• chroniques : Contemporain

    Dans cette rubrique, vous trouverez les chroniques des livres :

    • L'homme en bas de chez elle, de Fabienne Kisvel cry 
    • Quelqu'un pour qui trembler, de Gilles Legardinier happy
    • Aristote et Dante découvrent les secrets de l'univers , de Benjamin Alire Saenz clown
    • Paranoïa, de Melissa Bellevigne eek
    • Le mec de la tombe d'à côté, de Katarina Mazetti smile
    • Le caveau de famille, de Katarina Mazetti arf
    • Les stagiaires, de Samantha Bailly tongue
    • A durée déterminée, de Samantha Bailly glasses
  •  

    A durée déterminée

    Samantha Bailly 

     

     

    A durée déterminée, de Samantha Bailly

     

     

     

    Titre en VO : A durée déterminée 

    Année de la première publication (France) : 2017 

    Nombre de pages : 478

    Editeur : JC Lattès

    Site de l’éditeur : http://www.editions-jclattes.fr/

    ISBN : 978-2-7096-5916-1 (format Kindle) 

    Site de l’auteur : http://www.samantha-bailly.com/ 

    Ma note : 8/10 

    Publique conseillé : Jeunes adultes 

    Quatrième de couverture :  

    Pyxis ! Une entreprise novatrice, audacieuse, dynamique, pilier du marché du divertissement. Le rêve de tout jeune diplômé… du moins en apparence. D'un côté, il y a Ophélie, ancienne stagiaire en communication, rompue aux lois de l’entreprise et bien décidée à mériter enfin le graal de sa génération : le CDI. De l’autre, il y a Samuel, brillant chercheur en informatique, abattu par la dépression avant d’avoir pu terminer sa thèse. L’une est familière de Pyxis ; l’autre ne connaît rien à cet univers. Tous deux mettent tous leurs espoirs dans ce CDD, sans savoir s’il tiendra ses promesses…

     

     

    Mon avis :  

    Cela faisait plus de deux ans que j'attendais la "suite", même si elle peut se lire de façon indépendante des stagiaires.

     

     

    Je dois dire que j'ai été un petit peu "déçue". 

    Comme dans la plupart des chroniques, je ne ferais pas de résumé car il est déjà assez long.

     

     

    Nous poursuivons notre découverte du monde de l'entreprise en compagnie d'Ophélie, déjà narratrice principale dans le premier livre. Cette fois-ci, elle est en CDD d'un an chez Pyxis, l'entreprise où elle a déjà effectuée un stage. 

    La jeune femme est toujours d'un caractère jovial, même si elle va avoir des doutes, qu'elle peut être agaçante à certains moments.

     

     

    Samuel est un jeune homme atteint d'une dépression. Il n'a pas pu terminé sa thèse de d'astro physique sur les trous noirs. Il vit chez sa sœur, Sophie. Il est renfermé sur lui-même. C'est le personnage le plus touchant.

     

     

    Caroline, Tranchant, la directrice de la Communication chez Pyxis et manager d'Ophélie est une femme assez froide et intransigeante qui ne vit que pour son travail. Malgré tout, elle va montrer un esprit plus "humain" vers la fin.

     

     

    Alix, James et les autres stagiaires en tout cas ceux qui ont obtenus un CDD apportent une note de légèreté dans le monde stressant qu'est l'entreprise.

     

     

    Pyxis est une entreprise qui commercialise et crée des contenus de mangas et de jeux vidéos.  C'est une entreprise dynamique, innovante et moderne qui fait rêver les nouveaux venus. Maos, cela n'est-il qu'une façade ?

     

     

    L'écriture de l'auteur est fluide et efficace. Les chapitres alternent entre le point de vue d'Ophélie où l'on voit le décompte jusqu'à la fin de son contrat à durée déterminée et Samuel où l'inverse se produit (le nombre de jours qui augmentent depuis l'arrêt net de sa thèse).

     

     

    J'ai noté un ralentissement à un moment T qui avait, pour moi, du mal à redémarrer.

     

     

    La fin me laisse perplexe, je ne la comprend pas vraiment...

     

     

    En résumé, une bonne lecture malgré quelques bémols.

     

     

    Extrait : (choix : les "chaînes invisibles ?) 

    "Ces chaînes invisibles, je sais exactement pourquoi je me les passe. Cette stabilité, j'en ai besoin pour créer à côté une zone où je pourrai laisser valser ma liberté. Ce sera à moi de trouver cet équilibre. Un pied vissé au sol, sédentaire, l'autre qui balance, nomade."

     

     

    On adore : Les personnages, l'univers, l'écriture. 

    On regrette : La fin.


    votre commentaire
  •  

    L'homme en bas de chez elle

    Fabienne Kisvel

     

     

    L'homme en bas de chez elle, de Fabienne Kisvel

     

     

     

    Titre en VO : L'homme en bas de chez elle

    Année de la première publication (France) : 2016

    Nombre de pages : 500

    Editeur : Librinova

    Site de l’éditeur : http://www.librinova.com/

    ISBN : 979-10-262-0432-9 (format kindle)

    Site de l’auteur : Pas trouvé

    Ma note : 10/10

    Publique conseillé : Jeunes adultes à partir de 16 ans

    Quatrième de couverture :

    Solitaire et fragile, Marie partage sa vie entre son service à l’hôpital Bichat et son amie Catherine. Intriguée par un homme qui a élu domicile dans la cour de son immeuble, elle cherche le contact, s’impose et crée une relation particulière, malgré le fort caractère de cet homme. Lorsqu'elle lui avoue avoir lu son journal intime, il est furieux et disparaît en le lui abandonnant. Désespérée, Marie s'accroche à ce journal : peut-être lui permettra-t'il de comprendre un peu mieux son inconnu ? Au fil de sa lecture, Marie découvre Mathieu, chirurgien engagé dans une association humanitaire en Afrique, combattant de l’ombre au milieu d’un pays rongé par la guerre civile, les luttes de pouvoir et la pauvreté…

    A force de volonté, Marie parviendra-t-elle à délivrer Mathieu de son passé ?

     

    Mon avis :

    J’ai adoré ce livre ! Je tiens à remercier Livraddict et les éditions Librinova pour ce partenariat qui m'a fait passer un excellent moment !

     Je ne ferais pas de résumé car je souhaite vous laisser la surprise de la découverte.

     

    Marie est une jeune médecin qui dédie sa vie à son travail et à ses patients. Elle est « fleur bleue » et ne souhaite que le bonheur des autres, quitte à ne jamais penser à elle.

     

    Mathieu est un jeune homme qui vit dans la rue. Il est grognon, au début un peu antipathique. Il semble « cacher » une autre vie. Il est attachant.

     

    Catherine, l’amie de Marie essaye de faire comprendre à la jeune femme qu’il faut qu’elle arrête de se prendre la tête pour des « broutilles ». Elle est drôle et détend l’atmosphère quand il y a besoin.

     

    Claire et Marianne sont deux jeunes femmes que Mathieu a rencontré des années auparavant. Elles sont attachantes toutes les deux à leur façon, même si j’ai préféré Marianne qui garde une certaine retenue.

    Andoni, un autre ami de Mathieu est plus discret.

     

    L’écriture de l’auteur est agréable, pas simpliste et recherchée. On sent toute l’atmosphère du roman. On alterne des passages entre la vie de Marie au moment T où se déroule l’histoire et des passages en italique où Mathieu donne son point de vue sur des moments horribles qui lui sont arrivés dans les années 2000.

    J’ai préférée ces passages en italique car il y a davantage de rebondissements et d’émotions.

     

    La fin est bien et nous apporte de l’espoir.

     

    Extrait : Aucun, pour cette fois

    On adore : Tout !

    On regrette : Rien…


    1 commentaire
  • Quelqu'un pour qui trembler

     Gilles Legardinier

     

     

    Titre en VO : Quelqu'un pour qui trembler

    Année de la première publication (en France) : 2015

    Nombre de pages : 429

    Editeur : Fleuve éditions

    Site de l’éditeur : https://www.fleuve-editions.fr/

    ISBN : 978-2265-09927-2 (grand format)

    Site de l’auteur : http://gilles-legardinier.com/index.php 

    Ma note : 9/10

    Publique conseillé : Pour qui veux !

    Quatrième de couverture : 

    Comment être un père quand on arrive vingt ans après ? Pour soigner ceux que l'on oublie trop souvent, Thomas a vécu des années dans un village perdu en Inde. Lorsqu'il apprend que la femme qu'il a autrefois quittée a eu une fille de lui, ses certitudes vacillent. Il lui a donné la vie, mais il a moins fait pour elle que pour n'importe quel inconnu. Est-il possible d'être un père quand on arrive si tard ? Comment vit-on dans un monde dont on ne connaît plus les codes ? Pour approcher celle qui est désormais une jeune femme et dont il ne sait rien, secrètement, maladroitement, Thomas va devoir tout apprendre, avec l'aide de ceux que le destin placera sur sa route. Voici la réjouissante histoire de ce que nous sommes capables de réussir ou de rater au nom de la seule chose qui compte dans nos vies.

     

    Mon avis :

    Le résumé est assez claire pour comprendre l'enjeu du livre. A savoir, la relation que l'on peut avoir avec un enfant quand on arrive trop tard.

    Donc Thomas, médecin en Inde, revins en France pour essayer de savoir qui est sa fille et de jouer un rôle dans sa vie, après vingts ans dans des lieux où le mode de vie est totalement différent . Il va vivre et travailler dans une maison de retraite, en tant que directeur. Et jouer le rôle d'une ombre dans la vie de sa fille pour tenter de l'approcher.

     

    Thomas est un homme vraiment bon. Qui a été aux services des autres. Qui est d'une extrême générosité. Mais qui a aussi des regrets dans sa vie. Un homme très observateur. Et qui a peur des chiens. Il va découvrir ce qu'être père peut être. Et aussi la définition de l'amour (avec un petit a).

    Sa fille, Emma, on la connaît à travers lui pour beaucoup. Mais elle a des points communs avec lui, sa générosité et son envie d'aider le monde.

    Il y a aussi Romain, le petit ami d'Emma, un garçon très amoureux, et assez galant.

    Et enfin, les personnes de la maison de retraite.

    Pauline Choplin, l'infirmière. Toujours de bonne humeur, elle a beaucoup d'humour. Et n'a jamais eu de chance avec les hommes.

    Son fils, le petit Théo, est un petit galopin, avec ses idées farfelues, et le manque de filtre entre ce qu'il dit et ce qu'il pense, propre aux enfants. Il met de la vie dans la maison de retraite, même si les résidents n'ont pas besoin de lui pour retourner en enfance.

    Les résidents, justement. Chacun ont leurs bizarreries, mais qui peuvent s'expliquer, et sont attachants à leur manière.

    Hélène, qui parle toute seule dans sa chambre le soir. Et qui aimerait aller vivre avec ses enfants quand ils auront fini de construire leur maison.

    Jean-Michel, un homme mesuré, classe, avec une canne. Qui mange beaucoup de sucreries .

    Chantal, qui porte une perruque. Et qui, le soir, chante comme une casserole avec une émission télé.

    Françoise, qui croit aux esprits et aux signes  de l'au-delà. Et qui parfois entend des voix le soir.

    Et Francis, un ancien formateur dans l'armée. Qui tire au fusil dans le jardin. Et qui fait des blagues, parfois porter sur la chose...

    Et, après, il y a le voisin, Michael, un grand chanteur, très fidèle, mais surtout à Attila son chien.

     

    Voilà pour les personnages, nombreux. Certains sont drôles, d'autres sont touchants, mais tous sont attachants, avec leur lubies, leurs facéties ou leurs petits secrets.

    C'est un livre avec une histoire drôle par moments, et très touchante à d'autres, et toujours belle. Plein de vérités, de réflexions sur la vie, et surtout sur nos relations aux autres, avec les autres, sur ce que veulent dire l'amour et l'Amour.

    Le style est toujours bon, accrocheur, nous aspire dans l'histoire pour ne pas en ressortir. C'est bien écrit, vraiment.

    Je n'ai à vrai dire pas grand chose à ajouter. Donc pour conclure, je me contenterai de résumé : un livre avec une très belle histoire très bien écrite.

     

    Extrait : (choix : C'est vrai. Tristement vrai.)

    « Les gens demandent rarement pardon poussés par leur conscience, mails parce qu'ils ont intérêt à sauver le coup. Les humains ne renoncent pas souvent à leur fierté. Il faut qu'ils aient un intérêt plus grand à le faire taire qu'à tout lui sacrifier. Seuls les moins stupides comprennent que l'orgueil n'est jamais l'allié du bonheur. Plus celui ou celle qu'ils ont blessé compte pour eux, plus ils sont prêts à étouffer leur amour-propre pour préserver le futur. »

     

    (Et deux autres, qui m'a fait rire!)

    « Un cerveau d’homme ne peut jamais suffire à répondre aux problèmes que les femmes soulèvent. »

    « Pourquoi les hommes ont-ils si peur que leurs filles prennent du bon temps alors qu'ils sont si fiers quand leurs fils s'en payent ? »

     

    On adore : Tout

    On regrette : Rien


    votre commentaire
  •  Aristote et Dante découvrent les secrets de l'univers

    Benjamin Alire Saenz

     

    Aristote et Dante découvrent les secrets de l'univers, de Benjamin Alire Saenz

     

     

    Titre en VO : Aristote and Dante discover the secrets of the universe 

    Année de la première publication (France) : 2015 

    Nombre de pages : 359

    Editeur : Pocket jeunesse

    Site de l’éditeur : https://www.pocketjeunesse.fr/

    ISBN : 978-2-823-81818-5 (format Kindle)

    Site de l’auteur : Pas trouvé 

    Ma note : 9/10 

    Publique conseillé : Tout public

    Quatrième de couverture :

    Ari, quinze ans, est un adolescent en colère, silencieux, dont le frère est en prison. Dante, lui, est un garçon expansif, drôle, sûr de lui. Ils n'ont a priori rien en commun. Pourtant ils nouent une profonde amitié, une de ces relations qui changent la vie à jamais... C'est donc l'un avec l'autre, et l'un pour l'autre, que les deux garçons vont partir en quête de leur identité et découvrir les secrets de l'univers.

     

      

    Mon avis :  

    Je dois dire que j'ai beaucoup apprécié ce roman.

     

    Ari - de son prénom Aristote - vit dans une communauté mexicaine. Il est solitaire. Un jour, il va rencontrer Dante à la piscine. Entre eux, va se tisser une forte amitié.

     

     

    Les personnages sont touchants et profonds. Ari, 15 ans est un garçon solitaire, voir effacé. Il est assez bagarreur et ne comprend pas toujours sa famille. Au début, il est insipide, morose. Au fil du temps, il va s'ouvrir petit à petit au monde extérieur.

     

     

    Dante est l'exact opposé d'Ari. Joyeux, plein de vie, il aime se poser des questions sur la Vie qu'il aime plus que tout.

     

     

    Le père d'Ari est un ancien combattant de la guerre du Vietnam. Celle-ci l'ayant beaucoup "abimé", il est très renfermé sur lui-même.

     

     

    Les deux adolescents sont en totale contradiction mais vont tout de même créer une amitié fusionnelle, telle des "frères". L'un ne voit que la noirceur du monde, l'autre sa pureté, en quelque sorte.

     

     

    L'auteur, par son écriture poétique et assez philosophique veut montrer qu'il n'y a pas que de la noirceur ou de la blancheur dans le monde mais un mélange des deux couleurs. C'est ce qui fait la richesse du monde non ?

     

     

    Benjamin Alire Saens insère des petites touches philosophiques au récit qui font, pour moi, sa beauté.

     

     

    Malgré tout, la fin est trop simpliste pour moi.

     

     

    Je vous le conseille pour sa beauté et ce qu'il nous apprend sur la Vie.

     

     

    Extrait : (choix : la douleur ressemble à une tempête... 

    "Un autre secret de l'univers : parfois, la douleur est comme une tempête venue de nulle part. La matinée la plus ensoleillée peut se conclure par un orage. Par des éclairs et du tonnerre."

     

     

    On adore : Les personnages, l'écriture poétique, la philosophie du récit. 

    On regrette : La fin.


    votre commentaire
  •  

    Paranoïa

    Melissa Bellevigne

     

     

    Paranoïa, de Melissa Bellevigne

     

     

     

    Titre en VO : Paranoïa 

    Année de la première publication (France) : 2016

    Nombre de pages : 314 

    Editeur : Hachette, collection Black Moon 

    Site de l’éditeur : http://www.lecture-academy.com/ 

    ISBN :978-2-01-39423-3 (grand format)

    Site de l’auteur : http://www.goldenwendy.com/ (blog de l'auteur) 

    Ma note : 6,5/10 

    Publique conseillé : Adolescents à partir du lycée  

    Quatrième de couverture :  

    Lisa Hernest, psychiatre spécialisée dans les cas complexes, est appelée à l'institut Saint-Vincent. Elle va rencontrer sa nouvelle patiente : Judy Desforêt, vingt ans et enceinte de cinq mois, internée pour paranoïa et hallucinations. 

    Dès leur première entrevue, Judy fait preuve d'une lucidité et d'un discernement hors pair. Et plus Lisa apprend à la connaître, plus leurs échanges viennent ébranler ses propres convictions. 

    Entretien après entretien, Judy lui livre en effet une curieuse histoire, mêlant sa quête des racines familiales en Angleterre et la présence d'un certain Alwyn, cet homme qui la suit comme son ombre depuis toujours.

    Progressivement, Lisa l'experte en âmes fragiles, sent ses moyens lui échapper et Judy la déstabiliser. 

    A mesure que les mois passent et que la date de l'accouchement approche, la vérité paraît s'éloigner.

     

    Mon avis :  

    Etant donné que le résumé est assez long, je n'en ferais pas.

      

    Les personnages sont assez complexes à cerner.

     

     

    Lisa, une psychiatre renommée s'occupe de patients dont le cas est difficile. Elle arrive, en général à cerner la personnalité des gens. 

    Lisa va voir ses certitudes être chamboulées à cause de Judy et va se remettre en question notamment sur sa vie - amoureuse, son envie de fonder une famille, au niveau professionnel -.

     

     

    Judy, 20 ans, souffre de paranoïa et d'hallucinations depuis son plus jeune âge. Elle croit qu'elle a un ami imaginaire, Alwyn, qui la suit depuis toujours. Sa famille la pense folle. La jeune femme fait tout pour qu'Alwyn ne vienne pas la déranger et la perturber.

     

     

    Alwyn, "l'ami imaginaire" de Judy est un jeune homme est surprotecteur. Il parle un peu de manière vieillotte et semble avoir une "mission" à accomplir.

     

     

    L'écriture de l'auteur est pas mal. Le vocabulaire et la tournure des phrases sont recherchés. 

    Elle développe de manière simple mais complète la psychologie de ses personnages.

     

     

    La capitale londonienne, Londres - non, sans blague, on ne le savait pas ! - est assez présente et la quasi totalité de l'intrigue se passe là-bas. On sent tout l'attachement que l'auteur à pour cette ville. Les thèmes de la maternité, de la famille, des racines familiales sont récurrents tout au long du récit.

     

     

    Il y a une alternance de ponts de vue entre Lisa, pendant les séances avec Judy où elle essaye de comprendre son "histoire", puis des passages avec la jeune femme, où celle-ci nous raconte sa vie sous forme de flash-back avant qu'elle ne soit internée dans la clinique psychiatrique.

     

     

    Malgré tout, j'ai trouvée que les passages avec Judy étaient plus approfondis que ceux avec Lisa. Il y a eu aussi quelques longueurs à certains moments. Judy, dans ses passages narratifs nous relate plus sa vie en "cohabitation" et sa relation avec Alwyn, ce qui est dommage.

     

     

    La fin... Je ne sais pas quoi dire dessus, à part qu'elle est déroutante. 

    Je vous le conseille ? Pour une fois, je ne vous dis pas "oui" ou "non", à vous de voir !

     

     

    Extrait : (choix : l'énigme de Judy ?) 

    "Ne fait pas cette tête, Alwyn, tu es l’énigme de ma vie. (...) Si j'arrive à savoir qui tu es, je saurai aussi qui je suis. "

     

     

    On adore : Les personnages, le côté psychologique, l'alternance de point de vue, le fait que l'on parle d Londres. 

    On regrette : Les longueurs, le fait que Lisa soit moins mise en avant que Judy, peut-être la fin.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique