, on n’a pas envie de lâcher le livre.

    J’espère juste que la suite sera aussi bien, mais je ne pense pas avoir à m’inquiéter.

     

    Extrait : (choix : j’ai ouvert le livre a une page au hasard, et j’ai pris)

    Ingrid – Vous voulez que je vous montre comment il s’est accroché à elle ?

    Si Thibault accepte qu’Ingrid le touche, je la tue, je le tue et je me suicide après.

    Non, je ne supporterais pas de le voir mort. Tant pis, je me suicide avant de le tuer, même si ça pose un sérieux problème technique !

    Thibault – C’est bon Ingrid, je crois qu’il imagine très bien la scène !

    Et vlan, dans les dents. Elle croyait pouvoir le toucher, c’est raté. Il vient de l’envoyer sévèrement balader.

    Ingrid – Tu ne sais pas ce que tu loupes, je sais très bien me coller aux garçons.

    Mais elle continue, la peste ! Elle n’a pas compris qu’il ne voulait pas d’elle. C’est moi qu’il aime, même s’il n’en a pas encore tout à fait conscience.

    Thibault – Peut-être que je sais ce que je rate mais que j’ai peur d’y prendre goût.

    Oh le traître, l’infâme, je le tuerai à main nues et je le regarderais mourir sans un regret.

    Thibault – A moins que mon cœur ne soit déjà pris ailleurs ?

    Je rêve ou il m’a regardée en disant cela ? C’est moi l’Ailleurs dont il parle ? He love me ???

    Oh Thibault, pardon de t’avoir tué si vite, je te « dé-tue », je te redonne la vie… A partir d’aujourd’hui, je refuse qu’on m’appelle Justine, je me nomme Ailleurs Perrin épouse de l’Amétrine. La fille la plus heureuse du monde.

     

    On adore : Tout !

    On regrette : Rien

    Chronique du tome 1 : http://oceanlivresque.eklablog.fr/ma-vie-selon-moi-tome-1-de-sylvaine-jaoui-a94557526#

    Chronique du tome 3 : http://oceanlivresque.eklablog.fr/ma-vie-selon-moi-tome-3-de-sylvaine-jaoui-a103131341


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique