•  

      

    Cœur d’encre

    De Cornelia Funke 

     coeur d'encre, de Cornelia Funke

     

      

     

     

    Titre en VO : Tintenherz

    Editeur : Gallimard jeunesse

    Site de l’auteur : http://www.corneliafunke.com/     

    Ma note : 8,5

    Quatrième de couverture :

    Meggie, douze ans,

    vit seule avec son père, Mo. Comme lui,

    elle a une passion pour les livres.

    Mais pourquoi Mo ne lit-il plus d’histoires à hautes voix ?

    Ses livres auraient-ils un secret ?

    Leurs mots auraient-ils un pouvoir ?

    Un soir, un étrange personnage frappe à leur porte.

    Alors commence pour Meggie et Mo une extraordinaire aventure,

    encore plus folle que celles que racontent les livres.

    Et leur vie va changer pour toujours.

    Lire n’a jamais été aussi fascinant — et aussi dangereux.

     

    Mon avis :

    C’est un livre très sympa. L’histoire commence un soir où Meggie voit un inconnu par la fenêtre. Un certain Doigt de Poussière, que son père, Mo, a l’air de connaitre. Il fait peur à Meggie, et en même temps, il lui rappelle quelque chose, mais il lui est impossible de savoir quoi. Elle écoute les deux hommes quand ils vont dans l’atelier de son père, et entend parler d’un certain Capricorne qui chercherait son père. Le lendemain, son père lui annonce qu’ils partent chez une tante que Meggie ne connait pas, pour y réparer des livres dont Mo aurait dû s’occuper depuis longtemps (Mo est relieur, c'est-à-dire qu’il refait les couvertures des livres abimés). Les préparatifs sont fait rapidement, et Meggie surprend son père avec un livre qu’il essai de lui cacher. En chemin, il retrouve le mystérieux Doigt de Poussière, et l’emmène, chose que Meggie regrette. Chez la tante, Elinor, Mo demande à celle-ci de cacher le mystérieux livre. Le lendemain soir, Des hommes en noires rendent « visite » à Mo, et ils ne sont pas très amicaux. Visiblement, le livre n’y est pas pour rien. Meggie se retrouve alors embarquer dans une histoire où les livres prennent une autre dimension.

    Les personnages sont attachants. Je me suis prise d’une affection particulière pour Meggie, l’héroïne, une fillette adorable, et aussi pour Doigt de Poussière. Plus étrange le concernant, vu qu’il inspire plutôt la peur au début, avec son sourire énigmatique. Meggie et son père son tous deux de grands lecteurs. Mo est relieur, et Meggie l’accompagne, où qu’il aille, pour, comme elle dit, soigner les livres. Doigt de Poussière est mystérieux, et semble sortit d’on ne sait où (ce n’est pas simplement une impression). La tante Elinor vit au milieu des livres, elle les chérit comme sa famille et est solitaire, du moins au début. On rencontrera aussi Capricorne et ses hommes – Basta, Nez Aplati, Cockerell – qui sont un peu flippant, et d’autre dont je ne citerai que le nom : Fenoglio, Farid, Teresa,…

    Ce roman fantastique est très prenant, on s’attache à l’histoire. Elle comporte assez de rebondissements, on ne les voit pas venir, l’auteur nous mène d’une plume détaillée et à rebondissement.

    Des extraits de livres accompagnent chaque début de chapitre, je trouve que dans un tel livre, c’est un plus vraiment appréciable.

    Par contre, seul petit bémol, les sentiments de Meggie face au fait qu’elle n’ait jamais eu de mère ne sont pas assez expliqués.

     

    Extrait : (choix : j’aime bien ce passage)

    Et il tira une allumette de la boîte, l’alluma et mit la flamme dans sa bouche ouverte.

    Meggie retint son souffle quand ses lèvres se refermèrent sur le petit morceau de bois qui brûlait. Doigt de Poussière ouvrit la bouche, en ressortit l’allumette éteinte et la posa en souriant sur son assiette vide.

    — Vous voyez, Elinor ? ajouta-t-il. Il ne m’a pas mordu. Il se laisse apprivoiser plus facilement qu’un chaton.

     

    On adore : L’histoire, originale, les personnages, attachants.

    On regrette : des détails sur les sentiments de Meggie pour sa mère partie.

    Chronique du tome 2 : http://oceanlivresque.eklablog.fr/sang-d-encre-de-cornelia-funke-a100621501

    Chronique du tome 3 : http://oceanlivresque.eklablog.fr/mort-d-encre-de-cornelia-funke-a102974981

      

    Lien vers la chronique du film : http://oceanlivresque.eklablog.fr/adaptation-cinematographique-c24299291#!/coeur-d-encre-a106876136


    votre commentaire
  •  

     April, May & June

    Robin Benway

      

     April, May & June, de Robin Benway  

     

    Titre en VO : The extraordinary secrets of April, May & June

    Editeur : Nathan

    Site de l’auteur : http://www.robinbenway.com/ 

    Ma note : 8,5

    Quatrième de couverture :

    Trois sœurs

    Trois secrets

    Trois pouvoirs

    C’est arrivé le lendemain de la rentrée.

    Alors que la journée tout à fait ordinaire, April découvre qu’elle peut prédire l’avenir. Le même jour, sa sœur May connaît un soudain accès d’invisibilité, qui semble se déclencher à la moindre émotion. Et enfin, June, leur benjamine, parvient à lire dans les pensées de tous ceux qui l’entourent ! Génial, non ?

    Eh bien non. Prévoir les catastrophes sans pouvoir les éviter, draguer un mec avec un corps qui disparaît à moitié et connaître les pensées pas toujours reluisantes de ses copines voilà qui vous décourage d’avoir des superpouvoirs !

    Et si le véritable pouvoir de ces trois sœurs-là était le lien qui les unit ?

     

    Mon avis :

    J’ai adoré ! Ce livre, c’était une bonne partie de détente. Je me suis attachée au trois sœurs, mais ma préférée, c’est June, la plus jeune.

    Elles sont toutes les trois très différentes.

    April, 16 ans, est en première. Elle se fond dans la masse, et c’est un peu une intello. En grande sœur, elle fait parfois un peu son petit chef, et elle veut toujours protéger ses sœurs. Son pouvoir de prédire l’avenir va lui amener beaucoup de surprise et de peur. Et une rencontre, un certain Julian…

    May, 15 ans, est en seconde. C’est celle que j’ai le moins aimé. Elle est plutôt solitaire. Un peu égoïste parfois. Elle veut se fondre dans la masse, mais elle s’en détache sans le vouloir. Et elle déteste l’histoire européenne, ce qui lui vaudra des cours avec Henry, une publicité ambulante pour Stanford (la fac qu’il veut intégrer). L’invisibilité lui fera perdre les pédales quelques fois.

    June, 14 ans, est en troisième (les troisièmes sont au lycée aux Etats-Unis). Elle veut être un peu populaire, se faire des amies et tous ça. Elle se sert de son pouvoir pour lire dans les pensées pour dire plus ou moins se que les gens veulent entendre, et être amie avec LA fille populaire du lycée, Mariah. Elle embête aussi ses sœurs à lire dans leurs pensées. C’est aussi la petite dernière, le petit « bébé » de la famille, que personne ne prend au sérieux. Et pourtant…

    Elles vivent avec leur mère, leurs parents se sont séparés il y a quelque mois. Elles sont nouvelles dans le coin, elles ont emménagé il y a peu de temps.

    On voit les événements par les trois sœurs, en changeant de point de vue à chaque chapitre (chapitre 1 vu par April ; chapitre 2, par May,…). J’ai bien aimé ça, comme ça on connaît les pensées de chacune et les choses qui arrivent à chacune quand elles sont séparées. Chaque chapitre commence par une citation de la sœur qui va raconter, ça m’a plu aussi.

    Au début, on les découvre quand elles prennent possession leur pourvoir, c’est bien, mais l’intrigue commence vraiment quand April a une prémonition importante. De là, on veut savoir comment ça va se terminer. On ne voit pas arriver la fin avant les héroïnes, c’est bien mené.

     

    Extrait : (choix : c'est un livre emprunté, alors je n'ai pas vraiment choisi, j'ai trouvé sur internet)

     - Il est exactement quatorze heure cinquante-trois. Tu as rendez-vous à quinze heure avec Henri au CDI.
    - Qui ?
    - Ton professeur de soutien.
    J’ai marqué une pause.
    - Mon professeur de soutien d’histoire européenne s’appelle Henri ? Vous ne trouvez pas ça comique ? C’est lequel ? Henri VIII "Barbe bleue" ? Le "bon roi" Henri ?
    - Je te laisse le choix. Quoi qu’il en soit, tu as rendez-vous avec lui à quinze heure au CDI.
    Un type qui utilise les techniques de persuasion mentale des Jedi mérite un minimum de respect.
    - Pas de problème ai-je répondu. On a fini ? Je dois aller explorer d’autres moyens d’extérioriser mes angoisses d’adolescente, maintenant que je peux plus me planter en histoire.
    - May…
    - Je blague, je blague, ai-je tout de suite précisé.

      

    On adore : Les héroïnes, leur pouvoir, le lien qui les unit, le style de l’auteur,…

    On regrette : Quelques petites choses à propos de May, mais je ne citerais pas, je ne vais pas tout dire, tout le monde n’a peut-être pas lu le livre.


    votre commentaire
  •  La dernière flèche

    Jérôme Noirez 

     

     

      

    Titre en VO : La dernière flèche

     

    Editeur : J’ai lu

     

    Site de l’auteur : http://www.jeromenoirez.fr/ et son blog :  http://jeromenoirez.over-blog.com/  

    Ma note : 7,5/10 

    Quatrième de couverture : De son père, celui qui incarna la légende de Robin des bois quelques années plus tôt, Diane de Loxley a hérité le caractère fougueux et un refus catégorique de l’injustice. La grouillante et cosmopolite Londres de 1212, où elle se rend à ses côtés, va lui offrir un terrain de jeux à la mesure de son goût pour l’aventure. Mais les ennemis de son père, eux, ne jouent pas, et Diane se retrouve à son corps défendant au cœur d’une conspiration mortelle. Pour sauver sa vie et celle de Robin, la jeune femme va devoir se confronter à la plus sombre des réalités. Heureusement, elle n’est pas seule…

     

    Mon avis :

    Diane est une adolescente à laquelle je me suis attachée. Elle a un sacré caractère et de l’aplomb. Comme tout ado qui se respecte, elle sait très bien soupirer. En digne fille de Robin des bois, c’est une excellente archère. On voit sont cousin, Will, ancien compagnon de son père, maintenant charcutier. C’est chez lui que Diane et son père logeront à Londres. Will a deux enfants, des galopins qui font courir Diane en lui faisant visiter la ville. On retrouvera aussi les autres compagnons de Robin, Petit Jean, et le frère Tuck. L’ennemi de Robin, le chevalier William de Wendenal, ancien shérif de Nottingham, est bien sûr présent. Mais pas forcément dans un rôle où l’on attendrait.

    C’est donc ainsi, au cœur de Londres, que se passe l’histoire. A cause d’une mauvaise rencontre, Diane se retrouve embarquée dans une histoire contre les dirigeants de la ville, et se fait des alliés, qui lui seront utile pour aider son père. Parmi eux, le mystérieux Tredekeiles…

     

    Jérôme Noirez mène l’histoire d’une plume sûre. Il mêle historique et fantasy de façon naturelle. Les recherches historiques sont bien faites, on se croirait au 13° siècle.

    La fin est bien, on sait où l’on est, mais reste quand même plus ou moins ouverte.

     

    Extrait : (choix : complète bien ce que j'ai dit à propos de Diane)

    Diane mit le brassard et le gant. Ensuite, elle se leva, l'arc à la main, avec une lenteur qui se mariait bien à ses soupirs et à son air las.

     — Une feuille, c'est ça ?

    Robin aquiesça.

    La jeune fille saisit une flèche dans le carquois, la fit tournoyer entre ses doigts comme elle en avait pris l'habitude et l'encocha. Elle observa un moment la branche. Deux cents yards, pour un tir de précisuin, bien des archers de métier y auraient renoncé.

      

    On adore : la simplicité. Pas de descriptions superflues, c’est assez épuré.

    On regrette : un léger manque de ressenti dans l’action de fin.


    votre commentaire
  • Kel, tome 1 : Noir et blanc d’Andréa Schwartz

    Kel, tome 1 : noir et blanc d'Andréa Schwartz

    Titre en VO : Noir et blanc

    Editeur : Rebelle, collection Chimères fantasy

    Site de l’auteur : www.andrea-schwartz.com 

    Ma note : 5/10

    Quatrième de couverture :

    A l’aube de la Cinquième Ere, les Deux Empires sont une fois de plus au bord de la guerre.

    Shelun la Cheveux-Noirs a perdu toute sa famille dans un raid ennemi. Née femme dans un monde dominé par les hommes, elle n’hésite pas à transgresser les interdits et à se travestir pour accomplir sa vengeance.

    Or, la guerre est loin d’être la glorieuse aventure décrite dans les cantiques. Quant aux ennemis, ils ne sont peut-être pas tous les monstres qu’elle avait imaginés…

     

    Mon avis sur le livre :

    Je n’ai que très modérément apprécié ce roman de fantasy. Il raconte la vie de Shelun, jeune fille de 17 ans, une  Cheveux-Noirs – appelé aussi Kel’bai -. Elle habite une petite ville nommée Maldai. Sa famille est tuée lors d’une attaque organisée par les ennemis, les Cheveux-Blancs – appelés Kel’yons -. Elle est recueillie par un homme étrange. Elle décide de se venger, et entre dans l’armée.

    L’histoire se passe dans un univers assez complexe, il y a énormément de noms propres et de définitions relatifs à cet univers qui est assez bien imaginé. Néanmoins je trouve que le petit lexique qui se trouve à la fin du livre est assez pauvre en définition quand on voit le nombre de mots à expliquer au lecteur.

    Le début est assez difficile à appréhender car il se concentre exclusivement sur l’univers militaire et l’avancée de Shelun dans l’armée, il y a très peu d’action à part quelques batailles par-ci, par-là, la jeune fille ne sait pas trop ce qu’elle veut faire. Elle change tout le temps d’avis, à la longue, cela devient agaçant. A environ 200 pages du récit, l’histoire commence à avancer quand arrive un autre personnage, mais assez doucement. La fin remonte un peu le niveau du livre, mais je ne sais pas si je continuerai la série.

    On adore : l’univers créé par Andréa Schwartz.

    On regrette : l’héroïne et son caractère indécis. Ainsi que l’univers militaire trop présent à mon goût.

     

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique