• L’élue

    Tome 1 : Les clans

    Christel Besnard 

    L'élue, tome 1 : les clans, de Christel Besnard 

    Titre en VO : L’élue, tome 1 : les clans

    Année de la première publication (en France) : avril 2012

    Nombre de pages : 242

    Editeur : Editions du Préau

    Site de l’éditeur : http://editionsdupreau.blogpost.com/ 

    ISBN : 978-2-9536894-9-5 (grand format)

    Site de l’auteur : http://petitebrise.over-blog.com/ 

    Ma note : 6,5/10

    Publique conseillé : Les romantiques !

    Quatrième de couverture :

    En apparence, Elisabeth est une lycéenne comme les autres. Pourtant, l’année de ses 17 ans, des pouvoirs étranges vont se manifester et l’entraîner dans une histoire époustouflante chargée de mystère.

    Entre Eric et Samuel, son passé et ses origines… elle va devoir faire des choix. Fera-t-elle les bons ?

    Trouvera-t-elle les réponses à ses questions ?

    Et surtout, découvrira-t-elle qui elle est vraiment ?

     

    Mon avis :

    Pas trop mal. Il y a du bon et du moins bon.

    Un nouveau voisin arrive dans le quartier d’Elisabeth, et un nouvel ami de sa mère entre quasiment en même temps dans la vie d’Elisabeth. Et entre les deux son cœur balance. Sans compter les phénomènes étranges qui se produisent ces derniers temps, et qui s’avère provenir d’elle.

    Voilà en gros pour l’histoire.

     

    Elisabeth, je l’aime bien et en même temps pas du tout. Mon avis sur elle est très partagé. Son côté « je n’arrive pas à me décider entre les deux garçons » à tendance à m’horripiler, surtout que moi j’ai fais mon choix dès le début. En même temps, sa tendance « je sais pas comment m’y prendre avec les garçons » me plaît ! Un peu paradoxal… Et la façon qu’elle a d’appréhender ses nouveaux pouvoirs me plaît aussi. Et puis, il y a un truc en plus qui fait qu’on s’attache à elle d’emblé, malgré tout, lecteur comme personnage.

    Eric, le nouveau voisin, lui, m’a tout de suite plu. Je l’aime beaucoup ! Attentionné et présent… Par contre, son « j’obéis quand on m’ordonne de ne pas m’impliquer », et sa capacité à prendre ses distances m’a énervée à la fin du livre. Ça ne m’empêche pas de beaucoup l’apprécier.

    Et Samuel, le nouvel ami de sa mère, qui a plus l’âge d’Elisabeth que de sa mère Marie, lui, il m’a énervée dés le début ! Avec son petit sourire narquois… Je serais bien incapable de vous dire pourquoi… Surtout que, dans la vraie vie, je pense que, après hésitation, c’est lui que j’aurais choisi. Quel paradoxe que j’avais tout simplement envie qu’il lui lâche les basques dans le livre !

    Sinon, je peux dire que les autres personnages ne sont pas assez creusés, juste là pour être utile (Djamila et Laurent, des amis d’Elisabeth), parce qu’ils le doivent bien (Marie, sa mère) ou pour faire potiche et décorer (Valérie, une autre amie d’Elisabeth). Mais, au vu comment ça va se passer dans le tome 2, je n’en tiens pas trop rigueur à l’auteur.

     

    Ce qui m’a beaucoup énervé, c’est le triangle amoureux ! En règle générale, ça ne m’énerve pas autant que ça, mais là, ça a fait fort. Au début, ça ne m’a pas déranger, mais à la fin, ras le bol ! Il est resté jusqu’au dernier chapitre ! Eli, fait ton choix, quoi, zut ! Puis le pire, c’est qu’elle est même pas girouette (un coup l’un un coup l’autre), mais qu’elle aime les deux, point ! Pour elle, c’est aussi simple que ça… Mais moi, ça fini par m’énerver.

     

    Sinon, la façon dont apparaissent ses pouvoirs, comment elle le comprend, tout ça, ça m’a assez plu. Il y a juste un truc qui me titille un peu, c’est ses rêves. Elisabeth fait des rêves bizarres très régulièrement. Certes, ça ne prend pas une place importante, mais ça n’est pas expliqué. Je croise les doigts pour que ça le soit dans le tome 2.

     

    Le style est bon, surtout pour un premier roman. Ce livre est issu d’une aventure sur un blog. L’auteur poste chaque semaine un morceau du livre, jusqu’à la fin. Ce sont ses lecteurs qui lui conseillent de l’envoyer à un éditeur. Elle a aussi créé un forum d’écriture.

     

    Extrait : (choix : Le moment où Samuel m’a énerver. Bizarre, parce que dans la vraie vie, un truc comme ça me plairait…)

    « Le serveur repartit chercher la commande et Samuel pivota vers elle, un sourire narquois sur les lèvres.

    — J’ai passé le test ?

    — Pardon ? hoqueta-t-elle.

    — Cela fait deux minutes que tu m’examines de la tête aux pieds. Je te demande si j’ai réussi le test ? »

     

    On adore : Le petit plus d’Eli qui fait qu’on s’attache à elle, sa façon de prendre ses nouveaux pouvoir, Eric (surtout au début, un peu moins à la fin), l’histoire en elle-même (même si elle n’est pas très originale…),…

    On regrette : Le manque de creusement des personnages, le triangle amoureux, le triangle amoureux, et surtout le triangle amoureux !

    Chronique du tome 2 : http://oceanlivresque.eklablog.fr/l-elue-tome-2-le-piege-de-christel-besnard-a112922018


    votre commentaire
  • Gone

    Tome 1

    Michael Grant

     

    Gone, tome 1, de Michael Grant

        

     

    Titre en VO : Gone

    Année de la première publication (en France) : 2009

    Nombre de pages : 665

    Editeur : Pocket Jeunesse

    Site de l’éditeur : http://www.pocketjeunesse.fr/livres-jeunesse/ 

    ISBN : 978-2-266-22704-9 (format poche)

    Site de l’auteur : http://www.themichaelgrant.com/ 

    Ma note : 10/10

    Publique conseillé : Pas avant 14-15 ans pour les plus sensibles, un passage en particulier est vraiment cruel et peut choquer.

    Quatrième de couverture :

    Imaginez…

    Tous les êtres humains de plus de 15 ans ont disparu. Plus incroyable encore, ceux qui restent développent des superpouvoirs mais ils ne parviennent pas encore à les maîtriser…

    Cette aventure extraordinaire est arrivée à Sam, 14 ans, et à tous les enfants de Perdido. Passé la première période d’euphorie, les enfants doivent maintenant s’organiser pour survivre. Qui va s’occuper des bébés et des malades ? Comment trouver de la nourriture ? Autant de questions vitales à résoudre en urgence !

     

    Mon avis :

    Un  coup de cœur ! J’ai beaucoup aimé.

    Les 600 et quelques pages ? Deux jours ! C’est dire. Les deux suivants sont plus petits, dommage… Enfin, j’espère juste qu’ils seront à la hauteur de celui-la.

     

    On suit Sam dans cette aventure sans adultes.

    Perdido est une petite ville, près d’une centrale nucléaire. Tout le monde se connaît, tout se sait.

    Les plus de 15 ans disparaissent, et une paroi entoure la Zone, dont la centrale est le centre.

     

    Il faut un leader pour mener la barque. On attend de Sam qu’il soit celui-ci, parce que, s’il est plus ou moins anonyme en règle générale, il se fait remarquer en entrant dans un immeuble en flamme pour sauver une petite fille. Il part aider Astrid, une fille de son école qu’il connaît à peine (mais qui lui plaît) à retrouver son petit frère, Pete, qui est autiste. Ainsi, il esquive le rôle de chef, volontairement je dirais, ça lui fait peur je pense.

    Et c’est les brutes du coin qui prennent la place, tant bien que mal dans une situation qui reste chaotique.

    C’est sans compter les élèves du pensionnat Coates. (Précisons que ce pensionnat est réputé pour les enfants intelligents mais « difficiles ». C'est-à-dire que l’on a affaire à des brutes peu recommandables comparées aux enfants de cœur que sont les bourreaux des cours de récré qui se targuent d’avoir pris le contrôle de Perdido.) Organisés, ils arrivent à prendre les rênes, et ce sans encombres, grâce à quelques paroles en publiques, des rôles factices donner à ceux qui veulent être important dans Perdido, et un ou deux actes moins glorieux (et très surprenants) en privé.

    Ainsi, Caine, se proclame maire, il est secondé par Diana, Drake, (ces deux derniers se haïssent), et le petit Jack le Crack.

    En parallèle, on a l’histoire de Lana, qui se retrouve seule dans le désert, jusqu’à ce qu’elle rejoigne les autres.

    Et certains développent des pouvoirs…

    Le résumé est long, j’ai eu un peu de mal à m’arrêter… Au moins, vous savez à quoi vous attendre ! Mais rassurez vous, il vous reste plus d’une surprise !

     

    Les personnages maintenant.

    Sam, un garçon un peu défavorisé par la vie (pas de père, sa mère travaille à Coates, avec une ambiance pourrie, des gosses « à fort caractère » et elle est payé au lance pierre). Solitaire dans la vie, il aime le surf, son seul ami est Quinn.

    Quinn, c’est un excentrique (genre baggy, polo rose et chapeau gris) avec un humour déjanté, du moins avant la catastrophe. Il fait du surf avec Sam. Mais cette aventure va le changer du tout au tout.

    Astrid, alias le Petit Génie. C’est le genre de miss je-sais-tout qui énerve tant mais peut se révélée super sympa si on prend la peine de la connaître. Elle est jolie, aussi, et plait à Sam. Et elle veut protéger son petit frère, Pete, qui est autiste.

    Edilio, qui est charrié parce qu’il est hispanique, est super sympa, très réaliste, perspicace. Il se retrouve avec Sam et les autres par hasard, mais il les aide bien.

    De Perdido, il y a aussi Mary (qui s’occupe des plus petit), Dahra (infirmière), Albert (qui reprends le Mac Do), Orc (le chef des bourreaux de la cours de récré), Panda, Cookie, Chaz (et sa bande) et Howard (qui fait partie de la bande, mais qui est la pour qu’on ne s’attaque pas à sa petite personne).

     

    Quant à ceux de Coates, on a Caine, le grand patron alias le leader sans peur comme dit Diana. C’est un beau parleur très charismatique et sûr de lui.

    Drake est nommé shérif (et chargé de surveiller Orc et sa clique). D’une cruauté sans limite, alliée à un certain pragmatisme, ça donne dans l’horreur. Il haït Diana.

    Diana, elle, j’ai du mal à la cerner. Elle aussi haït Drake. Elle est assez pragmatique aussi, je trouve, elle réfléchie plus loin que le bout de son nez.

    Jack Le Crack, du haut de ses douze ans, est à Perdido un peu par erreur. Il est certes très intelligent, mais n’a rien d’un enfant difficile. On le mène par le bout du nez en lui faisant un peu peur pour utiliser ses connaissances. Il maîtrise bien mieux les ordinateurs que les relations humaines.

    Sinon, il y a quelques brutes au service du shérif. Et quelques infortunés qui ont eu le malheur de ne pas être d’accord avec Caine, comme Brianna, Dekka et Taylor entre autres.

    Reste Lana. Elle est tellement malmenée que c’est difficile de lui donner un caractère. Elle n’aime pas voir les gens souffrir, elle a de l’empathie. Et elle est très attachée à son chien, Pat.

    En plus d’un long résumé, il y a beaucoup de personnages…

     

    Que dire, à part que j’ai adoré ?

    Un style fluide, du suspens, surtout à la fin. Que se passe-t-il quand on a quinze ans ? Est-ce qu’on disparaît ? Pourquoi la Zone ? Pour quoi la centrale en est le centre ?... Et il reste encore beaucoup de suspens à la fin du livre. Beaucoup de chose à découvrir, beaucoup de pourquoi, beaucoup de question sans réponse. Et celles auxquelles ont à répondu n’ont amenés que plus de questions.

    Autrement dit, il y a matière à faire quelque chose des prochains tomes, si on continu à livrer les informations de cette manière là.

     

    Et il va falloir compter tous les problèmes logistiques quand ils vont manquer de nourriture et d’autres choses.

     

    On a un fond de romance bien agréable, et qui ne prend pas le pas sur l’histoire, qui reste juste au second plan. Vous devez bien vous doutez entre qui, j’imagine que je n’ai pas besoin de préciser que c’est entre Sam et Astrid ?

     

    Juste un reproche, il y a juste un lien entre deux personnages qui m’a paru bizarre. Ça arrivait trop comme un cheveu sur la soupe, pas d’indice, rien. Et, pour l’instant ça n’est pas vraiment justifié. Il aurait pu se passer la même histoire sans, peut-être juste avec une dizaine ou une vingtaine de pages en moins. J’ose espérer qu’il ne s’agit pas de remplissage et qu’il y a une bonne raison qu’on verra dans les prochains tomes.

     

    En résumé, j’ai adoré, mais j’attends beaucoup de la suite…

     

    Extrait : (choix : On voit le caractère d’Astrid.)

    « Des hochements de tête et des murmures d’assentiments saluèrent la proposition de Caine.

    — Voilà qu’il te coopte, chuchota Astrid. Il te voit comme un concurrent apparemment.

    — Tu ne lui fait pas confiance, on dirait, répondit Sam à vois basse.

    — C’est un manipulateur. Ça ne signifie pas que ses intentions sont mauvaises. »

     

    On adore : Le style, l’histoire, les personnages,…

    On regrette : Ce lien sorti d’un trou noire, et encore injustifié.

     


    2 commentaires
  • Autre-Monde

    Tome 1 : L’alliance des trois

    Maxime Chattam

    Autre-Monde, tome 1 : L'alliance des trois de Maxime Chattam

     

    Titre en VO : L’alliance des trois

    Année de la première publication (France) : 2008

    Nombre de pages : 496

    Editeur : Albin Michel

    Site de l’éditeur : http://www.albin-michel.fr/ 

    ISBN : 978-2226-188632 (format kindle)

    Ma note : 7/10

    Publique conseillé : filles et garçons à partir de 14 ans

    Quatrième de couverture :

    Personne ne l'a vue venir. La Grande Tempête : un ouragan de vent et de neige qui plonge le pays dans l'obscurité et l'effroi. D'étranges éclairs bleus rampent le long des immeubles, à la recherche de leurs proies, qu’ils tuent ou transforment... Après leur passage, Matt et Tobias se retrouvent sur une Terre ravagée, différente. Désormais seuls, ils vont devoir s’organiser. Pour comprendre. Pour survivre... à cet Autre-Monde.

    Mon avis :

    Ce livre fantastique est bien. Nous suivons Matt Carter, un adolescent de 14 ans et ses amis Tobias et Newton. Ils habitent à New York dans le quartier de Manhattan. Ils se rendent dans un magasin, le gérant est un peu louche. Quelques jours après, une grande tempête survient et tous les gens se volatilisent ou se transforment en monstre. Matt et Tobias vont plongés dans un monde où ils devront tout découvrir.  Où est Newton ?

    Les personnages sont sympathiques et bien creusés. Matt, est un jeune homme un pu perdu à cause du bouleversement qui s’opère et du divorce de ses parents. Malgré tout c’est le héros par excellence.

    Tobias, est un peu froussard et à un tempérament farceur. Il est d’un grand soutient pour Matt.

    Doug, est un homme qui aime commander et qui s’investie beaucoup dans ce qu’il entreprend.

    Ambre, une jeune fille un peu « savante », a un caractère énergique et débrouillard.

    Doug et Ambre vont aider les deux amis à connaître la situation.

    Newton, quant à lui, est un peu snob, c’est un « Monsieur je-sais-tout »

    L’ambiance crée par Maxime Chattam est sombre, glauque et fait froid dans le dos. Il décrit d’une manière assez réaliste les scènes de combat. Son univers est très travaillé. Il y a beaucoup de référence à la mythologie grecque.

    Le livre se découpe en trois parties. La première est assez noire et rythmée, la seconde l’est moins, on nous décrit plus l’environnement dans lequel évoluent les protagonistes et leurs « états d’âmes ». Cette partie fait retombé le rythme instauré dans la première ce qui est dommage. La troisième, heureusement, rattrape le coup. Le style de l’auteur est addictif et dynamique.

    La fin donne envie de connaître la suite !

    Extrait : (choix : Une belle réflexion de Matt sur les rapports entre les noirs et les blancs)

    « - Bah, tu sais bien... Je suis... noir, et elle est blanche !
    - Oh ça. On est des êtres humains, non? C'est quoi la différence? Ah, oui, ta peau est de la couleur de la terre, la sienne celle du sable. C'est avec du sable et de la terre qu'on fait les continents, qu'on fait la Terre, non? Alors vous êtes faits pour vous mélanger. Il ne peut en naître que de bonnes choses. »

    On adore : Les personnages, l’ambiance du livre, l’univers, le style de l’auteur, la fin.

    On regrette : La deuxième partie du récit un peu longue.

    Chronique du tome 2 : http://oceanlivresque.eklablog.fr/l-apprentie-de-merlin-tome-2-l-ogre-et-le-bouclier-de-fabien-clavel-a112907810#


    3 commentaires
  • Sœurs sorcières

    Livre 2

    Jessica Spotswood

    Soeurq sorcières, tome 2 de Jessica Spotswood

     

    Titre en VO : The Cahill Witch Chronicles , book 2 : Star Cursed

    Année de la première publication (France) : 2014

    Nombre de pages : 436

    Editeur : Nathan

    Site de l’éditeur : http://www.lireenlive.com/ 

    ISBN : 978-2-09-254044-2 (grand format)

    Site de l’auteur : http://www.jessicaspotswood.com/ 

    Ma note : 10/10

    Publique conseillé : Filles  à partir de 13-14 ans

    Quatrième de couverture :

    Pour protéger ses sœurs, Cate dû quitter son fiancé et rejoindre l’ordre des Sœurs. Le cœur déchiré, elle commence une nouvelle vie, entourée de sorcières qui voient en elle l’Elue de la prophétie, la sorcière la plus puissante de tous les temps. Certaines lui demandent même de prendre la tête d’une guerre ouverte contre les Frères. Cate résiste, refusant de recourir à la violence.  Mais sa sœur Maura arrive bientôt au couvent et semble, elle, prête à tout pour renverser l’ordre des Frères…

    Mon avis :

    Comme pour le premier volume, c’est un coup de cœur. Nous retrouvons Cate suivie depuis le tome 1 à New London – ville principal du pays -. La jeune femme de 17 ans, sorcière, à rejoint le couvent des Sœurs qui regroupe les sorcières voulant maîtriser leurs dons magiques. Mais ce n’est pas la seule raison qui a poussé la jeune fille à y aller, elle doit protéger ses sœurs – sorcières également – d’une prophétie qui concerne le trio. La mort dans l’âme elle a dû laisser son fiancer. Une guerre se prépare. Que va-il arriver ?

    Je vais d’abord parlé des points « négatifs » comme çà on garde le meilleur pour la fin.

     Je pensais que l’on allait suivre une des trois sœurs dans chaque tome mais vraisemblablement Cate va être la narratrice de l’histoire durant toute la trilogie. C’est dommage car j’aurais bien aimée connaître le point de vue de Maura et Tess – les deux autres sœurs -.

     Les 200 premières pages sont assez longues. Jessica Spotswood prend le temps de replacer les bases – peut-être un peu trop ? – passer ces 200 pages, l’action va crescendo et ne s’arrête pas.

    Les points positifs maintenant.

    Les personnages sont sympas. Cate est une jeune fille qui ferait tout pour sa famille. Elle fait même pression sur celle-ci. Maura, la cadette, est impulsive et n’hésite pas à se servir de ses dons pour obtenir ce qu’elle désire. Tess, la benjamine, est gentille, douce et peut paraître fragile  même si elle ne l’est pas. Elle s’affirme et prend de l’importance. Finn, le fiancé de Cate est un amoureux des livres et se bât pour ce qu’il croit juste. Rilla, la compagne de chambre de l’héroïne, est un peu folle, dans le bon sens du terme. Sœur Cora, la prieure du couvent – la « directrice » - est une vieille femme qui se bât pour la paix. Elle m’a fait un peu pense à Dumbledore dans Harry Potter.

    Le style de l’auteur est fluide et agréable. Le triangle amoureux qui me dérangeait dans le premier tome à disparu ici ce qui est très appréciable et important à souligner.

    On en apprend plus sur la mère des filles et cela permet de répondre à certaines questions mais de nouvelles arrivent. La fin, est très palpitante.

    La couverture est toujours aussi belle ! Je remercie les éditions Nathan pour ce sublime travail graphique.

    En résumé, une très bonne suite qui donne très envie de connaître le fin mot du récit.

    Extrait : (choix : très belle description de lieu)

     « Je murmure un peu sottement: "Que c'est beau !" Mais le mot est faible. Il y a quelque chose de l'ordre du divin dans cette salle, quelque chose qui me commande d'aller à pas feutrés, respectueux. Dans ce palais des livres, je me sens minuscule et humble, comme face aux éclairs d'un orage violent.
    Tess tomberait en adoration ici. Les bibliothèques et librairies sont ses églises, et ceci est une cathédrale. »

    On adore : les personnages, la couverture, les révélations sur la mère des sœurs, le fait qu’il n’y est PLUS de triangle amoureux, le style de l’auteur.

    On regrette : Le fait que l’on ne suive pas une des sœurs en particulier dans chaque tome,  que l’action mette un peu de temps à démarrer.

    Chronique du tome 1 : http://oceanlivresque.eklablog.fr/soeurs-sorcieres-tome-1-de-jessica-spotswood-a98451403#


    votre commentaire
  • La quête d’Ewilan

    Tome 1 : D’un monde à l’autre

    Pierre Bottero

     

     

     

     

    Titre en VO : D’un monde à l’autre

    Année de la première publication (en France) : 2006

    Nombre de pages : Dans mon édition (l’intégrale) 261.

    Editeur : Rageot

    Site de l’éditeur : http://www.rageot.fr/ 

    ISBN : 978-2-7002-3749-8 (intégrale de la série la quête d’Ewilan)

    Site de l’auteur : Aucun

    Ma note : 10/10

    Publique conseillé : Tout publique.

    Quatrième de couverture :

    La vie de Camille, adolescente surdouée, bascule quand elle pénètre par accident dans l'univers de Gwendalavir avec son ami Salim. Là, des créatures menaçantes, les Ts'liches, la reconnaissent sous le nom d'Ewilan et tentent de la tuer. Originaire de ce monde, elle est l'héritière d'un don prodigieux, le Dessin, qui peut s'avérer une arme décisive dans la lutte de son peuple pour reconquérir pouvoir, liberté et dignité. Epaulée par le maître d'armes de l'empereur et un vieil érudit, Camille parviendra-t-elle à maîtriser son pouvoir ?

     

    Mon avis :

    Je suis fan de cet auteur. J’avais déjà lu ce livre, ainsi que la série Le pacte des marchombres, mais ce fut un plaisir de le relire.

    Le résumé est assez explicite quant à l’histoire, me semble-t-il, donc je ne vais pas revenir sur l’histoire, juste apporter quelques précisions.

    Quand on dit « la lutte de son peuple pour reconquérir pouvoir, liberté et dignité », il faut savoir que l’empire de Gwendalavir est en guerre contre les Ts’liches. Et c’est pour qu’elle n’aide pas l’empire qu’ils veulent tuer Ewilan. J’espère que c’est assez clair, sinon, vous m’en voyez confuse…

     

    On a ici affaire à un livre qui peut vraiment se lire tôt. Je l’ai lu pour la première fois en quatrième, mais je me vois parfaitement le lire plus tôt. Avant de le commencer, j’avais d’ailleurs peur qu’il soit, comment dire,…« enfantin » ? Mais non, on peut le lire plus tard. Pour mon plus grand bonheur…

    Il est moins poétique que Le pacte des marchombres, sur un ton plus drôle. Je pense qu’il est à lire avant (moi, j’avais fait l’inverse, mais ça ne pose pas problème pour autant). J’adore le style, et le caractère enjoué de Salim (meilleur ami d’Ewilan, qui vient aussi de notre monde) donne dans beaucoup de leurs échanges (à Salim et Ewilan) une bonne touche d’humour, très agréable. Le style est fluide, le monde est détaillé, creusé et on a envie de le découvrir plus profondément. L’auteur à travailler dessus, ça se sent.

    Malgré un début somme toute assez banal (une fille qui a été adoptée, que ses parents n’aime pas et qui découvre un monde parallèle, ce n’est pas très original), le livre se démarque. Et on réussi à avoir du suspens. Très peu, mais juste assez pour qu’on ait envie de lire la suite. Agréable dosage.

     

    Les personnages sont pétillants, plein de vie. Ewilan a son caractère têtu, elle aime savoir ce qu’elle fait et où elle va, elle n’aime pas qu’on lui dicte sa conduite. C’est une enfant surdouée.

    Salim, lui, est drôle et enjouée. Il sait toujours dédramatiser une situation. Et c’est un bon gymnaste.

    Ellana reste assez mystérieuse, mais on ne l’a pas encore beaucoup vu.

    Edwin, le maître d’arme de l’empereur, est un homme sûr de lui, doué aux arts du combat, et habitué à être obéi.

    Bjorn est un chevalier somme toute sympathique, au caractère jovial, qui, je pense, fera preuve de courage en temps voulu, bien qu’il ait des progrès à faire côté vantardise. Il est tourné sur la boisson, bien sûr.

    Duom, le vieil érudit, n’est pour l’instant pas très creusé, mais parait sage.

    Ce sera tout question personnages.

    Que dire de plus ? Rien ne me vient, donc voilà un petit extrait.

     

    Extrait : (choix : un échange entre Salim et Ewilan)

    « — C’est possible. Mes parents, les vrais, ont dû faire les choses correctement. Je les imagine mal nous abandonner sur les marches d’une église par une froide nuit d’hiver.

    — Dommage, ça rendrait ton histoire encore plus pathétique !

    — Salim, tu as une cervelle de crustacé. Il est possible que le juge ait conservé des documents nous concernant, mon frère et moi. Il faut mettre la main dessus.

    — Tu comptes entrer dans son bureau et lui demander gentiment la permission de fouiller dans ses archives ?

    — Une cervelle de crustacé débile ! Après les cours, ce soir, nous passerons devant le tribunal et nous aviserons pour la suite.

    — Bien chef ! Le crustacé est à vos ordres ! »

     

    On adore : Les personnages, le léger suspens, l’histoire et le je ne sais quoi qui la démarque, et le style accessible à tout âge... Bref je pense que tout résumerait mieux.

    On regrette : Juste une apparente banalité au départ qui pourrait arrêter certain lecteur ? (A condition qu’ils ne soient pas courageux pour deux sous.)

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique