• Elementary

    Saison 3

     

    Elementary, saison 3

     

     

    Réalisateur : Robert Doherty

    Acteurs principaux :

    *Jonny Lee Miller, dans le rôle de Sherlock Holmes

    *Lucy Liu, dans le rôle de la chirurgienne Joan Watson

    *Jon Micheal Hill, dans le rôle de l’inspecteur Marcus Bell

    *Aidan Quinn, dans le rôle du capitaine Thomas Gregson

    *Ophelia Lovibond, dans le rôle de Kitty Winter (la « protégée » de Sherlock)

    Bande annonce : https://www.youtube.com/watch?v=yPa1JNgyQkk (en anglais)

    Durée d’un épisode : 43 minutes

    Nombre d’épisode : 24

    Ma note : 7/10

    Résumé :

    Le célèbre détective Sherlock Holmes, venu de Londres, habite à New York. Tout juste sorti d'une cure de désintoxication, il est contraint de cohabiter avec son parrain de sobriété, le Dr Joan Watson, ancienne chirurgienne reconvertie dans l'assistanat. Les capacités d'observation et de déduction d'Holmes et l'expertise médicale de Watson aident à résoudre les affaires les plus impossibles du NYPD.

    Mon avis :

    La série ayant été supprimé du catalogue de Netflix, j’ai regardé la suite en DVD.

    Cette saison est un peu en dessous de la précédente.

     

    Holmes est revenu de Londres avec sa nouvelle « protégée », Kitty qu’il forme à devenir une bonne enquêtrice. De son côté, Joan Watson mène ses propres investigations auprès de la police.

     

    Les acteurs jouent bien. Nous retrouvons le côté pragmatique de Sherlock et sa fameuse déduction. Joan, elle, est à fond dans son travail, quitte à délaisser sa vie sociale.

    Nous découvrons de nouveaux personnages qui apportent leur lot de suspense.

     

    L’univers s’assombrit au fur et à mesure. Comme dans les autres saisons, les enquêtes peuvent sembler indépendantes mais au fil de l’avancée des épisodes, il est fait mention de celles résolues précédemment.

     

    La fin est correcte et est pleine de surprise !

     

    Pour parler des petits bémols, j’ai trouvé que certains épisodes sont assez longs. De plus, alors qu’avant on nous parlait de Jamie Moriarty, l’ex petite-amie de Sherlock, ici on n’en parle qu’une seule fois, ce qui est dommage !

     

    En résumé une bonne suite.

     

    On adore : Le jeu des acteurs, les enquêtes, l’univers, la fin.

    On regrette : Certains épisodes longs, le fait que l’on ne parle pas beaucoup de l’ex petite-amie de Sherlock.

                                                                                                       Debo


    votre commentaire
  • Bakuman

    (20 tomes)

    Tsugumi Ohba (sénario) et Takeshi Obata (dessin)

     

    Titre en VO : Bakuman

    Année de la première publication (en France) : 2010 (tome 1) à 2014 (tome 20)

    Nombre de pages : en moyenne 190 page par livre

    Editeur : Kana, collection shonen

    Site de l’éditeur : ici

    Site de l’auteur : non trouvé

    Ma note : 9/10

    Publique conseillé : Qui veut passer un bon moment avec un manga vraiment sympa : un vrai shōnen mais sans vraie bagarre, c'est un joli coup !

    Quatrième de couverture : 

    Deux garçons veulent devenir mangakas, une route très difficile qui peut leur apporter une gloire à laquelle seule une petite poignée de personnes ont accès. Voici l'histoire de Moritika Mashiro, très doué pour le dessin, et d'Akito Takagi, doté d'aptitudes supérieures pour l'écriture, qui vont créer une nouvelle légende dans le monde des mangas !!

     

    Mon avis :

    Alors encore une fois, je chronique la série complète, mais comme je l'ai lu à suivre, je trouve cela plus simple.

     

    Donc pour l'histoire, c'est celle de deux collégiens qui décident de former une duo de mangakas car ils sont passionnés par ça, et de faire le meilleur manga possible. On y ajoute un coté mignon car l'un des deux qui aime une fille qui elle rêve de devenir doubleuse de dessins animés, et ces deux-là se promettent de se marier quand ils auront réalisé leur rêve. Et voilà l'histoire.

    C'est simple, sans prise de tête.Et ça permet beaucoup de choses à travers ce manga.

     

    Les personnages, maintenant.

    Mashiro, un garçon plutôt blasé et pas très bavard au début, et timide avec la fille qu'il aime. Il a des connaissances sur les mangas, sa passion pour le dessin est très forte. Il est très têtu et obstiné pour absolument tout.

    Takagi, le scénariste du duo, et plus spontané, plus joyeux. Lui aussi est persévérant quand il s'agit de son rêve. Très intelligent, il arrive a faire des histoires très bien ficelées, mais il est complètement nul en dessin. Pourtant, il veut absolument faire du manga, et non pas écrire des romans.

    Ensuite, il y a Azuki, la fille dont Mashiro est amoureuse. Pas toujours présente, ça dépend des moments. Belle, aussi timide et aussi têtue que Mashiro, mais tout de même plus sensible aux autres. Elle aussi veut réaliser son rêve.

    Il y a Kaya, la meilleure amie d'Azuki et la copine de Takagi. Sportive, spontanée, jalouse, un fort caractère, elle est un soutien sans faille. Je l'ai beaucoup appréciée, elle apporte une touche de bonne humeur très agréable et rafraichissante.

    Il y a aussi Eiji, un autre mangaka, un rival du duo. Génie du manga, il fonctionne beaucoup à l'intuition, il dessine énormément. Il est assez spécial, mais c'est un personnage amusant.

    Hattori est l'éditeur du duo, c'est un homme qui sait reconnaitre un bon manga et donner de bons conseils. Parfois il manipule un peu les autres pour parvenir à créer l'atmosphère qui aidera tout le monde à progresser.

    Les autres personnages sont nombreux, il y a un certains nombre notamment d'éditeurs, de mangakas, etc... mais je ne vais pas tout vous détailler.

     

    Les personnages sont intéressants à suivre, ils apprennent à évoluer en fonction les uns des autres avec une atmosphère de rivalité pour être le meilleur tout en étant des amis sincères.

     

    Les dessins sont bien réalisés, c'est agréable à regarder.

    Concernant le style d'écriture, par rapport à d'autres mangas plus classique de shonen (type de manga destiné aux jeunes garçons type One piece), il y a plus de textes, c'est plus dense, et il n'y a pas de bagarre directe. Mais tous les auteurs se battent par l'intermédiaire de leur manga, en visant la première place du classement, donc on retrouve l'esprit shonen, avec de l'amitié, des combats acharnés pour être le meilleur, des rivalités, et une morale qui peut être la suivante : "pour atteindre objectifs et réaliser ses rêves il faut fournir tous les efforts possibles et donner le meilleur de soi même". Bref, une valeur de travail, de mérite, qui dit que tout est possible en travaillant dur. C'est ce qu'essaie de faire passer ce manga.

     

    L'histoire d'amour donne un but encore plus ultime que celui d'être les premiers et donne aussi un peu de fraicheur, tout en accentuant l'aspect "réaliser ses rêves".

     

    Il y a aussi une mise en abime très intéressante, puisqu'on parle de création de manga dans un manga. Et quand on avance dans la série, on arrive à certains moments où on se doute que, pour créer Bakuman, les auteurs ont eu une réflexion similaire à celle des personnages du livre (la question de la baston marginale notamment, comment créer un manga de baston qui ne soit pas classique ? On se rend compte en lisant que Bakuman en est un exemple). Au point où on est en droit de se demander à quel point ils se sont inspiré d'eux-même pour certaines scènes.

     

    Ce manga permet aussi de montrer les dessous de l'édition de manga, la pression qui pèse sur les auteurs pour fournir leur dessins en temps et en heure quand il ont une série, etc... Et je pense que c'est assez réaliste sur ce point. 

     

    En bref, un manga que je recommande, qui transmet de bonnes valeurs, qui est sympa à lire, avec beaucoup de rebondissements, de réflexion tant derrière que dans le manga.

    Le seul petit reproche que je peux faire, c'est que certains éléments sont prévisibles. Bon, la fin l'est beaucoup, mais on l'attendait tellement qui si ça avait fini autrement ça aurait été une déception, et elle est belle, j'ai beaucoup aimé la scène finale qui est très bien dessinée, alors ça ne m'a pas dérangée.

     

    Extrait : (choix : au hasard, c'est au tout début de l'histoire, il s'agit de Mashiro. Je trouve que le dessin est bien fait)

    Bakuman, de Tsugumi Ohba (sénario) et Takeshi Obata (dessin)

     

    On adore : L'histoire, les personnages et l'émulation qu'il y a entre eux du fait de leur rivalité et amitié, les dessins, la réflexion qu'il y a dans ce manga.

    On regrette : Peut-être certains éléments qui étaient facilement prévisible, mais on ne regrette tout de même pas tant que ça...

    Jiji


    votre commentaire
  • Salut à tous !

    Je vous ai fait le mois dernier un article sur Wattpad. Je me suis dit que, peut-être, je pouvais vous parler de ce que moi je fais sur Wattpad, qu'en dites-vous ?

    Alors voilà, je vous présente mon histoire qui est publiée sur le site. Elle s'appelle Les lettres à personne. Le résumé est le suivant :

    Cassandre vient d'arriver au Mans. Ses parents ont divorcé, et c'est sa mère qui a eu sa garde.

    Expatriée du fin fond de sa campagne bretonne, Cassandre se sent seule. Au milieu de la grande ville pleine de monde, Cassandre se sent isolée. Alors la jeune fille finit par faire ce qu'elle fait de mieux pour se débarrasser de ses tracas. Elle écrit.

    Mais ayant perdu sa joie de vivre, elle n'écrit que des lettres. Des lettres qui n'ont pas de destinataires. Si ce n'est la boite jaune de la poste. Parce que les mettre dedans, ça l'aide à faire comme si elle envoyait ses tracas ailleurs. Loin d'elle.

     Il s'agit d'une histoire épistolaire, nous ne lisons donc que les lettres de Cassandre. 

    Petit à petit, l'histoire avance doucement, je progresse. J'espère réussir à en faire ce que je veux. Et j'ai récemment trouvé quelqu'un (@Look0my0books) qui m'a fait une jolie couverture, ça m'a fait plaisir happy

    Les lettres à personne

     

    Si ça vous intéresse de jeter un coup d’œil, c'est par ici.

    Sur ce, bon weekend ^^

    Jiji


    votre commentaire
  • Qui ment ?

    Karen M. McManus

      

    Qui ment ?, de Karen M. McManus

     

     

    Titre en VO : One Of Us Is Lying

    Année de la première publication (France) : 2018

    Nombre de pages : 449

    Editeur : Nathan

    Site de l’éditeur : http://www.lireenlive.fr/ 

    ISBN : Pas trouvé

    Site de l’auteur : https://www.karenmcmanus.com/ 

    Ma note : 7/10

    Public conseillé : Adolescents à partir de 15-16 ans

    Quatrième de couverture :

    5 lycéens - 1 mort = 4 suspects

    Tous cachent un secret.Qui ment ? Bronwyn l'intello, Cooper le sportif, Nate le délinquant, Addy la reine de beauté et Simon le gossip boy se retrouvent en retenue un après midi.Seulement, ce dernier ne ressortira jamais vivant de cette heure de colle ... Et les enquêteurs en sont vite sûrs, sa mort n'est pas accidentelle.

    Bronwyn, Addy, Nate et Cooper deviennent les principaux suspects du meurtre lorsqu'on découvre un article écrit par Simon contenant des révélations sur chacun d'eux.

    Jusqu'où sont-ils prêts à aller pour protéger leurs secrets ?

     

    Mon avis :

    En ce moment, je lis pas mal de thrillers.

    Comme le résumé dit le principal, il est inutile d’en dire davantage.

     

    Les personnages sont très clichés : quatre lycéens populaires en Californie et un autre qui est un peu « mis de côté » et qui ne se gène pas pour dévoiler les petits secrets de tout le lycée.

     

    Bronwnyn est une jeune fille intello qui doit être la meilleure dans tout ce qu’elle entreprend. Elle est perfectionniste depuis toute petite car elle a l’impression qu’il faut qu’elle réussisse à la fois pour elle et aussi pour sa sœur cadette, Maeve qui a eu une leucémie quand elle était enfant et qui est guérie.

     

    Cooper est la star du baseball. C’est un grand sportif mais il a l’impression que son père ne l’aime qu’au travers de ses performances. Il vit avec ses parents, son petit frère et sa grand-mère qui est d’une grande perspicacité. Il cache un secret à sa famille qui risque bien de tout faire voler en éclats.

     

    Addy – ou Adelaïde – est une fille effacée qui ne vit que pour Jake, son petit-ami depuis trois ans. Elle est toujours d’accord avec lui. Sa sœur essaye tant bien que mal de la faire changer d’avis au fil des pages.

     

    Nate est le « bad boy » de l’histoire.  Il vend de la drogue et a des ennuis judiciaires. Il n’a pas une vie facile entre une maison qui tombe en ruine, un père alcoolique et une mère morte depuis plusieurs années. Malgré tout, c’est un gentil garçon.

     

    Et enfin, le dernier personnage est Simon. Il n’est pas très populaire, a peu d’amis et tient l’application Askip qui raconte tous les petits et gros potins du lycée.

     

    L’écriture de l’autrice est agréable, simple et efficace, sans prise de tête. Les chapitres alternent les points de vue des quatre premiers adolescents. Au milieu d’un chapitre, le point de vue change.

     

    L’intrigue m’a fait penser un peu à la série Gossip Girl (dont vous trouverez la chronique de la saison 1 en cliquant sur le titre de la série). De plus, l’enquête policière est bien mais un peu longue par moments.

     

    La fin est étonnante car je ne me serai jamais attendu à ce dénouement.

     

    Par contre, j’ai noté quelques longueurs qui peuvent alourdir le récit.

     

    En bref, une bonne lecture !

     

    Extrait : (choix : attirer les filles)

    « Si on m'avait demandé il y a dix minutes, j'aurais dit que je n'ai pas de truc particulier pour attirer les filles. Tout à coup, je réalise que si : je les attire justement parce que je m'en fous. »

     

    On adore : Les personnages, l’écriture, l’intrigue, l’alternance des ponts de vue dans les chapitres, la fin.

    On regrette : Les longueurs et l’enquête un peu longue.

                                                                                                       Debo


    votre commentaire
  • Confess

    Colleen Hoover

    Confess, de Colleen Hoover

     

    Titre en VO : Confess

    Année de la première publication (en France) : 2016

    Nombre de pages : 344

    Editeur : Hugo & cie

    Site de l’éditeur : http://www.hugoetcie.fr/livres/confess/

    ISBN : 9782755623192 (format papier)

    Site de l’auteur : https://www.colleenhoover.com/

    Ma note : (Jiji :) 9/10 (Debo : 8/10)

    Publique conseillé : Qui aime la romance et les histoire d'amour où tout n'est pas simple

    Quatrième de couverture : 

    Auburn Reed a des plans très précis pour son avenir, et elle ne laissera personne se mettre sur son chemin. Lorsqu'elle franchit la porte d'une galerie d'art à Dallas pour un entretien, elle s'attend à tout sauf à l'irrésistible attraction qui la pousse vers Owen Gentry. Cet artiste énigmatique semble avoir beaucoup de choses à vouloir cacher à tout prix. Pour tenter de découvrir ses secrets les plus intimes, Auburn va baisser sa garde, pour comprendre qu'elle risque bien plus gros qu'elle ne pensait. Pour se construire, chacun devra tout confesser. Mais parfois, la vérité est plus douloureuse que le silence...

     

    Mon avis (Jiji) :

    Voilà donc la chronique de ce livre que nous avons lu ensemble avec Debo (le lien de la lecture commune est en bas de l'article si vous voulez).

    Personnellement, c'est une histoire que j'ai apprécié lire. Ce n'est pas un coup de coeur contrairement aux autres romans de cette auteur que j'ai pu lire, mais ça ne m'a pas empêché de passer un très bon moment en lisant.

    Concernant l'histoire, le résumé en dit assez, et si vous voulez un peu plus de détails, on a fait des résumé de chaque partie sur la lecture commune (mas attention aux spoils pour ceux qui ne l'ont pas encore lu, car c'est très détaillé). Donc je ne vais pas m'étendre dessus et vous parler tout de suite des personnages.

     

    Nous avons tout d'abord Auburn. Une jeune femme forte qui est déterminée à atteindre son but, quelque soit les sacrifices qu'elle doit faire pour cela. Bien qu'il lui arrive de se décourager et de perdre de sa force à certains moments quand elle perd espoir et que certaines personnes exercent leur pression sur elle pour la manipuler.

    Owen est un homme bon, prêt à sacrifier beaucoup pour les gens qu'il aime. Il est peintre, et son art est très important pour lui. Il est celui qu'il faut à Auburn, il lui permet de retrouver sa force, d'avoir confiance en elle, il la soutient.

    J'ai beaucoup apprécié ce duo, ils se ressemblent peut-être plus qu'ils ne le pensent au début. Ils ont tout deux beaucoup de secrets. Il y a un lien entre eux des le début, mais que seul Owen connait, et qui nous intrigue jusqu'à la toute fin du livre. Leur histoire est compliquée, car beaucoup de choses les éloigne l'un de l'autre, mais elle est belle et sincère. Bien qu'il se rapproche un tout petit peu trop vite au tout début.

    Ensuite, il y a Adam, qu'on voit très peu mais qui est important pour l'histoire. C'est l'ex d'Auburn, décédé 5 ans avant le début de l'histoire. Il apparait principalement au travers de la mémoire de lui qu'on les personnage. Il semble avoir été quelqu'un de bien, de gentil, et il est et restera le premier grand amour d'Auburn.

    Mais la famille d'Adam est toujours présente dans la vie d'Auburn, sa mère Lydia et son frère Trey. Tout deux manipule Auburn pour avoir ce qu'ils veulent et qu'elle ne fasse pas de vague auprès d'eux. Telle mère, telle fils, ils sont tous les deux manipulateurs, et font ce qu'ils veulent pour leur propre bonheur en se moquant éperdument de celui des autres. Des personnages détestables. Trey apparait plus que sa mère, et il se sert ostensiblement de son statut de policier pour faire ce qu'il veut et vouloir tout contrôler, il cherche a récupérer Auburn pour lui seul, quitte à être violent.

    On a Callahan, le père d'Owen. Un homme brisé par la vie, il ne  lui reste que son fils et sa carrière. Et la drogue dans laquelle il se plonge. Mais il saura aussi se montrer sous un autre jour.

    Il y a aussi Emory, la coloc d'Auburn, une fille une peu bizarre, sans gène, qui se moque pas mal de ce qu'on peut penser d'elle et a tendance à écouter aux portes. Elle apprécie Auburn.

    Et enfin, AJ. Je ne dirai pas qui il est volontairement, ça serait gâcher une partie de l'histoire. Je me contenterai donc de dire que c'est un enfant adorable, et qu'il aurait peut-être pu apparaître un peu plus dans l'histoire.

    Globalement, j'ai trouvé que les personnages était bien fait. J'ai bien aimé la façon qu'a eu l'auteur de créer des passés qui relient étroitement ces personnages entre eux, notamment les deux personnages principaux. Mais je trouverai presque qu'elle s'est concentré un peu trop là dessus justement, un peu au détriment des caractères de ses personnages, de ce qu'ils dégagent quand on les accompagne. Le passé est très creusé, les influences que ça a aujourd'hui aussi, mais les caractères, la psychologie un peu moins. Ça s'en ressent un peu sur les personnages principaux, je pense surtout parce que je fait la comparaison avec ses autres livres, mais surtout sur ses personnages secondaires qui là sont moins creusé qu'ils le pourraient, on a un peu l'impression pour certain qu'ils sont là plus quand on a besoin d'eux pour faire avancer l'histoire.

    En bref, un passé très bien fait, mais un tout petit peu au détriment de la psychologie actuelle. C'est pas énorme, mais ça a fait la différence pour que ce livre ne soit pas un coup de cœur par rapport aux précédents que j'ai lu de cette autrice. Notons tout de même que j'ai beaucoup aimé découvrir ce qui a pu leur arriver avant l'histoire, les liens qui les unissent, et les secrets qui se dévoilent petit à petit. C'était très prenant.

     

    Le style de l'auteur est toujours fluide, agréable à lire. J'ai trouvé que la romance commence tôt, mais est entrecoupée de révélations, ce qui fait que ça ne va pas trop vite, c'est le rythme parfait pour moi. Les pressions extérieurs sur nos personnages, les but qu'ils se sont fixés et qui ne sont pas simples à atteindre compliquent leur histoire, ce qui fait que ce n'est pas une romance toute rose bonbon. C'est vraiment une belle histoire, avec des éléments qui remettent en question la romance. Et j'ai bien aimé la fin.

    On lit rapidement, on a envie de connaitre la suite, de découvrir les secrets des personnages, et attendre leur confession nous tient en haleine, c'est une forme de suspens que j'ai apprécié. Et même quand une bonne partie des secrets sont révélés (mais il en restera quelques-uns jusqu'à la toute fin du livre), on a envie de savoir ce qui va arriver à Auburn et Owen, comment ils vont s'en sortir.

    C'est donc un style qui est dynamique, qui se lit facilement et que j'ai sincèrement apprécié.Comme d'habitude, on a une alternance des points vue qui est agréable à lire, et qui en plus ici sert de récit en permettant d'égrainer les révélations au compte goûte.

    On peut aussi signaler un petit plus des plus agréable, on a en milieu de livre un regroupement des peintures d'Owen en couleurs, que je trouve très belles.

     

    En bref, je recommande cette romance qui se lit très bien et sait mêlé à ce genre beaucoup de suspens, avec des secrets que l'on a envie de découvrir.

     

    Mon avis (Debo) :

    Cette lecture est mon premier roman de cette autrice. Je l'ai bien aimé même si ce n'est pas un coup de cœur.

    Les personnages sont attachants.

     

    Auburn est une jeune femme de 21 ans qui cumule les petits boulots. Elle semble avoir une vie difficile. Elle ne semble pas apprécié une femme du nom de Lydia mais on ne sait pas pourquoi au début. Elle a de la répartie et ne se laisse pas faire.

     

    Owen, lui est un artiste qui a une galerie d'art. Il a des secrets bien gardés lui aussi. Il fait ses tableaux à partir de confessions qui lui déposent les gens dans la boite aux lettres de sa galerie. Il est très attiré par Auburn.

     

    Lydia est la "belle-mère" d'Auburn. Les deux femmes ne s'apprécient pas vraiment. Elle est manipulatrice et fait culpabiliser Auburn.

     

    Trey, le fils de Lydia est policier. Il est mesquin comme sa mère et détestable au possible. On ne peut que le haïr !

     

    Emory, la colocataire de l’héroïne est celle qui détend l'atmosphère. Elle semble apprécier la jeune femme même si elle n'en laisse rien paraître. Elle va sortir sa colocataire d'une situation bien périlleuse.

     

    Aj est un petit garçon de 5 ans, il va avoir de l'importance au fil de l'intrigue et va faire l'objet de  beaucoup de rebondissements et de coups bas.

     

    L'écriture est simple et agréable. On s'immerge très vite dans l'intrigue. Les chapitres alternent entre le point d'Auburn et Owen. J'ai préféré les passages où il nous raconte l'histoire. Par contre, les scènes de sexe sont assez explicites, à ne pas mettre entre toutes les mains !

     

    Le duo Owen/Auburn fonctionne bien. On sent qu'ils sont tous les deux fragiles et que chacun est un "pansement" pour l'autre.

     

    J'ai trouvé quelques longueurs qui ont alourdis le récit selon moi. De plus, si l'on poursuit dans les points négatifs, les personnages vivent beaucoup - voir un peu trop - d'événements difficiles et enfin la romance commence assez tardivement.

     

    La fin est belle et donne une conclusion correcte.

     

    En bref, une bonne lecture.

     

    Extrait : (choix : Parce que j'ai trouvé cette phrase magnifique)

    "J’ignore comment on peut se sentir à la fois si lourd et si léger, mais j’ai l’impression d’être lestée d’un nuage."

     

    On adore (Jiji) : Le passé des personnages qui est très travaillé, l'écriture, le fait que la romance soit compliquée par la situation et donc pas trop simple. Et petit plus, les dessins couleurs en milieu de livre...

    On adore (Debo) : Les personnages, l'écriture, l'alternance des ponts de vue, la fin.

    On regrette (Jiji) : Peut-être un peu, par rapport à ses autres livres, que le passé des personnages prenne un peu le dessus que leur psychologie, mais là, je chipote par comparaison à ses autres romans qui ont été des coups de cœur pour moi.

    On regrette (Debo) : Que la romance arrive tardivement, que les personnages vivent trop de choses difficiles, des longueurs.

    Lecture commune ici 

    Debo et Jiji


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires