• Les étoiles de Noss Head

    Tome 1 : Vertige

    Sophie Jomain

     

     

     

    Titre en VO : Les étoiles de Noss Head, tome 1 : vertige

    Année de la première publication (en France) : 2010

    Nombre de pages : 489

    Editeur : France loisir

    Site de l’éditeur : http://www.franceloisirs.com/ 

    ISBN : 978-2-298-07528-1 (grand format)

    Site de l’auteur : http://www.sophiejomain.com/ 

    Ma note : 9,5/10

    Publique conseillé : Un public féminin (assez de romance)

    Quatrième de couverture :

    Hannah, bientôt dix-huit ans, était loin d'imaginer que sa vie prendrait un tel tournant. Ses vacances tant redoutées à Wick vont se transformer en véritable conte de fées… puis en cauchemar. Sa petite vie tranquille, ses idées bien arrêtés, ses projets…Tout va changer, brutalement. Elle devra affronter l'inimaginable, faire face à ce qu’elle n’aurait jamais pensé croire un jour, car les légendes n’en sont pas toujours…Leith ne s'attendait pas non plus à Hannah. Il tombe de haut, l'esprit a choisi : c'est elle, son âme soeur. Pourra-t-il lui cacher sa vraie nature encore longtemps ? Osera-t-il lui avouer qu'il n'est pas tout à fait humain ? Il n’a pas le choix, leur rencontre l’a mise en danger. Lui seul peut lui venir en aide. 

     

    Mon avis :

    Presque un coup de cœur.

    Je crois que la quatrième de couverture est assez explicite quant à l’histoire… So je ne rajouterais rien.

     

    Des personnages un peu stéréotypés, mais avec ce truc qui fait qu’on s’attache à eux.

    Hannah, je l’aime beaucoup, parce que je lui ressemble un peu en certain point. Le genre de fille que ne croit pas du tout à l’Amour avec un grand A. N’a jamais eu de petit copain, n’est pas fêtarde, se contente de ses livres et de ses ami(e)s, et ne se prend pas trop la tête. A un esprit terre à terre voir un peu cartésien. A le sens de la famille aussi.

    Leith, le stéréotype. Un beau garçon mystérieux aux yeux verts envoûtants. Taquin. (Le genre que j’aime bien.)

    Les autres personnages sont plutôt secondaires, mais il y a Gwen dont je suis fan. Une amie d’enfance de Leith, une fan de science occulte, un peu excentrique mais super sympa.

     

    Le style est simple et fluide, on tourne les pages sans problème.

    L’histoire aussi est un peu stéréotypée, mais l’univers est creusé et réfléchi dans les détails, ce qui donne une bonne dimension au livre. On accroche bien.

     

    En bref j’ai adoré, et je suis impatiente de lire le tome 2. (Il y a 5 tomes en tout.)

     

    Extrait : (choix : ce passage m’a fait rire.)

    « — Dommage… Je suis convaincu que tu as une très jolie voix.

    — Ah, oui ? piaillai-je timidement.

    — Oui, tu as une voix naturellement rauque et, quand tu parles, tu lies chaque mot avec beaucoup de soin, comme pour les faire chanter ensemble. C’est…ravissant.

    — Ravissant ? Tu trouves ?

    — Non, pas vraiment en fait.

    — Ah !

    J’éprouvai une courte déception.

    — Je dirais plutôt, sexy, précisa-t-il malicieusement. »

     

    On adore : Beaucoup de choses !

    On regrette : Je ne sais pas.


    votre commentaire
  • Eternels,

    Tome 1 : Evermore

    Alyson Noël

     

     

    Titre en VO : The Immortals, book 1 : Evermore

    Année de la première publication (en France) : 2009

    Nombre de pages : 364

    Editeur : Michel Lafon poche

    Site de l’éditeur : http://www.michel-lafon.fr/ 

    ISBN : 978-2-7499-1538-8 (format poche)

    Site de l’auteur : http://www.alysonnoel.com/ 

    Ma note : 6,5/10

    Publique conseillé : Les adolescentes.

    Quatrième de couverture :

    Quand Ever perd sa famille dans un accident tragique, elle reçoit soudain un don terrifiant : celui de lire dans l’esprit des gens. Elle évite alors tout contact avec les élèves du lycée… Jusqu’au jour ou elle rencontre Damen.

    Il est d’une beauté inquiétante. Toutes les filles se le disputent mais c’est à Ever qu’il s’intéresse. Or c’est la seule âme qu’elle ne peut déchiffrer. Damen n’est pas un simple mortel, Ever en est certaine. Elle sait aussi qu’elle est irrémédiablement attirée par lui.

     

    Mon avis :

    Un petit livre sympathique ma foi. Je ne suis pas une grande fan, mais j’aime bien.

    Ça nous raconte l’histoire d’Ever, jeune lycéenne qui vit avec sa tante depuis la mort de sa famille dans un accident de voiture. Mais il y a autre chose. Depuis cet accident où elle aurait pu mourir, Ever entend les pensées des gens. Alors quand Damen arrive, et qu’elle ne peut pas lire son esprit, la jeune fille ne comprend pas. Et lui qui se rapproche de plus en plus…

     

    Après l’histoire, les personnages. Ever est une fille secrète, retranchée derrière capuche et musique pour cause de pouvoirs envahissants. Le contraire d’avant l’accident, où elle était belle et accompagné de supers potes, d’un petit copain et était pom-pom-girl.

    Damen est mystérieux (et d’autant plus qu’elle ne peut lire ses pensées). Il est attentionnée et peu studieux.

    Miles (un ami d’Ever) et un mec sympa, un littéraire qui fait du théâtre. Petite précision, il est gai.

    Haven (l’autre ami d’Ever) est une fille excentrique en mal d’attention et influençable. Je l’aime bien malgré tout, pour sa bonne humeur et son amour des pâtisseries.

    Il y a aussi Drina. Aussi mystérieuse que Damen. Je n’en dirais pas plus !

     

    Alors que dire de ce livre ?

    Pour commencer, l’histoire est très clichée.

    La fille avec des pouvoirs suite à un accident qui est attirée par un nouveau garçon… Du fait, refait et rerefait…

    Le style est simple, pas recherché pour deux sous.

    Il n’empêche qu’une fois plongée dans l’histoire, on y reste et on veut connaître la suite. Il y a un petit plus qui fait ça que je n’arrive pas à nommer.

    Je regrette aussi quelques longueurs par-ci par-là.

    Et les explications de la fin sont longues et un peu trop bisounours. Heureusement qu’il y a encore quelques trucs après celles-ci pour rattraper le niveau, mais la fin n’est pas extraordinaire.

     

    Extrait : (choix : Au hasard.)

    « — Ce n’est pas à moi.

    — Ah bon ? Il y a une autre Ever dans la classe ?

    Quoi ?

    Je prends le papier qu’elle me brandit sous le nez et constate qu’elle dit vrai. « Ever » est vraiment écrit dessus, de l’écriture très reconnaissable de Damen. »

     

    On adore : J’en sais rien, mais quelque chose quand même, au vu de la note. Je lirais la suite, bien sûr !

    On regrette : Quelques longueurs, le côté cliché et un style trop simple et non rechercher.

    Chronique du tome 2 : http://oceanlivresque.eklablog.fr/eternels-tome-2-lune-bleue-d-alyson-noel-a114088234


    votre commentaire
  • L’élue

    Tome 2 : le piège

    Christel Besnard

     

     

    Titre en VO : L’élue, tome 2 : le piège

    Année de la première publication (en France) : 2012

    Nombre de pages : 178

    Editeur : Editions du préau

    Site de l’éditeur : http://editionsdupreau.blogpost.com/

    ISBN : 979-1090137011 (grand format)

    Site de l’auteur : http://petitebrise.over-blog.com/

    Ma note : 6,5/10

    Publique conseillé : plutôt féminin.

    Quatrième de couverture :

    Cinq années ont passé… Obligée de fuir son univers, ses amis, sa famille, Élisabeth, étudiante banale et timide, a laissé place à une magnifique jeune femme que l’amertume rend intouchable.
    Après les évènements tragiques du tome 1 « Les Clans », elle s’est murée derrière une apparence froide que seule sa fille Satya parvient à distraire. Éric, l’ami éternel, l’amour qu’Élisabeth refusera toujours, veille sur elles. Doucement, patiemment, il tente d’aider son amie à combattre le fantôme sombre qui envahit son cœur. Chaque jour il gagne du terrain, arrache un sourire, lui réapprend qu’aimer n’est pas trahir…

    Et pourtant, au détour d’une rue Élisabeth croit reconnaître l’homme qui s’est sacrifié pour elle, le père de sa fille.  Samuel … Est-il bien mort ? 

     

    Mon avis :

    J’ai mis la même note au second opus qu’au premier, mais pas pour les mêmes raisons.

     

    On a beaucoup plus d’action ici, et pas le temps de s’ennuyer.

    L’histoire n’est toujours pas très originale, mais c’est déjà plus recherché.

    Le style est toujours bon. On ne s’ennuie pas.

    Et le manque de creusement des personnages n’apparaît plus. (Etant donné le nombre de personnages, ça m’aurait étonné.)

     

    Par contre, moi qui croyait qu’on en avait enfin fini du triangle amoureux, toujours pas ! Pourvu qu’il n’y en ai pas dans le tome 3…

     

    Les personnages maintenant.

    Satya d’abord. Cette petite fille m’a plu tout de suite. La joie de vivre et l’innocence incarnée. Avec d’immense pouvoir.

    Elizabeth, elle, est dévastée. (Normal après ce qui est arrivé dans le tome 1.) Elle se laisse menée depuis 5 ans. Mais elle s’en remet doucement et veut en faire à sa tête. Sûrement trop tôt.

    Eric est plus directif et s’affirme, mais c’est par la force des choses, et il est toujours soumis quand les ordres viennent d’en haut. Il est toujours très attentionné, et il est très proche de Satya. Mais je l’aime moins qu’avant, allez savoir pourquoi.

     

    (Attention, spoiler du tome 1 !!!)

    L’histoire maintenant. Samuel, qui est le père de Satya, et mort à la fin du tome 1.

    Eric et Elizabeth se cache pour échapper à l’armée, qui a tuer Samuel et mets en danger tout leur peuple. Ils sont en fuite depuis 5 ans et change de planque régulièrement.

    Eric veut soulager Elizabeth de sa peine, et y parvient petit à petit.

    Mais Elizabeth croise Samuel au détour d’une rue, et le pense vivant. Vrai ou pas ? Eric n’y croit pas. Elizabeth si. Elle replongera dans son amour pour lui (et cassera tout ce qu’il y a avec Eric), et partira à sa recherche (en prenant des risques inconsidérés).

     

    Extrait : (choix : au hasard)

    «Satya, sa fille de cinq ans restait la seule qui atténuait la douleur mais elle était aussi celle qui lui rappelait Samuel. La petite ressemblait tellement à Samuel. Le même regard. Le même sourire. Pour sa fille, elle était prête à combattre le pire, faire face à ses terreurs et lui donner tout le bonheur possible. Alors chaque jour, elle faisait semblant en jouant un rôle : celui d’une maman heureuse. »

     

    On adore : Les rebondissements, l’action. Et Satya.

    On regrette : Le triangle amoureux ! La bêtise d’Elizabeth !

    Chronique du tome 1 : http://oceanlivresque.eklablog.fr/l-elue-tome-1-les-clans-de-christel-besnard-a109002380#


    3 commentaires
  • l’Apprentie de Merlin

    Tome 2 : L’ogre et le bouclier

    Fabien Clavel

     

    l'Apprentie de Merlin, tome 2 : L'ogre et le bouclier de Fabien Clavel

     

    Titre en VO : L’ogre et le bouclier

    Année de la première publication (France) : 2011

    Nombre de pages : 342

    Editeur : Mango jeunesse

    Site de l’éditeur : http://jeunesse.mangoeditions.com/ 

    ISBN : 978-2-7404-2885-6 (grand format)

    Site de l’auteur : http://clavelus.blogspot.fr/ 

    Ma note : 7/10

    Publique conseillé : Garçons ou filles à partir de 11 ans

    Quatrième de couverture :

    Ana n'est plus la petite voleuse d'antan. Désormais, elle est l'apprentie de Merlin. Le célèbre enchanteur l'a plongée dans un long sommeil. A son réveil, la jeune fille découvre qu'Arthur est en âge de réclamer la couronne d'Angleterre. Mais pour cela, il doit s'en montrer digne et retirer Excalibur de son rocher. Or, de nombreux chevaliers convoitent l'épée magique. D'autres obstacles et périls vont parsemer sa route. Afin de l'assister dans sa quête, Ana aide Arthur à rassembler autour de lui de valeureux compagnons. Des garçons fougueux qui ont pour nom Lancelot ou Gauvain, promis eux aussi à un destin d'exception. Sous l'œil de Merlin, le fils d'Uther Pendragon devra vaincre ses ennemis et se faire le bouclier de son peuple. 

     

     

    Mon avis :

    ATTENTION : Risque de spolier sur le tome 1 !

    J’ai aussi beaucoup aimée cette suite, mais un peu moins tout de même. Je ne ferais pas de résumé comme précédemment car il est assez complet sur le livre.

     

    Les personnages sont sympathiques. Nous retrouvons Ana, 15 ans après la fin du premier tome. On pourrait penser qu’elle a grandi mais en fait, non car c’est une sorcière et les sorciers ne grandissent pas. Elle m’a quand même légèrement agacée avec ses états d’âme et son côté « je ne sais pas ce que je veux », mais elle est attachante. Arthur, l’héritier du trône (la série revisite la légende arthurienne) est beau, charmant et attentionné, le « garçon idéal ». Merlin est toujours aussi grognon mais a un côté « paternel » envers Ana. Agravain et Gauvain, deux frères jumeaux et amis d’Arthur sont farceurs. Keu, le frère adoptif d’Arthur (celui-ci a été adopté par un forgeron) est impulsif, il est la « tête brulée » du groupe. Guenièvre est la rivale d’Ana, les jeunes filles se disputent beaucoup et c’est à celle qui ravira le cœur d’Arthur. Lancelot est très doué dans le maniement des armes.

     

    L’écriture est agréable et fluide, les chapitres sont courts. Malgré tout, j’ai trouvé le récit un peu long à démarrer. La fin donne envie de connaître la suite.

     

    Extrait : (choix : au hasard)

    « Mais le marcheur ne s’arrêtait pas. Il progressait sans bruit, flottant presque au dessus du sol. »

     

    On adore : Les personnages, l’univers, l’écriture fluide, la fin.

    On regrette : Quelques longueurs au début, le côté « girouette » d’Ana.

    Chronique du tome 1 : http://oceanlivresque.eklablog.fr/autre-monde-tome-1-l-alliance-des-trois-de-maxime-chattam-a108421606


    votre commentaire
  • Les chansons du séraphin,

    Tome 1 : L’Heure de l’ange

    Anne Rice

     

     

     

    Titre en VO : The songs of the Seraphim

    Année de la première publication (en France) : 2010

    Nombre de pages : 270

    Editeur : Michel Lafon

    Site de l’éditeur : http://www.michel-lafon.fr/ 

    ISBN : 978-2-298-03149-2 (grand format)

    Site de l’auteur : http://annerice.com/ 

    Ma note : 5/10

    Publique conseillé : Ce qui aime les longue descriptions ! (Pas pour moi en somme…)

    Quatrième de couverture :

    Lucky, Toby ou encore Tommy… son nom importe peu. L’important, c’est sa discrétion, son professionnalisme, sa compétence à exécuter froidement les cibles qu’on lui désigne. Après un contrat particulièrement éprouvant, Lucky est abordé par un mystérieux inconnu, un certain Malchiah. Ce Malchiah sait tout de lui, dispose de pouvoirs stupéfiants, et prétend être son ange gardien. Il lui offre de racheter ses crimes en sauvant des vies plutôt que de les prendre, et d’aider une famille juive au Moyen Âge accusée de meurtres rituels.
    Est-ce un ange, un rêve ou un cauchemar ?
     

     

    Mon avis :

    Mm… Comment dire ? Et bien, disons que c’est… TRES TRES LONG à démarrer.

    C’est l’histoire de Toby qui rencontre un ange et est investi d’une mission selon le résumé. C’est vrai… Sur les 100 dernières pages (si je suis gentille, je n’ai pas compté, et je n’irais pas !).

     

    Je n’apprécie pas Toby, il ne m’est pas du tout empathique. Juste un tueur de sang froid. Et même quand on nous raconte son histoire (ce qui prend 60 pages, facile) je ne l’apprécie pas. Certes je le comprends mieux, mais je ne l’apprécie pas du tout.

    Les autres personnages sont tous plutôt secondaire, puisqu’il ne passe pas beaucoup de temps dans le roman, et je ne prendrais pas la peine de parler d’eux.

     

    Le style est très descriptif, et on s’ennuie pendant 100 pages sur la vie actuelle du personnage en description de lieux et de mode de vie avec la narration d’un meurtre à la fin. Il rencontre l’ange (comme dit dans le résumé), ne veut pas y croire, blablabla… On pense entrer dans l’histoire ? Pas du tout ! Pour obtenir la confiance de Toby, l’ange va lui montrer son histoire. Et c’est parti pour un chapitre de 60 pages presque (pour ne pas dire totalement) inutiles. Heureusement, déjà plus intéressante que la partie précédente. Et enfin commence l’histoire, la vraie, la mission… Sur 100 pages ! On espère quelque chose de trépidant, qui nous mène par le rythme et le suspens, tout ça… Si ça relève un peu le niveau, c’est une version très décolorée de ce que je viens de dire. La mission s’achève, il revient en son temps, et on n’a pas eu de suspens (ou si peu que ça ne vaut même pas la peine d’être précisé), l’histoire laisse un goût fade. On arrive sur une chute qui est un peu mieux que le reste, mais ça reste très basique, trop pour relever le niveau du livre.

    Vous vous êtes ennuyé sur ce dernier paragraphe ? Si c’est le cas, ce livre est encore moins pour vous que pour moi ! Je ne le recommande pas, et je ne pense pas que je lirai la suite. Ou peut-être sur un malentendu ou par énorme ennuie, (mais j’ai d’autres livres plus intéressants à lire avant de m’ennuyer pour preuve le nombre faramineux dans chronique à publier !).

     

    Il faut quand même rendre un fait positif c’est les recherches qu’a fait l’auteur. Très pointue ! Elle s’est très bien documentée sur la vie des juifs au Moyen-âge.

     

    Extrait : (choix : trouver sur le net, même pas envie d’ouvrir le livre pour en choisir un ! Ennuyez vous bien !)

    « Je ne manquais jamais de m’aventurer dans le restaurant pour déjeuner. La piazza était magnifique, avec ses hauts murs percés de fenêtres arrondies et de terrasses semi-circulaires ; je sortais le New York Times, que je lisais tout en déjeunant à l’ombre de dizaines de parasols rouges.
    Mais l’intérieur du restaurant n’était pas moins attirant, avec ses murs recouverts de carreaux de faïence bleu vif et ses arches beiges artistement peintes de plantes grimpantes. Le plafond à solives figurait un ciel bleu avec des nuages et même de minuscules oiseaux. Les portes de plein cintre à meneaux étaient couvertes de miroirs, tandis que d’autres laissaient passer le soleil venant de la piazza. Le bavardage des gens rappelait le murmure d’une fontaine.
    Je me promenais, dans les couloirs sombres, sur des tapis poussiéreux, de styles différents. Je m’arrêtais dans l’atrium devant la chapelle Saint-François, contemplant l’embrasure lourdement sculptée, chef-d’œuvre en ciment moulé de style churrigueresque. Cela me réchauffait le cœur d’entrevoir les préparatifs de mariages, inévitablement luxueux et apparemment interminables, avec leurs buffets dressés dans de l’argenterie sur des tables drapées de nappes autour desquelles s’affairait le personnel.
    Je montais jusqu’à la plus haute véranda et, appuyé sur la balustrade en fer laquée de vert, baissais les yeux vers la piazza du restaurant et l’énorme horloge située en face. J’attendais souvent son carillon, qui sonnait tous les quarts d’heure. Je voulais voir ses gros chiffres bouger lentement.
    Un élément très puissant m’attire vers l’horlogerie. Quand je tuais quelqu’un, j’arrêtais sa montre. Et que font les horloges, les pendules, les montres, sinon mesurer le temps dont nous disposons pour devenir quelqu’un, découvrir en nous quelque chose dont nous ignorions la présence ? »
     

     

    On adore : Les recherches.

    On regrette : L’extrême longueur, le goût fade que ça laisse, le mande d’empathie fasse au personnage qui me laisse totalement indifférente.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique