•  

    Les filles au chocolat

    Tome 5,5 : Cœur sucré

    Cathy Cassidy

      

    Les filles au chocolat de Cathy Cassidy, toùe 5,5

     

      

    Titre en VO : Chocolates and Flowers, Hopes and Dreams 

    Année de la première publication (France) : 2015 

    Nombre de pages : 144 

    Editeur : Nathan 

    Site de l’éditeur : http://www.lireenlive.fr/ 

    ISBN : 978-2-09-255805-8 (format Kindle) 

    Site de l’auteur : http://www.cathycassidy.com/ 

    Ma note : 10/10  

    Publique conseillé : Tout public

    Quatrième de couverture :  

    Tommy, le petit ami de Summer souhaite lui offrir un cadeau inoubliable pour son anniversaire et la Saint Valentin, qui tombe le même jour ! Cela permettra-il à Summer de retrouver son joli sourire et sa joie de vivre ?

     

     

    Jodie est arrivée à la célèbre école de danse Rochelle Academy. Va-elle parvenir à trouver sa place malgré qu'elle ne soit qu'une "remplaçante" ? (ces deux résumés sont personnels).

     

     

     

    Mon avis :  

    Ce recueil de nouvelles de la célèbre série Les filles au chocolat s'attarde sur le petit copain de Summer (personnage principal du tome 3) et sur la meilleure amie de celle-ci, Jodie.

     

     

    Je l'ai vraiment beaucoup aimé, il fait passer un bon moment de détente, il est frais, léger. Par contre, on n'a pas vraiment le temps de s'attacher aux personnages car le roman est très court (144 pages).

     

     

    Les personnages, justement. Tommy est un garçon touchant qui fait tout pour redonner le sourire à Summer et la sortir de ses problèmes alimentaires.

     

    Jodie, quant à elle, est dans une phase de doutes, elle ne se sent pas tout à fait à sa place dans l'école de danse de haut niveau qu'elle a intégré.

     

     

    L'écriture est fraîche et donne le sourire par sa simplicité.

     

    Cathy Cassidy aborde toujours des problèmes de société (le fait que l'on ne se sente pas à sa place...)

     

     

    Je n'ai pas grand-chose à ajouter, étant donné la taille du roman.

     

     

    Extrait : (choix : l'imprévue, merveilleux ? 

    "Parfois, l'imprévu se révèle encore plus merveilleux que tout ce qu'on a pu organiser."

     

     

    On adore : Tout ! 

    On regrette : Rien.


    votre commentaire
  •  Un monde sauvage

    Xavier-Laurent Petit

     

    Titre en VO : Un monde sauvage

    Année de la première publication (en France) : 2015

    Nombre de pages : 253

    Editeur : Editions école des loisirs

    Site de l’éditeur : http://www.ecoledesloisirs.fr/

    ISBN : 978-2-211-22427-7 (format normal)

    Site de l’auteur : non trouvé

    Ma note : 7/10

    Publique conseillé : Peu importe, c'est pour tout âge dès que l'on se sent capable de le lire.

    Quatrième de couverture : 

    Quelques empreintes de pattes dans la neige, une carcasse de daim abandonnée un peu plus loin… et Felitsa avait compris en un éclair à qui elle avait affaire. C’était bel et bien une tigresse que sa mère et elle venaient de repérer. Et à y regarder de plus près, une tigresse qui attendait des petits. En dépit de la fatigue et de la température glaciale, Felitsa ne regrettait plus d’avoir accompagné sa mère dans sa tournée d’inspection. Alissa était garde forestière au bout du bout de la taïga russe, une zone de trafic intense avec la Chine voisine et un beau terrain de chasse pour les braconniers. De l’autre côté de la frontière, la dépouille d’un tigre de Sibérie valait des dizaines de milliers de dollars. Si Felitsa et sa mère avaient repéré la tigresse, les braconniers n’allaient pas tarder à faire de même. Il fallait trouver le moyen de sauver sa peau…

     

    Mon avis :

    Un roman d'aventure. Un roman de découverte aussi.

    L'histoire d'une jeune fille dont la mère est garde forestier, et qui doit protéger une tigresse et ses deux bébés. Cela se passe en Asie.

     

    La jeune fille, Felitsa, est une fille bien. Elle aime la nature, même si elle n'en ai pas aussi proche que sa mère. Elle aime son frère, et est une bonne grande sœur. Le genre d'adolescente calme, comme tant d'autres, à part qu'elle vit dans un coin perdu au nord de la Chine.

    Sa mère, Alissa, est une femme proche de la nature. Le genre qui fait une allergie à la paperasserie aussi. Pas non plus très douée en orthographe. Elle aime son travail par dessus tout, et la taïga est un environnement qui lui convient à merveille.

    Son frère, le petit Pavka, est autiste (ce n'est pas dit explicitement, mais je pense qu'on peut le dire). C'est un gamin auquel on s'attache, doué pour le dessin, et dans son monde, mais qui reste très sensible à ce qui l'entoure, à sa façon.

    Des personnages assez attachants, mais simples.

     

    Mais c'est surtout la découverte de cet environnement qui m'a plu, de la taïga, de ce peuple du froid. L'auteur a fait ses recherches. On a des détails sur cette nature froide, qui peut être mortelle, et sur les animaux y habitant. Et aussi sur les mœurs des habitants de cette région. Sur les camps existants autrefois aussi.

    On nous parle aussi d'un triste fait réel, le braconnage, qui est un point important du récit. Une dénonciation tristement nécessaire.

    L'histoire est belle. La couverture aussi est magnifique je trouve. La fin est magique, incroyable.

    Mérite d'être lu.

     

    Extrait : (choix : un moment vraiment profond...)

    « Un feulement grave, profond. Mes muscles se sont contractés. Mes ongles se sont enfoncés dans le siège. Je n'étais plus qu'une boule de peur. Une silhouette souple a frôlé la voiture. Miss Infinity n'était qu'à quelques centimètres, seule l'épaisseur ridicule de la portière m'en séparait. Ses grondements résonnaient jusqu'au creux de mon ventre. Je les sentais remonter le long de mes os, se répandre dans mon corps. Je ne bougeais pas, incapable de reprendre souffle.
    Et nos regards se sont croisés.
    Le mien, embué de terreur, et le sien, mordoré, braqué sur moi, insondable. »

     

    On adore : Le paysage, la beauté de tout ça.

    On regrette : Un peu de manque de profondeur sur les personnages.


    votre commentaire
  •  Dans le désordre

    Marion Brunet

     

     

     

    Titre en VO : Dans le désordre

    Année de la première publication (en France) : 2016

    Nombre de pages : 251

    Editeur : Sarbacane

    Site de l’éditeur : http://editions-sarbacane.com 

    ISBN : 978-2-84865-820-9 (grand format)

    Site de l’auteur : Non trouvé.

    Ma note : 9,5/10 (Juste parce que j'ai préféré le premier livre que j'ai lu de cette auteur, et que je n'ai donc pas pu me résoudre à mettre 10.)

    Publique conseillé : Jeunes adultes.

    Quatrième de couverture : 

    Ils sont sept. Sept qui se rencontrent en manif, dans la révolte, dans le désordre, refusant la vie qu'on leur impose. Ils décident de vivre ensemble, en squat et en meute.

    Et au cœur de la meute, il y a Jeanne et Basile, qui découvrent l'amour, celui qui brûle et transporte.

     

    Mon avis :

    Un livre génial. Le genre qui met les nerfs à fleur de peau.

    L'histoire de ces sept personnes, et particulièrement de Jeanne et Basile est très touchante.

    C'est l'histoire de sept personnes avec leurs idées et leurs histoires qui se rencontrent et décident de vivre ensemble, en espérant plus ou moins inconsciemment que ça changera quelque chose. Au monde. Ou à leur vie.

    Parmi les sept, il y a Marc, plus ou moins le leader. Très impressionnant, on aurait tout de suite envie de le suivre. Le plus remonté des sept contre la société. Il veut faire entendre sa voie. (Pour moi, ses idées vont un peu trop loin, mais ce n'est que mon avis personnel.)

    Il y a Tonio, le seul à ne pas être au sortir de l'adolescence. Je dirai la quarantaine (je ne me souviens pas si son âge est donné ou pas). Il a son histoire, que l'on découvre au fur et à mesure. Et la même ferveur que les gamins.

    Il y a Ali, un petit bout de fille. Qui a eu une enfance difficile.

    Il y a Lucie, qui suit les études que son père lui a tracées. Mais qui va se rebeller.

    Il y a Jules, l'amoureux de Lucie. Ils sont un couple mignon je trouve. Jules, lui, c'est l'homme de la terre. Il aime faire pousser les fruits et les légumes. Il est aussi passionné d'Histoire.

    Et bien sûr, Basile et Jeanne.

    Jeanne est une fille qui aime lire, qui aime les livres, héritage de son père, mais a du mal à l'admettre. Cultivée et qui n'aime pas être prise au dépourvu.

    Basile, c'est un garçon qui aime et surtout sait parler. Un vrai beau parleur. Quand il dit quelque chose, il sait faire adhérer son public. C'est aussi un grand rêveur.

     

    Malgré le nombre, chaque personnage est intéressant et a son importance, ce que je trouve être un joli tour de main, parce que sept qui vivent ensemble, ça fait quand-même beaucoup.

    Le style est bon. Simple. Mais plus évolué que dans le livre précédent que j'ai lu de cet auteur (Frangine).

    Par contre, l'histoire a mis plus de temps à me toucher. Mais une fois rentré dans l'histoire, dans l'envie de ces jeunes de faire quelque chose de mieux de la société, dans leur univers, plus moyen d'en sortir, et j'ai même versé quelques larmes (ce qui m'arrive quand-même assez rarement, il faut le dire).

    L'auteur se sert de l'actualité, c'est un livre qui s'inscrit vraiment bien dans notre époque. Et ça en fait en quelques sorte une critique de notre société. En tout cas ça fait réfléchir dessus, et pas qu'un peu.

    La romance ne prend pas beaucoup de place, moins que ce à quoi je m'attendais.

    Bon, c'est assez bref, mais je n'ai pas d'autre point à relever je pense.

     

    Extrait : (choix : ce passage m'a fait rire.)

    « Basile se marre en la détaillant :

    Une vraie jeune fille de bonne famille !

    C'est le but.

    Insoupçonnable...

    Lui, à l'inverse, à enfoncé un bonnet noir jusqu'à ses sourcils. Mal rasé, un chech crasseux au cou et en cuir élimé : un air qui, de tout temps, fera se retourner un vigile.

    En s'approchant du magasin, ils 'éloignent l'un de l'autre. Un petit signe de tête, un sourire, et Basile la devance, passe les portes de verre de son pas chaloupé, qu'il accentue encore pour l'occasion. […] En quelques minutes, les [vigiles] ont quitté leur vigilance molle pour le prendre en filature sans discrétion. Basile s'amuse ; il saisit un odjet, deux... les repose un peu plus loin. […] C'est à ce moment là que Jeanne entre en scène, fraîcheur et innocence incarnées. L'oeil du dernier vigile en faction glisse sur la laine de son manteaux bleu, ricoche à peine sur la barrette sage et les mains enfoncés au fond des poches. Grandes poches prêtes à recevoir tout ce que les mains agiles de Jeanne cueillent au fil de l'opération ; ce qui n'y entre pas est tassé dans son sac, une besace sans relief dont l'anse lui traverse la poitrine – qu'elle a jolie, moulée dans un chemisier léger. L'effet bourgeoise classique et manteau ouvert sur des seins en quasi-transparence, c'est aussi efficace qu'un écran fumigènes : Jeanne se sert. »

     

    (Et en supplément, une phrase que j'aime bien.)

    « Je hais infiniment parce que j'aime sans réserve. »

     

    On adore : Les personnages, la réflexion, le style,... Et bien plus !

    On regrette : Je ne sais pas.


    votre commentaire
  • Frangine

    Marion Brunet

    Frangine, de Marion Brunet

     

    Titre en VO : Frangine

    Année de la première publication (en France) : 2013

    Nombre de pages : 262

    Editeur : Sarbacane, collection exprim'

    Site de l’éditeur : http://editions-sarbacane.com/frangine-2/

    ISBN : 978-2-84865-597-0 (grand format)

    Site de l’auteur : Non trouvé.

    Ma note : 10/10

    Publique conseillé : A partir de 13, 14 ans.

    Quatrième de couverture : 

    Il faut que je vous dise... J'aimerai annoncer que je suis le héros de cette histoires, mais ce serait faux. Je ne suis qu'un morceau du gâteau, même pas la cerise. Je suis un bout du tout, un quart de la famille. Laquelle est mon nid, mon univers depuis l'enfance, et mes racines, même coupées. Tandis que ma frangine découvrait le monde le cruel le normal et la guerre, ma mère et ma mère, chacune pour soi mais ensemble, vivaient de leur côté des heures délicates. C'est à moi que revient de conter nos quatre chemins. Comment comprendre, sinon ?

     

    Mon avis :

    Un coup de cœur.

     

    C'est l'histoire d'une famille. Un peu particulière.

    Deux enfants, un frère, Joachim, et une sœur, Pauline, une maman, Julie, et une deuxième maman appelé Maline (de son vrai nom Maryline.) Joachim entre en terminal. Et Pauline en seconde. C'est l'histoire de ce début d'année difficile pour la jeune fille, et aussi pour ses proches. L'histoire des quatre nous est contée, chacune, pour que l'on comprenne l'ensemble, que l'on soit dedans, à la fois spectateur, omniscient, et impuissant.

     

    C'est raconté par Joachim, le grand frère. Un garçon adorable, je me suis prise de beaucoup d'affection pour lui. Très protecteur envers sa sœur, mais pris aussi par sa propre vie. Dans son comportement avec sa copine, il me rappelle mon copain en certains points, vers la fin. Il est gentil, il ne veut pas faire d'erreur, il a peur. Il est aussi impulsif, et il aimerait parfois se servir de ses poings pour régler les problèmes. Assez bavard. Un garçon que j'ai vraiment apprécié.

    Sa sœur Pauline est plus réservée. Elle aime le dessin. Une petite fille qui a été très protégée par ses mamans et son frère. Et pour qui la rentrée à été très dur. La seconde fut un grand saut dans le monde pour elle. Dans un monde cruel auquel elle ne sait pas comment s'adapter.

    Leur maman « biologique », Julie, travaille dans une jardinerie. Elle a une relation inexistante avec sa mère, qui a coupé les ponts quand sa fille a eu des enfants alors qu'elle vit avec une femme. Elle n'a jamais accepté l'homosexualité de sa fille. Mais elle vient de perdre son mari. Julie ne sait que faire pour sa mère. Et Julie aimerait que ce  soit plus simple.

    Sa compagne, Maline, est éducatrice dans un centre pour enfants « difficiles ». Mais elle a du mal, ça devient trop difficile pour elle de faire ce métier, et elle a l'impression de ne pas voir grandir ses propres enfants.

    Les deux mamans sont gentilles, douces et protectrices. Chacune avec leur caractère quand même.

    Il y aussi Blandine, la copine de Joachim. Une fille gentille et intelligente, qui rêve d'un avenir meilleur que celui de ses parents et fait ce qu'il faut pour. Studieuse, donc.

    Voilà pour les personnages, qui sont intéressants je trouve. Bien décrits, bien définis, vraiment, l'auteur a une bonne façon de les traiter, de les utiliser.

     

    L'histoire est bien menée. Touchante, voir même poignante par moment. Le style est bon, j'ai adoré la façon d'écrire, avec le point de vue du grand frère, un point de vue qu'il donne de plus tard pour raconter. Il y a quelque fois des souvenirs qui nous sont racontés, cela donne une dimension supplémentaire à la vie de cette famille. Les chapitres sont court et filent tout seul (une après-midi pour lire le livre).

    Des thèmes importants sont abordés, et avec brio : l'adolescence, l'entrée au lycée, le point auquel les enfants peuvent être dur entre eux, le harcèlement, l'homosexualité, et comment des enfants peuvent vivre l'homosexualité de leur parents au quotidien.

    Ce sont des thèmes importants et d'actualité. La façon dont ils sont traités est intéressante, et selon moi vraiment bonne.

     

    C'est un livre que je conseille vivement.

     

    Extrait : (choix : Parce que c'est normal et logique, mais que tout le monde n'est pas d'accord.)

    « Moi, j'avais décidé d'assumer. J'avais barré « profession du père » pour y écrire « profession de la deuxième mère ». Ça m'avait paru logique. Simple. Je m'étais blindé dans ma tronche depuis un bout de temps, et à part un petit incident [...], c'est passé comme une lettre à la poste. Ma « situation », la majorité des profs s'en foutait, et pour les autres, je dois avouer qu'il ne m'était pas désagréable de les mettre mal à l'aise. »

     

    On adore : Tout

    On regrette : Rien


    votre commentaire
  •  

    Nos âmes jumelles

    Tome 2 : Nos âmes rebelles

    Samantha Bailly

     

     

    Nos âmes jumelles, tome 2, de Samantha Bailly

     

     

     

    Titre en VO :Nos âmes rebelles 

    Année de la première publication (France) : 2016 

    Nombre de pages : 280 

    Editeur : Rageot 

    Site de l’éditeur : http://www.rageot.fr/ 

    ISBN : 978-2-7002-4926-2 (grand format) 

    Site de l’auteur : http://www.samantha-bailly.com/ 

    Ma note : 8/10 

    Publique conseillé : Adolescents à partir de 15/16 ans  

    Quatrième de couverture :  

    Sonia est la plume, Lou le crayon. 

    Ensemble, elles tiennent un blog BD où elles réinventent leur vie avec humour et impertinence : le bac, les parents, les rencontres, les garçons... 

    Mais savent-elles vraiment si elles sont rebelles ? 

    Et faut-il renoncer à Celui-Dont-On-Ne-Doit-Pas-Prononcer-Le-Nom ?

     

     

    Mon avis :  

    Je dois dire que j'ai été moins emballée par cette suite...

     

    ATTENTION : Spolier sur le premier tome !!!! 

    Sonia et Lou rentrent toutes les deux en terminale : L'année du BAC. Chacune se posent des questions sur son avenir : que vont-elles faire l'année prochaine ? Les garçons ? 

    Elles continuent de faire leur blog. Où cette aventure les mènera-elle ?

     

     

    Les personnages sont attachants.

     

    Sonia veut toujours devenir écrivain et continu à écrire, encore et encore. Sa préoccupation première est de se trouver un nouvel petit-ami. Elle m'a agacée à certains moments.

     

     

    Lou continu à dessiner. Elle va beaucoup mieux dans sa tête après son année difficile à cause du divorce de ses parents. 

    Sa mère a acceptée de lui laisser intégrer une prestigieuse école d'art, à Paris, après l'obtention de son BAC S.

     

     

    Mathieu, le meilleur ami de Sonia accepte enfin son homosexualité  et ne se cache plus. Il a mûri.

     

     

    Vittore et Gabriel, les deux garçons que les filles rencontrent sont tout ce qu'il y a de plus "classique". J'ai préférée Vittore.

     

     

    L'écriture est super, les thèmes abordés aussi même si, je trouve que le côté "blog BD" est moins mis en avant que dans le tome 1. 

    Les filles se posent davantage de questions sur leur avenir sentimental.

     

     

    Les chapitres alternent toujours les points de vue Sonia-Lou et il y a toujours des petites phrases, au début qui se passent dans le futur avec les mois de l'année scolaire en toile de fond.

     

     

    La fin est bien et montre une évolution dans la vie des adolescentes. Il y aura peut-être un tome 3...

     

     

    Extrait : (choix : au hasard) 

    "Un dernier coup d'oeil en arrière. Gabriel irradie tandis que tous les autres ne sont plus que des ombres.
    C'était ce qu'elle désirait depuis des mois, et voilà qu'elle le craint."

     

     

    On adore : Les personnages, l'écriture, les thèmes abordés. 

    On regrette : Que le blog BD soit moins mis en avant. 

    Chronique du tome 1 : http://oceanlivresque.eklablog.fr/nos-ames-jumelles-tome-1-de-samantha-bailly-a125504586


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique